Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2014

Actuel

 

Phénomène emblématique des années 70, Actuel fut un magazine mensuel publié en France , d'abord underground (de 1967 à 75) puis "magazine de société" (de 1979 à 94)...

Dans sa toute première version, en 1967, Actuel fut d'abord un fanzine (ils foisonnaient à l'époque) spécialisé dans le jazz d'avant-garde et les musiques alternatives.

 

http://nsm01.casimages.com/img/2009/05/30/090530034211421253762576.jpg

 

A partir de 68, il se consacre à la contre-culture commence à s’ouvrir au rock , à la BD, aux voyages et à la culture hippie, ainsi qu’a des sujets de société (contestation politique, féminisme, drogue, écologie).

 

 

                                                                 ***

 

Actuel Novapress.

http://paul.glagla.free.fr/images/actuel/actuel21.jpg    http://paul.glagla.free.fr/images/actuel/actuel19.jpg

 

Mais c'est la reprise du titre en mai 1970 par Jean-François Bizot qui, tout en restant proche du courant initial, va lui donner un nouvel essor.C'est en effet le mensuel parallèle le plus lu, le plus vendu en France entre 1970 et 1975. 

 

   http://paul.glagla.free.fr/images/actuel/actuel17.jpg    

 

On y trouve notamment des pages colorées (parfois psychédéliques) de "petites annonces gratuites", véritable "forum internet avant l'heure", permettant échanges et contacts variés d'un bout à l'autre de la France.

"Elles instaurent une véritable complicité entre les lecteurs et le journal : c’est là que se retrouvent ceux qui veulent mettre leurs rêves et leurs idées en pratique : fonder une communauté, créer un groupe de rock, ou simplement rechercher de nouveaux amis partageant les mêmes aspirations."

actuel,bizot,petites annonces,fanzine

cliquer dessus pour agrandir

 

Jean-François Bizot, Michel-Antoine Burnier, Patrick Rambaud, Cécile Maugendre et Jean-Pierre Lentin en constituent la charpente rédactionnelle.

 

 

Le "vrai" Actuel (underground) cesse en Octobre 75 après 58 numéros , d'une façon inattendue puisque le journal se saborde, avec panache, estimant ne pas se renouveler et ne rien avoir à dire dans l'immédiat, et ce,alors que c'est la première année où le journal est bénéficiaire...

Mort fort honorable.

 

 

Hélas, Actuel renaît de ses cendres en octobre 1979 et deviendra le magazine "branché" de référence dans les années 1980-90.

Récupéré par le système en quelque sorte.

 

        

                                                               ***

Dans ces deux périodes successives, Actuel symbolise assez bien cette époque transitoire.

Avec le recul on peut se poser quelques questions sur les conséquences  de cette épopée libertaire...

Son coté positif fut d'avancer vers un idéal de liberté, d'explorer de nouvelles idées, d'expérimenter la vie en communauté,  ou de faire tomber certaines frontières mais son coté négatif fut peut-être (du fait de la déconstruction de ces frontières) de rendre "possible" dans le subconscient collectif l'émergence de l' ultra libéralisme sauvage basé sur la sur-consommation  (permissivité, consumérisme, dictature des désirs, publicité omniprésente)

 (lire Clouscard sur ce sujet avec le concept libéral/libertaire)

 

A méditer...

 

 

02/02/2014

Un journaliste, un vrai ?

De nos jours, beaucoup trop de journalistes servent complaisamment le pouvoir en place, au lieu de jouer leur rôle de contre-pouvoir et d'investigation.

Ce n'est pas moi qui le dit mais  Seymour Hersh grande figure du journalisme aux USA (depuis la guerre du Viet-Nam), très sévère avec ses confrères actuels.

Les médias américains sont "lamentables"   

Le lauréat du prix Pulitzer explique comment sauver le journalisme.
La presse devrait "virer 90 % des rédacteurs et promouvoir ceux qui sont incontrôlables".-

.../

Le gouvernement Obama ment de façon systématique, soutient-il, et pourtant aucun des titans des médias américains, que ce soit les chaînes de télévision ou les grands journaux, n'ose le défier. "C'est lamentable, ils sont plus qu'obséquieux, ils ont peur de s'attaquer à ce type [Obama]", grince-t-il dans un entretien accordé à The Guardian.

"Il fut un temps où, quand on se trouvait dans une situation où il se passait quelque chose de grave, que le président et ses sbires avaient la haute main sur le récit des événements, on pouvait être à peu près sûr qu'ils [les médias] feraient tout leur possible pour raconter les faits. Plus maintenant. Maintenant, ils profitent de choses comme ça pour voir comment faire réélire le président."     /...

  source (article entier du courrier international)            

                                                              ***

Hauts faits de Seymour Hersh (né à Chicago en Avril 1937)

    -révélation du Massacre de Mỹ Lai au Viêt Nam en novembre 1969, ce qui lui vaudra le prix Pulitzer en 1970
    -révélation du projet Jennifer (tentative de récupération de l'épave du sous-marin soviétique K-129)
    -révélation en 1974 des activités de la CIA sur le territoire américain contre les mouvements pacifiques et autres opposants sous le couvert de contre-espionnage, ce qui forcera à la démission James Jesus Angleton, le chef du contre-espionnage de la CIA.
    -révélation de l'existence de l'Office of Special Plans ou OSP du département de la Défense américain dans l'article Selective Intelligence
   

et tout récemment en décembre 2013, il avance que Barack Obama a menti quand celui-ci a « accusé le président Bachar el-Assad pour une attaque gaz sarin qui a tué des centaines de civils syriens en août 2013 ».

version confirmée par un article du MIT

"Seymour Hersh a des idées extrêmes pour régler les problèmes du journalisme – fermer les rédactions de NBC et ABS, virer 90% des directeurs de rédaction et revenir au travail de base du journalisme qui, selon lui, consiste à être un outsider.

Il n’en faut pas beaucoup pour énerver Hersh, le journaliste d’investigation qui a été le cauchemar des présidents US depuis les années 60 et fut un jour décrit par le parti républicain comme « ce que le journaliste compte de plus proche d’un terroriste ».

Il est en colère contre la frilosité des journalistes aux États-Unis, contre leur incapacité à défier la Maison Blanche et à incarner un messager impopulaire de la vérité. Ne lui parlez même pas du New York Times qui, d’après lui, passe « tellement plus de temps à servir les intérêts d’Obama que je n’aurais jamais pu l’imaginer » - ou de la mort d’Oussama Ben Laden. « Rien n’a été fait à propos de cette histoire, c’est un gros mensonge, pas un seul mot n’est vrai », dit-il à propos du raid des US Navy Seals en 2011."

source Investig'action

Pour rappel:

Le massacre de Mỹ Lai

File:My Lai massacre.jpg

Ce massacre survenu durant la guerre du Viêt Nam, a été perpétré le 16 mars 1968 par des soldats américains contre plus de 300 civils vietnamiens, dont beaucoup de femmes et d'enfants, dans le hameau de Mỹ Lai. Le massacre a d'abord été caché par l'armée américaine. L'indignation soulevée par ce massacre, lorsqu'il fut révélé un an et demi plus tard par un reportage du magazine Harper's, fut le point de départ d'un scandale international.

                                                      

                                                              ***

Même chose en France: dans les grands médias* , pour ce qui est de l'information sur tout sujet un peu sensible, régnent au mieux un conformisme prudent et de la diversion, au pire des mensonges et de la désinformation.

(Pour la météo et les résultats sportifs ça peut aller...)

Rares sont les journalistes indépendants, ils sont confinés dans des îlots régulièrement remis en question (Cf Taddéi, Ménard etc...)

Quand aux dissidents, aux iconoclastes, aux radicaux, ils ne peuvent plus guère exister que sur Internet.

Internet, seul espoir de trouver certaines infos, certaines analyses, même si on y rencontre le meilleur et le pire, les intox et les rumeurs les plus délirantes, ou la preuve des mensonges officiels les plus cyniques.

Il faut chercher, soupeser le pour et le contre, vérifier, trouver ses sources, cela n'a plus grand chose à voir avec "ouvrir le robinet télévisuel de la manipulation" routinière. Bon courage.

 *La plus grande partie des médias est détenue par cinq empires financiers (dont 2 marchands d'armes): Bouygues (TF1 etc...), Dassault (Figaro,Express), Lagardère (Europe1,Hachette, Grasset, Paris-Match etc...), Bertelsmann (groupe RTL, M6), Vivendi-Universal (canal+, SFR).

Plus Vincent Bolloré (Direct 8, CSA) et Bernard Arnault (Les Echos)

Ceci explique presque tout.

 

 

 

01/02/2014

Liberté

 

"Ce que l'homme voudrait ce sont les avantages de l'indépendance sans avoir aucun des devoirs et des duretés de la liberté car la liberté est dure à vivre
la liberté est terrible
la liberté est aventure
la liberté est dévorante, exigeante, un combat de chaque instant car autour de nous ne cessent de se multiplier les pièges pour nous enlever la liberté mais surtout parce que la liberté en elle-même ne nous laisse aucun repos ...
elle exige de se dépasser
elle exige la remise en question incessante de tout
elle suppose une attention toujours en éveil : jamais d'habitude jamais d'institutions
la liberté me demande d'être toujours neuf toujours disponible de ne jamais me cacher derrière les précédents ou les échecs passés
elle entraîne des ruptures et des contestations
la liberté ne cède jamais à aucune contrainte et n'exerce elle-même aucune contrainte car précisément il n'y a de liberté que dans un contrôle permanent de soi-même et dans l'amour de celui qui m'est proche."

 

..//..

 

"Nous en avons aujourd'hui un exemple explosif : ce n'est pas vrai que le français actuel souhaite la liberté il veut surtout le confort et la sécurité dans tous les domaines :
sécurité par la police, sécurité sur les routes, sécurité pour la maladie le chômage, la solitude, la vieillesse, sécurité à l'égard des enfants et cela en échange de la liberté en effet la liberté peut tout vous donner en vous demandant d'être …
... sauf la sécurité. La sécurité est toujours et inévitablement payée du prix de la liberté que ce soit la sécurité assurée par un maître privé ou par une compagnie d'assurance, puissances capitalistes, ou par l'organisme de sécurité sociale, qui par la voix des fichiers informatiques devient agent de contrôle général et total, ou par la police, qui sert inévitablement à toutes fins, ou par l'état qui grandit et se bureaucratise du fait même des protections que nous lui demandons : indemnités en cas de catastrophe naturelle, plan orsec et cetera ...

Il y a une exacte contre-partie : plus tu veux être assuré et garanti contre tout moins tu es libre ... ce n'est plus le tyran qui aujourd'hui est à craindre mais notre propre besoin effréné de sécurité. La liberté, elle, se paie inévitablement de l’insécurité et de la responsabilité. Or l'homme moderne cherche avant tout à n’être responsable de rien mais il veut l'air de liberté l'apparence de liberté
il veut voter
il veut un pluripartisme
il veut voyager
il veut se choisir son médecin
il veut choisir son école ...
... et pour ces bricoles on ose parler de liberté ..."

Jacques ELLUL

 

17/01/2014

Surveillance internet...

 

                      

Sir Tim Berners-Lee (britannique de 58 ans né à Londres )a lancé Internet le jour de Noël 1990.

Aujourd’hui, il met en garde contre sa propre création, sur laquelle il observe censure et surveillance de manière croissante de la part des gouvernements. 

«  Internet et les réseaux sociaux encouragent de plus en plus les gens à s'organiser, à agir et faire éclater au grand jour des méfaits commis aux quatre coins de la planète. Cela menace certains gouvernements et entraîne une augmentation de la surveillance et de la censure qui menace à son tour l'avenir de la démocratie ».

 source

 

 le cas de la France

 

Carte mondiale de la cybercensure (crédits : Reporters sans frontière)

15/01/2014

Liberté d'expression et blasphèmes...

Matthieu Vasseur a écrit aujourd'hui un article sur le site Contrepoints.

Dans le contexte actuel de "censure au préalable" et de répression "deux poids, deux mesures"  il y décrit les effets pervers de la loi Gayssot  qui depuis le 13 Juillet 1990 transforme une réalité historique en Vérité sacrée (tel un dogme de nature religieuse qu'il serait blasphématoire d'évoquer autrement qu'avec révérence.)

--De nombreux juristes, historiens, politiques, écrivains et intellectuels de tous bords s'opposent d'ailleurs à cette loi pour ses effets pernicieux , ou par principe ("La Justice n'a pas à écrire l'Histoire"):

Bernard Pivot,Noam Chomski, J-L Bourlanges, Robert Badinter, Max Gallo, Eric Zemmour, Dominique Perben, François Fillon, Dominique de Villepin, Jacques Chirac, Simone Veil, Pierre Vidal-Naquet, Michel Tournier, Michel Houellebecq, Philippe Bilger, François Furet, Paul Ricoeur, Jean Daniel, Alain Robbe-Grillet, Jacques Gaillot, Jean Bricmont, Robert Ménard, Dominique Jamet etc...--

 

 

                                                         ***

"Depuis la loi Gayssot, la France a sombré dans un abîme de liberté d’expression à géométrie variable. Il est temps d’en sortir."

 

".../Cependant, le crime de déni de réalité historique n’est pas la seule nouveauté de la loi Gayssot.  Très rapidement, la jurisprudence réintroduit également dans le droit français le délit de blasphème, qui avait été supprimé en 1791 par la Révolution : ce n’est pas le seul déni de l’Holocauste qui est sanctionné, c’est aussi désormais l’irrévérence à son égard. Jean-Marie Le Pen en fait les frais avec son calembour scabreux sur « Durafour crématoire ». Vérité et sacré, Histoire et blasphème se retrouvent donc inextricablement mêlés, cocktail explosif dans un pays laïc. Ce n’était d’ailleurs pas la passion de la vérité historique qui animait M. Gayssot : apparatchik de longue date du Parti Communiste, il en avait fidèlement épousé toutes les justifications alambiquées des crimes de l’URSS (le Goulag ? Quel Goulag ?).

Mais une société qui élève l’irrévérence en absolu, « ni Dieu ni Maître », où un animateur de télévision est applaudi pour avoir demandé à un ancien Premier ministre si « sucer, c‘est tromper », où un crucifix noyé dans l’urine de l’ « artiste » (« Piss Christ ») est présenté dans les musées publics s’accommode mal du retour du délit de blasphème. Le 20 décembre dernier, les Femen ont mimé « l’avortement de Jésus » puis uriné sur l’autel de la Madeleine. Le gouvernement, qui a choisi il y a quelques mois une leader Femen ukrainienne comme nouvelle Marianne (ce dont elle s’est réjouie par un tweet – en anglais, puisque Marianne ne parle pas français – par lequel elle se félicitait de ce que « les homophobes, les extrémistes et les fascistes devront désormais lui lécher le cul lorsqu’ils enverront une lettre »), le gouvernement donc n’a pas jugé utile d’exprimer la moindre réprobation. On ne peut pas approuver le sacrilège ici et le réprimer là sans mettre en jeu sa crédibilité.

Immanquablement se développe, surtout parmi les « exclus », les « rejetés du système », la tentation de bafouer ce qu’un gouvernement et des institutions délégitimés érigent comme dogme impératif. Ces provocations que l’on tolère avec indulgence de la part des artistes et des Femen, pourquoi les interdire aux jeunes des banlieues ? Parce que l’Holocauste est « plus sacré » que le christianisme ? Parce que la « quenelle » est « pire » que pisser sur l’autel d’une église ? Pire que des caricatures de Mahomet ? Qui en décide, au nom de quoi ? S’enclenche la spirale infernale de la révolte d’un côté, nourrie par le sentiment d’injustice, et d’une répression toujours plus folle de l’autre. Deux lycéens se font exclure de leur lycée, un animateur social « des quartiers » perd son emploi, tout cela pour avoir fait la fameuse « quenelle ». Le gouvernement, avec la complicité servile du Conseil d’État, rétablit la censure préalable, faisant ainsi un grand bond vers la démocratie à la russe. Plus rien, ni le Droit, ni même le simple bon sens, ne semble pouvoir freiner cette hystérie de Vertu répressive. "  /...

voir l'article entier sur le site Contrepoints

 

Premier amendement de la constitution des Etats Unis d'Amérique:

 « Le Congrès ne fera aucune loi pour conférer un statut institutionnel à une religion, (aucune loi) qui interdise le libre exercice d’une religion, (aucune loi) qui restreigne la liberté d’expression, ni la liberté de la presse (…) ».

                                                            

                                                         ***

 

Appel de 56 juristes à l'abrogation des lois mémorielles

"Elles ne respectent pas la Constitution."

"Elles violent non seulement la liberté d’expression, de manière disproportionnée, mais aussi et surtout la liberté de la recherche."

"Elles violent également le principe d’égalité en opérant une démarche spécifique à certains génocides et en ignorant d’autres, tout aussi incontestables..."

 

12/01/2014

Censures

 

                   

« Pourvu que je ne parle ni de l'autorité, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, je puis tout imprimer librement, sous la direction, néanmoins, de deux ou trois censeurs.  »
 Beaumarchais

 

 

 

« On n'a pas converti un homme parce qu'on l'a réduit au silence.  »
  Christopher Morley

 


 

02:56 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : censure |  Facebook

08/01/2014

Démocratie , la tromperie des mots.

 Entretien avec Francis Dupuis-Déri (professeur québécois de science politique) au sujet de son livre "Histoire politique d'un mot"...

Démocratie signifie le pouvoir au peuple.

Les fondateurs des "démocraties" modernes étaient ouvertement antidémocrates.

Les démocraties modernes dites représentatives sont dans les faits des oligarchies antidémocratiques.

La démocratie directe demande des assemblées populaires et donc du temps.

12/12/2013

Un député qui ne mâche pas ses mots.

 Ioooo