Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2023

Vilasini Venkatesh

Revenir en 2022?

Cette physicienne étudie le voyage dans le temps en Suisse.
Le voyage dans le temps n'est pas totalement impensable, comme le suggère la physique, du moins en théorie. Vilasini Venkatesh, physicienne à l'EPFZ, travaille précisément sur ces «retours vers le futur» tant fantasmés.

6726164945153239




Lorsque les physiciens parlent de voyage dans le temps, ils commencent toujours par la fête organisée le 28 juin 2009 par le physicien mondialement connu Stephen Hawking. Personne, sauf lui, n'a assisté à cette fête. Vilasini Venkatesh raconte à son tour cette histoire:
«Pour tester expérimentalement l'idée du voyage dans le temps, Hawking a organisé une fête. Il avait prévu du champagne glacé et un buffet somptueux. Cependant, il n'a envoyé les invitations qu'après la cérémonie afin de s'assurer que seuls ceux qui pouvaient voyager dans le temps viendraient. Mais comme personne ne s'est présenté, le physicien d'exception en a déduit que cette fête ratée était la preuve que le voyage dans le temps était impossible.»


Néanmoins, la physicienne Vilasini n'est pas convaincue que le voyage dans le temps puisse si vite être condamné: «Peut-être qu'aucun voyageur temporel n'avait envie de champagne glacé», dit en riant, celle qui étudie le voyage temporel à l'ETH Zurich.


S'intéresser au voyage dans le temps semble être un hobby pour les fans de science-fiction. En réalité, des scientifiques renommés s'intéressent également à ce sujet depuis un certain temps. Plus précisément, depuis que le logicien Kurt Gödel a trouvé une solution étonnante aux équations de la théorie de la relativité d'Albert Einstein: le voyage dans le temps serait donc possible, du moins en théorie.

Comme le reconnaît Vilasini, le voyage dans le temps peut d'abord ressembler à un jeu d'esprit abstrait. Mais:
«Si nous comprenons les conditions qui permettent ou interdisent le voyage dans le temps, nous pourrons révéler à notre univers un grand nombre de ses secrets les plus profonds.»

Vilasini Venkatesh, 28 ans, a grandi à New Delhi. Elle s'intéresse à des choses énigmatiques pour nous, simples mortels: par exemple, la «cryptographie quantique relativiste», dont elle s'occupe dans le groupe de Renato Renner, spécialiste des sciences de l'information quantique à l'EPFZ. Déjà quand elle avait 12 ans, sa tante, professeur de mathématiques, lui a présenté à la table de la cuisine des concepts mathématiques abstraits, comme les suites infinies ou les espaces vectoriels «de manière intéressante et compréhensible», raconte Vilasini.

C'est également auprès d'elle qu'elle a découvert la biographie et les notes de cours du prix Nobel de physique Richard Feynman.
«Dans ses livres, j'ai surtout été attirée par la folie et en même temps la beauté de la physique quantique, une fascination qui me motive encore aujourd'hui dans mes recherches»

2404990567279378



La chercheuse ne s'arrête pas à la physique et aux équations mathématiques. Dans l'art, elle donne vie à ses découvertes. Ainsi, la musique, la poésie et le dessin font partie de ses passions. Les chansons et les poèmes qu'elle a composés s'inspirent des concepts de la physique quantique. Chaque chapitre de sa thèse de doctorat contient un poème qui résume de manière lyrique les résultats de ses recherches.

Les pièces instrumentales de son premier petit album, Reflections, sorti il y a deux ans, s'inspirent de la physique de l'eau et de la lumière. «La musique et les mathématiques sont étroitement liées», explique Vilasini. Un lien que les musiciens et les mathématiciens indiens explorent depuis l'Antiquité.

«Il est clair que Vilasini a de nombreux talents», déclare Roger Colbeck, son directeur de thèse qui fait de la recherche à l'université britannique de York. Ce qui la caractérise, c'est sa passion pour la recherche, sa créativité et son optimisme. Ces qualités lui permettent de «persévérer dans les problèmes difficiles, là où d'autres pourraient abandonner».
Le voyage dans le temps est théoriquement possible

Dans sa thèse de doctorat, Vilasini s'est penchée sur les phénomènes de cause à effet et les paradoxes logiques. Les deux points cruciaux pour le voyage dans le temps. En effet, les scénarios paradoxaux qui en découlent inévitablement sont souvent avancés comme argument décisif contre les voyages dans le temps. Vilasini illustre cela à l'aide du fameux paradoxe du grand-père:
«Imaginez que vous remontez dans le temps, à l'époque où votre grand-père était encore un petit garçon. Puis vous le tuez pour une raison quelconque. Cela signifie que vous ne seriez pas censé exister.»

Mais de telles contradictions, dit Vilasini, ne sont en aucun cas une raison d'exclure le voyage dans le temps:
«Un regard plus attentif sur les lois de la physique quantique montre qu'il existe des modèles théoriques de voyage dans le temps qui permettent de résoudre de tels paradoxes.»

La physicienne rayonne et se lance dans une explication.

Il existe donc la théorie du monde multiple, dont le représentant le plus influent est le théoricien de l'informatique quantique David Deutsch. «Revenons au paradoxe du grand-père», dit Vilasini, toujours soucieuse de rendre compréhensible cette matière très complexe.
«Selon la théorie du monde multiple, notre univers n'est qu'un univers parmi de très, très nombreux autres. Cela signifie que le meurtre de votre grand-père signifierait que vous ne naîtriez pas dans cet univers, mais que vous naîtriez dans un autre.»

Le grand penseur David Deutsch est convaincu de cette théorie. Dans une interview pour le Spiegel, on lui avait demandé s'il croyait vraiment à cette idée folle. Il avait alors répondu: «Absolument. La physique nous le dit».
Physikerin Vilasini Venkatesh forscht gerade auch an Fragen zum freien Willen, welche auch die Philosophie betreffen.
La physicienne Vilasini Venkatesh mène actuellement des recherches sur le libre arbitre. Une question qui concerne également la philosophie.

1661523551947656


Harry Potter et le libre arbitre

Vilasini explique que la théorie des mondes multiples n'est pas la seule possibilité de voyage dans le temps, sans contradiction. Il existe une autre théorie et c'est sa préférée. Développée par le physicien américain Seth Lloyd, elle ressemble au modèle de voyage dans le temps présenté dans Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban.

L'idée est que l'on peut voyager dans le temps mais que l'univers nous impose des limites dans notre liberté d'action. «Dans le cas du paradoxe du grand-père, on pourrait par exemple imaginer qu'à chaque fois que l'on appuie sur la gâchette, la balle de l'arme manque la cible et que le meurtre ne peut donc jamais avoir lieu». L'histoire est pour ainsi dire déjà écrite dans les étoiles. Et alors, selon Vilasini, des questions philosophiques se posent: à savoir si cette théorie met en danger le libre arbitre.

Récemment, Vilasini et Roger Colbeck ont démontré mathématiquement qu'il existe apparemment des univers dans lesquels aucun paradoxe ne doit apparaître. Même si le libre arbitre est garanti. Selon cette théorie, l'avenir peut influencer le passé, de sorte que, sous certaines conditions, il n'y a pas de contradictions.

De telles boucles dites causales sont même possibles dans des univers semblables au nôtre, comme l'ont découvert Vilasini et Colbeck. Toutefois, ils n'ont réussi à le prouver jusqu'à présent que pour des modèles à une seule dimension. Vilasini étudie actuellement, avec un étudiant en master, si les boucles causales, et donc le voyage dans le temps, sont également possibles dans trois dimensions spatiales, comme dans notre univers.


Où la physicienne se rendrait-elle si elle pouvait vraiment, un jour, voyager dans le temps? «Probablement pas à la fête de Stephen Hawking», affirme-t-elle avec un clin d'œil. Elle aimerait plutôt rencontrer son grand-père. «Et au lieu de le menacer avec une arme, je discuterais avec lui de la vie à son époque autour d'une tasse de café».

Traduit de l'allemand par Nicolas Varin Source


Au ukulele:




04/01/2023

Pyramides

24/11/2022

Vous avez dit CDS ?

21/11/2022

Processus quantiques dans le cerveau

Une nouvelle expérience suggère que notre cerveau utilise des processus quantiques, comme l’intrication…

Rédigé par Florent David
10 novembre 2022

Les faits :
Des scientifiques du Trinity College de Dublin pensent que notre cerveau pourrait utiliser le calcul quantique après avoir adapté une idée développée pour prouver l’existence de la gravité quantique afin d’explorer le cerveau humain.
Leurs résultats suggèrent que les spins nucléaires des protons dans le cerveau sont en fait enchevêtrés, ce que l’on appelle également l’intrication quantique.
Si ces résultats sont corrects, les processus cérébraux sont quantiques et constituent une part importante de nos fonctions cognitives et conscientes.

Réfléchissez-y :
La mécanique quantique met en jeu la conscience et d’autres facteurs non physiques concernant la réalité « physique ».
De nombreux physiciens quantiques, comme Max Planck, considéraient « la matière comme dérivée de la conscience ».
Si le cerveau et les processus biologiques sont en grande partie des systèmes quantiques, comment la conscience les influence-t-elle ?
La conscience prend-elle même naissance dans le cerveau ?

cerveau.jpg



*

Des scientifiques du Trinity College de Dublin ont récemment mené une expérience dans laquelle ils ont utilisé les spins des protons de l’ »eau du cerveau ». L’eau du cerveau s’accumule naturellement sous forme de liquide dans le cerveau et les spins des protons du liquide cérébral peuvent être mesurés par IRM (imagerie par résonance magnétique).

Ils ont développé une idée pour prouver l’existence de la gravité quantique en utilisant un système quantique connu, dans ce cas les spins des protons de l’eau du cerveau, pour voir s’il interagit avec un système inconnu. Si les systèmes connus s’enchevêtrent, alors l’inconnu doit également être un système quantique.

L’article a été publié le 7 octobre dans le Journal of Physics Communications.

« Ensuite, en utilisant un modèle d’IRM spécifique pour rechercher des spins enchevêtrés, nous avons trouvé des signaux d’IRM qui ressemblent aux potentiels évoqués de battements cardiaques, une forme de signaux EEG. Les EEG mesurent les courants électriques du cerveau, que certaines personnes peuvent reconnaître par expérience personnelle ou simplement en regardant des drames hospitaliers à la télévision. »
Le Dr Christian Kerskens, physicien principal au Trinity College Institute of Neuroscience (TCIN), est le co-auteur de l’article de recherche.


Les scientifiques pensent qu’ils ont pu les observer uniquement parce que les spins des protons nucléaires dans le cerveau étaient enchevêtrés. L’enchevêtrement ou la relation entre les systèmes connus ne peut se produire que si le système médiateur au milieu – le système inconnu – fonctionne également à un niveau quantique. Si le système inconnu ne peut être étudié directement, ses effets peuvent être observés.

« Si l’intrication est la seule explication possible ici, cela signifie que les processus cérébraux doivent avoir interagi avec les spins nucléaires, en médiant l’intrication entre les spins nucléaires. Par conséquent, nous pouvons déduire que ces fonctions cérébrales doivent être quantiques… Comme ces fonctions cérébrales étaient également corrélées aux performances de la mémoire à court terme et à la conscience, il est probable que ces processus quantiques constituent une partie importante de nos fonctions cérébrales cognitives et conscientes. »
Les processus cérébraux quantiques pourraient expliquer pourquoi nous pouvons encore surpasser les superordinateurs lorsqu’il s’agit de circonstances imprévues, de prendre des décisions ou d’apprendre quelque chose de nouveau. Nos expériences, réalisées à seulement 50 mètres de l’amphithéâtre où Schrödinger a présenté ses célèbres pensées sur la vie, pourraient faire la lumière sur les mystères de la biologie, et sur la conscience qui, scientifiquement, est encore plus difficile à appréhender. »
Dr Christian Kerskens


Les observations enregistrées par l’équipe doivent être vérifiées et confirmées par de futures études dans de multiples domaines scientifiques, mais les premiers résultats semblent prometteurs quant aux phénomènes quantiques non classiques qui se produisent dans le cerveau humain lorsqu’il est actif.

L’intrication quantique a été observée sous de nombreuses formes différentes et elle est extrêmement fascinante, à tel point qu’Einstein l’a appelée « action étrange à distance ». L’intrication quantique se produit lorsque deux particules, dans leur état quantique, sont séparées l’une de l’autre et pourtant, lorsque vous faites quelque chose à l’une d’entre elles, l’autre fait exactement la même chose, quelle que soit la distance qui les sépare.

Par exemple, si vous faites « tourner » l’une des particules, l’autre se met instantanément à tourner aussi. Cela suggère que les deux morceaux de matière physique, qui semblent « séparés », sont en quelque sorte toujours interconnectés d’une manière que nous ne comprenons pas encore tout à fait. Il se pourrait également que l’information voyage beaucoup plus vite que la vitesse de la lumière.

Autres recherches intéressantes

Une expérience intéressante sur laquelle je suis tombé récemment date de 1965. Elle a été publiée par TD Duane et Thomas Behrendt, à l’époque du département d’ophtalmologie du Jefferson Medical College de Philadelphie, en Pennsylvanie, et s’intitule « Extrasensory electroencephalographic induction between identical twins« . (Lire l’article ici)

Ils ont constaté que « des rythmes cérébraux alpha ont été déclenchés chez une paire de vrais jumeaux à la suite de l’évocation de ces rythmes de manière conventionnelle uniquement chez l’autre ». L’article souligne que les ondes alpha sont ressenties lorsque les sujets ferment les yeux, lorsqu’ils fixent un fond uniforme sans motif ou lorsqu’ils sont assis dans le noir les yeux ouverts. Ces méthodes produisent des résultats immédiats et reproductibles, c’est pourquoi elles ont été utilisées.

L’article explique :

« Les jumeaux étaient assis dans des pièces éclairées séparées de 6 m et avaient pour instruction d’ouvrir et de fermer les yeux uniquement sur commande. Des électrodes ont été insérées en sous-cutané sur les protubérances occipitales. Une électrode EEG standard a été utilisée comme masse. Les signaux amplifiés ont été enregistrés sur un Dynographe Beckman et un Visicorder Honeywell. On a demandé aux sujets de s’asseoir calmement, de rester sereins et de laisser les yeux ouverts, sauf indication contraire.
L’induction extrasensorielle est l’apparition sans élicitation conventionnelle d’un rythme alpha chez un jumeau alors qu’il est évoqué dans des conditions standard chez l’autre. »

Cela signifie, encore une fois, que ce qui est fait à un jumeau, comme évoquer volontairement un rythme cérébral alpha, semble se produire chez l’autre jumeau sans l’évoquer chez lui.

Cela fait intervenir des facteurs « paranormaux », ou des facteurs qui vont simplement au-delà de la croyance, ce que fait généralement la mécanique quantique. Ces phénomènes paranormaux ont été bien documentés.

Comme l’a souligné l’Institut chinois de l’énergie atomique en 1991, dans une étude archivée par la CIA :

« De tels phénomènes et capacités paranormales du corps humain sont inimaginables pour les gens ordinaires. Néanmoins, ils sont réellement vrais. »

Mais c’est une discussion pour une autre fois.

La mécanique quantique tente de décrire les propriétés physiques de la nature en examinant les atomes et les particules subatomiques (protons, neutrons et électrons), qui constituent ce que nous percevons comme notre réalité matérielle physique (la matière), y compris notre propre biologie. Lorsque l’on examine ces particules, leur comportement est très différent de celui de la réalité physique à l’échelle classique. En outre, la mécanique quantique a fait entrer en jeu des facteurs non physiques, comme l’éther par exemple, et la conscience.

La plupart des physiciens quantiques, sinon tous, perçoivent la conscience comme un facteur fondamental. Même Max Planck, à l’origine de la théorie quantique, considérait « la matière comme dérivée de la conscience ». Ce qui signifie que la conscience est un facteur fondamental dans la création de la matière physique. De multiples expériences ont montré que les facteurs associés à la conscience peuvent effectivement modifier et influencer le comportement de la matière physique à l’échelle quantique.

Il y a encore tant à apprendre, et l’examen de notre biologie et de la façon dont elle peut utiliser la mécanique quantique n’a pas été beaucoup étudié. Il est bon de voir émerger cette nouvelle étude qui montre que nos cerveaux sont des systèmes bien plus complexes que nous n’aurions jamais pu l’imaginer.

Ce qui est intéressant dans le fait que notre biologie soit elle-même un système quantique, c’est l’influence que peut avoir notre propre conscience, mais aussi celle d’autrui, et le rôle qu’elle peut jouer dans la guérison, par exemple. L’étude de la physique quantique a le potentiel de changer la vision du monde sous-jacente qui conduit à la façon dont nous pensons que notre monde fonctionne. Qu’est-ce qui pourrait changer dans notre façon de vivre au sein de la société si nos visions du monde commençaient à s’ajuster profondément ?

Source : https://thepulse.one/2022/11/09/new-experiment-suggests-our-brain-uses-quantum-processes/

Traduction : https://exoconscience.com

26/10/2022

Petit bilan de fin Octobre 2022




Conférence de P Guillemant à Dyo (Octobre 2022)

06/07/2022

Le mythe de la contamination épidémique.

Sur le site Kairos Pierre Chaillot démonte le principal modèle mathématique utilisé (propagation exponentielle de la soi-disant contamination) lors des "épidémies".

Il propose une hypothèse alternative avec la corrélation entre courbe des décès et courbe des températures.

(Dans la SÉRIE: Covid-19: fabrique de la panique et braquage des comptes publics, épisode 5.)

https://www.kairospresse.be/le-mythe-de-la-contamination-...


« Des groupes de gens sont malades parce qu’il ont vécu la même chose en même temps et c’est tout. On n’a pas besoin de ce principe de contamination qui n’a jamais été prouvé ».

02/06/2022

Le matérialisme est mort !

Bel exposé très pédagogique de Sylvain Fève.






« Analytic Idealism Course » (Bernardo Kastrup / Essentia Foundation)

26/01/2022

Retour sur 2 ans de mensonges et d'escroquerie




Article de l’anthropologue Jean-Dominique Michel publié sur son blog le 17/Janvier/2022:

Une épidémie… de mensonges (ou les informations-bidon du Covid)




Capture-de%CC%81cran-2022-01-17-a%CC%80-06.01.34.png





La liste de tous les mensonges sur le site Sott.net


Les 30 données factuelles que vous DEVEZ connaître