Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2020

Epidémie intrumentalisée ou pandémie fabriquée?

Au fil des semaines on découvre tellement d'informations étonnantes, de révélations décoiffantes et d'hypothèses troublantes qu'il est difficile de se faire une idée sur la réalité même de l'épidémie qu'on nous impose et
-qui aurait servi de prétexte ou
-qui se serait servi du contexte
...pour déclencher cette crise planétaire.

A moins qu'elle n'ait été entièrment fabriquée ?

Il faut bien reconnaître que cette hypothèse assez extrême (et donc perçue comme "complotiste") prend chaque jour un peu plus de poids au vu des témoignages, de l'évolution des choses, et des agissements (suspects, incohérents, criminels ou cyniques) des gouvernements, lobbies et autorités médicales. (Cf Itw de Lucien Cerise*)

Tout se passe en effet comme si...

Mais aucune version ne suffit à tout expliquer.

J'hésite donc encore entre ces diverses possibilités.
J'avais constaté l'efficacité du système dépistage/test + masques en Asie bien que je ne crois pas en l'efficacité ni des uns ni des autres. Sauf pour rassurer la population et enrayer le stress (qui ailleurs a amplifié la mortalité).
Mais la non fiabilité des tests m'a beaucoup fait réfléchir et explique une grande part des incohérences constatées.

Je vous livre ici la description de l'hypothèse d'une fabrication complète de cette pseudo-pandémie, issue d'un forum et attribuée à un soignant. source

Je n'y accordais qu' une faible probabilité encore il y a 1 mois (peut-être 10%) mais celle-ci est remontée vers 25% à 35% au fil des recherches et de l'actualité.

Cette hypothèse va un peu dans le même sens que Wolfang Wodarg pour qui tout cela se résume à une épidémie de tests.
Elle éclairerait aussi pourquoi les pays pauvres sans confinement possible (Afrique, Inde, Amérique du Sud, etc...) échappent relativement à ce psychodrame dans leur majorité (ce qui prend à rebrousse poil le récit officiel et mérite une explication).

Voici l'hypothèse de travail ou l'expérience de pensée (car ça fait au moins réfléchir sans a priori).
C'est aussi crédible que la "version officielle" (complétement discréditée par les faits, les mensonges et les incohérences).

"Je travaille dans le domaine de la santé.

Voici le problème : Nous testons les gens pour tous les types de souche de Coronavirus. Pas spécifiquement pour le COVID-19. Il n’existe pas de tests fiables pour un virus COVID-19 spécifique. Il n’y a pas d’agences ou de médias fiables pour rapporter le nombre de cas réels de virus COVID-19. Il faut avant tout s’attaquer à ce problème. Chaque action et réaction au COVID-19 est basée sur des données totalement erronées et nous ne pouvons tout simplement pas faire d’évaluations précises.

C’est pourquoi vous entendez dire que la plupart des personnes atteintes de COVID-19 ne présentent rien de plus que des symptômes semblables à ceux du rhume ou de la grippe. C’est parce que la plupart des souches de coronavirus ne présentent rien d’autre que des symptômes de type rhume/grippe. Les quelques nouveaux cas de Coronavirus ont une réponse respiratoire plus grave, mais ont un taux de guérison très prometteur, surtout pour ceux qui n’ont pas de problèmes antérieurs.

“L’étalon-or” des tests de COVID-19 est constitué de particules de coronavirus isolées/purifiées en laboratoire, exemptes de tout contaminant et de particules qui ressemblent à des virus mais qui n’en sont pas, dont il a été prouvé qu’elles sont à l’origine du syndrome connu sous le nom de COVID-19 et qui ont été obtenues en utilisant des méthodes d’isolation virale et des contrôles appropriés (et non la PCR actuellement utilisée ou les tests sérologiques/anticorps qui ne détectent pas le virus en tant que tel). La PCR consiste essentiellement à prélever un échantillon de vos cellules et à amplifier tout ADN pour rechercher des « séquences virales », c’est-à-dire des fragments d’ADN non humain qui semblent correspondre à des parties d’un génome viral connu.

Le problème est que le test est connu pour ne pas fonctionner.

Il utilise l' »amplification », c’est-à-dire qu’il prend une très, très petite quantité d’ADN et la fait croître de manière exponentielle jusqu’à ce qu’elle puisse être analysée. Il est évident que toute contamination minuscule dans l’échantillon sera également amplifiée, ce qui peut entraîner des erreurs de découverte grossières. En outre, il ne recherche que des séquences virales partielles, et non des génomes entiers, de sorte qu’il est pratiquement impossible d’identifier un seul agent pathogène, même si l’on ignore les autres problèmes.

Les kits de test Mickey Mouse envoyés aux hôpitaux, au mieux, indiquent aux analystes que vous avez un peu d’ADN viral dans vos cellules. Ce qui est le cas de la plupart d’entre nous, la plupart du temps. Cela peut vous indiquer que la séquence virale est liée à un type de virus spécifique – par exemple la grande famille des coronavirus. Mais c’est tout. L’idée que ces kits puissent isoler un virus spécifique comme le COVID-19 est absurde.

Et ça n’a encore rien à voir avec l’autre problème – la charge virale.

Si vous vous souvenez bien, la PCR fonctionne en amplifiant d’infimes quantités d’ADN. Elle est donc inutile pour vous dire quelle quantité de virus vous pouvez avoir. Et c’est la seule question qui compte vraiment lorsqu’il s’agit de diagnostiquer une maladie. Tout le monde aura quelques virus dans son système à tout moment, et la plupart ne causeront pas de maladie parce que leurs quantités sont trop faibles. Pour qu’un virus soit malade, il faut en avoir beaucoup, une quantité massive. Mais la PCR ne teste pas la charge virale et ne peut donc pas déterminer si une ostéogenèse est présente en quantité suffisante pour vous rendre malade.

Si vous vous sentez malade et que vous faites un test PCR, tout ADN viral aléatoire peut être identifié, même s’il n’est pas du tout impliqué dans votre maladie, ce qui conduit à un faux diagnostic. Et les coronavirus sont incroyablement courants. Un grand pourcentage de la population humaine mondiale aura de l’ADN covi en petite quantité même si elle est parfaitement bien portante ou malade d’un autre agent pathogène.

Voyez-vous où cela nous mène ? Si vous voulez créer une fausse panique à propos d’une pandémie totalement bidon, choisissez un coronavirus.

Ils sont incroyablement communs et il y en a des tonnes. Un pourcentage très élevé de personnes qui sont tombées malades par d’autres moyens (grippe, pneumonie bactérienne, n’importe quoi) auront un test PCR positif pour les covi même si vous les faites correctement et que vous excluez la contamination, simplement parce que les covi sont si fréquents. Il y a des centaines de milliers de victimes de la grippe et de la pneumonie dans les hôpitaux du monde entier à tout moment.

Il vous suffit de sélectionner les plus malades d’entre eux dans un seul endroit – disons à Wuhan – de leur administrer des tests PCR et de déclarer que toute personne présentant des séquences virales similaires à un coronavirus (qui seront inévitablement nombreuses) souffre d’une « nouvelle » maladie. Comme vous avez déjà sélectionné les cas de grippe les plus malades, une proportion assez élevée de votre échantillon va mourir.

Vous pouvez alors dire que ce « nouveau » virus a un CFR plus élevé que celui de la grippe et vous en servir pour susciter plus d’inquiétude et effectuer plus de tests, ce qui produira bien sûr plus de « cas », ce qui élargira les tests, ce qui produira encore plus de « cas », etc. Vous aurez bientôt votre “pandémie”, et tout ce que vous avez fait, c’est d’utiliser un simple kit de test pour convertir les pires cas de grippe et de pneumonie en quelque chose de nouveau qui n’existe pas vraiment.

Il ne vous reste plus qu’à lancer la même arnaque dans d’autres pays. Veillez à ce que le message de peur reste fort, afin que les gens se sentent paniqués et moins capables de réfléchir de manière critique. Votre seul problème sera que, comme il n’y a pas de nouvel agent pathogène mortel, mais seulement des malades ordinaires, le nombre de cas, et surtout de décès, sera bien trop faible pour une véritable pandémie de nouveau virus mortel.

Mais vous pouvez empêcher les gens de le signaler de plusieurs façons.

Vous pouvez prétendre que ce n’est que le début et que d’autres décès sont imminents. Utilisez cette excuse pour mettre tout le monde en quarantaine et prétendez ensuite que la quarantaine a empêché les millions de morts attendus.
Vous pouvez dire aux gens qu’il est irresponsable de « minimiser » les dangers et les pousser à ne pas parler de chiffres.

Vous pouvez dire des conneries sur des chiffres inventés dans l’espoir d’aveugler les gens avec de la pseudo-science.

Vous pouvez commencer à tester des personnes en bonne santé (qui, bien sûr, auront probablement aussi des fragments d’ADN de coronavirus) et ainsi gonfler vos « cas » avec des « porteurs asymptomatiques » (vous devrez bien sûr tourner cela pour que cela semble mortel, même si tout virologue sait que plus vous avez de cas sans symptômes, moins votre agent pathogène est mortel).

Suivez ces quatre étapes simples et vous pourrez avoir votre propre pandémie entièrement fabriquée et opérationnelle en quelques semaines.

Ils ne peuvent pas « confirmer » quelque chose pour lequel il n’existe pas de test précis."

***


Que cette pandémie soit délibérément fabriquée (à partir de la Chine, puis en Europe) ou qu'elle soit opportunément instrumentalisée à partir d'une banale épidémie de coronavirus, il n'en reste pas moins que l'on entend assez peu de remises en cause des tests PCR, alors que ceux-ci sont vraiment peu fiables si l'on y regarde de plus près : 20% au pire ce qui est ridicule, 65% au mieux ce qui n'est pas suffisant. Cela rend possible une manipulation des chiffres de la part des autorités sanitaires, que l'on sait grandement corrompues (OMS, ANSM, INSERM, INS, ARS, conseil de l'ordre des médecins (2) , comités scientifiques au service des labos).


*"En conclusion, soit ce virus est très dangereux et les mesures du gouvernement jusqu’à la mi-mars ont permis de l’installer en France, et de le cultiver depuis ; soit ce virus n’est pas si dangereux, et les mesures prises depuis la mi-mars sont excessives et comportent des risques supérieurs au virus lui-même".

28/04/2020

7 Milliards de suspects...

Reportage d'Arte sur le totalitarisme numérique.





Seule option de résistance à cette vision paranoïaque ultra-sécuritaire, inventer un autre futur.
Ce qui implique un éveil des consciences.

27/04/2020

Anatomie d'un désastre



A voir !
Excellent entretien avec l'anthropologue suisse Jean-Dominique Michel spécialiste de santé publique.
(26 Avril 2020)




Son blog.

Mise en perspective de la mortalité officielle. A suivre.

26/04/2020

Corruption de la médecine par les laboratoires


Interview du Pr Jean Roudier par Laurent Mucchielli.

Extraits:

"Depuis une trentaine d’années, l’industrie pharmaceutique a infiltré le milieu des médecins universitaires en leur faisant réaliser des essais de médicaments.
Les essais de médicaments, conçus et structurés par l’industrie, ont pour but de démontrer l’efficacité d’un médicament dans le traitement d’une maladie, pour obtenir ensuite sa mise sur le marché. Ces essais sont nécessaires, mais ne représentent qu’une toute petite partie de la recherche médicale."

photo-jean-roudier.jpg



"Les médecins qui participent aux essais sont des exécutants rémunérés. Ils suivent un protocole rigide, conçu par l’industriel qui finance l’essai et qui paye (habituellement dans un créneau de 1 000 à 3 000 euros par patient inclus) le médecin qui inclut des patients dans l’essai. Les médecins qui participent aux essais sont des exécutants rémunérés. Ils suivent un protocole rigide, conçu par l’industriel qui finance l’essai et qui paye (habituellement dans un créneau de 1 000 à 3 000 euros par patient inclus) le médecin qui inclut des patients dans l’essai. Dans cet accord, le laboratoire pharmaceutique et le médecin investigateur sont bénéficiaires, le premier de la démonstration de l’efficacité du médicament, le second d’une somme d’argent conséquente et du soutien du laboratoire pour sa carrière.
Le patient est le dindon de la farce, car son inclusion dans un protocole standardisé d’essai médicamenteux le prive d’un suivi personnalisé.

Malgré tout, de nombreux Professeurs de médecine ne réalisent que des essais de médicaments et se considèrent comme de grands chercheurs. Ces « essayistes » profitent de la grande efficacité de l’industrie pharmaceutique à promouvoir ses hommes. "


"Le conflit actuel n’est pas le refus par des médecins de la méthodologie des essais thérapeutiques, mais le refus par des médecins scientifiques de laisser les méthodologistes envahir tout l’espace de la médecine et de la recherche médicale.

Si on les laisse faire, il n’y aura plus de recherche médicale, juste des essais médicamenteux poussés par l’industrie. Il n’y aura plus de patients individuels, juste des participants anonymes dans des protocoles randomisés."

"Au fil des années, j’ai vu l’industrie pharmaceutique prendre, avec beaucoup de finesse, le contrôle de la médecine universitaire. Elle a fait la carrière de jeunes médecins en les faisant parler dans les congrès qu’elle finance, en les faisant publier, en les faisant connaître. Elle a réussi à remplacer les médecins chercheurs par des médecins « essayistes » et fiers de l’être ! Ces « essayistes » arrivent, avec le temps, à représenter leur spécialité et à passer pour des interlocuteurs compétents, des « Experts ». En réalité, ce sont des « Key Opinion Leaders », le terme utilisé par l’industrie pour désigner ses influenceurs.

Derrière le conflit de style entre Didier Raoult et les « Experts » (Superdupont déplaît à la Cour), il y a bien un conflit de fond entre deux conceptions de la recherche médicale, celle des chercheurs qui posent des questions et tentent d’y répondre et celle des « essayistes ». Ce n’est pas un conflit médecin contre chercheurs, mais plutôt médecin chercheur fondamentaliste contre médecins chercheurs… de capitaux."

Lire tout l'article

Dolder club, Depakine, Macron, Weinberg.



Eléments concrets pour mieux saisir le pouvoir de la pieuvre Bigpharma.
Article de B. Blavette daté de Juin 2019 publié sur AED (Association pour l"économie distributive).


750_3283_r-740x370.jpg





***

Le DOLDER Club




Le Dolder Grand est un hôtel cinq étoiles situé dans la forêt, sur les hauteurs entourant la ville de Zurich. Avec ses tours, ses tourelles, ses colombages, le bâtiment semble sorti d’un film d’aventures ou d’espionnage.

C’est en ce lieu, à la fois ultra luxueux et discret, qu’en 1970 une trentaine de hauts dirigeants de l’industrie pharmaceutique mondiale choisissent de se réunir pour la première fois. Depuis cette date, la rencontre se déroule une ou deux fois par an dans divers pays du monde et a adopté en toute modestie le terme de « Dolder Club » qui dans divers patois allemands et en alsacien désigne « la cime la plus haute, qui domine toutes les autres ».

C’est tout à fait par hasard que j’ai appris, il y a quelques semaines, l’existence du Dolder Club par l’intermédiaire d’un site faisant la promotion de la santé naturelle par les plantes. Car, plus encore que le « Groupe de Bidelberg », cette réunion est ultra confidentielle. Le Dolder Club ne possède pas de site internet, nulle mention n’en est faite sur le site de la Fédération Internationale des Fabricants Pharmaceutiques (IFPMA pour Inter­national Federation of Pharmaceutical Manufacturers) qui en est pourtant l’organisatrice, nulle mention non plus dans les agendas des divers participants.

La dernière réunion du Dolder Club s’est tenue à Paris les 7-8-9 juillet 2018. Mais cette fois l’anonymat intégral avait été brisé par une dépêche de l’AFP, reprise par différents organes de presse (La Croix, Le Point, Le Monde…), qui relate succinctement la rencontre et précise que le groupe a été reçu le 9 juillet au soir par Emmanuel Macron bien que ne figurant pas sur l’agenda officiel du Président. Le site internet de l’Elysée ne comporte pas non plus de compte rendu de ces discussions.

...//...

La réunion est présidée par une vieille connaissance, Serge Weinberg, Président du Conseil d’Administration de Sanofi. Ce personnage s’est particulièrement illustré par son intransigeance dans le cadre du scandale de la Dépakine, cet anti épileptique produit par Sanofi qui, administré aux femmes enceintes, engendre des enfants mentalement handicapés.Selon un rapport de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) du 22/6/2018, entre 16.600 et 30.400 enfants exposés à la Dépakine avant la naissance seraient atteints de troubles du comportement. Mais le pire c’est que tout porte à croire que Sanofi connaissait les effets délétères de la Dépakine depuis au moins le milieu des années 80 grâce à un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS)



le-pdg-de-sanofi-serge-weinberg-lors-d-une-conference-de-presse-le-5-fevrier-2015-a-paris_5207315.jpg



...//...

À l’issue de la réunion, Édouard Philippe a annoncé deux mesures phares auxquelles l’industrie pharmaceutique est très attachée :

La réduction à 180 jours des autorisations de mise sur le marché des nouveaux produits, au lieu de 300 jours actuellement. Ceci en dépit des multiples scandales qui secouent actuellement le secteur pharmaceutique : Médiator, Lévo­thy­rox, Dépakine, implants mammaires….

...//...

Parmi les revendications que les laboratoires espèrent pouvoir faire aboutir dans un futur rapproché on citera notamment l’obligation de la vaccination contre la grippe pour les plus de 65 ans (tout comme les fournisseurs d’eau, l’industrie pharmaceutique adore les consommateurs captifs), le déremboursement, voire, dans certains cas, l’interdiction des médecines alternatives : homéopathie, utilisation des huiles essentielles…

Le marché mondial du médicament avoisine les 830 milliards d’euros annuels, ce qui donne à ses acteurs une formidable force de frappe.

On peut considérer qu’aujourd’hui l’industrie du médicament est hors de tout contrôle, qu’elle impose sa loi aux États ainsi qu’aux instances internationales comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) par une généralisation de la corruption et du conflit d’intérêts. Il s’agit là d’une atteinte supplémentaire à nos processus démocratiques.

Lire l'article en entier

25/04/2020

Censure


On savait déja que la censure existait de manière douce et indirecte sur le Net par divers biais...
Lors de cette crise inqualifiable, elle devient vraiment de plus en plus prégnante et visible.

Youtube commencer à supprimer des vidéos trop visionnées (1), Facebook met des avertissements : "Fausse information" et les relègue en bas dans les notifications.

C'est surtout le cas si vous abordez le thème des traitements alternatifs aux vaccins , de la 5G en lien au coronavirus, ou d'opinions allant contre les affirmations et préconisations de l'OMS.

Cela m' est arrivé 2 fois dans la semaine pour des vidéos qui ne faisaient que présenter une opinion alternative.Sans plus.
Après tous les mensonges gouvernementaux, les mensonges éhontés de certains médecins sponsorisés , plus la mesure ubuesque du confinement là où il n'a pas lieu d'être, on s'enfonce en plein Bigbrother.

Mais dans la mesure où le conseil de l'ordre se permet carrément de menacer le Dr Raoult, tout devient possible. cf

Même chose en Italie...
Voir cette vidéo en français de Massimo Mazzucco qui dénonce les fake-news* de la presse mainstream et la censure en marche.

La parade la plus simple semble être de partager en masse les vidéos ciblées et de reposter les messages. Car nous sommes plus nombreux.


* Une fake-news au sens strict c'est par exemple une photo datant de 1981 avec un commentaire la décrivant comme un événement de 2015. Là oui on a clairement une fake-news.

(1) La vidéo n° 33 de JJ Crévecoeur (dont j'ai posté ici la n° 34 hier) a été supprimée de sa chaine Youtube. Sa réaction.

ob_11108e_cc-112983.jpg



Autre vidéo supprimée par Youtube et Facebook, toujours à cause du lien 5G/épidémie.
Il s'agit d'une vidéo dite complotiste qui présente la version de la médecine anthroposophique de Rudolf Steiner.
Voir ici sur Viméo Vidéo virale qui a suscité une levée de boucliers bien pensante 1 2 3 avec de très nombreux articles de "debunkage" clamant "C'est faux" par argument d'autorité (mais sans réelle argumentation profonde) au lieu de laisser les uns s'exprimer et les autres se renseigner pour se faire une idée comme le voudrait le principe démocratique s'il était appliqué en Europe.

Ils veulent avoir le monopole de la manipulation et de la propagande, c'est clair.
(L'éveil des consciences consiste pour eux à ne pas se poser de questions.)

Le récidiviste Fausti


Quand les escrocs du VIH sont encore à la manoeuvre pour nous vendre la "pandémie du Covid 19".

Article très instructif du très sérieux et toujours bien renseigné William Engdahl.


La longue histoire criminelle du Dr Fauci


MW-IC823_fauci_ZG_20200323100950.jpg?resize=1024%2C576&ssl=1



"Les tests de coronavirus ne prouvent pas du tout la présence d'un virus mortel chez aucun patient. ... c'est peut-être la plus grande fraude criminelle de l'histoire médicale."
Anthony Fauci a plus d'influence sur la politique de Covid-19 que le président des États-Unis. Un examen plus approfondi de la carrière d'Anthony Fauci brosse un tableau très alarmant.

Le talentueux Dr. Fauci

Tony Fauci occupe le poste le plus élevé au NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) à Washington depuis 36 ans. Aujourd'hui, à 79 ans, il a largement dépassé l'âge de la retraite et détient les fonds pour déterminer quelles compagnies pharmaceutiques ou chercheurs universitaires recevront ou non des fonds précieux du gouvernement, avec un budget annuel de 5 milliards de dollars du NIAID.
Revenons à 1984 lorsque Fauci a été nommé à la tête du NIAID à l'époque Reagan.
Cette année-là, un chercheur sur le SIDA, Robert Gallo, travaillant sous Fauci, a tenu une conférence de presse pour annoncer qu'il avait "découvert" le virus du SIDA. Il a dit qu'il s'agissait du virus de l'immunodéficience humaine VIH.
L'annonce qui a fait le tour du monde et l’a bouleversé a cependant totalement ignoré les procédures scientifiques, et des preuves scientifiques preuves scientifiques publiées préalablement examinées par des pairs, y compris les analyses au microscope électronique requises.
C'était un cas de "science par conférence de presse" comme l'a décrit un scientifique critique, le professeur Peter H. Duesberg. Duesberg était un chercheur primé à Berkeley qui a isolé le premier gène du cancer grâce à ses travaux sur les rétrovirus en 1970, et cartographié la structure génétique de ces virus.
Pour Gallo et Fauci, ce n'était pas important car des millions de fonds de recherche ont été injectés dans le NIAID pour rechercher le nouveau virus, le VIH. Fauci et Gallo ont affirmé que le sida était très contagieux, également par transmission sexuelle, en particulier chez les hommes homosexuels.
Notamment, avant que le Gallo affirme avoir trouvé le virus du VIH / SIDA, le NIAID avait fait des recherches sur le rôle des médicaments, des nitrites, des immunosuppresseurs éprouvés, dans la mort des premiers patients atteints du SIDA.
Cela a été rapidement abandonné en faveur de la recherche d'un «remède» contre le SIDA. On a déclaré aux médias que le SIDA était la "menace pour la santé publique du siècle".

gallo.jpg



Gallo a continué à faire des millions sur son test sanguin breveté pour le VIH, malgré le fait que le test donnait souvent des faux positifs et ne testait pas directement le virus présumé mais des anticorps actifs, une pratique d'immunologie dite non valide, car les anticorps se contentent de suggérer une réponse à une infection passée et pas nécessairement la présence du VIH. À cette époque, dans les années 80, Fauci était responsable de la recherche sur le sida au NIAID, poste qu'il occupe toujours ...
Pourtant, cette fraude a façonné la carrière de Tony Fauci pendant plus de 35 ans. Fauci à la tête du NIAID a prélevé des millions sur la Fondation Bill & Melinda Gates ainsi que la Fondation Clinton ainsi que des dizaines de milliards des contribuables américains pour cette fausse recherche. Étrangement, l'article de Giraldo et de Harven de 2006 a été soudainement retiré par le journal en 2019 juste avant l'épidémie de coronavirus de Wuhan.
Malgré le fait qu'il connaissait les règles établies de la virologie, Fauci, en tant que chef du NIAID, a recommandé le médicament de chimiothérapie de Burroughs Wellcome, l'AZT comme «médicament préventif» pour les patients diagnostiqués VIH même sans symptômes!
Burroughs Wellcome a remis au NIAID l'étude qui était délibérément biaisée concernant l'AZT. Fauci a même soutenu l'AZT pour les femmes enceintes malgré le grave risque pour le fœtus. Une marque de grossesse chez toutes les femmes est un niveau plus élevé d'antigènes car le système immunitaire naturel combat toute infection pour protéger le fœtus. L'AZT ou Retrovir, un médicament ayant échoué contre la leucémie, s'est révélé être un médicament hautement toxique. Il a été approuvé pour le dépistage du SIDA en 5 jours, un sacré record, par Fauci et le gouvernement américain en 1987. Aujourd'hui, malgré plus de trente ans de recherche financée et des milliards de dollars, aucun vaccin efficace contre le VIH / SIDA n'existe ....

FAUCI ET COVID-19

En octobre 2019, Fauci et son NIAID ont obtenu 100 millions de dollars de la Fondation Gates pour développer des thérapies "géniques" pour le VIH et la drépanocytose. Cela signifie qu'au moment des premières allégations de nouveau coronavirus à Wuhan en Chine, Fauci faisait toujours la promotion d'une fraude de 35 ans autour du VIH.
Fauci fait également partie de la cabale de la Fondation Gates. En 2012, Fauci a été nommé l'un des cinq membres du Conseil de direction du Plan d'action mondial pour les vaccins créé par la Fondation Gates.
Cela est très pertinent pour son rôle aujourd'hui en tant que «pape» du coronavirus de l'administration Trump. Son NIAID ou tout autre laboratoire dans le monde a-t-il rigoureusement, en microscopie électronique, des échantillons isolés et purifiés de patients testés SARS-CoV-2 positifs pour Covid-19? Ou les preuves virales sont-elles aussi défectueuses que celles de Fauci et celles que la clique du sida a fait pour le VIH?
De plus, le NIAID travaille avec Gilead pour mener des essais humains de phase II sur le médicament du laboratoire pharmaceutique Gilead, le remdesivir, en tant que traitement potentiel pour les patients adultes hospitalisés diagnostiqués avec COVID-19.
Une coïncidence?
Il convient également de noter que tous les principaux conseillers scientifiques du groupe de travail du président américain sur le COVID-19 sont liés depuis des décennies à la fausse recherche destructrice sur le VIH / sida et à la propagation de fausses théories.

im-174554?width=620&size=1.5


Aux côtés de Tony Fauci du NIAID, il y a Deborah L. Birx, M.D., qui a été nommée par Obama en tant que coordinatrice mondiale du sida aux États-Unis, et qui a travaillé sous la direction de Tony Fauci au NIAID de 1983 à 1986. À l'extrême droite se trouve Robert Redfield, actuel directeur des Centers for Disease Control and Prevention, centre du récent scandale des tests de dépistage des coronavirus. Redfield a cofondé, avec le discrédité Robert Gallo, l'Institut de Virologie Humaine basé à l'Université du Maryland. Redfield et Birx ont également co-écrit de nombreux articles scientifiques sur de prétendus vaccins contre le VIH, dont aucun n'a été efficace.
Fauci, Birx et Redfield, tous des complices incestueux des fraudes et des fautes professionnelles liées au VIH / sida, tiennent aujourd'hui entre leurs mains l'avenir non seulement de la santé publique américaine, mais aussi de l'économie mondiale tout entière. Pas vraiment une bonne situation. Comme le montre leur travail sur la fraude prouvée HIV = IDS, les tests de coronavirus ne prouvent pas du tout la présence d'un virus mortel chez aucun patient.

S'il en est ainsi, c'est peut-être la plus grande fraude criminelle de l'histoire médicale.
--------------------
par F. William Engdahl
(abrégé par henrymakow.com)
F. William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier, il est titulaire d'un diplôme en politique de l'Université de Princeton et est un auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique.
****
Lien Connexe - The Truth About Fauci by Dr.Judy Mikovits
(La vérité sur Fauci par Dr.Judy Mikovits)

22/04/2020

CQFD



confinement_aveugle_vs_cible_.jpg?1587496947





Résumé de la situation du point de vue naturopathique.