Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2019

Perfect day

02/09/2019

L’AMÉRIQUE FANTÔME de GILLES HAVARD



Dans son livre, l’historien propose une autre généalogie de la colonisation anglo-américaine du Grand Ouest. Il révèle le rôle prépondérant des aventuriers de langue française, qui se fondaient dans la nature et parmi les Indiens, avec lesquels ils se sont souvent métissés.

"Dans l’Amérique fantôme (Flammarion), l’historien Gilles Havard dresse le portrait d’acteurs historiques oubliés : les premiers aventuriers francophones de l’Ouest américain.
Entre 1550 et 1850, bien avant la «conquête de l’Ouest» qui a lieu surtout dans la deuxième partie du XIXe siècle, des hommes européens de langue française parcouraient déjà l’Amérique. Bien que peu instruits, commerçants, trappeurs ou «truchements» (interprètes permettant le commerce entre les Indiens et les colons), ils possédaient une véritable expertise de ce Grand Ouest et des populations dont ils partageaient bien souvent la vie, la langue et la culture.
Ces hommes ne prenaient pas possession de la terre, et se fondaient dans la nature. Les métissages avec les populations indiennes furent nombreux. Ils parlaient généralement plusieurs langues indiennes et prenaient femmes dans les tribus dans lesquelles ils vivaient. Pour les autorités coloniales et pour l’historiographie anglo-américaine, ces aventuriers étaient bien trop «ensauvagés» pour figurer dans le récit d’une conquête coloniale forcément «civilisatrice» et anglo-saxonne. Après le livre, on n’attend plus que le film, qui serait un anti-western."

"Qui étaient ces coureurs de bois ?

Le terme de «coureur de bois» est apparu à la fin du XVIIe siècle et désignait, de façon d’abord péjorative, les individus qui, en Nouvelle-France, allaient au-devant des Indiens pour «la traite des pelleteries», le commerce de peaux et de fourrures. «Coureur» signifiait vagabond et était un terme à valeur dépréciative, de même que pour les coureurs de nuit, de bals… Tous voyagent parmi les Indiens de façon durable et s’adaptent à leurs mœurs."

Lire la suite (source Libération)

18/03/2019

Fin du grand débat... (18 ième acte)

 

et la désinformation continue...

 

 

Très grosse affluence (attendue et effective)  ce samedi 16 Mars pour le 18ième acte.

Non seulement à Paris mais dans toute la France !

20.000 à Grenoble, 26.000 à Montpellier et 25.000 à Lyon lors de convergences, par ex.

Peut-être la plus grosse affluence sur les Champs à Paris depuis le début du mouvement

(mais ces images avant dispersion n'ont pas beaucoup été montrées).

Si ce n'est en live sur le Net:  voir ici

ou là

 

Après cette longue hypocrite diversion du débat bidon , on ne voit pas la fin du tunnel ,

le Damoiseau désuet veut même rallonger cette exaspérante diversion,

ce prétexte à temporiser ("il est urgent de ne rien faire!"), à endormir

que constitue son show ridicule d'autopromotion .

 

 

 

 

Là-haut, la caste des méta-barons  et méga-marquises

continue de pourrir la situation et de noyer le poisson,

pourtant ce sont eux les seuls/vrais complices de la violence.

Complices ? Non! Les vrais responsables ,

du fait de leur manque de réponse appropriée aux demandes de la population

(60% au moins, même si ce n'est qu' une frange déterminée qui sort encore le crier).

Du fait aussi de leur déni, mépris, arrogance et autres postures déplaisantes.

Une forte mobilisation bienvenue pour contredire tous les experts, journalistes et commentateurs,

stupides ou soumis, qui affirmaient que le mouvement était mort

(pour la 17 ième fois, sans honte après 17 tentatives pour tenter de l'achever).

Ils sont à fond dans la novlangue, la vraie violence.

Ils sont                      insupportables.

Somnambules teigneux ou dédaigneux selon les cas.

 

D'après le nombre jaune

les chiffres minimum les plus crédibles remontés Dimanche pour la France  : 269.270

dont 65.000 à Paris. Il s'agit là du minimum avéré.

(Pour Toulouse ou Paris les chiffres sont très probablement sous-évalués.)

Ces chiffres incluent en partie certaines marches pour le climat  quand convergentes  et communes.

Cette réelle convergence est un fait nouveau à cette échelle.

Slogan commun: "fin du monde, fin du mois, même combat !"

54200945_391641581414003_6735385258528604160_n.png?_nc_cat=109&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=e7ea86e28c98787b90b2791e22575dac&oe=5D11BD73

-ici, dossier des chiffres sourcés -

 

mais 32.000 seulement  annoncés pour toute la France

 par le ministère de l'intérieur (des Ténèbres ?)

qui n'est décidément plus du tout crédible depuis un bon moment

(et qui distingue scrupuleusement gilets jaunes, de "marche pour le climat"

alors que 4 manifs sur Paris étaient officiellement convergentes aujourd'hui

et s'entremêlaient en parties en "Marche du Siècle" vers la place République).

54222380_2138869529532328_349092223104581632_n.jpg?_nc_cat=107&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=7bd055070a126830ff617326df6f6ee8&oe=5D4EBF41

Partout en France les appels étaient à la convergence climat/GJ.

 

Chiffres officiels absurdes, à la simple vue des images,

(ou en additionnant les chiffres donnés localement par la presse)

mais relayés sans tiquer par la plupart des médias  alignés !

(Cela évoque les télés soviétique, maoïste ou nord coréenne).

Jamais ils n'avaient autant distordu la réalité arithmétique.

Rien que sur les Champs, le matin, à vue de nez,

il y avait bien plus de monde que lors d' un gros concert d'été de 30.000 personnes

voir encore ici 

 

 

Pendant ce temps  l'insupportable énergumène est en vacances en apesanteur dans les Pyrénées.

a3a0845ea755380d5e8b23d685.jpg

Ce week end...

 

54522011_2288783941393770_4754943510124167168_n.jpg?_nc_cat=106&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=7a3fc448228b8b6e08866d3b72eaec2c&oe=5D0E6458

(photo d'un week end antérieur, mais l'ambiance y est)

 

54357738_2288784034727094_2723752677258297344_o.jpg?_nc_cat=110&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=2fa2f79966837d04ccbdba203a00b505&oe=5D12C242

 

 Tous les médias sont catastrophés par la casse urbaine considérable,

toutes ces vitrines brisées...

Ils s'attardent et focalisent sur ces dégâts matériels et le gros saccage des Champs Élysées

qui n'a (délibérément ?) pas été empêché

et qui sert surtout d'écran de fumée  dans une logique de "stratégie du choc"

pour sidérer la population malléable et dénigrer les gilets jaunes ( "tous délinquants!").

Mais ce sont les mêmes qui n'ont pas eu un mot pour tous les blessés et mutilés depuis 4 mois

et qui ont toléré sans protester qu'un délégué syndical policier lâche "Bien fait pour sa gueule"

(au sujet d'un manifestant à la main arrachée) ou qu'un ex ministre appelle à tirer sur les manifestants.

Et j'en passe.

La vitrine cassée parisienne est devenue plus catastrophique dans leur échelle de valeur

(qui affiche consumérisme et beau quartier, du coup)

que les morts, blessures, ou SDF morts dans la rue

et autres vraies  infamies laissées dans l'ombre.

54278291_985513371646934_3171395235662004224_n.jpg?_nc_cat=104&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=4fb1a862e2de24e1e5ff4dd9ed96fdd9&oe=5D184A51

 

C'est dommage et regrettable d'en arriver là (jeu de dupes ?), bien sur, évidemment,

mais pas au point de prendre toute la lumière et d'occulter tout le reste.

Par leur manière de relater les faits,

ces journalistes se font pour la plupart des portes paroles serviles du pouvoir...

Désinformation totale aux 20h où seules les violences sont relatées  (comme d'habitude)

-il est vrai qu'après plusieurs semaines plus calmes,

elles étaient de retour en hausse, avec les black blocs-*

mais où l'affluence en nette hausse est niée

(ou minimisée par rapport à la marche pacifique pour le climat)

et la convergence partielle mais réelle et inédite du jour, passée sous silence.

 

Ici en Ariège même en petite ville:

image.jpg

Pourtant à Paris , place de la République le meeting (avant concert) était commun

(avec François Boulo et Priscillia Ludovski qui avait appelé à cette marche).

 

-Convergence-

>>>   Cette question de la convergence est  un noeud stratégique.

(cf Algérie)

 

On a vu que le sujet écologique est utilisé comme prétexte par le pouvoir

le plus souvent pour cacher autre chose (taxe carbone, sacrifices divers et variés)

mais qu'ils n'en ont, en réalité, strictement rien à foutre

(démission de Hulot , clair constat d'impuissance).

Ils instrumentalisent encore la mobilisation actuelle des jeunes et autres concernés par la planète

comme diversion, pour minimiser les irréductibles GJ encore vifs

(les chiffres des marches écolos sont beaucoup moins minorées)

et pour diviser les colères et les forces.

Parvenir à rassembler le tout, comme le tente Priscillia Ludovski

(la toute première initiatrice des gilets jaunes, décidément très intuitive et stratège)

ou François Boulo (solidement structuré mais utilisant un chargé de communication)

serait un coup de maître.

Celà dit, des divergences existent au sein même des gilets jaunes,

de plus en plus noyautés par la gauche, du fait des black blocs*.

Et le pouvoir joue là-dessus depuis le début.

La convergence avec la police ou les routiers a été tuée dans l'oeuf en accédant dans l'urgence

à leur demandes en Décembre. Celles des lycéens l'a été par l'intimidation (notamment).

Avec les agriculteurs cela a très peu pris, étonnamment.(Il n'est pas trop tard.)

Les banlieues ne participent qu'au compte-gouttes  (comités ici ou là) mais n'en sont pas très loin.

Les profs et les personnels médicaux sont chauds.Les matons aussi.

Au printemps ou à la rentrée il y aura forcément des confluences, regroupements  et affinités électives.

 

Nombreuses autres actions  aujourd'hui, non relatées: péages, autoroutes,

rond-points (encore actifs malgré des démolitions policières).

Les forains: opérations escargot puis festive autour de Paris

(dont aucun média n'a parlé).

 #

 

Annoncer tel quel "32.000 manifestants dans toute la France" , sans tiquer,

quand la réalité est autour de 270.000 (minimum), 

ce n'est pas de l'information

c'est de la désinformation, de la manipulation, du mensonge.

#

 

- Blac blocs -

  Il est difficile de se faire un avis objectif à leur sujet.

On ne sait à qui "profitent" leurs actions, s'ils sont manipulés, instrumentalisés ou autonomes.

Pas simple non plus de connaître les conséquences réelles de leurs actions.

Alors?

Cette question violence /black blocs, qu'en dire?

Constat du jour : Ils arrivent généralement plus tard lors des dispersions de manifestations.

Cette fois ils sont venus tôt dès le matin , ont cassé et pillé le long des Champs,

(sans qu'on les en empêche, une fois de plus)

incendié même,  perturbé les cortèges et ont déclenché des affrontements

avec les forces de l'ordre, avant de disparaître.

Nouvelle méthode mais qui objectivement fait toujours le jeu du pouvoir

et sert de prétexte à la répression.

La répression tombe rarement sur eux. Ils sont équipés, très mobiles et communiquent entre eux.

Entraînés comme des pros et beaucoup plus légers que les policiers.

Ce sont généralement  des manifestants proches qui se font piéger.

Alors?

-Pourquoi les black blocs bénéficient-ils d'une tolérance passive d'une partie

(plutôt de gauche) des Gilets jaunes pacifiques ?

Beaucoup de manifestants réguliers constatent que les manifestations pacifiques

n'ont rien donné et que le seul lest jeté l'a été ,

dans la panique après les violences urbaines de début Décembre.

Devant le pourrissement volontaire du mouvement par le pouvoir,

et l'absence de résultats tangibles,

ils semblent espérer ou attendre des black blocs qu'ils remettent la pression...

C'est oublier que ce sont les black blocs en majorité qui ont permis le discrédit principal

du mouvement du fait de la violence: vitrines brisées, arc de triomphe saccagé,

pavés sur les CRS, incendies de poubelles ou bâtiments, etc...

Les autres discrédits ont fait flop (peste brune, antisémitisme, homophobie etc...)

En ce sens, ils semblent bien être les premiers alliés objectifs du pouvoir.

Macron, Philippe, Castaner se servent du prétexte des 100 ou 200 blocs violents

 peut-être 500 (voire 1000 hier ?)

pour dénigrer et réprimer les dizaines de milliers de manifestants pacifiques

qui seraient surement beaucoup plus nombreux sans ce risque répressif

puisque après 4 mois le soutien aux GJ remonte légèrement et reste à plus de 60% .

 Sans eux, en restant pacifique le mouvement aurait peut-être fait descendre

des centaines de milliers de personnes supplémentaires.

Difficile d'être formel là-dessus.

D'autant qu'il y a aussi eu des jours sans casseurs mais avec de la répression.

Répression qui, sur les ronds-points s'est aussi abattue de manière brutale et injustifiée, à l'abri des caméras.

Rien n'est donc tranché, ni simple.

-La vraie question est quand même de savoir si ces b blocs sont des idiots utiles,

manipulés ou instrumentalisés à l'insu de leur plein gré.

Pourquoi sont-ils si peu appréhendés? (à petite dose) alors que des GJ l'ont été déja préventivement.

La police est elle réellement dans l'incapacité de les attraper?

Y a t-il une volonté de les laisser perpétrer des actes pour discréditer le mouvement?

C'est ce que certains laissent entendre clairement, parmi les syndicats policiers notamment,

(VIGI ou Policiers en colère) voire de la part de commissaires ou de CRS entendus dans la rue.

Le journaliste Wladimir Garcin-Berson du Figaro rapporte :

«C'est pas croyable, on dirait qu'on les laisse faire ! C'est quoi l'objectif ?!»,

se serait ainsi indigné un officier entendu par le journaliste,

alors qu'il conversait «discrètement» avec ses coéquipiers,«lors d'une pause aux alentours des Champs».

 

Juste utilisés et instrumentalisés (en les laissant faire)  ou carrément manipulés (en les infiltrant) ?

 

Cela s'est déja  fait dans le passé et on sait qu'il suffit pour ça d'une volonté (cachée) politique et

de quelques provocateurs efficaces pour foutre la merde et inciter au débordement.

Technique ancestrale de tous les pouvoirs.

Je n'ai pas la réponse à ces questions, pas de certitudes mais tout se passe comme si.

Les billets du blog déja postés sur ce même sujet. 1   2

#

 

 Il faut bien constater qu'avec sa ruse , son absence de morale et d'état d'âme,

avec tous ses moyens de répression policière et judiciaire, ses médias aux ordres ou alignés

la caste au pouvoir (qui n'a rien d'une élite) , même très impopulaire,

a réussi, pour le moment, en restant sourde, à  juguler et contenir la contestation dans  la rue ou sur les rond-points.

Ce pouvoir détesté et contesté est toujours en place après 18 samedis de protestation

et il a encore injustement mais légalement des moyens énormes à sa disposition.

Ce n'est donc pas gagné...

 

L'espoir réside dans une plus forte convergence des ras le bol, un deuxième souffle printanier, ou un coup de pouce du Ciel.

Un n ième scandale peut aussi advenir et faire s'écrouler toute la structure vermoulue en poussière

(pour finir le travail des termites jaunes).

Les élections illusoires de Mai auront-elles même lieu ?

Après le détournement  d'une partie de ce mouvement vers la gauche radicale alors qu'il était plus apolitique ou de droite au départ,

elles risqueraient d'amener provisoirement Marine Le Pen au pouvoir.

Une victoire de LREM étant peu probable malgré les sondages en partie orientés car achetés.

( Faut pas déconner !)

 

Ce gauchissement des manifestations citadines ,

alors que la gauche radicale à quelques notables exceptions près, avait pris le train en marche avec réticence

("beaufs" et électeurs du FN obligent)

peut se mesurer  aux drapeaux (plus de noirs et rouges, moins de bleu blanc rouge)

aux slogans de moins en moins souverainistes et anti-oligarchie,

de plus en plus anti-fa ("tout le monde déteste la police" etc...) ou sociétaux .

(Mais ce dernier samedi ce n'était pas aussi évident.)

 

Même si un peu de tout subsiste encore.

Ouf! car c'est cette diversité , cette absence de chef, cette tolérance et

cette largeur du spectre qui le rend fort devant l'adversité.

Deux lignes de fracture s'imposent en filigrane, l'Europe et l'immigration.

Même si les gilets jaunes ne parlent que très peu d'immigration directement.

Le RIC surnage dans un consensus régulièrement discuté .

L'Union qui devrait faire la force a un peu de plomb dans l'aile.

Mais il faut rester positif, il y a encore malgré tout une mobilisation populaire

de tout bord qui se cherche,

qui discute et que les pires saloperies du pouvoir en place n'ont pas réussi à salir ou à achever

(ça bouge encore).

La conscience a évolué. Individuellement et collectivement.

 

Aujourd'hui tout semble possible vu l'absence totale de sagesse au pouvoir.

Même les pires vilénies sont encore à craindre.

Ou un petit miracle (hum?)

Je crois pourtant qu'en 2022 (cycliquement, astrologiquement ), tout devrait repartir sur des bases meilleures.

Mais d'ici là, c'est le brouillard...

Plusieurs futurs oscillent encore. Plusieurs chemins jusqu'à un point de remontée.

 

**********

 

 Site d'infos gilets jaunes: https://www.pagesgiletsjaunes.fr 

 

La page Facebook du Nombre Jaune

Le groupe est né d’un constat très simple, les chiffres donnés par le ministère de l’Intérieur sont minimisés.

Les grands médias relaient ces chiffres sans les vérifier ni les discuter,

malgré l’évidence face aux vidéos et photos de nos concitoyens.

Ces mêmes médias qui avouent n’avoir que ces chiffres de l’Intérieur à communiquer...

 

 

 

17/03/2019

Quelle bonne idée !

Une idée à suivre pour la police française, pour retrouver un peu de joie de vivre.

En Algérie, des policiers rejoignent les manifestants qui demandent un changement du système en place,

et apparemment ça leur fait un bien fou.

On comprend pourquoi Macron soutient le régime en place.

 

Les Algériens dans la rue:

 

07/03/2019

Une Europe construite sur des bases douteuses...

Union européenne : un passé qui empeste

|source

Pour les européistes, l’affaire est entendue : la "peste brune" est chez ceux qui contestent l’actuelle Union européenne. Quand Emmanuel Macron parle de la "lèpre qui monte", il vise ceux qui réclament le retour des nations, des frontières, des souverainetés. Le problème est que ces éveillés font masse. Les Gilets jaunes sont une des expressions les plus spectaculaires du refus des peuples de se diluer dans une Europe sans âme ni racine, ouverte à tous au nom des droits de l’homme et de la non-discrimination. Ce lundi soir, le Chef de l’Etat doit faire connaître, à travers un texte, les vues qu’il défendra aux Européennes. En septembre 2017, à la Sorbonne, il avait violemment fustigé "l’identitarisme" et le "souverainisme de repli", en accusant ses adversaires : "Ils mentent aux peuples !" (blog du 27 septembre 2017). Or c’est justement en souvenir d’une réflexion d’Alexandre Soljénitsyne à l’adresse de l’Occident - "Ne mentez plus !" - que Philippe de Villiers fait paraitre ce mercredi un livre-enquête (1) sur le profil caché des "pères fondateurs" de l’Europe. De cet utile travail de déboulonnage des fausses idoles ressort le visage trouble de cette UE construite sur des dissimulations. Villiers assure, au terme de sa démonstration : "Les architectes de l’Europe n’étaient pas des réfractaires à l’ordre de la peste brune". Les peuples dissidents ont toutes les raisons de se méfier des envolées vertueuses des donneurs de leçons, Macron en tête, qui ne veulent pas regarder l’histoire européenne en face.

Tout d’abord, Villiers fait un sort à l’idée que l’"Europe unie" serait sortie du cerveau de la Résistance. "C’est un mensonge. Ce sont les hommes de la "révolution nationale", dès 1941, (…) qui ont dessiné les contours du projet supranationaliste (…) C’est de l’école d’Uriage (NDLR : l’école des cadres de Vichy) qu’est sorti le projet européen de Monnet". Jean Monnet n’a d’ailleurs jamais participé à la Résistance. Il s’est contenté d’être l’homme au service des Américains, bénéficiant de financement de la CIA. Il sera en 1954 à la réunion constitutive du "groupe Bilderberg", ce club très secret qui réunit la crème des décideurs. L’Union européenne s’est notamment constituée dans ces lieux fermés et extrêmement élitistes. Robert Schuman, quant à lui, lorrain dont la famille choisit l’Allemagne à la fin du XIX e siècle, fut officier dans l’armée allemande lors de la première guerre mondiale. Il rejoint Vichy en 1940. Il n’a jamais résisté non plus et fut même frappé d’"indignité nationale". Enfin, le troisième "père de l’intégration européenne", Walter Hallstein, fut un officier instructeur du nazisme. Il a servi Hitler sous l’uniforme national-socialiste, tel qu’une photo le montre en mars 1943. Le 3 janvier dernier, Villiers a écrit à Donald Trump pour lui demander de rendre public le dossier Hallstein dans son implication au cœur du Reich. Mais pourquoi ces parcours ont-ils, jusqu’alors, été tenus secrets par ceux qui ne cessent d’alerter sur le retour de la bête immonde ?

(1) J’ai tiré sur e fil du mensonge et tout est venu, Fayard

14/02/2019

Mise en scène à Douma en 2018 (suite)

Il y a presque un an, début avril 2018, les puissances occidentales accusaient Bachar el-Assad d'avoir perpétré une attaque chimique à Douma. Une accusation ne s'appuyant sur aucune preuve concrète à ce jour, mais qui s'est largement fondée sur la diffusion d'une vidéo de scènes de panique dans un hôpital, reprise en boucle par tous les médias.

J'avais relayé tout cela sur ce blog et les arguments de ceux qui doutaient de la réalité de cette attaque.

En voici un de plus:

Le journaliste de la BBC Riam Dalati soutient désormais que ces images n'étaient que le fruit d'une «mise en scène».

«Après presque six mois d’enquêtes, je peux prouver sans aucun doute que la scène de l'hôpital de Douma a été mise en scène. Aucun décès n'est survenu à l'hôpital», explique-t-il dans une série de messages sur Twitter.

source

 

Note du 7 mars 2019:

Dans un rapport du 1er mars 2019, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques atteste qu’il n’y a jamais eu de substance chimique prohibée à Douma (Syrie) lors de l’attaque du 7 avril 2018 ; le bombardement tripatite de représailles (États-Unis, France, Royaume-Uni) était donc injustifié.

Ce scandale est exactement identique à celui des pseudos armes de destruction massive iraquiennes.

Les principaux médias occidentaux alignés désinforment ouvertement.

En effet ces médias de propagande préfèrent présenter cela en titrant que l'OIAC a bien découvert du chlore !

(mais le rapport ne précise pas par qui*, et hélas, le chlore ne figure pas dans la liste de la convention d'interdiction des armes chimiques.)

puis en présentant l'essentiel en fin de paragraphe derrière un : "en revanche " l'OIAC indique ne pas avoir découvert de preuves d'une utilisation d'agents neurotoxiques." (ce qui est la seule vraie info contredisant les raisons avancées pour le bombardement occidental.)

  exemple

(C'est ce qu'on appelle de la mauvaise foi ou une présentation partiale.)

 * Or on sait que les rebelles/terroristes en possèdent et sont en mesure de propulser des barils d'un quartier à l'autre.

13/02/2019

Vénézuéla en crise

"Aujourd’hui le Venezuela est divisé entre deux légitimités, celle du président constitutionnel Nicolas Maduro et celle du président de l’Assemblée nationale, Juan Guaidó.

Ce dernier s’est autoproclamé président par intérim prétendument en vertu des articles 223 et 233 de la Constitution. Il suffit de lire ces articles pour constater qu’ils ne s’appliquent aucunement à son cas et qu’il ne peut en tirer de légitimité pour la fonction à laquelle il prétend. Il est toutefois reconnu en cette fonction usurpée, par les États-Unis, le Groupe de Lima et une partie de l’Union européenne.

Certains soutiens de Nicolas Maduro assurent que Washington reproduit le renversement d’un gouvernement de gauche sur le modèle de ce qu’il fit contre Salvador Allende, en 1973, à l’époque du président Richard Nixon.

D’autres, réagissant aux révélations de Max Blumenthal et Dan Cohen sur le parcours de Juan Guaidó [1], pensent au contraire qu’il s’agit d’une révolution colorée comme on en a vu sous la présidence de George W. Bush." source

 

L'analyse de Michel Collon sur la situation vénézuélienne avec  l'alignement servile des médias français (et européens) sur les USA.

(le pétrole, Chavez, Maduro, Macron, rôle des USA , etc...)

11/02/2019

Pour une police en jaune.

Onfray

                                                                    ***

 

 Je n’ai jamais fait partie de ces irénistes de gauche qui, excités et énervés par la pensée 68, ont appelé à l’ouverture des prisons, à la haine de la police, à la dissolution de l’armée, au refus des services secrets, à l’interdiction des cartes d’identité biométriques. Sauf à se faire une idée de la nature humaine qui écarte les faits  -selon le souhait méthodologique de Rousseau qui est le père de toute la gauche culturelle- il faut dans une société de quoi faire régner un ordre, pourvu qu’il soit vraiment républicain et ne soit pas celui d’une minorité, d’une caste, d’une oligarchie qui soumet la majorité à sa puissance.

   Les forces de l’ordre, si elles sont force d’un ordre injuste, sont critiquables. La police de Vichy n’est pas la police de Macron, quoi que d’aucuns puissent en dire. La première avait massivement le droit de vie et de mort sur les citoyens, la seconde, pas. On sait que le défaut de police républicaine génère l’émergence d’un désir de police privée. Les "Voisins vigilants", par exemple, pallient l’impéritie de la police débordée par les cambriolages en effectuant une surveillance que je dirai populaire. Je n’y vois rien à redire.

   Hobbes avait théorisé la chose: il faut renoncer à sa liberté individuelle afin d’obtenir, en la créant, une sécurité sociale. C’est la nature du contrat social: je renonce à la loi de la jungle et j’obtiens, par cette renonciation constitutive du contrat, la certitude que la société me protégera.

   Mais, et tout Hobbes se trouve dans ce "mais", si la société ne fait pas sa part, si elle ne tient pas sa parole, si elle ne me protège pas, si elle m’expose à la loi de la jungle des autres, alors je recouvre de facto mon droit à me défendre moi-même. Autrement dit: si la police faillit, j’ai le droit de m’y substituer. A défaut, une police impuissante ne saurait disposer d’une légitimité à être et à rester police. A quoi bon des forces de l’ordre qui n’ont pas de force et ne parviennent pas à maintenir l’ordre?

   Le mouvement des gilets-jaunes est travaillé par de puissantes tensions: entre une aile d’extrême-gauche et une aile d’extrême-droite, en passant par un centre de droite et de gauche, des maastrichtiens et des souverainistes, toutes les sensibilités politiques françaises s’y retrouvent. Comment pourrait-il en être autrement? Ingrid Levavasseur apparaît en pleine page du Figaro pour faire l’éloge de l’Europe maastrichtienne… Cette femme est du pain béni pour les médias. Eric Drouet quant à lui qui tient pour la version brutale des gilets-jaunes n’aura pas la faveur d’une pleine page dans le même support pour exposer ses idées…

   De même, il existe dans les gilets-jaunes tout et le contraire de tout en matière d’intelligence et de culture: des gens cultivés, ayant lu les bons auteurs, capables de penser et de réfléchir en regard d’un savoir historique ainsi que de parfaits crétins. Il existe aussi des gens cultivés, ayant lu les bons auteurs, mais qui sont incapables de penser et de réfléchir en regard d’un savoir historique en même temps que de parfaits crétins qui ne maîtrisent pas les lois de la grammaire, de la syntaxe, de l’orthographe, ce dont témoignent des captures d’écran de leurs comptes diffusés avec une gourmandise non feinte par telle ou telle rédaction, bien qu’ils affirment un peu dans le désordre et de manière chaotique des idées de bon sens. La culture et l’intelligence ne sont pas des garanties de bon sens -et vice versa.

   Je suis en relation avec certains gilets-jaunes qui m’invitent à lire des ouvrages dont j’ignorais l’existence avant qu’ils attirent mon attention sur eux. Nous échangeons sur leurs lectures: l’un souligne et annote "Le Contrat social" de Rousseau, l’autre me demande quoi lire de Proudhon, un troisième veut savoir ce qu’est le programme politique des girondins pendant la Révolution française ou ce qu’est le communalisme libertaire dont je dis du bien.

   A l’heure où j’écris, je vois de mon bureau une vingtaine de gilets-jaunes rassemblés au pied de la statue de Jeanne d’Arc de la place de la Résistance à Caen. L’un d’entre eux grimpe sur la statue équestre et fait porter le gilet jaune à l’héroïne. Alentour, dans le petit groupe, une jeune fille crie: "Jeanne d’Arc, quel est ton métier?" et tous répondent en chœur: "avoue, avoue! Je fais une vidéo, pour moi. Je la mets sur une clé USB. Je l’efface de mon portable dont une source sûre m’a fait savoir qu’il pourrait bien intéresser d’autres personnes que mes interlocuteurs habituels… Pas question de la mettre en ligne pour que la police descende chez ceux qu’elle aurait reconnus et qu’ils finissent en garde à vue, puis en prison.

   Il y a donc des gilets-jaunes qui méditent les grands auteurs de philosophie politique et des gilets-jaunes qui théâtralisent leur fraternité de façon festive et bon enfant. Il se peut d’ailleurs que certains soient les mêmes. On le voit nationalement, il y a des gilets-jaunes qui défilent pacifiquement et d’autres qui jouent avec le feu, à tous les sens du terme. Il y a des gilets-jaunes qui ont des sympathies pour le Rassemblement national et d’autres pour la France insoumise. Il y en a aussi qui votent blanc ou qui ne votent plus depuis longtemps, alors que d’autres ont voté Macron et sont des déçus de sa politique.

   J’ai dit ailleurs que la violence montait depuis des semaines à cause de la stratégie adoptée par le gouvernement et plus particulièrement par le chef de l’Etat: les propos méprisants, les fins de non recevoir, les moratoires stratégiques en lieu et place des renoncements de bon sens, la criminalisation de tous au nom d’une poignée, l’organisation d’une tournée provinciale narcissique abondamment médiatisée et présentée comme une occasion de questionner les Français sur leurs problèmes non sans avoir dit au préalable que, quoi qu’il en soit des conclusions rédigées dans plusieurs mois, le cap politique maastrichtien sera maintenu…

   Semaine après semaine, le pouvoir ne lâche rien et hausse le ton. Chacun le sait pour l’avoir expérimenté lors d’un repas de famille: cette stratégie offre la meilleure probabilité pour que la table soit renversée avant la fin des agapes… Sauf en dictature, le pouvoir écoute ce que le peuple lui dit quand il exprime sa souffrance. Sauf en dictature, le pouvoir répond aux demandes par la négociation, dont le candidat Macron, à grand renfort de citations du philosophe Habermas, avait dit qu’il était le cœur nucléaire de sa politique. Mais "l’agir communicationnel" du philosophe allemand n’est plus à l’ordre du jour chez le président de la République qui revendique un pensée complexe… Sauf en dictature, le pouvoir prend acte de la parole du peuple et agit en conséquence avec en tête le désir de calmer le jeu. Le chef de l’Etat ne le calme pas. Il semble même prendre plaisir à jeter de l’huile sur le feu.

   J’ai écrit que la police était grandement instrumentalisée dans la riposte répressive à cette demande originaire de refondation de la démocratie -car c’est de cela qu’il s’agit. On ne saurait satisfaire une pareille demande en jetant sur la table une enveloppe de dix milliards, avec ce genre de geste trivial et vulgaire du client qui achète la sujétion de sa prostituée. Ce paquet de billets de banque (l’argent du contribuable…) fait dire à François Berléand (un ami du président que des photos souriantes montrent en compagnie joyeuse de Romain Goupil et de Daniel Cohn-Bendit…) que les gilets-jaunes auraient dû se faire acheter, la fermer et retourner au bagne la queue entre les jambes. Ne parle-t-on pas dans les médias et chez ces gens-là de la "grogne" d’un peuple qui dit sa souffrance comme on parlerait de la grogne de chiens enragés?

   Il y a dans les forces de l’ordre tout et le contraire de tout: des cow-boys qui aiment taper, cogner, qui jouissent de tabasser, de molester, d’ajuster le tir tendu en visant un visage qu’ils s’apprêtent à défigurer avec la sale jubilation   propre aux gens malsains. Mais il y a aussi des fonctionnaires de police qui croient à la République, à la loi, au droit, à la justice et qui n’aiment pas que le pouvoir leur fasse jouer le rôle d’une milice gouvernementale qui fait moins respecter l’ordre public qu’elle ne protège les intérêts privés de  particuliers qui se servent de la République plus qu’ils ne la servent. 

   Chacun aura vu que le gouvernement, le ministre de l’Intérieur et le président de la République en première ligne, assurent les cow-boys de toute impunité. C’est la meilleure façon d’ajouter de l’huile sur le feu. Le choix de la répression est toutefois à géométrie variable.

   Car, c’est indéniable, il existe des casseurs dans les manifestations des gilets-jaunes. J’ai régulièrement fait savoir que les forces de l’ordre avaient laissé dépaver tranquillement l’avenue des Champs-Elysées, ce qui était aveu que le pouvoir avait envie et besoin de ces violences pavées. J’ai également raconté que je disposais d’informations attestant que certains qui avaient provoqué des violences dans Caen certes arboraient le gilet-jaune, mais avaient été vus sortant de voitures habituellement affectées aux métiers plutôt destinés à empêcher les manifestations de gilets-jaunes…

   Il existe aussi des "blacks blocs", comme il est dit, que le pouvoir a intérêt, sinon à noyauter, du moins à laisser faire. C’est tout bénéfice d’un point de vue médiatique puisque les manifestations seront vidées de leurs contenus politique et revendicatif pour devenir des explosions de colère, des manifestations de barbarie, des déchaînements de sauvagerie, des ravages de hordes sauvages… Il faut obtenir du Français moyen derrière son écran qu’il puisse penser qu’il n’est pas contre les manifestations mais que, là, ça commence à bien faire… C’est le B.A.BA de la propagande d’Etat.

 Le paradoxe est le suivant: si on ne peut faire confiance à la police pour faire la police doit-on renoncer à toute police? La réponse est bien évidemment: non. Où l’on retrouve Hobbes et la justification que le citoyen peut recouvrer son droit abandonné si l’Etat ne lui accorde plus protection, pire, si, non content de ne pas lui apporter protection, l’Etat lui assure désormais bien plutôt la répression!

   Il y a urgence pour les gilets-jaunes à ne pas tomber dans le piège que le pouvoir lui tend de nourrir la surenchère de violence. Les attaques ad hominem, les vandalisations de maisons d’élus, celle des commerces, il y a peu, le ravage d’une librairie parisienne, les menaces anonymes envoyées sur les réseaux sociaux, y compris la haine renvoyée en retour aux haineux -je songe à Berléand et à d’autres opposants…-, l’incendie du domicile breton du président de l’Assemblée nationale, celle du restaurant de la banlieue de Toulouse dont le chef a signifié qu’il n’était pas solidaire du mouvement: tout ceci est généalogiquement explicable mais moralement et politiquement inexcusable.

   C’est très exactement ce que veut Macron et les siens: la surenchère de violence qui légitimera la surenchère de répression qui générera automatiquement la remontée du chef de l’Etat dans les sondages -donc son succès aux prochaines élections européennes. Quiconque fait le choix de la violence vote donc paradoxalement pour Macron!

   Et puis, et puis, hélas, trois fois hélas, il y a dans ce mouvement un indéniable courant antisémite. Je me suis battu pour qu’on n’assimile pas tous le gilets-jaunes au comportement d’un seul, de deux, voire de quelques uns. Mais un seul, deux ou quelques uns, ça n’est pas rien non plus.

   Un ami gilet-jaune m’a envoyé une quantité d’affiches apposées sur les murs de Caen qui disent ce que souhaitent ses compagnons. Il est beaucoup question de justice sociale et fiscale, de responsabilité de l’Europe maastrichtienne, de déni de démocratie, d’oubli du peuple, de responsabilité du MEDEF, de République sociale, de répression policière, de RIC, de collusion de Macron avec le monde des affaires, de chômage, de mutilations policières, on y trouve aussi des caricatures d’Emmanuel Macron, de Christophe Castaner, de Luc Ferry, de Benalla, c’est le jeu politique, mais aussi, or elle ne l’a mérité en rien et rien ne les justifie, de Brigitte Macron.

   Je dispose très exactement de 151 affiches. L’une d’entre elle, certes, c’est une seule sur cent-cinquante, mais c’est une de trop, est à vomir. On y voit un homme qui ressemble à un vieux Juif lisant un livre qui pourrait bien être le Talmud et à qui les concepteurs graphistes font dire: "Il doit bien y avoir une formule pour se débarrasser de tous ces cons (sic)…" Cette affiche est vraiment de trop. Elle ramasse tous les poncifs antisémites et prête aux Juifs le projet de se "débarrasser" des gilets-jaunes comme d’aucuns en leur temps ont souhaité se débarrasser des Juifs. Les ennemis des gilets-jaunes disposent ainsi d’un boulevard pour affirmer que les gilets-jaunes d’aujourd’hui sont les antisémites de 1933. Comment dès lors leur donner tort? Que leur répondre puisqu’ils sont désormais fondés à utiliser cet argument que d’aucuns leurs apportent sur un plateau?

   Des actes antisémites existent depuis le début dans ce mouvement des gilets-jaunes. Je me bats pour éviter l’amalgame entre ces gestes et la geste des gilets-jaunes. Une amie me fait parvenir ce jour la photo d’une vitrine parisienne de Bagel taguée avec le mot "Juden" en jaune… Je suis stupéfait, indigné, effondré, mortifié de voir une pareille chose… Qui a tagué cela? Qui? On sait que nombreux ont intérêt à ne pas savoir qui est à l’origine de cette infamie afin de pouvoir l’attribuer aux GJ. Mais il se peut aussi que ce soit l’œuvre d’un gilet jaune.

  Tout est possible: d’authentiques antisémites sont évidemment envisageables, des provocateurs venus de partout, de l’extrême-droite (c’est-à-dire de la droite d’après Marine Le Pen) à l’extrême gauche (c’est-à-dire de la gauche d’après Jean-Luc Mélenchon), toutes deux judéophobes, sans oublier certaines officines d’Etat... On imagine bien que, dans le doute, puisque le crime profite aux adversaires et aux ennemis des gilets-jaunes, il n’y aura pas grand zèle du côté de l’Etat pour trouver le ou les coupables de cette peinture qui, hélas, entre dans l’Histoire.

   Raison de plus pour que les gilets-jaunes se dotent d’un véritable service d’ordre qui fera ce que ne font plus un certain nombre de policiers, et ce pour de multiples raisons: zèle, idéologie, débordement, obéissance à leur hiérarchie…  Que les gilets-jaunes demandent aux responsables des service d’ordre, des syndicats et des partis politiques des conseils pour s’organiser en urgence: c’est leur métier de contenir les pulsions du cerveau reptilien. Les quenelles, les propos antisémites, les affiches qui attaquent des rabbins, les insinuations judéophobes, les tags explicitement nazis parce que rédigés en allemand, tout cela doit être empêché par les gilets-jaunes eux-mêmes.

   A défaut, ce combat des gilets-jaunes cessera immédiatement d’être le mien.      
 

Michel Onfray

                                                                                           ***

Si 1 affiche sur 151 est de trop, à mon sens la fin en jaune est aussi en trop car en contradiction complète avec le sens global du texte (et des précédents) ... 

Il ne faut pas céder aux injonctions moralisatrices et basées sur la peur ou la culpabilisation.

(dont on voit qu' elles se basent sur des "fausses informations", des cas ponctuels sur lesquels on focalise, des affirmations péremptoires, des faits non avérés ou très exagérés, le tout instrumentalisé et amalgamé dans un seul but...)