Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2020

Gilets jaunes



.../
Depuis plus d'un an, ce régime ne fait que monter le curseur de l'horreur répressive et sa stratégie de terroriser et criminaliser les luttes sociales. Et pourtant, ce samedi, il se retrouve avec des scènes de soulèvement qu'on attribue "généralement" à des pics de colère d'une population.

Sauf que ces pics de colère durent depuis un an et demi, sans jamais avoir cessé. Pire, depuis le mouvement de grève du 05 décembre, cela ne se manifeste plus qu'une seule fois par semaine, mais presque tous les jours, partout en France.

La veille de cet acte 62, Macron a dû être exfiltré du théâtre des Bouffes du Nord, donnant au passage l'ordre d'interpeller le journaliste ayant "osé" communiquer l'info de sa présence. Les jours précédents, les vœux de personnalités En Marche ont été perturbés (voir annulés) dans plusieurs villes du pays. Le musée du Louvre a été fermé. Les avocats jettent leurs robes. L'Opéra continue sa grève. Les profs occupent des rectorats...

La révolte peut mettre le feu à gare de Lyon comme les frissons au concert des grévistes de l’Opéra. Cette grève a de magnifique qu'elle allie la rage et la beauté et qu'on se sent mieux dans cet état de résistance et d'envie de transformation radicale de la société que dans le métro boulot dodo d'avant. Avec cette grève, on redécouvre une vie qui a plus de goût. Des émeutes aux airs d'opéra, des concerts classique aux airs révolutionnaires. Et une facilité déconcertante et joyeuse à aller perturber les responsables politique comme les riches. L'action contre Macron aux bouffes du Nord ou celle contre la Fashion Week et le défilé Hermès en témoignent.

Tout cela a vraiment de la gueule. C'est la résistance qui s'installe petit à petit comme un régime autonome et comme un affront fédérateur rassemblant des milliers d'individus qui enfin se rencontrent, enfin se parlent pour de vrai, enfin fraternisent, et ce à travers tout le pays et même au delà, curieux des révoltes qui grondent partout (Chili, Hong Kong, Algérie...). Constatons un point crucial : Petit à petit, nous inventons notre propre agenda, nous façonnons notre temps sur la défense de libertés qui nous rassemblent, nous devenons un NOUS, large et inclusif, qui se répand naturellement comme une traînée de poudre et qui s'émancipe des cases dans lesquelles Macron avait décidé de nous faire rentrer.

Macron a plongé le pays dans une insurrection permanente.
/...

source: Cerveaux non disponibles plus


Edito Le Média: En marche vers l'affrontement total.

18/01/2020

Expérimentation

Histoire des expérimentations menant à la découverte des spins et des supra-conducteurs durant l'épopée de la physique quantique (ayant mené notamment aux transistors, disques durs, IRM, laser etc...)

A partir de 8mn 47s à 1h 02mn

17/01/2020

L'euro. Qui perd, qui gagne ?


Selon une étude allemande du CEP (voir en ligne ici) l'Allemagne est de loin le pays qui a le plus bénéficié de l'introduction de l'euro :
de 1999 à 2017, pour un coût de près de 1,9 billions d'euros.
Cela correspond à environ 23 000 euros par habitant. En outre, seuls les Pays-Bas ont tiré des avantages substantiels de l'introduction de l'euro.

En revanche l'Italie et la France ont beaucoup perdu.

euro.JPG



article du figaro

00:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro, cep |  Facebook

16/01/2020

La ve secrète des arbres...

Bande annonce d'un film documentaire tiré de "La vie secrète des arbres"




Peter Wohlleben, forestier en Allemagne, a observé que les arbres de sa région communiquent les uns avec les autres en s’occupant avec amour de leur progéniture, de leurs anciens et des arbres voisins quand ils sont malades. Il a écrit en 2015 le bestseller La Vie Secrète des Arbres (paru en France en 2017)

TREES_AFFICHE_A4_NEUTRE.jpg



"Le documentaire, long de 45 minutes, entraîne le spectateur en terre inconnue, sous le sol des forêts, où les racines des arbres forment un énorme réseau : « elles s’entremêlent et se connectent entre elles ». En s’échangeant des informations mais aussi certains éléments nutritifs, les arbres créent des logiques coopératives, même entre des espèces différentes. Ainsi, il peut arriver qu’un arbre aide un voisin plus faible, afin de l’aider à grandir. Ces nouvelles découvertes nous incitent non seulement à ne pas planter des forêts en monoculture, mais aussi à éviter d’abattre tous les arbres d’un même secteur en même temps."

En savoir plus

12/01/2020

Saturne-Pluton

Si l'on connaît l'indice cyclique d'André Barbault (qui mesure la concentration des planètes dans le ciel astrologique),
on peut penser que les années 2020/2021 risquent de coïncider avec la plus profonde crise du 21 ième siècle.

indice-cyclique.jpg


(Schéma publié en 1993 dans L'avenir du monde selon l'astrologie).

Beaucoup d'articles prospectifs plus récents dans divers autres domaines (économiques, politiques,scientifiques) se recoupent et aménent aussi à considérer les années 2019/2022 comme cruciales ou critiques.

Dans ce contexte , la conjonction Saturne-Pluton à 22° du Capricorne, qui aura lieu ce jour le 12/01/2020 pose un jalon important, un tournant.
(Avec Soleil conjoint également à 21°, Mercure à 23° et Jupiter à 9° du Capricorne).

La précédente conjonction Saturne-Pluton en Capricorne a eu lieu en janvier 1518, en pleine Renaissance, lors du schisme religieux du Protestantisme (lancé par Martin Luther à la fin octobre 1517) alors même que ( conquête du Nouveau Monde) les Européens découvraient l'Empire Aztèque avant de le détruire.

Ce n'est pas rien...

Astrologie-Intuitive-Conjonction-Saturne-Pluton.jpg



L'assassinat du plus important général iranien par les USA le 3 Janvier à Bagdad, puis le tir de missile sur un avion de ligne ukrainien, dans un contexte aigu de tension le 8 Janvier à Téhéran, sont à considérer comme des événements synchroniques de cette conjonction au niveau matériel politique mondial. .
On y retrouve d'ailleurs le coté explosif, imprévisible, destructeur et implacable de Pluton.


Lors de cet aspect, Saturne, maître du Capricorne, vient s'aligner avec Pluton dont la symbolique en Capricorne est de défier de façon contraignante aigüe toutes les formes de pouvoir bien implantées.

Période critique induisant la réorganisation des anciennes structures sociopolitiques inadaptées (en fonction d'un nouvel idéal* de civilisation). On a commencé à voir tout ça avec les Gilets jaunes, le Brexit ou la contestation de l'Union Européenne ainsi que les multiples changement de régime et la montée des contestations de tous ordres (féminisme, écologie planétaire, populisme, etc.) France, Algérie, Chili, Hong Kong, Irak, Iran, Liban etc...

Le cycle Saturne-Pluton est réputé correspondre notamment aux destinées de la Chine, de l'Inde/Pakistan et d'Israël**.
La conjonction précédente était en novembre 1982 en Balance (triomphe du néolibéralisme).
Les USA aussi sont en lien avec Saturne Pluton dans la mesure où l'Ascendant de la déclaration d'indépendance du 4 Juillet 1776 est encadré par ces deux planètes.

Cette conjonction termine donc un cycle et en ouvre un nouveau.

De 1980 à 2010 le PIB chinois a été multiplié par 15 , la Chine est sortie de la pauvreté et est en passe de devenir la première puissance économique mondiale.


Individuellement cet aspect nous incite à nous dépouiller , pour mieux nous rapprocher de nous même.
Collectivement c'est le besoin d'un ordre plus juste. Il faut détruire l'ancien pour que le nouveau puisse prendre sa place.


(à suivre)

Note: Il est aussi à retenir que si les deux années à venir seront probablement difficiles, elles préludent (cf courbe du schéma plus haut) à une période de remontée et d'essor historique.

* Ce nouvel idéal est induit et suggéré par le passage d'Uranus en Taureau et de Neptune en Poissons (sur quelques années à venir).
**La création d'Israël en Aout 1947 coïncide avec l'avant-dernière conjonction Saturne Pluton. Et incidemment avec la création de la CIA aux USA qui renversera une dizaine de gouvernements (Guatémala, Congo, Chili etc...)

11/01/2020

Sur les vaccins...



Note:
Fin des années 60, le rapport final de la Commission mondiale de l'OMS pour la certification de l'éradication de la variole notait :

« Les campagnes d'éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. […]
En Inde, cinq ans après une campagne nationale d'éradication entreprise en 1962 (55 595 cas), le nombre de notifications était plus grand (84 902 cas) qu'il ne l'avait jamais été depuis 1958.
Il eût été extrêmement coûteux et logistiquement difficile, sinon impossible, d'atteindre des niveaux beaucoup plus élevés de couverture. Avec les moyens disponibles, il fallait absolument changer de stratégie. »

L'OMS change alors de stratégie en 1967, mettant en œuvre la « stratégie de surveillance et d'endiguement », qui consiste à isoler les cas et à vacciner tous ceux qui vivaient aux alentours de foyers d'épidémie. Une équipe internationale est constituée sous la direction de l'Américain Donald Henderson.
source directe (épuisée)
Sur wiki

>>> Il en ressort (d'après l'OMS elle même) que ce ne sont pas les campagnes de vaccinations massives qui ont fait cessé la variole (contrairement à ce qui est couramment répété) mais principalement une stratégie hygiéniste "de surveillance et d'endiguement" (ainsi que l'amélioration des conditions de vie).

Si vous vous posez des questions, sur la manière de réagir légalement au diktat vaccinal...
Comment négocier l'extravagante obligation vaccinale des enfants?
Ici

00:25 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaccins |  Facebook

10/01/2020

Une autre mathématique...

Une physique indéterministe pour un monde plus ouvert

Un physicien de l’UNIGE propose de changer le langage mathématique parlé par la physique classique pour faire place à l’indéterminisme et offrir un futur ouvert.

source: site de l'université de Genève

© DR

La physique classique est caractérisée par la précision de ses équations qui décrivent l’évolution du monde tel qu’il a été déterminé par les conditions initiales du Big Bang. Le hasard n’y a donc pas sa place. Pourtant, notre expérience quotidienne et notre intuition sont heurtées par cette vision déterministe du monde: tout est-il vraiment déjà écrit? L’aléatoire ne serait-il qu’une illusion? En analysant le langage mathématique classique utilisé en physique moderne, un physicien de l’UNIGE éclaire une contradiction entre les équations censées expliquer les phénomènes qui nous entourent et le monde fini. Il propose de changer de langage mathématique pour permettre à l’aléatoire et à l’indéterminisme d’entrer dans la physique classique, la rapprochant ainsi de la physique quantique. Ce commentaire, à lire dans la revue Nature physics, fait souffler un vent de révolution sur la physique classique, ouvrant la possibilité de futurs différents.

En physique classique, soit la physique de Newton, il est admis que depuis le Big Bang, tout est déjà déterminé. Les équations mathématiques servent à expliquer l’évolution du monde qui découlent de ces conditions initiales de la manière la plus précise possible. Pour ce faire, les physiciens utilisent le langage des mathématiques classiques pour décrire ces conditions initiales, en utilisant notamment les nombres réels. «Les nombres réels sont caractérisés par un nombre infini de décimales qui suivent la virgule, explique Nicolas Gisin, professeur honoraire au Département de physique appliquée de la Faculté des sciences de l’UNIGE et auteur de ce commentaire. Ils contiennent donc une quantité infinie d’informations.» Ces nombres réels typiques sont bien plus nombreux que les nombres qui ont un nom, comme Pi, et sont constitués d’une série de décimales complétement aléatoire. On ne les rencontre pas dans la vie de tous les jours, mais leur existence est un postulat accepté en mathématique classique et ils sont utilisés dans de nombreuses équations en physique. Problème: notre monde est fini, alors comment peut-il contenir des nombres qui eux, sont infinis et contiennent une quantité infinie d’informations?


Quitter le langage des mathématiques classiques pour le langage des mathématiques intuitionnistes

Pour contourner l’impossibilité que du fini contienne de l’infini, Nicolas Gisin propose de revenir à la source de la physique classique et de changer de langage mathématique, afin de ne plus devoir recourir aux nombres réels. «Il existe un autre langage mathématique, nommé intuitionniste, qui refuse l’existence de l’infini, s’enthousiasme le physicien genevois. Mais celui-ci a été complétement écrasé par le langage mathématique classique au début du XXème siècle.» A la place des nombres réels qui contiennent à l’instant T un nombre infini de décimales, les mathématiques intuitionnistes représentent ces nombres comme un processus aléatoire qui se déroule au cours du temps, une décimale après l’autre, de sorte qu’à chaque instant T, il n’existe qu’un nombre fini de décimales, et donc une quantité finie d’informations. «Cela résout la contradiction de la physique classique, qui utilise de l’infini pour expliquer le fini», ajoute-t-il.

Autre différence entre les deux langages mathématiques: la véracité des propositions. «En mathématique classique, une proposition est toujours soit vraie, soit fausse, selon le principe du tiers-exclu. Mais en mathématique intuitionniste, une proposition est soit vraie, soit fausse, soit indéterminée. Il y a donc une part acceptée d’aléatoire», continue Nicolas Gisin. Cet aléatoire se rapproche beaucoup plus de notre expérience quotidienne que le déterminisme le plus absolu prôné par la physique classique. De plus, on retrouve également l’aléatoire en physique quantique. «Certains tentent de l’éviter par tous les moyens en impliquant d’autres variables fondées sur les nombres réels. Mais selon moi, il ne faut pas chercher à rapprocher la physique quantique de la physique classique en tentant de supprimer l’aléatoire. Au contraire, il faut rapprocher la physique classique de la physique quantique en y intégrant enfin de l’indéterminisme», soutient le physicien genevois.


Une physique ouverte fondée sur l’intuition au lieu de postulats

Notre vision du monde est construite par le langage que l’on parle. Si l’on choisit le langage des mathématiques classiques, on parlera facilement le déterminisme. Si au contraire on choisit le langage des mathématiques intuitionnistes, on s’orientera aisément vers l’indéterminisme. «Je considère à présent que l’on a accepté trop de postulats en physique classique et qu’on y a, de ce fait, intégré du déterminisme qui n’avait pas forcément lieu d’être. Au contraire, si l’on choisit de fonder la physique classique sur les mathématiques intuitionnistes, elle deviendra également indéterminée, comme la physique quantique, et se rapprochera de notre vécu, ouvrant les possibilités de notre futur», explique Nicolas Gisin.

«Ce changement de langage ne changerait aucunement les résultats de recherches menés jusqu’à aujourd’hui, mais permettrait de comprendre plus facilement la physique quantique et de quitter enfin une vision du monde où tout est déjà écrit, pour laisser la place à de nouvelles perspectives, à l’aléatoire, au hasard et à la créativité», conclut Nicolas Gisin.

7 janvier 2020

09/01/2020

Science ancienne