Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2018

Ronds-points

 
 
 

Non seulement les Gilets jaunes sont majoritaires, mais leurs revendications égalitaires sont parfaitement légitimes. Au haut de la société de le comprendre. Sous peine de choir.


Au cours des dernières semaines, on a abusivement opposé la France périphérique à la France urbaine. Sous entendant que la première serait un reliquat attardé, sinon honteux, d’une histoire achevée. Une France des giratoires, déclassée, franchouillarde, voire populiste, raciste, homophobe. Une graine de fascisme, noir ou rouge. Au minimum des gens peu instruits auxquels il faudrait à nouveau prodiguer de la  »pédagogie  » pour essayer, encore une fois, de faire entrer dans ces cervelles épaisses la vérité et la lumière du TINA thatcherien (There is no alternative) ou sa version nouvelle PCC (Pas de changement de cap) du capitaine Macron-Achab.

 

Ils sont le peuple 

Ce qui frappe, chez les Gilets jaunes, c’est non seulement leur détermination, leur méthode délibérément sans méthode, mais aussi leur composition sociologique, et la nature de leur révolte. Contrairement à ce qu’affirment ceux qui sont dérangés par cette forme incongrue de rébellion (politiciens LR-PS-LREM, chroniqueurs, syndicats), il s’agit d’un mouvement majoritaire et soutenu à 70/80% par la nation. Opposer Paris et la province revient à opposer 12 millions à 55 millions de Français. À supposer que le grand Paris n’ait aucun problème socio-économique ce qui est le grand mensonge médiatique que l’on entend parfois. En outre c’est à une énorme sous-estimation du nombre des manifestants que le pouvoir s’est livré. S’il a reconnu au maximum 131 000 manifestants, qui peut croire, s’il est allé sur le terrain, la fable que dans chacun des 100 départements il n’y avait que 1300 participants en moyenne aux norias de Gilets jaunes qui se relayaient ou klaxonnaient sur les giratoires ? Comment peut-on fantasmer aussi une opposition entre des élites urbaines, connectées, mondialisées, métissées, et en même temps diffamer des ruraux, des beaufs, ou des chemises brunes ?

Nos élites scélérates

Ce mouvement est un très profond spasme de survie de gens qui travaillent, élèvent des enfants, n’arrivent plus à vivre de leur travail ou de leurs retraites, de leurs indemnités chômage. Ils le disent, ils le crient, mais ceux qui ont des oreilles n’entendent pas, ou les méprisent. Ceux qui ne s’occupent que de dette souveraine, d’euro, de déficit et d’ajustements budgétaires, de G7, d’émission monétaire, d’écarts entre des taux d’intérêts fixés par les créanciers, de Bruxelles et de projets doctrinaires d’hyperfédéralisation, sont déficients pour se demander ce qui reste en fin d’année sur les comptes des ménages ou en fin de mois dans les frigos. Se demandent-ils quel sera le Noël de ces 50 millions de Français ? Pourtant la baisse réelle du pouvoir d’achat a été mesurée : elle est constante depuis trente ans et a été évaluée à – 0,3% rien qu’en 2018…(INSEE). Les agriculteurs qui nourrissent le pays ne parviennent pas à vivre… Et se suicident par centaines. C’est la  »périphérie » qui nourrit les  »connectés-mondialisés ». Et eux, à quoi servent-ils ?

La sécession de la plèbe

La situation rappelle un épisode célèbre de l’histoire de Rome lorsque le peuple a fait grève et s’est retiré sur une colline (l’Aventin). L’élite patricienne, qui détenait le pouvoir politique, militaire et financier, fixait, seule, les lois, supposées sacrées et intangibles, et les appliquait à sa guise, s’est rapidement retrouvée isolée par son égoïsme, sa morgue, sa stupidité. Et sans plus rien à manger ou à boire. Ce fut la deuxième sécession de la plèbe (5e siècle avant JC) qui provoqua la démission des tyrans.

Qui a observé les ronds-points a vu la nation entière : Français de souche ou issus de l »immigration, hommes et femmes, jeunes, retraités, chômeurs, travailleurs pauvres, professions libérales, enseignants, soignants, artisans, commerçants, manuels, conducteurs, agriculteurs… Ces gens découvrent, en échangeant entre eux, que les grandes souffrances existentielles qu’ils gardaient pudiquement au fond de leur cœur sont communes à toutes les régions et à toutes les couches de la population. Et ils comprennent que les cyniques qui s’enrichissent, leur donnent des leçons, les punissent, leur mentent (taxe carburants, ISF, exilés fiscaux, CSG), tout en dissimulant des salaires indécents, qui atteignent de cinquante à cent fois le montant des minimas sociaux.

Ces Gilets qui ne veulent pas mourir

La revendication des Gilets jaunes est parfaitement cohérente et intelligente : ils veulent avoir de quoi vivre et pouvoir croire en l’avenir pour eux, leurs parents retraités, leurs enfants. Qui considérerait que c’est d’un catalogue de mesures du type de celles que quémandent les apparatchiks du syndicalisme commettrait un profond contresens. La quasi-totalité des grands intellectuels indépendants : philosophes, juristes, économistes, sociologues, géographes de ce pays, ont pris fait et cause pour les Gilets jaunes.

Avec ses drapeaux tricolores, ses Marseillaises répétées, la nation des ronds-points demande la liberté, la démocratie, la justice, la dignité. Tous unis, chrétiens ou non, croyants ou non, dans le besoin d’espoir et d’amour que véhicule Noël, les Gilets jaunes nous renvoient au mot de Jaurès :  »La nation est le seul bien des pauvres ». Car c’est la nation seule qui est capable de solidarité. Et c’est d’elle même qu’en vient d’ailleurs la demande.

Une émeute ? Non, une demande de révolution!

C’est bien à un rejet absolu et résolu de l’ancien système politique, européen, économique, financier, mondial, social, fiscal, médiatique, que l’on assiste puisque c’est ce système qui a échoué et met en péril l’existence physique des Gilets jaunes et de ceux qui leur sont chers. En un mot, c’est une demande de Révolution. En 1788 les fédérations ont commencé leurs doléances. En 1789 on a pris la Bastille. En 1790 c’est la Fête de la Fédération, au Champ de Mars, une occasion, manquée. Puis le parti de l’étranger persuade le roi de lui obéir et de fuir; fusillade au champ de Mars : la Terreur pouvait commencer.

Il ne dépend que du pouvoir élyséen de tirer les conséquences des ronds-points et des péages – s’il en est capable – et de rendre au peuple le pouvoir souverain de choisir son destin. Sinon, on peut craindre le pire.

Le système Macron

 

Vidéo  (Là-bas si j'y suis)

https://youtu.be/y3MCT9stAms?fbclid=IwAR2p3j9SfZR3esQLodT...

Texte de Juan Branco

http://branco.blog.lemonde.fr/files/2019/01/Macron-et-son...

 

"Révélation de ce que tout le monde devinait mais personne n'arrivait à prouver: la taxe carbone a bel et bien été conçue dès le départ non pas pour financer la transition écologique, mais les 110 milliards d'exonérations fiscales offertes aux grands patrons par Macron depuis 2012, d'abord comme Secrétaire général adjoint de l'Elysée puis ministre de l'économie et enfin Président de la République.

Je cite les échanges entre l'initiateur de la mesure, Laurent Martel, devenu conseiller fiscal à l'Elysée, et Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée de M. Macron et principal défenseur de la mesure lors de la contestation des gilets jaunes, alors qu'ils cherchent à légitimer une taxe qui va toucher des dizaines de millions de personnes pour en financer quelques uns.

"D'autres histoires peuvent se raconter, bien sûr, pour justifier une convergence partielle gazole/essence qui rapporterait ce que l'on cherche".

Le CICE a coûté 110 milliards d'euros aux finances publiques depuis 2012, sans aucun effet." Juan Branco

 

 

Victor Mara

Juste retour des choses


Que les photos de la France en révolte sont belles ! Paris revit enfin ! Cette ville qui crevait sous l’embourgeoisement de droite et de gauche, sous le Commerce et la Banque, sous le fric et les fringues, craque de partout mais elle craque de vie, de soulagement, d’espoir. Cinquante ans après son expulsion, le grand peuple (qui a osé parler de « petit peuple » ?) réinvestit Sa ville, il revient là d’où le libéralisme l’avait chassé. Chassez le peuple, il revient au galop. Le réveil d’un peuple ça change des Black Friday, des soldes d’hiver et de la queue pour les macarons Ladurée. Mais bon, il paraît qu’ils sont bons.

Quand la France se réveille, c’est toute l’Europe qui tremble. Belgique, Allemagne, Portugal, Pologne commencent à enfiler leurs gilets jaunes. Les idées géniales ont toujours été simples : il suffit d’ouvrir la boite à gants, d’endosser la tenue de sécurité et n’importe qui se change en résistant au mondialisme. Puisque l’objectif n’est plus de limiter la taxe sur les carburants (la doléance de départ), mais de reprendre le pouvoir abandonné aux instances mondialistes, supranationales, européennes ou autres.

 

Le Grand soir est là et la presse ne veut pas le voir


Le peuple réveillé a pris goût à la parole, à la revendication et au combat et il sera très difficile de le rendormir, de le renvoyer dans sa niche, une niche de moins en moins chaude. Il faut croire que le peuple français est plus qu’une addition de Français (le tout > la somme des parties) : au cœur de ce peuple pas comme les autres bat un esprit qui ne meurt pas, que personne ne peut réduire, pas même les pires mondialistes (Macron, Sarkozy ou Hollande) à la tête des pires politiques (chômage, terrorisme et immigration de masse). Il y a fort à parier que c’est la grande armée en jaune qui va faire contagion plutôt que le quarteron de généraux en retraite, en charpie, en Bérézina que sont les Macron, Philippe, Castaner, Griveaux, Darmanin, tous ces résidus de l’alternance.

L’avenir dira si Novembre 2018 se hissera à la hauteur de ses grandes aînées 1789, 1830, 1848 et 1871. Mais après ce cinquième samedi d’action, vu l’état délabré des forces de l’ordre bancaire, les Gilets pourraient bien prendre un jour l’Elysée et attraper Macron. Pour lui faire quoi ? Rien de douloureux car ce président élu par l’alliance des Médias et de la Banque est devenu un fantôme depuis ce samedi noir du 8 décembre où il a littéralement disparu. Ce jour-là la France n’était plus gouvernée et elle allait bigrement mieux malgré les hurlements des journalistes affolés : Anarchie ! Chaos ! Insurrection !

 

Pas d’omelette (révolutionnaire) sans casser des œufs (oligarchiques)


Des commerçants ont perdu leur magasin car le fleuve jaune a charrié ses inévitables cailloux : casseurs du Renseignement déguisés en gauchistes et cas sociaux venus des ghettos pour piller la Marchandise. Ces deux formations parasites n’ont pas réussi à désorienter le mouvement car ni les flics-antifas ni les racailles (même engeance, mêmes méthodes, même but) ne sont porteurs de revendications. Ils sont à l’inverse le moyen de retourner les revendications sociales en appels à l’ordre, à la répression, à la léthargie. Ces aimants à matraquage attirent la foudre sur les Gilets : les handicapés, les retraités, les jeunes filles ne sont pas épargnés. Une injustice de plus dans la grande masse des injustices qui caractérisent ce système.

Ces coups physiques font moins mal que les coups sociaux de la Banque à travers les décisions du gouvernement : la baisse inexorable des salaires par la hausse cachée du coût de la vie (le TGV inabordable, la facture EDF qui grimpe toute seule), la paupérisation expliquée par la « communication » et la mondialisation par la fatalité. Tous ces changements (les spoliateurs appellent ça des « réformes ») font bien plus de dégâts existentiels qu’un nuage de lacrymo ou qu’un bâton sur une tête de Gaulois réfractaire. Et puis les coups réveillent la bête : le peuple français reprend goût à la résistance et à la castagne mais pour ça il a fallu lui taper longtemps sur la tête.« Les coups, oui ça fait mal » chantait Johnny, qui avait peut-être compris qu’ils étaient le passage obligé vers la conscience de classe.

 

Taper sur le système


Pour renaître, le peuple français a dû fracasser sa coquille, une coquille faite de tous les interdits qui entravaient ses pensées, ses paroles, ses actions. Dès qu’un Français ouvrait sa gueule, les gardiens de la pensée dominante lui tombaient dessus et le harcelaient. BHL, Aphatie, Duhamel, Barbier, Cohen, Salamé, BFM, France Inter, plus personne ne peut les supporter. Ce régime autoritaire entretenu par la peur et parfois par la terreur quand il est trop contesté (Paris 2015, Nice 2016, Strasbourg 2018) favorise le complotisme : les Français finissent par chuchoter, ils ne disent plus ce qu’ils pensent, se méfient du voisin, deviennent paranos. Les Gilets jaunes ont fait péter tout ce carcan en envoyant un gigantesque « merde » au système. Victor Hugo aurait dit ça de plus jolie façon avec son sens de la formule et son souffle épique.

Il était temps de se retrouver, de se reparler, même autour de ronds-points (« La révolte des ronds-points » écrit avec une pointe de mépris Florence Aubenas dans le journal Le Monde), et de refonder une politique commune par le bas, celle d’en haut étant complètement pourrie, rejetée, haïe. Le sentiment populaire national revient en force, bouscule toutes les barrières et envoie cul par-dessus tête les gardes-barrière, ces « chiens de garde » décrits par Serge Halimi. Quel régime pourra résister à cinq, dix, vingt samedis d’assaut ? Aucun. La démonstration de force a suffi en quelques actes à révéler les limites du pouvoir, sa faiblesse intrinsèque, sa vulnérabilité ultime : entre les banquiers et le peuple il n’y plus que des policiers. Sans eux, les banquiers ne tiendraient pas dix minutes.

 

Victor Mara

24/12/2018

Un choix à faire

22/12/2018

Michéa (sur les gilets jaunes)

 

tm_gilets_jaunes_blocages-00_00_18_09-3949904.jpg?itok=BoQ2W5k5

Les gilets jaunes vus depuis le pays d’en bas, par Jean-Claude Michéa

 

Source : Sud Ouest, Jean-Claude Michéa, 18-12-2018
 

Le mouvement des gilets jaunes est une révolte morale spontanée contre un système économique aussi absurde qu’injuste, estime Jean-Claude Michéa

Si j’ai choisi de vivre, depuis maintenant plus de deux ans, dans un petit village des Landes – à 10 kilomètres du premier commerce, du premier café et du premier médecin (26% des communes françaises, mondialisation oblige, sont déjà dans ce cas), c’est bien sûr d’abord parce que le mode de vie hors-sol, standardisé et « festif » de Montpellier m’était devenu insupportable.

Et sans doute aussi parce que j’étais assez « réactionnaire », ou assez épicurien, pour oser encore croire qu’une tomate cultivée sur place et sans manipulation chimique aurait forcément un tout autre goût que son ersatz industriel importé de Chine ou d’Australie par containers géants (lesquels, au passage, utilisent un fioul nettement plus polluant – quoique non taxé ! – que celui des voitures diesel).

La colère généreuse des gilets jaunes

Bien entendu, un tel changement d’univers a aussi un aspect politique. D’une part, parce qu’il correspond habituellement à une volonté d’introduire un peu plus de cohérence dans sa vie personnelle (je ne voulais pas ressembler à ces intellectuels de gauche qui célèbrent sans cesse la « mixité sociale » tout en se gardant bien d’habiter dans les quartiers les plus « sensibles » !). Et de l’autre, parce que le fait de vivre au cœur d’une région rurale m’offrait l’occasion de vérifier par moi-même à quel point la description de la France « périphérique » par Christophe Guilluy – description pourtant longtemps moquée par toute la « sociologie » mandarinale – collait au millimètre près à la réalité que j’avais sous les yeux. Et de fait, il suffit de partager la vie de ces petits paysans, artisans, éleveurs ou retraités pour lesquels – malgré leur sens aigu de l’entraide – chaque fin de mois est devenue un casse-tête insoluble, dans une région aux paysages sauvages et magnifiques mais où presque tous les transports en commun et services de proximité (pour ne rien dire des problèmes de couverture téléphonique) ont été méthodiquement sacrifiés sur l’autel des dogmes libéraux, pour que la colère généreuse des gilets jaunes – l’expression est d’Orwell – prenne aussitôt tout son sens !

« Ceux d’en haut » et « ceux d’en bas »

A quoi, en effet, assistons-nous aujourd’hui sinon au retour, sous une forme inédite, de cette « question sociale » (autrement dit, de ce conflit d’intérêt qui oppose toujours, même de façon latente, « ceux d’en haut » et « ceux d’en bas ») qui, il y a peu, figurait encore au centre de toute critique socialiste ? Or c’est justement cette question sociale, et avec elle, l’idée même de « lutte des classes », que la gauche européenne – depuis sa conversion massive, au début des années 1980, au libéralisme économique, politique et culturel – tente par tous les moyens de noyer sous le flot continu de ses fameuses « questions sociétales ». De nos jours, « être de gauche » ne signifie plus, en effet, combattre un système économique et social injuste fondé sur l’accumulation sans fin du capital. C’est, au contraire, chercher à substituer à ce combat l’unique croisade libérale « contre toutes les discriminations » – de la défense de l’écriture « inclusive » au rejet de l’alimentation carnée, en passant par l’interdiction de la fessée. Il est donc clair que la gauche est aujourd’hui devenue une force objectivement contre-révolutionnaire. Et il ne faut donc pas s’étonner si le fossé qui la sépare des classes populaires – et par conséquent de cette France périphérique où vivent la majorité des Français – ne cesse de s’agrandir (songeons, par exemple, à l’état d’hébétude dans lequel l’apparition du mouvement des gilets jaunes a plongé toute l’intelligentsia de gauche (1)).

Situation encore aggravée par le fait que cette nouvelle gauche trouve désormais son centre de gravité électoral dans ces classes moyennes urbaines, surdiplômées et hyper-mobiles, qui non seulement ne représentent que 10 à 20% de la population mais sont aussi massivement protégées contre les effets de la mondialisation – quand encore elles n’en profitent pas. C’est d’ailleurs sans doute la raison pour laquelle mon appel récurrent à réhabiliter la critique socialiste dérange autant les mandarin(e)s de gauche. Comme le soulignait en effet le grand socialiste américain Upton Sinclair, il est très « difficile d’amener quelqu’un à comprendre une chose quand son salaire dépend précisément du fait qu’il ne la comprend pas » !

Le retour de ce peuple théoriquement « disparu »

Or, le premier mérite des gilets jaunes, c’est justement d’avoir fait voler en éclats le mythe fondateur de la « sociologie » de gauche selon lequel le concept de « peuple » n’aurait plus, de nos jours, aucun sens politique, sauf à s’appliquer au seul univers des « banlieues ».

Car c’est bien, en effet, ce peuple théoriquement « disparu » qui non seulement fait aujourd’hui son retour en force sur la scène de l’Histoire, mais qui a même déjà obtenu – grâce à son sens politique exceptionnel et son inventivité rafraîchissante – plus de résultats concrets en quelques semaines que toutes les bureaucraties syndicales et d’extrême gauche en trente ans. Il fallait donc toute la cécité de classe des « écologistes » bourgeois pour ne pas avoir vu d’emblée que sous la question ponctuelle du prix de l’essence perçait déjà – pour reprendre les mots du remarquable Appel de Commercy – « un mouvement généralisé contre le système » et, au premier chef, contre cette confiscation croissante du pouvoir des citoyens par des politiciens de métier et des juges non élus. D’autant qu’il n’était vraiment pas difficile de comprendre – sauf à vivre, tels un BHL ou un Romain Goupil, sur une autre planète – que la revendication initiale des gilets jaunes relevait beaucoup moins de ce « culte de la bagnole » censé caractériser, aux yeux des élites « éclairées », les « beaufs » de la France périphérique (alors que toutes les études statistiques montrent au contraire que ce sont précisément les riches qui polluent le plus!) que d’une révolte morale spontanée contre un système économique aussi absurde qu’injuste qui – afin que les riches deviennent toujours plus riches – doit sans cesse obliger les Français les plus modestes à parcourir toujours plus de kilomètres pour pouvoir travailler, consulter un médecin, poster une lettre, faire leurs courses ou encore trouver une école, une maternité ou un centre administratif (c’est même une des raisons pour lesquelles les gilets jaunes ont si vite redécouvert les vertus de la démocratie directe et de l’autonomie locale). Quel que soit donc le sort qui attend, à court-terme, ce mouvement révolutionnaire (…) il est d’ores et déjà certain que la colère du peuple ne retombera plus. Et que, tôt ou tard, les « princes qui nous gouvernent » auront à en payer le prix.

————————————————————————————————————————–—

Note :
1) Il est difficile de ne pas songer ici au célèbre ouvrage de Paul Lidsky, Les écrivains contre la Commune, publié par Maspero en 1970. Dans cet essai décapant, l’auteur rappelait comment les principaux écrivains de gauche de l’époque – mettant de côté, pour un temps, leurs griefs habituels contre la bourgeoisie et le « vieux monde » – avaient, dans leur immense majorité, applaudi la répression de la Commune de Paris (ordonnée, il est vrai, par Adolphe Thiers et Jules Favre – deux des plus grandes figures de la gauche libérale d’alors). C’est que l’appel de cette dernière à instaurer une véritable république sociale avait donné d’un coup une tout autre signification au vieux concept libéral et républicain d’égalité. De quoi confirmer, en somme, la célèbre analyse de Marx selon laquelle, s’il existe toujours « une certaine opposition et une certaine hostilité » entre la bourgeoisie économique de droite (celle qui participe directement au processus d’accumulation du capital ») et la bourgeoisie culturelle de gauche (les universitaires, écrivains ou artistes qui « tirent leur subsistance principale de l’illusion que cette classe se fait sur elle-même »), c’est une opposition et une hostilité condamnées à tomber d’elles-mêmes « chaque fois que survient un conflit pratique où la classe tout entière est menacée ».

Source : Sud Ouest, Jean-Claude Michéa, 18-12-2018

21/12/2018

Long débat en terrain propice (Aude Lancelin, Emmanuel Todd, GJ, etc...)

https://www.facebook.com/LeMediaOfficiel/videos/130795339...

 

 

20/12/2018

La France (d’en haut) a peur : demain le RIC... après-demain la peine de mort ?

Ci-dessous article de Vera Mikhaïlichenko sur Agora Vox.

 

En aparté: quelle bande  de nazes ...   :o)

 La peur est depuis toujours le principal outil de manipulation .

***********************************************************************************

La France (d’en haut) a peur : demain le RIC... après-demain la peine de mort ?

La diabolisation du RIC et de son principal promoteur, Étienne Chouard, marche à fond depuis quelques jours dans nos médias... Saurons-nous y résister ?

Le référendum d'initiative citoyenne ou populaire (RIC ou RIP) est progressivement devenu l'une des revendications centrales des Gilets jaunes. Selon Étienne Chouard, il s'agit même de « la cause commune des Gilets jaunes ».

Éléments de langage LREM : "RIC et badaboum... on se réveille avec la peine de mort"

La classe dirigeante, elle, est beaucoup moins enthousiaste à cette proposition. Elle apparaît même terrorisée par ce RIC. Passons en revue quelques réactions.

Bruno Bonell, député LREM, nous met en garde :

« Si on faisait des référendums les gens voteraient pour la peine de mort et seraient beaucoup plus durs sur l’immigration. »

 

Stanislas Guerini, délégué général de la République en Marche et député, tire la sonnette d'alarme : 

"Je ne veux pas que demain on puisse se réveiller avec la peine de mort dans notre pays parce qu'on aura eu un RIC, parce que Laurent Wauquiez un jour se sera réveillé en disant 'tiens si on faisait la castration chimique pour les délinquants sexuels'... et puis badaboum le lendemain on a le RIC, et c'est effectif dans notre pays. Moi, je crois aussi à la démocratie représentative."

On voit que les députés de la majorité se sont passés le mot pour effrayer la population avec l'épouvantail de la peine de mort. Jouer sur les peurs, ils savent faire.

Or, comme l'a justement souligné Marianne, Stanislas Guerini n'envisage qu'une "vision radicale du RIC", "sans envisager les limitations possibles de ce dispositif". Le magazine envisage, lui, la possibilité d'un "RIC encadré", ne pouvant porter que sur certains sujets délimités au préalable :

"C'est le cas aux Etats-Unis, où les référendums d'initiative citoyenne en vigueur dans plusieurs Etats ne peuvent remettre en cause la Constitution de l'Etat fédéral, ni celle du territoire en question. En 1995, une loi votée par les citoyens de l'Arizona a par exemple été annulée par la Cour suprême car elle modifiait la Constitution de cet Etat.

Or, Stanislas Guerini ne cite pas cette hypothèse, envisageant seulement un "RIC" portant sur les questions les plus sensibles. Selon l'article 11 de la Constitution, le référendum d'initiative partagée concerne les textes qui ont trait à "l'organisation des pouvoirs publics" (hors Constitution), "aux réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent" et à "la ratification d'un traité". Impossible dans ce dispositif, par exemple, de voter pour la castration chimique des délinquants sexuels.

On peut faire la même objection à l'argument massue du rétablissement de la peine de mort. Il n'est aujourd'hui pas possible, d'organiser un référendum d’initiative partagée sur cette question. L'article 66-1 de la Constitution dispose en effet que "nul ne peut être condamné à la peine de mort". En n'envisageant qu'une version radicale du referendum d’initiative populaire, le patron de LREM ne répond donc que partiellement à la question posée."

Comme on peut le lire dans Le Parisien :

"Pour rétablir la peine de mort, le référendum devrait pouvoir être constituant, comme le demandent une partie des Gilets jaunes. « Le seuil de signatures requis pour initier un tel référendum serait vraisemblablement plus élevé que le RIC en matière législative  », souligne Jean-Philippe Derosier, constitutionnaliste et professeur de droit public à l’université de Lille."

Le RIC vu par les chiens de garde = Fin de la civilisation, torture, guillotine, poison, Hitler...

L'avis du journal Le Monde, c'est que les consultations d’initiative populaire, si elles se limitaient à "des domaines convenus et sous contrôle du juge constitutionnel", pourraient "utilement revivifier l’exercice démocratique". Mais, "si elles se développaient tout-terrain et sans contrôle de constitutionnalité, elles ouvriraient la voie aux démagogies les plus débridées et les plus dangereuses".

Invité de France Inter ce 20 décembre, l'écrivain Jean-Claude Carrière nous offre de bon matin un joli point Godwin :

"Dès qu’il est question d’un référendum populaire, Mussolini et Hitler ne sont pas loin."

la suite ici

 

Etienne en 2014

résume ce qu'est devenue la démocratie représentative...