Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2018

Toujours Onfray, sur le vote des GilJaunes

Pour ou contre la transformation du mouvement des gilets jaunes en force politique présentant une liste aux Européennes?

Onfray Michel est farouchement contre et donne ses arguments.

*******************************************************************************

 Voilà que Francis Lalanne a décidé, pour les gilets-jaunes, qu'il leur faudrait entrer au Parlement européen et que, pour ce faire, ils devaient constituer une liste. Il a trouvé de l'argent, beaucoup d'argent, on parle de 800.000 euros, il a l'imprimeur des affiches et des tracts, il a le nom possible, les "Gilets jaunes citoyens", on se doute bien qu’il devrait aussi disposer de celui de la tête de liste... J’ai cru comprendre que c'était également le souhait d'Alexandre Jardin qui a commencé les dernières présidentielles en girondin revendiqué avant de les finir en Robespierre décapitant son association [1] -avant Berezina...

      Une liste "Gilets jaunes" aux prochaines échéances européennes: Emmanuel Macron en rêve! Car cette liste, si elle devait exister, ne prendrait aucune voix à celle de Macron, aucune. En revanche elle siphonnerait celles de Dupont-Aignan, Le Pen et Mélenchon: ce trio couturé c'est tout gagnant pour le Président puisque le danger pour lui, ce sont eux! De sorte qu'une liste "Gilets jaunes" serait un plébiscite pour Macron!

   Les gilets-jaunes ne veulent plus du libéralisme forcené qui les opprime dans leur vie quotidienne depuis des années. Debout la France, le Rassemblement national et La France insoumise, sinon l'extrême-gauche, sont sur les mêmes positions, en même temps que des millions de Français qui, comme moi, ne se reconnaissent dans aucun de ces trois partis.

   Or, Macron incarne le giscardisme, comme tous les Présidents depuis 1983, y compris ceux qui se sont dits de gauche. Qu'est-ce le giscardisme? Moins de France, plus d'Europe; moins de République, plus de libéralisme; moins de protection sociale, plus de marché; moins de droit du travail, plus de conventions négociées; moins de culture, plus de divertissements rentables; moins de grandeur, plus de people; moins d'écrivains, plus de banquiers; moins de gaullisme, plus de nanisme; moins de grande Histoire, plus de petites histoires; moins de Racine ou de Corneille, plus de Danièle Gilbert ou de Marlène Jobert- réactualisons: plus de frères Bogdanff et de Stéphane Bern.

   Une liste aux européennes: pour quoi faire? De la figuration à quoi obligerait même un bon score et rien que de la figuration dans l'opposition. Pendant ce temps, les giscardiens comme je viens de les définir gouverneront puisqu'ils seront majoritaires et d'autant plus majoritaires qu'avec leur liste "Gilets jaunes" auront affaibli ceux qui, sans en avoir l'air, jouent tout de même le jeu de l'Europe, mais à leur façon: bien au chaud dans l'opposition, confortablement rémunérés. 

   Ceux qui disent aux gilets-jaunes ce qu’ils devraient faire en estimant, pour Lalanne, qu’ils devraient souscrire aux jeux du vieux monde dont ils ne veulent plus ou, comme Jardin, qu'il leur faudrait remettre leurs doléances entre les mains des présidents de région encartés, qui sont tous gens du vieux monde que les gilets-jaunes veulent écarter, montrent qu’ils n'ont rien compris à ce que souhaitent les gilets-jaunes: ils ne veulent plus du vieux monde, de leurs gens, de leurs  porteurs d'eau, de leurs jeux, de leurs règles du jeu, de leurs habitudes, de leurs coups tordus, de leurs magouilles, de  leurs arrangements, de leurs combines, mais aussi de leurs intellectuels, de leurs penseurs, de leurs éditocrates, de leurs journalistes, de leurs acteurs, de leurs comédiens, de leurs chanteurs, de leurs comiques -de leurs philosophes... Ils veulent juste la démocratie, rien que la démocratie, toute la démocratie, autrement dit: la République, rien que la République, toute la République qui est chose publique et gestion de la chose publique par les citoyens. Laissez-les faire.  

Michel Onfray
________________________________

[2] Il avait en effet annoncé seul sa candidature en passant par-dessus la tête des membres de son association qui avaient appris la chose en ouvrant leur journal... En juillet 2016, il était au meeting de Macron à la Mutualité. 
 

17/12/2018

Acte 5, la répression préventive...

Autre compte rendu de la façon dont le pouvoir a voulu reprendre la main en empêchant une manifestation d'ampleur sur Paris pour ce 15 Décembre.

Par: Cerveaux non disponibles

A noter qu'en régions le mouvement loin de s'essouffler a continué sur la même lancée (Avignon, Bordeaux, Toulouse en particulier mais pas que !)

***********************************************************************************

ACTE 5 : VICTOIRE DU POUVOIR. DÉFAITE DE LA DÉMOCRATIE.

Ils auront donc réussi à avoir leur image tant espérée : des Champs Élysées presque vide de Gilets Jaunes. Des rues de Paris plutôt calmes et sous contrôle. Le gouvernement et les médias vont pouvoir annoncer la fin du mouvement, lassé par les violences et/ou convaincu des mesures de Macron.

Sauf qu'à y regarder de plus près (exercice que les médias semblent avoir abandonné depuis longtemps), la situation semble bien plus complexe.

Oui, le pouvoir a réussi son coup.
Mais non, ce n'est pas une défaite des Gilets Jaunes.
En revanche, il s'agit d'une défaite très violente, par KO, sur la démocratie et sur le droit de manifester et la liberté d'expression.

En ce samedi 15 décembre, sous une pluie glaciale, la ratp décide de fermer 56 stations de métro. Tous les axes menant aux Champs Elysées sont totalement bloqués par des grilles et des fourgons de CRS. Des fouilles ont lieu dans toutes les gares et principaux péages menant à Paris.Certains bus de GJ sont même bloqués plusieurs heures. Pour arriver vers les Champs, il faut donc marcher plus d'une heure.

Les rassemblements annoncés par différents collectifs à Gare du Nord, à Opéra ou encore à République sont systématiquement nassés, pendant plusieurs heures. Impossible pour les manifestants de ressortir pour rejoindre d'autres Gilets Jaunes.

Forcément, aux alentours des Champs, la foule est beaucoup moins nombreuse que les samedi précédents. Et ceux qui réussissent à arriver sur l'avenue n'auront pas un meilleur sort que les milliers de GJ nassés ailleurs : les CRS ont en effet décidé de disloquer en permanence la mobilisation pour éviter qu'un groupe trop important de Gilets Jaunes se forme. On aperçoit alors plusieurs unités de CRS foncer dans la foule et séparer les GJ par petits groupes.

Lassés par cette stratégie agressive empêchant toute dynamique de groupe, les manifestants désirant sortir des Champs doivent alors passer par de nouvelles fouilles ! Et là, pour quitter l'avenue, il faut abandonner tout matériel de protection (lunette, masque) mais aussi son Gilet Jaune (cf photo). Preuve que les consignes dépassent de très loin celle du maintien de l'ordre .

Autre exemple frappant : vers 16h, un millier de manifestants arrive à former un petit cortège aux abords de la rue de Rivoli. La Fanfare Invisible est présente. L'ambiance est très festive et totalement pacifique. La Fanfare commence à lancer des chants repris par plusieurs centaines de Gilets Jaunes. Tout le monde danse, sans se soucier des forces de l'ordre. Quelques minutes plus tard, alors qu'aucun manifestant n'avait jeté le moindre projectile, les CRS inondent le ciel et les rues de gaz lacrymogène. Là encore, il ne s'agissait plus de maintenir l'ordre mais bien de disperser tous les Gilets Jaunes et d’empêcher les images d'une foule nombreuse, motivée et pacifique.

[ Mise à jour - une vidéo du gazage : https://www.facebook.com/parallelidea/videos/224236463933... ]

Le gouvernement va donc pouvoir de nouveau bomber le torse et mépriser le mouvement social. Les médias vont se contenter d'avoir vu les Champs à moitié vides et aucune voiture brulée pour en déduire que le mouvement s'essouffle.

Mais les très fortes mobilisations dans de nombreuses villes en région montrent que c'est tout le contraire. Et le cas parisien offre une vision déformée par la stratégie ultra agressive du pouvoir qui a transformé Paris en nasses géantes et empêché tout rassemblement.

Mais que Macron et son monde ne se réjouissent pas trop vite. Les Gilets Jaunes sont loin d'avoir baissé les bras. Il va falloir être ingénieux et déterminés pour réussir à contourner la machine à casser les manifs mise en place jours après jours par Castaner.

Et que le reste de la société (médias, syndicats, partis ou simplement citoyens) s'inquiètent de la dérive clairement autoritaire de ce gouvernement. Ce qui se passe actuellement préfigure une nouvelle approche du maintien de l'ordre qui assume restreindre les libertés des opposants politiques sur l'autel de la sécurité. Accepter cette situation pour avoir (enfin) la paix sociale et économique serait une erreur historique, et pas que pour les Gilets Jaunes.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air
 
 

Onfray suite

Décidément très en verve et très pertinent sur le mouvement (génial) des gilets jaunes, Michel Onfray décrit comment l'Acte V  a été combattu par le pouvoir et par les medias serviles , clairement en mission, il faut bien le dire.

*************************************************************************************

PROPAGANDE, ACTE V

   Tout à sa propagande, le régime macronien en fait des tonnes: comme il fallait s'y attendre, il instrumentalise les morts de l'attentat de Strasbourg en prétendant que les gilets-jaunes, s'ils ont un peu de décence, bien sûr, ne pourront que suspendre leur mouvement. Il fait savoir par la presse qui relaie les éléments de langage du gouvernement en long, en large et en travers, que ces gilets-jaunes, qui sont déjà des casseurs, des anarchistes, des racistes, des homophobes, des crétins, des antisémites, des chemises-brunes, des vichystes, des pollueurs, des climato-sceptiques, en grattant juste un peu on pourrait même peut-être aussi trouver des nazis, seraient des moins que rien, qui danseraient sur les tombes des cadavres d'un attentat, s'ils descendaient dans les rues de la capitale afin de défendre leurs idées.

    Libération, qui est l'instrument de la propagande des idées de ce régime, a pondu la Une de la semaine: un petit bandeau pour un ixième attentat islamiste sur le territoire national, et le restant de la page en faveur des casseurs lycéens assis sous surveillance policière. Ici, en passant: un acte terroriste islamiste, peanuts selon la rédaction. Là: une ribambelle d'ados, qui sentent encore l'essence du cocktail Molotov, présentés comme des victime d'une police fascistoïde. L'information majeure du jour selon la même rédaction! Cette minoration du terrorisme et cette majoration d'une opération de maintien de l'ordre républicain révèle bien la ligne de ce journal qui donne le ton: à Paris, l'ennemi n'est pas Chérif Chekatt, un combattant clairement revendiqué par l'État islamique, non, mais la préfecture de Mantes-la-Jolie. Pauvre et sinistre Joffrin!

    Après avoir criminalisé les gilets-jaunes qui manifesteraient à Paris tout en décriminalisant le terroriste islamiste de Strasbourg, le pouvoir a donné ses chiffres de ce cinquième samedi qui, en fin de journée, arrivent en rafale sur l'écran de mon portable avec les alertes: moins de gens, manifestations moins suivies, moindre participation, chiffres en baisse, essoufflement des gilets-jaunes - c'est, en cascade, une variation sur ce même thème.

   Or les chiffres sont donnés par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et l'on sait combien les écarts entre les estimations de la police et celles des organiseurs sont depuis toujours caricaturales: jadis, 15 personnes selon Gérard Colomb, c'étaient 15.000 selon Mélenchon quand il s'agissait d'une manifestation de La France insoumise -même chose avec les autres organisateurs de manifestations, quelles qu'en aient été les couleurs... Mais quand il y a deux menteurs en lisse, les deux mensonges s'annulent: on savait que le chiffre se trouvait quelque part entre plus que 15 et moins que 15.000!

   Or, dans le cas des gilets-jaunes, il n'y a qu'un seul menteur puisque les gilets-jaunes n'ont pas un seul meneur qui pourrait en retour lui aussi mentir: dès lors, le ministre dispose d'un boulevard pour affirmer n'importe quoi et donner le chiffre de son choix -comme lors des soirées électorales dans les pays tenus par des dictateurs, il sait que ses amis journalistes lui donneront l'écho médiatique nécessaire, pourquoi dès lors se l’interdire?  Or, dire n’importe quoi, Castaner ne se s’en prive pas, à presque chacune de ses interventions d’ailleurs. De sorte que, sur ce boulevard, on le voit rouler à tombeau ouvert pour y klaxonner ses contre-vérités, y claironner les éléments de langage fournis par l'Élysée, y jouer de la trompe de chasse avec la propagande des communicants du château. Il y a peu, ce benêt donnait une estimation de la participation d'une journée de gilets-jaunes sur toute la France à l'unité près en ne s’apercevant même pas, c'est dire la finesse et l'intelligence du personnage , que pareil détail tue puisqu’il ne dispose d'aucun moyen de comptabiliser les participants de ce mouvement de contestation sociale sur la totalité du territoire français. Autant annoncer, faussement savant, le nombre de grains de sable de Paris-Plage à l'unité près! N'importe qui se tordrait de rire en présence d'une telle mystification -sauf les journalistes...

   Or, il se peut que les manifestants soient venus moins nombreux... à Paris. Si l'on veut faire pièce à la mine réjouie du pouvoir qui croit que la mobilisation faiblit et que le mouvement pourrit, on peut essayer de penser cet événement qu'est la foule amoindrie.

   D'abord, il y a ceux qui en ont assez, parmi les gilet-jaunes, d'être traités de tous les noms -rappelons-les: casseurs, anarchistes, racistes, homophobes, crétins, antisémites, chemises-brunes, vichystes, pollueurs, climato sceptiques... Il faut avoir le cuir dur pour supporter ces insultes déversées en permanence sur les médias et l'on ne peut mésestimer que d'aucuns, dans leurs discussions avec des amis, des copains, des camarades, des collègues, des voisins, n'en peuvent plus de passer pour ce qu'ils ne sont pas alors qu'ils demandent juste que l'État maastrichtien, puisqu’il n'y a plus d'État français, cesse de les étrangler. Je le rappelle: ces fascistes, ces vichystes, ces racistes, etc, demandent juste de quoi offrir des jouets à leurs enfants ou à leurs petits enfants à Noël. Passer pour un casseur ou un antisémite, pour un raciste ou un homophobe peut peser trop lourd, à force, chez tel ou tel qui peut décider de poser sa valise...

   Par décence, et Orwell n'a cessé de rappeler qu’il existe un sens de "la décence commune " chez les gens simples, certains n'ont peut-être pas souhaité non plus passer pour des charognards en se déplaçant à Paris alors que le pouvoir avait culpabilisé les manifestants en annonçant que, manifester malgré les morts de l'attentat de Strasbourg, ce serait se comporter comme un chien.

   En dehors de la haine, du mépris, de la culpabilité, de la décence, il peut y avoir également de la fatigue: à quoi bon, se disent certains qui comprennent très bien que le gouvernement joue le pourrissement à quelques encablures de Noël? Macron va vers un Noël au champagne (sorti des caves de l'Élysée et payé par le contribuable...) pendant que nombre de gilets-jaunes vont vers un Noël au mousseux (acheté au Lidl d'à-côté et payé avec les économies faites explicitement pour préparer cette fête familiale)...

   Et puis, il faut également compter avec des gilets-jaunes abusés, trompés, embobinés, enfumés. Car, dans son allocution télévisée, Macron a annoncé un certain nombre de propositions -dont une hausse du SMIC de 100 euros. C'est spectaculaire, même si nombre d'économistes [1] ont depuis démontré qu'il s'agissait d'un enfumage puisque le jeu de bonneteau ne permet pas à proprement parler d'une hausse du SMIC! Mais une partie des gilets-jaunes a pu se contenter de ces miettes et baisser les bras pour le reste en estimant qu’ils n'obtiendraient ni la démission de Macron, ni de nouvelles institutions, ni une dissolution de l'Assemblée nationale, ni quoique ce soit de spectaculaire. Le président de la République savait qu'avec ce menu fretin il pêcherait tout de même quelques poissons. Quelques-uns ont été hameçonnés. Pour qui a faim, un quignon de pain rassis suffit à sa peine: à quoi bon se battre pour réclamer l'autogestion de la boulangerie?

   Enfin, et il me semble que c'est la raison majeure: il y a le coût que représente pour des gens pauvres ou modestes un déplacement à Paris! On peut en effet se faire insulter et mépriser, culpabiliser et criminaliser sans courber l'échine, les pauvres sont gens durs à la douleur et ils ne sont pas du genre à geindre, se plaindre, chouiner -ou à demander une consultation sur un divan...

   Symboliquement, ce fut pour les gilets-jaunes une performance de venir à Paris -d'y "monter" comme il est dit parfois avec un peu de la déférence et de la crainte qu'il y a à se diriger vers les marches du château où loge son patron. Les mêmes ajoutent qu'on "descend en province". Cette façon de parler suppose qu'il existerait une ascension vers le ciel parisien qui se doublerait d'une descente vers la campagne. On monte au ciel de Paris et on descend aux enfers des régions...

   Car, parmi ces journalistes qui gagnent [2] entre quatre ou plus de quarante fois le SMIC -les noms sont à lire en note...- qui peut avoir présent à l'esprit ce que signifie une journée de manifestation à Paris? En voiture, en train ou en bus (pas en avion, ça c'est le moyen de transport de ceux qui crachent sur les gilets jaunes traités de pollueurs...), il faut payer le voyage; on peut certes emporter un casse-croûte, mais il en faut au moins deux quand on fait l'aller et retour dans la journée car il est impensable qu'un gilet-jaune s'offre une chambre pour rester le soir à Paris! Trop cher... Impensable... Impossible... Inconcevable... Si l'on veut s'offrir une bière dans la capitale avec son sandwich, tout dépend du quartier, mais il est certain que la commande fera un trou dans le budget. Quand on manque d'argent pour vivre, on ne peut distraire cinq fois de suite un budget qui se compte en une vingtaine d'euros pour un samedi ou en centaine d'euros pour cinq samedis. Un gilet-jaune est à cinq euros près. 

    Quel journaliste le dira? Quel éditorialiste spécialisé en économie sur une chaine d'information continue diligentera un sujet qui permettrait de chiffrer la journée d'un gilet-jaune qui a décidé de venir du Finistère ou du Bas Rhin, des Pyrénées Orientales ou de l'Hérault pour manifester à Paris? Lequel donnerait en même temps le salaire des journalistes vedettes de sa chaîne? Ou le sien?

   Macron qui fut banquier à la banque Rothschild sait que les pauvres ne peuvent venir indéfiniment à Paris avec leurs salaires de misère. Pour l'heure, il s'essaie à tout :la calomnie et l'insulte, le mépris et la criminalisation, la culpabilisation et l'essoufflement, l'enfumage et le pourrissement. Avec lui, les journalistes sont au taquet.

  A Paris, au palais de l'Élysée et dans les rédactions des journaux maastrichtiens, on regarde les provinciaux souffrir et mourir comme un sadique observe dans le terrarium le serpent constrictor qui étouffe sa victime: il sait que le lapin va crever, c'est écrit... C'est un spectacle digne des empereurs romains de la décadence. Mais il peut aussi donner envie de vomir à qui dispose encore d'humanité. Vomir ou continuer ailleurs qu'à Paris.

   Les gilets-jaunes sont un mouvement girondin et provincial, régional et rural: aller à Paris, c'était faire le jeu du jacobinisme. Il était tentant d'exprimer sa colère dans la capitale, d'aller faire entendre ses slogans et ses revendications sous le balcon d'un roi retranché dans ses appartements. La chose a eu lieu; c'est bon.

   Mais il s'agit maintenant de continuer ailleurs que sur le terrain de l'adversaire qui dispose de tous ses moyens dans la capitale, chez lui -il y a ses blindés et ses journalistes, ses médias et ses escadrons, ses provocateurs et ses casseurs faciles à instrumentaliser.

   Dans Paris, le mouvement des gilets-jaunes est médiatiquement saisissable, donc politiquement maîtrisable, en même temps que politiquement saisissable, donc médiatiquement maîtrisable. Partout ailleurs qu'à Paris, il devient insaisissable. En se faisant girondin et non jacobin, il devient plus fort. S'il n'a qu'une seule tête il est facile à décapiter, s'il en a des milliers, il est une nouvelle Hydre de Lerne dont seul un Hercule pourrait avoir raison. Or celui qui se veut Jupiter n'a rien d'un Hercule: sa statue ne tient que parce que les gilets-jaunes la portent encore...

Michel Onfray
________________________________

[1]
https://www.marianne.net/societe/que-se-cache-t-il-vraime...

 

[2]
https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/04/17/les-salaires-indecents-des-animateurs-du-petit-ecran
 

14/12/2018

Vider les poubelles des gilets jaunes (Onfray, décidément inspiré, en cette période)

La tentation est grande, dans les médias qui roulent pour le pouvoir maastrichtien et qui, de ce fait, cherchent à discréditer les gilets-jaunes, de vider consciencieusement toutes les poubelles afin d'y trouver matière à leurs opérations de basse police. Si d'aventure on trouvait sur l'ordinateur de l'un d'entre eux les traces d'un fichier pédopornographique, ce qui est bien sûr condamnable, nul doute que toute cette presse ferait ses choux gras d'une telle information et conclurait que tous les gilets-jaunes sont pédophiles ! Dans la foulée, ces plumes serviles concluraient à l'illégitimité de leurs demandes !

  C'est ce que j'appelle une joffrinade : un seul gilet-jaune pédophile et tous le deviendraient ; dès lors, le fait que les gilets-jaunes demandent de quoi vivre dignement se trouverait vite assimilé à une revendication de pédophile -une cause d'ailleurs longtemps défendue par Libération, Le Monde ou Le Nouvel Observateur [1]... C'est ainsi qu'on pense dans les journaux où l'on ne pense pas. Cette engeance a déjà trouvé dans les poubelles de cette Histoire en cours un raciste, tous les gilets-jaunes étaient donc racistes, un homophobe, ils étaient donc tous homophobes, un partisan d'un général à Matignon, ils étaient donc tous fascinés par la dictature, un qui voulait aller porter ses revendications à l’Élysée, ils étaient donc tous putschistes. Ceux qui sont prompts à dénoncer l'amalgame dans le camp d'en face sont des professionnels de ce procédé dans leur propre camp.

  Ainsi, les charognards ont sorti des tas d'ordures du net des propos complotistes ! La belle affaire ! Les gilets-jaunes complotistes ! On a déjà eu peu ou prou climato-sceptiques, injure majeure dans le néo-catéchisme du politiquement correct, parce qu'ils polluent au diesel, un carburant sale de gens sales, alors que BHL et les siens, Hulot compris, Macron, ses ministres et ses conseillers, polluent au kérosène, un carburant propre de gens propres, les voilà donc complotistes ! Pour quelles raisons ?

  L'attentat islamiste (la bonne presse évite scrupuleusement l'épithète...) de Strasbourg a en effet fourni une aubaine aux journaux d'information continue qui peuvent ainsi passer à autre chose. Fin des gilets-jaunes et des verbigérations de journalistes sur les ronds-points, fin des micros-trottoirs pour sélectionner les avis orientés dans le sens de la chaîne, fin des faux débats sur "pour ou contre les gilets-jaunes", désormais, gros plan sur les bougies, les fleurs et les peluches, les "Je suis Strasbourg" et les variations sur "Vous n'aurez pas ma haine" ! On court après le fugitif qui a commencé à remplir son casier judiciaire dès l'âge dix ans et n'a cessé d'y travailler depuis puisqu'il y a inscrit depuis pas moins de vingt-sept condamnations -et ce en dix-neuf années, soit une condamnation presque tous les neuf mois pendant presque vingt-ans- à quoi il faudrait retrancher le temps passé en prison, ce qui doit faire une tous les six mois... La presse de la bien-pensance a matraqué que le jeune homme était français, né en France, qu'il avait grandi en France et fait ses études en France. Que voulait-on dire par là ? Quel était le message destiné au neuneu devant son petit écran ? Il n'a pas commis son attentat au cri de " Vive la France !" que je sache, mais à celui d’"Allahu Akbar". Qu’il ait été français ne fait rien à cette affaire. En revanche, son cri de guerre aurait mérité le même zèle suggestif de la part de la journaliste. Or, comme prévu, ce souci de comprendre le sens de l'invocation au Dieu de l'Islam pour perpétrer ce massacre n'eut pas lieu... Sur une chaîne d'information continue, ce serait pourtant un sujet inépuisable et instructif. Dans sa dernière allocution, le président Emmanuel Macron n'a-t-il d'ailleurs pas appelé à ce qu’il y ait un grand débat sur le sujet ? Chiche... Commençons aujourd’hui. 

  Il y eut donc des gilets-jaunes pour dire que cet attentat tombait à pic pour les journalistes parce qu'ils pouvaient ainsi ne plus couvrir l'actualité des gilets-jaunes. Or, dans un monde médiatique, pas vu à la télé, pas de réalité. BHL l'a bien vu qui exhorte régulièrement sur son compte les chaînes d'info continue à en faire moins, voire à ne plus rien faire du tout... Lui plus qu'un autre, parce qu’il fut la créature du petit écran plus que d'une œuvre, sait que ce que la télé dit est et que ce que la télé ne dit pas n'est pas. L'attentat de Strasbourg permet en effet aux rédactions de braquer le projecteur ailleurs et les gilets-jaunes qui sont sans connivence avec la presse savent bien que les médias peuvent assécher leur réel en refusant d'en montrer les images. Mais l'argent qui fait la loi dans les chaînes ne peut économiser ce dossier chaud, car il met des téléspectateurs devant leur écran en nombre, ce qui rapporte une foultitude d'investissements publicitaires... Si BFM fait silence, une autre chaîne ne le fera pas pour des raisons de concurrence, elle verra dès lors ses parts de marché augmenter pendant que sa concurrente s'effondrera. Il vaut donc mieux pour elle rester sur le créneau et continuer la désinformation en prétextant informer : c'est politiquement, donc économiquement, plus rentable...

  Croire que l'attentat allait être instrumentalisé par le pouvoir était légitime puisque, dans la foulée, à la matinale du 13 décembre, sur France-Inter, le président de l'Assemblée nationale a clairement dit : "Il faut que le mouvement s'arrête." Macron a fait des propositions, l'économie souffre, le terrorisme menace : on fait un paquet de tout cela et Richard Ferrand siffle la fin de la récréation, il invite purement et simplement à la fin du mouvement des gilets-jaunes ! Tout aura vraiment été instrumentalisé par le pouvoir pour éteindre cet incendie social et, s'il y a de l'indécence, de l'obscénité, de l'impudeur, elle consiste à inviter à la fin du mouvement sous prétexte de danger terroriste. Car, si la concentration de personnes était véritablement en cause, alors il faudrait interdire l’ouverture des hypers et de supermarchés pendant tout ce mois de Noël qui est celui de la grande fête consumériste car, un carnage dans l'un de ces temples de la consommation ferait probablement plus de victimes que sur un rond-point du Cantal...

  On voit bien que la concentration de public n'est donc pas la véritable raison pour laquelle le pouvoir invite à la fin du mouvement. Tant que les hypermarchés ne seront pas fermés, l'invocation de cette raison sera nulle et non avenue. C'est un prétexte politique macronien, pas une raison sécuritaire destinée à protéger les français qui sont tous exposés au terrorisme islamiste depuis des années partout où ils se trouvent, ronds-points de gilets-jaunes compris.

  Ce qui se dit dans cette affaire, c'est que le pouvoir a bien compris que le petit peuple des gilets-jaunes n'est pas formé à la langue de bois des économistes et des politiciens, des journalistes et des intellectuels, il ne sort pas des grandes écoles où l'on apprend à mentir sans mentir tout en mentant avec force rhétorique et sophistique, à l'aide d'interminables exposés en trois points, avec des chevilles verbales, des trucs de logique, des ficelle expressives. Il ne parle pas pointu, comme à Saint-Germain-des-Prés, mais avec l'accent de sa province ; il ne pense pas pointu, comme dans la capitale, mais avec le bon sens des ruraux ; il ne formule pas pointu, comme sur les plateaux de télévision ou devant les micros parisiens, mais avec un style rude, une syntaxe parfois chancelante, un vocabulaire compté, une colère non contenue parfois également, une émotion non feinte, des phrases à la va-comme-je-te-pousse et c'est, pour ma part, ce qui me touche et m'émeut : c'est la forme rugueuse et râpeuse des provinces mise au service d'un fond juste, la justice sociale en faveur des dominés, contre la forme parfumée et policée de la capitale pour un fond idéologique au service des dominants.

  Quand un gilet-jaune dit, seul et excité comme une puce devant la webcam de son ordinateur parce qu’il sait que les journalistes le liront peut-être : "Un attenant à Strasbourg, comme par hasard !" on peut entendre deux choses. La première, malveillante : "Il dit que l'attentat a été commandité par l'Élysée, le salaud". On pourrait donner la liste de qui pense comme ça... La seconde, bienveillante : "Il dit que cet attentat va être instrumentalisé par l'Élysée". Et comment donner tort à ceux qui pensent ainsi puisque le pouvoir instrumentalise effectivement !

 Par ailleurs, s'il y a des complotistes, d'où viennent-ils ? Le complotisme est la maladie infantile de la réinformation : face à l'information officielle qui s'apparente si souvent à de la désinformation, un mouvement de balancier inverse fait chercher la vérité là où l'on sait qu'elle n'est pas, en dehors des médias officiels. Or, dans ce no man's land intellectuel on trouve le meilleur, de véritables informations, et le pire, des désinformations majeures, des théories farfelues, des idéologies dangereuses, criminelles, des opinions illégales (négationnisme, révisionnisme, antisémitisme...), des fausses nouvelles massivement diffusées par des États qui inondent la planète de contre-informations avec leurs hackers d'État -russes, chinois, turcs, américains, européens...- dont la journée consiste à faire circuler leurs virus idéologiques étatiques. Le complotisme est souvent le délire de qui a compris qu’on ne pouvait plus croire les médias dominants. Car le quidam sait qu'on y distribue à jet continu les éléments de langage de l'idéologie au pouvoir donc il cherche ailleurs le sens qu'on ne lui donne plus. Et, là où il cherche à comprendre, des vendeurs de mythes placent leurs marchandises frelatées : les complots.

  Mais dire qu'il existe une lutte des classes, des dominants et des dominés, un pouvoir secret et discret des décideurs à des niveaux nationaux et internationaux avec des médias sans micros ni caméras ni stylos, qu'il existe des diplomaties secrètes et des compromis politiques passés hors cadres démocratiques, qu'il existe une activité fiévreuse des services secrets avec leurs agents, des polices du renseignement et de l'infiltration avec leurs fonctionnaires, des cellules confidentielles pour lancer des rumeurs, c’est l'évidence. Il faut n'avoir jamais lu Machiavel ou lu Le Canard enchaîné pour croire et affirmer le contraire. 

  Que le petit peuple des gilets-jaunes ignore les détails de ces machines de pouvoir, c'est une chose ; mais qu'il en suppose l'existence par les effets induits qui sont ceux de la propagande d'État diffusée complaisamment par les médias d'État, il n'y a là rien que de très normal. La maladie complotiste a été inoculée par les médias menteurs. Nietzsche écrivait : "Ce qui me gêne ça n'est pas que tu m’aies menti, c'est que désormais je ne pourrais plus te croire". Un complotiste ne croit plus les menteurs qui prétendent l'informer et qui, sous prétexte de séparer l'info de l'intox, intoxiquent avec leurs infos : il a raison ; mais il se tourne vers n'importe qui pour trouver de véritables informations et du sens là même où se trouvent d'autres menteurs du même acabit : il a tort. 

  Réfléchir et penser par soi-même suffit : les faits parlent d'eux-mêmes et la meilleure hygiène suppose qu'on passe outre le commentaire du journaliste qui est l'ivraie afin de faire la part du bon grain des faits. Il y a eu un attentat islamiste à Strasbourg, ce sont les faits et ils sont terribles, condamnables, ils invitent à la décence pour les familles et leurs proches ; mais cette décence oblige à éviter la récupération, en premier lieu, celle du pouvoir qui estime que la sécurité nationale ayant été ébranlée par l'événement alsacien, les gilets-jaunes doivent de ce fait rentrer chez eux. Car la maladresse d'un gilet-jaune complotiste qui s’essaie à penser par lui-même dans la jungle cynique de l'information où l'idéologie fait la loi me parait plus compréhensible que le cynisme du pouvoir qui connait le poids des mots et en fait une arme de domination massive sur les dominés.

Michel Onfray

12/12/2018

Référendum d'initiative populaire

Onfray again : Parler pour ne rien dire

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires

 

 Parler pour ne rien dire

L'allocution du président Macron avait pour but de distribuer quelques miettes afin de pouvoir mieux conserver le gâteau pour lui, les siens et tous ceux qui l'ont mis au pouvoir et ont financé son trajet politique et sa campagne. Quel est ce gâteau dont il n'est jamais question nulle part? L'État maastrichtien libéral, qu'il faut sauver avec quelques opérations de transferts de caisse susceptible d'être présentés par les médias comme de véritables concessions faites aux gilets-jaunes, qui devraient s'en satisfaire et rentrer chez eux. Ce message s'adressait moins au peuple, qu'il amadoue avec cette danse des mots comme s'il s'agissait d’une danse du ventre, qu'à ceux qui partagent sa vision populicide du monde et qu’il rassurait par la même occasion.

   Des augmentations sont annoncées, la plus spectaculaire étant celle du SMIC. De même, les taxes prévues sur les automobilistes et les retraités les plus modestes sont annulées, tout ceci est formulé solennellement. Or, la solennité, chez quelqu’un qui se fit si souvent photographier dans des postures si peu solennelles, n'est plus crédible, sauf auprès des esprits faibles.

   Par ailleurs: cet argent que Macron semble donner et ne plus prendre n'est pas de l'argent qui vivrait dans le ciel des idées. Il ne vient ni de la poche de Macron, évidemment, ni de celle de l'Europe qui est pleine de l'or dont le peuple se défait, bien sûr, ni de celle des plus fortunés (les multinationales, les industries polluantes, les GAFA, les fortunes placées dans les paradis fiscaux), mais de l'impôt des citoyens de base. Donc: c'est l'argent des gilets-jaunes que le Roi lui rend parcimonieusement...

   Ce que Macron a annoncé avec force sérieux et trémolos dans la voix est ni plus ni moins une variation sur le thème de l'antique jeu de bonneteau qui permet, avec trois gobelets et une pièce, de faire apparaître, disparaître, réapparaître la pièce là où l'on croit qu'elle est, alors qu'elle a été subtilisée, escamotée et qu'elle reste dans la main du maître de jeu: le joueur perd tout le temps, sauf quand le magicien le laisse gagner une fois dans les nuées afin de laisser croire que le jeu n'est pas pipé. Lundi, le magicien a fait croire qu'on pouvait gagner au jeu de bonneteau.

   Or Macron ment. J'en veux pour preuve cet aveu qu'il fit d'entrée de jeu: selon lui, avec la crise des gilets-jaunes "ce sont quarante années de malaise qui s'expriment". Pourquoi dès lors n'a-t-il pas été question une seule fois de l'Europe maastrichtienne, de cet État molosse et moloch, de cet empire qui nous gouverne jusque dans les moindres détails et qui interdit à l'État-Nation de vouloir librement parce que le véritable pouvoir est celui des technocrates du marché libre de Bruxelles et de Strasbourg mais non pas Macron qui en est le voyageur de commerce. Pourquoi ce silence en effet?  

   Deuxième mensonge: "je prends ma part de responsabilité". C'est faux. Car, si tel avait été le cas, ce qui s'imposait, c'était d'annoncer un changement de cap. Or, c'est précisément ce que demandent les gilets-jaunes. On ne peut parler d'une crise qui couve depuis quarante ans sans désigner les coupables que sont les présidents de la République depuis Mitterrand jusqu'à lui-même. Car tous, sans exception, ont piloté le bateau avec un seul et même cap: celui de l'Europe libérale. Et, pour mémoire, Macron au si jeune âge eut tout de même le temps d'être le ministre de l'un de ces présidents après en avoir été le conseiller préféré...

   Or, c'est ce cap que remettent en cause les gilets-jaunes, et c'est ce même cap dont Emmanuel Macron nous dit qu’il sera gardé... La rue exprime avec vérité que nous voguons vers l'abîme -je le dis depuis des années... Macron affirme qu’il a compris le message et, pour ce faire, il distribue des quignons de pain aux rameurs de la galère que sont les gilets-jaunes. Puis il confirme qu'il faut encore et toujours avancer dans la même direction! Il a parlé impôts, charges, primes, heures défiscalisées, hausse de la CSG, maintien de la suppression de l'ISF, investissement, création d'emplois, fortune immobilière, fiscalité, mais les gilets-jaunes veulent une autre façon de faire une autre politique et non pas une autre façon de faire la même politique.

   Dans les manifestations, on a vu nombre de drapeaux bleu-blanc-rouge, mais aussi des drapeaux de région -la fière tête de Maure noire sur fond blanc de la Corse, les bandes blanches et noires avec les mouchetures d'hermine de la Bretagne ou les deux léopards d'or sur fond rouge de la Normandie. Lui est-il venu à l'idée, à ce président, qu’il n'y en eut pas un seul qui fut le drapeau européen qu’il arborait derrière lui pendant son discours, un drapeau dans les plis duquel le drapeau français se perd depuis des décennies? On a également entendu des Marseillaise chantées avec ferveur: a-t-on un seul exemple qu'il fut entonné ici, là, ou n'importe où ailleurs en France, l'Hymne à la joie qu'Emmanuel Macron fit symboliquement jouer devant la pyramide du Louvre le soir de son élection à la présidence de la République?

   Cette intervention fut également l'occasion de mensonges par omission. C'est l'une des modalités du mensonge, on l'oublie trop souvent -et sa plus subtile, sa plus fine, sa plus retorse. Car il y fut question de représentation, de diversité, de vote blanc, d'organisation de l'État, de centralisation, de service public dans les territoires, mais rien de concret, du vent, du verbe, des mots. Tout juste l'habituel jeu de pipeau des présidents de la République qui, une fois élus, semblent ne pas se souvenir qu'ils l'ont été et qui ne font pas des discours de présidents, mais des discours de candidats à la présidence de la République.

   "Je veux", "Je veux", "Je veux", n'a cessé de dire cet homme qui, pour la galerie médiatique, joue les modestes, fait semblant de reconnaître des erreurs de communication, des fautes de style existentiel, mais qui manifeste de la sorte qu’il se croit toujours Jupiter alors qu'il n'en montre que les attributs -comme un collégien qui, au club théâtre, croirait être Dieu parce qu'il serait grimé avec son costume et une longue barbe blanche!


   Autre mensonge : quand il annonce qu'il a bien entendu qu’il y avait des problèmes avec l'immigration et l'identité de la nation et qu’il propose "un débat sans précédent" sur ces questions. De qui se moque-t-il? Il a envoyé le jour même Jean-Baptiste Lemoyne, son secrétaire d'État auprès du ministre... de l'Europe et des Affaires étrangères (sic). Apprécions d'ailleurs en passant que cet intitulé avalise l'idée que l'Europe c'est la France, la France c'est l'Europe et qu'en dehors de ce conglomérat, il s'agit d'affaires étrangères!


   Il n'est pas besoin de lire la totalité du Pacte. Il suffit de prendre connaissance des attendus formulés dans l'article 8 de son préambule: "Par le présent Pacte mondial, nous nous engageons collectivement à améliorer la coopération en matière de migration internationale. Les migrations ont toujours fait partie de l’expérience humaine depuis les débuts de l’Histoire, et nous reconnaissons qu’à l’heure de la mondialisation, elles sont facteurs de prospérité́ (sic), d’innovation (sic) et de développement durable (sic) et qu’une meilleure gouvernance peut permettre d’optimiser ces effets positifs (sic)". Que l'immigration soit un facteur de prospérité et d'innovation et qu'elle ait des effets positifs, cela reste à prouver... Il n'est de toute façon pas sûr que cette prospérité bénéficie à ceux qui manifestent avec un gilet jaune. Quant à la relation entre développement durable et immigration, elle manque également d'une démonstration convaincante. Quant aux effets positifs: il manque un post-it sur laquelle ils seraient listés... Des "migrations bénéfiques à tous", voilà le projet formulé dans l'article 9 du préambule. On nous dit que la signature de ce pacte n'est pas contraignante: pourquoi dès lors perdre du temps, de l’argent, de l'énergie, à rédiger des textes, réunir des gens afin de parapher un document qui n'engagerait à rien ? On se moque du monde...


 Question subsidiaire : quelle a été la trace carbone des avions privés de tous les signataires de ce pacte dont on dit qu’il n'engage à rien et qui sont venus du monde entier à Marrakech? Combien de CO2 a été envoyé dans l'atmosphère pour cette seule messe internationale du politiquement correct? Et si l'on convertissait ce CO2 officiel en CO2 d'une voiture de gilet-jaune obligé de rouler pour effectuer son travail? Pour la trace carbone de l'avion du secrétaire d'État français, combien d'équivalent CO2 en provenance des voitures de gilets-jaunes ?

   Pour résoudre les problèmes de la ruralité abandonnée, des provinces oubliées, des campagnes sinistrées, des campagnes désertées, de la disparition des services publics dans les communes, les petites villes, le sous-préfectures, Macron a une solution : il va rencontrer les maires... "Misère à poil" comme on dit dans mon village! Cette fausse montagne accouche d'une véritable souris. Les maires, il les a déjà reçus le 15 novembre dernier à l'Élysée et, devant ma télévision, j’avais été sidéré par le brouhaha dans lequel ils recevaient son discours! En riant jaune, Macron a été obligé de rappeler à l'ordre plusieurs fois les élus qui préféraient parler entre eux plutôt que de   l'écouter! J'y avais assisté en direct à une terrible leçon sur le défaut d'autorité du personnage. Jupiter ne parvenait pas même à faire la loi dans ce genre de classe d'un collège qui paillait, pépiait et se moquait absolument de ce que le prof avait à dire.


     Macron distribue quelques billets de leur argent aux gueux en les invitant à rentrer chez eux et en espérant qu'ils vont croire son boniment: il affirme qu'il a compris cette crise profonde de la société qui remonte à quarante ans, mais, en même temps,  il assure qu'il va garder le cap qui a conduit à cette crise;  il affirme qu’il a compris le malaise social et sociétal et qu'il va y répondre, demain, demain étant le jour où l'on rase gratis, mais, en même temps, il assure qu’il ne changera pas le cap qui a conduit à ce malaise; il affirme  qu'il a compris que l'immigration posait un problème, mais, en même temps, il signe le pacte selon lequel l'immigration n'est pas la cause d'un malaise, mais la chance d'une "prospérité" -c'est le mot du pacte; il affirme qu’il a compris la souffrance du pays en dehors de Paris et promet qu’il va voir les maires de France mais, en même temps, il les a déjà vus à Paris et ils lui ont signifié qu'ils n'en avaient rien à faire de son laïus. De qui se moque-t-il ? Du peuple, comme toujours...


     Macron a été, il est et il restera jusqu’à son dernier souffle politique, l'homme lige de l'Europe libérale, de l'État maastrichtien devenu empire. Il a été mis en place pour ça par les milieux d'affaire dont il fait la politique -et non celle du peuple qui se trouve aujourd’hui dans la rue. Le problème n'est pas entre la fin du monde et la fin du mois comme le formulent habilement les conseillers du président à destination des journalistes benêts trop content d'avoir une formule à ânonner, mais, s'il faut une formule, entre la fin de la France et la faim de la France -car cette fin de la France voulue par Macron comme prix de l'Europe maastrichtienne se paie de la faim de la France. Lui qui a choisi la fin de la France se moque comme d'une guigne de la faim de la France. C'est logique car cela découle de son cap qu'il ne veut pas changer. Au balcon médiatique il a jeté lundi soir quelques pièces de menue monnaie au peuple qui l'écoutait en contrebas. Si le peuple croit ce bateleur, Macron aura eu raison de jouer du pipeau.


     Pour l’heure, souvenons-nous de la leçon de La Boétie: le pouvoir tient sa force du simple fait que nous y souscrivons. Il nous suffit de ne plus vouloir être esclave pour commencer à cesser de l'être. Mais, pour ce faire, encore faut-il ne pas souscrire aux sirènes de la communication présidentielle relayées par les médias du système. Ce fut du vent, rien que du vent, des mots, rien que des mots.

Michel Onfray

Répression policière

11/12/2018

Le mouvement génial des justes.

Philippe Guillemant a publié sur son site ce petit texte  symboliquement éclairant sur les gilets jaunes (dont le titre est une anagramme):

 

Le mouvement des gilets jaunes

est un mouvement génial des justes.

 

 

Le gilet jaune assure la sécurité dans une situation à risque où deux parties sont en présence, l’une disposant d’un véhicule ayant tendance à rouler trop vite par négligence de l’autre partie : le piéton. Il symbolise ainsi la protection rendue nécessaire par la confrontation entre deux mondes ou modes de vie, lent et rapide, influent et négligeable, riche et pauvre, ceci me paraissant important pour comprendre la portée du mouvement.

Sur les autoroutes, le gilet jaune assure la sécurité de l'ouvrier qui risque sa vie pour sécuriser celle d'autrui. Il assure également la sécurité des deux parties confrontées lorsqu’une panne pourrait être à l'origine d'un accident. Or la nécessité de se protéger tout en protégeant en même temps autrui relève d’une action responsable mais qui doit surtout être juste, car un équilibre bien dosé est nécessaire entre deux extrêmes: ne pas bien se faire voir met tout le monde en danger et inversement, trop se faire voir peut engendrer un blocage ou un ralentissement excessif qui cause un accident : la façon dont le gilet jaune se positionne sur la route en régulant éventuellement le trafic nécessite un réglage juste.

Le gilet jaune implique donc un sens de la bonne mesure pour sécuriser les deux parties en confrontation: le riche bolide et le pauvre piéton. La sécurité est encore augmentée lorsque le premier peut s’habituer à la présence du second : c’est le cas lorsqu’il y a tout le temps des travaux sur l’autoroute. J'en déduis que la portée symbolique de ce mouvement est conditionnée à une action à la fois mesurée et prolongée.

Passons donc maintenant du terrain restreint de l'autoroute à celui de tout notre système économique et social, que le mouvement des gilets jaunes menace à juste titre de bloquer. Le gilet jaune ne veut pas renverser le système, il veut seulement obliger le système à ralentir sa course à l'argent roi pour assurer la sécurité de tout le monde. Le système a besoin de fonctionner sans être bloqué ou ralenti par des travaux-manifestations, lesquels sont pourtant nécessaires pour contraindre le système à ralentir.

Cette exigence signifie que l'on ne peut pas laisser les pauvres, ouvriers ou personnes en panne, travailler pour les riches, ceux qui circulent plus et plus vite, sans contraindre ces derniers à ralentir c'est à dire gagner moins d'argent, pour que les pauvres puissent eux-mêmes vivre en sécurité c'est à dire remplir leur frigo.

Le mouvement des gilets jaunes est ainsi symboliquement un mouvement de décroissance et de redistribution des richesses, compatible avec la nécessité de dépolluer la planète mais incompatible avec l'ultralibéralisme fou (bolide ou titanic) qui nous a été imposé par les USA pour fonder l'Europe elle-même. Il fait ainsi renaître les espoirs de se libérer d'une Europe malade du fléau qui nous vient de l'ouest, pour retrouver une souveraineté seule capable de restaurer la liberté, l'égalité et la fraternité que la France est en train de perdre à vitesse grand V.

En pratique, ce mouvement est génial car dans son principe il donne la possibilité à chaque citoyen de bloquer le système en toute légalité toute proportion gardée, en se postant simplement avec un gilet sur un passage piéton. Il donne la possibilité à des groupes de quelques personnes de bloquer la circulation aux ronds-points, de façon dosée de manière à ne pas nuire et finir par trouver la bonne mesure. Cela est très puissant, d'autant plus que cela redonne un sens à la vie d'une multitude de plus ou moins pauvres de toutes origines qui participent à ce mouvement, lequel est par dessus le marché un mouvement de solidarité où l'on partage des biens et des informations.

La seule ombre que je vois au tableau du mouvement des gilets jaunes est qu'il pourrait être récupéré par les meneurs du système, c'est-à-dire par les pouvoirs qui influencent les pions qui nous gouvernent, pour provoquer l'effondrement financier catastrophique qu'ils savent devoir advenir dans les années qui viennent. Au niveau de ces pseudo-élites (bancaires en particulier) qui ont le pouvoir de manœuvrer la politique européenne, on sait qu'il y aura prochainement un effondrement systémique car notre système financier est complètement corrompu et à bout de souffle et son euthanasie s'impose à cause du cancer avancé provoqué par les planches à billets, les taux négatifs, etc..

Dans mon dernier livre Le pic de l’esprit, je parie sur l’année 2020 mais la grande crise est régulièrement annoncée comme imminente et certaines dates de déclenchement sont parfois données, qui se concentrent souvent entre 2019 et 2021 ou sont encore plus tardives.

Il est dit que cet effondrement devrait immédiatement créer un collapse économique avec tout ce qui s'ensuit: plus d'essence, plus rien dans les super marchés, paniques, pillages et risques de guerres civiles, etc. J'imagine d'ailleurs que son anticipation est la vraie raison pour laquelle la possibilité d'imposer un état d'urgence prolongé a déjà été préparée avec l'excuse du terrorisme depuis des années. L’Allemagne a d'ailleurs demandé à ses citoyens de faire des réserves d’eau et nourriture depuis fin 2016 et l’on parle aujourd'hui de plus en plus d'un effondrement possible même dans nos propres médias mainstream, permettant ainsi au peuple de s'y préparer.

J'en viens maintenant à l'ombre elle-même. Comment ne pas imaginer que sachant tout cela, le pouvoir financier puisse avoir l’idée de provoquer cet effondrement, peu avant qu’il ne devienne inévitable, en le laissant venir non pas d'une défaillance systémique comme en 2006 mais plutôt d'une insurrection des peuples contre la politique de leur pays ? Si l'effondrement était en apparence provoqué par une défaillance des peuples qui l'auraient engendré par ralentissement de l'économie à cause de blocages et violences exagérés, ces peuples seraient poussés à en endosser la responsabilité alors même qu’elle incomberait en réalité au système financier lui-même, même s'il n'instrumentalise pas le mouvement. Ce système pourrait alors beaucoup plus facilement se maintenir à l'issue de l'effondrement, après que tout soit plus ou moins rentré dans l'ordre né du chaos, et les meneurs lavés de toute responsabilité pourraient même resserrer leur emprise esclavagiste sur les peuples.

Personnellement, je ne pense pas que cela arrivera, d’une part parce que l’ordre né du chaos sera à mon avis beaucoup plus créatif que l’ordre mondial imaginé par les meneurs, d’autre part parce que ces derniers sont beaucoup moins intelligents qu’il est d’usage de le penser, étant eux-mêmes menés par des entités qui exploitent leur bêtise et leur enfermement dans le parc de la pensée (voir Le pic de l’esprit page 274 où je rappelle en particulier qu’il n’y a aucun complot dans cette affaire).

Par ailleurs, l’effondrement du système financier déboucherait forcément pour beaucoup d’entre nous sur une grande joie libératrice, susceptible de transformer le mouvement des gilets jaunes en un immense mouvement de solidarité qui saura gérer la redistribution des richesses aux moments les plus difficiles que nous aurons à vivre : le pouvoir de l’argent sera dépassé.

Je peux avoir tort par excès d’optimisme et s'il était instrumentalisé, ce serait une véritable ombre au tableau de ce mouvement pourtant génial des gilets jaunes. La seule sauvegarde pour éviter ce scénario négatif est que les gilets mettent de la mesure dans leurs actions justes de manifestation et de revendication. Les gilets jaunes en sont capables et c'est ce qu'il font, comme par exemple avec leur demande du Référendum d'Initiative Citoyenne (RIC). Ils pourraient alors devenir des justes qui par leur action héroïque parviendraient à imposer une lente transformation du système qui finisse par mettre au grand jour des médias mainstream les véritables fléaux qui font de nous des esclaves et qui sont occultés depuis trop longtemps. Alors je sais que je rêve mais je connais aussi l'impact de ce genre de rève. Tout serait alors gagné d'avance et plus jamais un système fondé sur l'encouragement à faire de l'argent avec de l'argent, à spéculer ou à toucher des intérêts indus ne saurait parvenir à s'imposer à nouveau par la suite.

Je me plais ainsi à penser que le mouvement des gilets jaunes nous vient d'un futur où la France a réussi à changer le système.

Mais ce n'était qu'un rêve du futur inspiré par la coïncidence suivante:

"Le mouvement des gilets jaunes" est l'anagramme exact de:

"Le mouvement génial des justes"