Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2018

Des rêves connectés au Futur

Article de Josselin Morrison dans l'Inexploré (et sur le site INREES) 16 Juillet 2018

Pouvons-nous influencer notre vie en utilisant les synchronicités, en les appelant, voire en les provoquant ? Oui, d’après les pratiques chamaniques venues du fond des âges mais aussi selon la physique moderne ! Et si le futur pouvait être connecté ?

Si les synchronicités ont un sens et que le temps est une illusion nécessaire à notre expérience dans la matière, alors il doit être possible de les utiliser à notre avantage, voire de les provoquer. Etonnamment (ou pas) on trouve cette approche à la fois dans les pratiques précivilisationnelles de certains courants du chamanisme et dans les réflexions de pointe de la physique contemporaine. Et pour cause, pourrait-on dire, car les deux s’appuient sur le même concept : la rétrocausalité. L’idée que le futur ait une certaine « solidité », sous forme de potentialité ou de réalité psychique, et soit capable d’agir sur le présent n’est en effet pas nouvelle et les chamanes ont toujours su en tirer profit, notamment par l’intermédiaire des rêves.

Le temps du rêve


Ainsi, dans la culture aborigène d’Australie, la notion de rêve est centrale et cette cinquième dimension a sa propre temporalité. L’anthropologue québécoise Sylvie Poirier explique que les Aborigènes vivent la continuité du « rêve ancestral », qui désigne le temps de la création, avec le rêve individuel : « Les rêves sont l’espace-temps privilégié de communication entre les humains et les Anciens, les humains et les esprits des morts. » Le rêve est un voyage de l’âme, il est actif et « représente une forme d’engagement », comme l’écrit de son côté Robert Moss, créateur du rêve actif : « On peut décider de l’endroit où on a envie d’aller et y aller consciemment. » Sylvie Poirier souligne que les Aborigènes distinguent les « rêves ombres », les moins importants et dont on se souvient à peine, et les rêves « porteurs d’un message », « ceux qui présagent d’un événement à venir ou confirment un événement déjà survenu. […] Les rêves peuvent aussi annoncer la visite d’un parent ou d’un étranger ; d’autres présagent d’un malheur prochain […] ; d’autres rêves avertissent d’événements déjà survenus dans une autre région mais dont la communauté du rêveur ne sera informée qu’après que le rêve se soit produit (1)…»

Le rêve oriente finalement les activités liées aux rencontres, à la chasse et à la cueillette, aux maladies, aux conflits, etc. Ce que l’Occidental nomme synchronicité est donc dans cette culture la marque de l’irruption constante du « temps du rêve » dans le temps ordinaire car, note Sylvie Poirier, « l’univers aborigène est un univers ‘‘où tout fait signe’’, ou pour reprendre l’expression de Foucault (1966), un univers où les signes font partie des choses ; les signes n’y sont donc pas des modes de représentation, ils sont des manifestations. Toute manifestation est potentiellement signifiante. »

lire la suite

17/07/2018

Et oui, la science invalide la théorie du genre.

...ce que sait d'ailleurs tout parent objectif et attentif.

Les théories diverses utopistes et idéalistes ménent le plus souvent en enfer (qui, on le sait, est pavé de bonnes intentions)

Je ressors des tiroirs un article rédigé par Pierre-Olivier Arduin*, le 27 août 2011...

                                                                             ***

La science invalide la théorie du gender

"L'imposition d'une théorie extra-scientifique dans un enseignement scientifique n'est pas le moindre des paradoxes de la controverse nationale née après l'introduction de la  théorie du gender  dans le programme officiel des lycées français en vigueur à la rentrée. Le plus étonnant dans cette affaire est que la science est en réalité bien moins démunie qu'on ne le pense pour démonter les présupposés idéologiques de ce courant de pensée.

 Oui, garçons et filles sont différents. Ils ont des centres d'intérêt différents, des niveaux d'activité différents, des seuils sensoriels différents, des forces physiques différentes, des styles relationnels différents, des capacités de concentration différentes et des aptitudes intellectuelles différentes ! . Ce que tous les parents du monde savent d'expérience en vivant au quotidien avec leur progéniture, l'Américaine Lise Eliot, neurobiologiste aguerrie, l'écrit noir sur blanc dans un livre événement  Cerveau rose, cerveau bleu. Les neurones ont-ils un sexe ? qui sort ces jours-ci en France[1]. Le Figaro Magazine y consacre un dossier passionnant et publie en exclusivité les meilleures feuilles d'un livre dont il faut reconnaître qu'il tombe à pic en pleine polémique sur l'introduction du  gender  dans les nouveaux programmes de sciences de la vie et de la terre (SVT) de 1ere [2].

Dissociation entre genre et sexe

L'idéologie du  gender  prétend en effet que les  genres  masculin et féminin seraient exclusivement le produit de préjugés socioculturels sans aucune relation avec la dimension sexuelle de la personne. Conséquence immédiate d'un tel raisonnement, l'identité sexuelle, déconnectée du corps biologique sexué, peut être librement construite par les individus. Quant aux différences observées entre les garçons et les filles, elles ne seraient que des stéréotypes de l'éducation qu'il s'agit désormais d'éradiquer. Les Suédois sont d'ailleurs passés à l'acte en créant cette année une école maternelle d'un  nouveau genre  – pardonnez-moi l'expression – d'où est banni tout savoir identitaire masculin ou féminin. Répondant au doux nom d'Egalia, cet établissement révolutionnaire va jusqu'à prôner la suppression des  genres  grammaticaux et des pronoms  il  ou  elle  :  Les enfants sont appelés par une forme neutre du terme  ami . Toute connotation masculin/féminin a été méthodiquement éradiquée du paysage. Plus de rose, plus de bleu, plus de livres de contes de fées, atrocement sexistes, il est vrai. Au coin bibliothèque, les enfants trouvent des histoires de couples homosexuels et de familles monoparentales [3]./..."

lire la suite ou pas...

03/07/2018

La "dictature médicale" en marche contre la liberté d'expression...

De plus en plus incroyable et révoltant.

La médiocrité servile (6 académies inutiles et Michel Cymiés, etc...) au service de l'argent (labos industriels) veut imposer sa façon de voir à tous et interdire aux avis divergents de s'exprimer.

                                                                            ***

Article de Nicole et Gérard Delépine, publié sur Agora-vox. (Leur site)

Mais que sont-ils venus faire dans cette galère ? Réponse à la mise en cause par 6 académies, d’une décision de justice

JPEGen faveur du PR Joyeux. Le Droit devient très flou ![1]

 

 Par G Delépine chirurgien, statisticien.

 

 « Que chacun raisonne en son âme et conscience, qu'il se fasse une idée fondée sur ses propres lectures et non d'après les racontars des autres. » Einstein

 

 

Une relaxe pour la liberté d’expression qui dérange

Le Journal « Le monde » du 29 6 2018 a offert une tribune à six académies (l’Académie des sciences, l’Académie d’agriculture de France, l’Académie vétérinaire de France, l’Académie nationale de chirurgie dentaire, de médecine, et de pharmacie) pour critiquer la décision de justice relaxant le Professeur Joyeux pour ses propos concernant l’obligation des vaccins.

 

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/06/29/vaccin...

 

La chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins avait annulé la radiation du professeur Henri Joyeux, prononcée en 2016. Le Conseil de l’ordre lui reprochait deux pétitions sur Internet en 2014 et 2015 contre une préconisation et une décision du gouvernement conduisant à étendre la vaccination OBLIGATOIRE. La seconde dénonçait la présence d’aluminium comme adjuvant dans le vaccin « hexavalent » danger potentiel [2]. La procédure va devant le Conseil d’Etat, l’Ordre des médecins se pourvoyant en cassation, mettant donc en cause un jugement de sa propre chambre disciplinaire. Tout cela n’est pas très clair.

 

 

 Les académies se prononcent et critiquent la justice, au moins indirectement

 

« Ces positions sont d’autant plus scandaleuses que les couvertures vaccinales restent insuffisantes en France. (…) L’actualité rappelle que la rougeole peut tuer », selon les académies.

 

En dehors de l’académie de médecine dont les positions étaient connues [3], et celle de l’académie des sciences qui partage avec elle certains membres, on peut s’étonner des positions aussi définitives sur la couverture vaccinale en France des académies de l’agriculture ou de chirurgie dentaire ou de pharmacie. Nous attendons avec intérêt la liste de leurs publications scientifiques internationales sur le bénéfice risque du vaccin hépatite B par exemple chez le nouveau-né humain, y compris prématuré ou encore celui de la coqueluche ou de la polio ?

 

 

 Fake News sur la rougeole et la couverture maximale

 

 De surcroit, il est fort regrettable que les Académies, et donc les médias officiels de la pensée unique, continuent de faire croire qu’une couverture maximale de la population ferait disparaitre la rougeole alors que la Chine suffisamment totalitaire pour avoir atteint plus de 98 % de vaccinés continue à voir courir la rougeole transmise par les porteurs sains. Les médias qui prétendent sur avis du ministère que l’adulte immunodéprimé récemment décédé, officiellement de la rougeole, aurait été contaminé par un sujet non vacciné n’en savent rigoureusement rien et semblent ignorer le passage silencieux du virus chez les vaccinés (porteurs sains) pourtant bien établi. Fake news officielle ou ignorance ?

 

 Ils pourraient lire notre réponse sur agoravox rapportant les faits établis : « Eléments de réponse au plaidoyer pro obligation vaccinale de l’interview d’AC Siegrist dans la Tribune de Genève du 3 janvier 2018, réponse d’ailleurs nullement contestée :

 « Inefficacité de la couverture maximale vécue en Chine et aux USA

 En Chine l’intérêt prétendu de la société prime sur celui des individus, et l’efficacité du système totalitaire permet d’obtenir une couverture vaccinale de plus de 98%. En Amérique, grâce à une propagande forcenée, le taux de couverture vaccinale dépasse les 95%. Mais dans ces deux pays, le virus sauvage circule toujours, véhiculé par des adultes vaccinés et porteurs sains, ne permettant donc pas de protéger les personnes à risques. Ces exemples montrent que l’éradication de la rougeole n’est pas pour demain. Même si les experts de l’OMS ont proclamé en 2000, puis en 2016 avoir éradiqué la maladie en Amérique du Nord[14], cette déclaration fut démentie par la réapparition épisodique de la maladie qui confirme que le virus circule toujours malgré la couverture vaccinale prétendument optimale.

L’ancien directeur général de la santé en France, William Dab, a précisé lors d’une interview « Une stratégie d’intervention fondée sur l’obligation doit se discuter non dans ses principes, mais dans ses résultats, et ceux-ci ne sont pas si favorables... » [4]

 

 Délégation de taches, perte de spécificité. Conséquences de la loi de santé 2016

 Il est aussi très surprenant que l’académie vétérinaire, par exemple, se mêle de vaccination humaine. Certes le lobby des vaccinations est très fort chez les vétos aussi, mais tout de même entre un cheval, une vache ou un nouveau-né humain, il y a peut-être quelques différences ! A l’heure où les chiropracteurs peuvent remplacer de fait - sur décret de la ministre- les kinésithérapeutes, où les pharmaciens vaccinent sans examen clinique préalable sur délégation de taches, il ne faut pas s’étonner de grand-chose, ni en particulier que l’académie des pharmaciens s’en mêle. Mais il est sûr que les médecins qui veulent travailler selon les données acquises de la science (à 25 € pour les généralistes de ville) sont les plus mal lotis … Persécutés par l’Ordre pour leur pensée exprimée, par la CPAM pour leurs arrêts de travail, etc.… il ne faut plus s’étonner que les déserts médicaux s’accroissent, y compris dans les grandes villes dont Paris. Comme disait ce médecin salarié d’une agence régionale de santé : « je vais m’installer comme thérapeute, comme cela pas de problème avec l’ordre ou la sécu, et tarif libre » …50 € en moyenne et le comble est qu’elle pourra bénéficier des services des maisons de santé désespérément vides de médecins.
 

 Réaction vive du collectif « libre consentement éclairé »

 Le collectif « libre consentement éclairé » [5] opposé à l’obligation vaccinale[6] a rapidement réagi pour mettre en cause le détournement du droit qui serait conféré à ces académies, ainsi qu’à l’animateur d’émission médicale Michel Cymiès (qui a également critiqué au moins indirectement le jugement de la cour). On peut d’ailleurs être surpris que l’Ordre autorise des confrères (même académiciens) à critiquer publiquement un confrère médecin, alors que les éminents professeurs P. Even (ancien doyen de la célèbre faculté Necker enfants malades) et Debré (professeur d’urologie et député, ancien ministre) ont été condamnés pour avoir critiqué des allergologues dans leur livre et considérés comme anti déontologiques. La déontologie serait-elle à géométrie variable ?

Selon Pierre Lefevre et coll du collectif : « Après Michel Cymes, le médecin préféré des laboratoires pharmaceutiques, les six « académies » s'en mêlent pour remettre en cause une décision de justice et participer à la chasse aux opposants de la vaccination obligatoire.

Ces retraités des études et du savoir scientifique, semblent s'être alliés pour jeter indirectement le « discrédit sur une décision de justice », infraction passible de six ans de prison et de 7 500 euros d'amende, et ainsi porter « outrage à magistrat » (les magistrats qui ont rendu la décision de réhabilitation du professeur Joyeux), infraction passible de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.

Contredisant les motifs de l'arrêt, ces êtres « supérieurs », entretenus grâce aux impôts de leurs concitoyens, estiment que « la liberté d'expression a des limites et qu'elle n'excuse en rien les allégations irresponsables de certains professionnels de santé ».

Il faudrait rappeler à ces messieurs dames que nous ne sommes pas les jouets de leurs lubies et encore moins des corps dont ils pourraient disposer à volonté en fonctions des intérêts qui les lient à l'industrie pharmaceutique.

Ces « académies », entretenues à prix d'or, sont des anomalies dans le champ du savoir scientifique, il serait temps de les dissoudre et de renvoyer ces chers académiciens à leurs retraites. 

Rappelons-leurs le deuxième procès de Nuremberg. » [7]

 

 

 SCIENCE ET ANATHEME, LE PARADIGME DU 21 IEME SIECLE QUI N’EST PLUS CELUI DES LUMIERES

Jusqu’à une période encore récente, nous persistions à croire que le rôle des académies scientifiques était de susciter le « doute fertile », celui qui admet qu’il n’y a pas de vérité révélée en science, mais seulement des hypothèses que tout scientifique soucieux du progrès des connaissances doit constamment vérifier et remettre en cause. Le doute n’est -il pas le commencement de la sagesse selon Aristote ?

 

 C’était jusqu’ici le paradigme gagnant en science. Nos académiciens ne seraient-ils plus capables de doute ? Ni d’argumentation scientifique apparemment, car leur dénonciation ne comportait aucune considération scientifique, alors pourtant que leur rôle aurait été d’en apporter. Leur « foi » dans les vaccins et dans les décisions politiques entachées de conflit d’intérêt au plus haut niveau [8] aurait-elle obscurci toute démarche scientifique, pour qu’elles se contentent de jeter l’anathème sur les non croyants ? Cette attitude inaugure mal du discernement scientifique qui les anime et fait craindre que d’autres raisons les motivent.

 

Les liens d’intérêt de plusieurs académiciens, parmi les plus souvent cités dans la presse, devraient également être systématiquement signalés, lorsqu’ils s’expriment et que les médias s’appuient sur leurs dires comme sur les tables de la loi.[9] L’argument d’autorité habituellement utilisé ne devrait suffire à personne et surtout pas aux journalistes qui les citent avec soumission, principal vice de notre époque.

 

 

 LA LIBERTE D’EXPRESSION ENCORE DANS LA LOI ?

Sur le site gouvernemental « Vie publique » il est rappelé que « la liberté d’opinion a été affirmée solennellement dès la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Elle signifie que toute personne est libre de penser comme elle l’entend, d’affirmer des opinions contraires à celle de la majorité, de les exprimer La liberté d’expression : permet à chacun d’exprimer librement ses idées par tous les moyens qu’il juge appropriés. Elle implique donc la liberté de la presse, la liberté de la communication audiovisuelle et la liberté d’expression sur le réseau internet. Cependant, cette liberté implique également le respect d’autrui. Ainsi, les propos diffamatoires, racistes, incitant à la haine raciale ou au meurtre sont punis par la loi. »

 

Ce site déplore les atteintes à cette liberté faites durant la Restauration ou le régime de Vichy. Faudra-t-il bientôt ajouter le Conseil de l’Ordre (justement inventé par Vichy) qui a porté plainte contre ce médecin pour l’expression de ses opinions, et les académies ?

 Ils osent écrire que « la liberté d’expression a ses limites ». Mais qui en jugera ?

 

En France, comme soulignée par le Collectif à propos des académiciens, mais valable de façon générale, la loi prévoit une peine pouvant aller jusqu’à six ans de prison et de 7500 euros d'amende pour toute personne portant « discrédit sur une décision de justice »,

Et jusqu’à deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende à quiconque fait « outrage à magistrat ».

 

Ces académiciens sont-ils au-dessus des lois qui s’appliquent au citoyen ordinaire ? Les juges vont-ils au moins leur faire un « rappel à la loi » et les condamner à un stage citoyen pour qu’ils réapprennent les fondamentaux démocratiques ? En publiant cette tribune dans le journal Le monde ne s’est-il pas fait, au moins indirectement complice des délits précités ?

 

La séparation des pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire et de la presse constitue la base indispensable des régimes démocratiques. Nos juges sont-ils encore indépendants ? Ils le montreraient en poursuivant ces infractions.

 

L’affaire Joyeux sera-t-elle l’affaire Calas du gouvernement Macron ? Nous attendons un nouveau Voltaire ![10]

 

[1] Lire « le flou du droit » essai de 1986 de Mireille Delmas-Marty : « le flou du droit (fuzzy law) qui renvoie à la validité formelle et à la rationalité des systèmes de droit, n'est pas la traduction de la soft law qui renvoie à la validité empirique d'un droit non obligatoire ou peu sanctionné. " Le réalisme est peut-être de faire le pari que le flou, le doux et le mou pourraient être les garde-fous de cette complexité qui nous protège du risque d'unification bureaucratique ou hégémonique. « Https ://www.amazon.fr/Flou-droit-pénal-droits-lhomme/dp/213039602X

[2] Pétition en cours sur ce sujet http://petitions.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/index.php atteint à ce jour plus de 1146890 signatures … Le président élu n’avait -il pas promis de prendre en compte les pétitions de plus de 250 000 signatures ?

[3]

[5] Pierre Lefevre – « action soutenue par médecine & pharmacopée chinoises Fance qui se met bénévolement à notre service pour la gestion administrative de notre collectif -

M&PCF, C/O Maître Serge Lewisch, 132, bd du Montparnasse, 75014 Paris – FR »

[6] Plainte pénale déposée par Maitre Lewisch de plus de 1000 plaignants, classée sans suite …. Devrait faire appel.

[7] docteur.nicoledelepine.fr/vaccins-obligatoires-et-ethique-medicale-quest-devenue-la-reference-au-code-de-nuremberg-dans-la-loi-soumise-au-parlement-en-novembre-2017/

 

[8] http://docteur.nicoledelepine.fr/conflits-dinteret-inserm...  : « Le « Lancet » relance la polémique sur la présidence de l’INSERM « la réputation du milieu scientifique français a été endommagée par cet épisode, tant sur la scène nationale qu’internationale » et qu’il incombe au président français « de restaurer la confiance dans un système terni par cette opacité ».

 

[9] docteur.nicoledelepine.fr/conflits-dinteret-inserm-ministere-de-la-sante-obligation-vaccinale-nouvelles-drogues/

http://www.dur-a-avaler.com/depistage-du-cancer-de-la-pro... « Après avoir obtenu la très contestée obligation vaccinale la plus large d’Europe, les « lobbys des soins discutables » et souvent inutiles, s’agitent de nouveau pour réclamer « une politique de diagnostic précoce du cancer de la prostate », dont la nocivité doublée d’inefficacité, est pourtant bien établie depuis plus de 10 ans par toutes les agences du monde chargées du dépistage.

Une fois de plus et les articles qui influencent les décisions médicales s’affichent dans la grande presse, sans droit de réponse ni controverse, pour tromper les citoyens dont la formation médicale est en générale restreinte aux émissions tv qui relèvent de la même volonté de propagande pour des soins trop souvent contestables.

« Guy Vallancien, membre de l’Académie de médecine, croit à l’utilité du dépistage du cancer de la prostate et c’est son droit. Mais il ne s’agit pas de foi, mais de science et au moins de démonstration solide. Son devoir d’académicien, mis en référence comme argument d’autorité, aurait dû l’inciter à présenter le dépistage objectivement, avec ses avantages et ses inconvénients, selon l’état actuel de la science et en précisant les multiples sources, et pas seulement une étude qui va dans son sens si on ne la décortique pas »

 

01/07/2018

inspirobot.me

Une intelligence artificielle tente de concevoir des images inspirantes sur le Net, mais le résultat est parfois terrifiant...

intelligence-artificielle-IA-citation-pas-tres-inspirante.jpg

intelligence-artificielle-IA-massacre-citation-wtf.jpg

rioting-citation.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agit d'une  nouvelle forme d’IA nommée InspiroBot. Elle a été inventée dans le but de générer des images intégrant des phrases inspirantes avec des citations du type : « Crois en tes rêves, et ils se réaliseront peut-être. Crois en toi, et tes projets avanceront », insérée sur une jolie image de fond apaisante, le ciel, des fleurs, un coucher de soleil, etc.

Le problème est que cette IA semble parfois partir en vrille. Elle poste occasionnellement des citations se voulant inspirantes, qui sont en réalité totalement loufoques , incohérentes ou flippantes.

Mais parfois c'est très inspirant.

Tester le générateur d'images inspirantes ici

 

25/06/2018

Le rire chez les Grecs

 

 

Il existe trois mots  pour désigner le rire en grec.

48088529masques2-jpeg.jpeg

Le premier est le verbe "kakazô". La sonorité même du mot suggère qu'il s'agit  d'une onomatopée. Ce mot désigne le rire aux éclats, avec bruit et sans grâce, en grimaçant.

Le second mot désignant le rire est "meidiaô", qui désigne le sourire.

Le troisième mot est "gelaô" (ou "gelan"). Il s'agit du verbe qui fait référence au rire au sens noble du terme. La racine indo-européenne de ce mot est "gel-" qui signifie "briller", "scintiller". Le rire est un éclat. Il est illumination et porte vers le haut.

1404547850_32132.jpg

22/06/2018

Synchronicités

Dans ce qui semble anodin et anecdotique tout au long de nos trajectoires quotidiennes "prévisibles",
le futur (l'un de nos futurs) peut poindre, se dévoiler, s'exprimer par des images symboliques,des signes, des synchronicités
pour nous interpeler et attirer notre attention sur telle ou telle bifurcation menant vers lui.

300px-Rosenk%C3%A4fer_in_der_Sonne.jpg



Ceci d'autant plus que nous aurons auparavant, lors d'une méditation préalable formulé une intention
vers laquelle nous ne savons pas comment nous diriger.
C'est "ce futur", invoqué, par notre intention, notre prière, notre rêve (ou par notre Soi),
qui nous révèle les embranchements menant vers lui, les choix importants, les personnes à rencontrer, les occasions à saisir.
Signes, hasards, coïncidences,synchronicités sont les façons dont il nous signale sa possibilité.


La seule différence entre une coïncidence et une synchronicité
c'est qu' une synchronicité est une coïncidence qui a un sens pour vous,
sinon elle reste une simple coïncidence.


C'est donc la conscience, significative, (ou le regard de l'observateur) qui fait de la coïncidence une synchronicité.
Mais ce qui semble n'être qu'une coïncidence à un moment donné
peut aussi devenir significatif quelque temps plus tard en fonction des événements survenus et donc devenir synchronicité.


La qualité d'une synchronicité est aussi liée à la notion d'improbabilité de la coïncidence, ou des coïncidences
(en fonction de l'espace et du temps, car c'est très relatif).
Vous évoquez un voyage en voilier et un bateau sur une remorque passe dans la rue.
C'est une vraie synchronicité fort peu probable si vous êtes à Rennes.
Déja beaucoup plus si vous êtes en bord de mer, à coté d'un port très fréquenté.
Mais si vous parlez d'un voyage vers le Brésil et que sur ce bateau est peint le drapeau brésilien, la synchronicité devient patente.
Une synchronicité est donc évidemment d'autant plus significative qu'elle est improbable et/ou multiple et renforcée.



Nota bene:       Ne pas confondre avec les projections sur le réel d'une idée qui nous travaille.
" Celui qui tient en main un marteau voit des clous partout."

source

14/06/2018

Le coeur

Beaucoup d'entre nous croient que la conscience naît, émerge ou se situe seulement dans le cerveau.
Des recherches scientifiques récentes suggèrent que la conscience émerge du cerveau mais aussi du corps et que ces deux sources agissent de concert.
Un nombre croissant de preuves suggère que le cœur joue un rôle particulièrement important dans ce processus.

Bien plus qu'une simple pompe, comme on l'avait cru, le cœur est maintenant reconnu par les scientifiques comme un système très complexe avec sa propre fonction «cerveau».

tumblr_nw32nxvbsU1t1mvtko1_1280.jpg

La recherche dans la nouvelle discipline de neurocardiologie montre que le cœur est un organe sensoriel et un centre sophistiqué pour recevoir et traiter des informations.
Le système nerveux dans le cœur (ou "cerveau du cœur") lui permet d'apprendre, se souvenir et prendre des décisions fonctionnelles indépendant de cortex cérébral du cerveau.

En outre, de nombreuses expériences ont montré que les signaux que le cœur envoie continuellement au cerveau influent sur la fonction des centres cérébraux supérieurs impliqués dans la perception, la cognition et le traitement des émotions.

En plus du vaste réseau de communication neuronale reliant le cœur avec le cerveau et le corps, le cœur communique également des informations vers le cerveau et dans le corps via des interactions de champs électromagnétiques.


Le cœur génère le champ électromagnétique rythmique le plus puissant et le plus étendu de l'organisme.


Les rythmes cérébraux se synchronisent naturellement à l'activité rythmique du cœur. Lorsque  des sentiments durables d'amour ou d'affection se manifestent, la pression artérielle et le rythme respiratoire se "rythment" avec le cœur.

03/06/2018

Etienne Klein ITV

 

Étienne Klein, né à Paris le 1ᵉʳ avril 1958, est un physicien et philosophe des sciences français.Très engagé dans la vulgarisation autour des questions soulevées par la physique contemporaine, notamment par la physique quantique et la physique des particules.