Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2020

Les champs morphogénétiques...


Dans cette période de changement de paradigme que nous vivons, une notion importante devrait s'affirmer de plus en plus dans la mesure où elle pallie au manque d'explication pour de nombreuses constatations faites en biologie.


D'autant que cette théorie contribue à réintroduire la notion de conscience dans un champ scientifique qui l'avait exclue , par dogmatisme matérialiste déterministe mécaniste.

Enfin, elle est assez raccord avec des notions essentielles apportées par la physique quantique et qui ne peuvent que se diffuser de plus en plus largement dans la mémoire/conscience collective..

C'est la notion de champ morphogénétique.


Je reprends ci-dessous une compilation d'extraits, pédagogiques, très abordables donnée par Kali sur Agoravox.


***



-Historique de la notion de champ morphogénétique

Hans Driesch (1867-1941), embryologiste et philosophe, fut l’un des premiers chercheurs à avoir tourné le dos à la vision strictement matérialiste et mécaniste qui prévalait au XIXème siècle. Ses expériences sur les blastomères d’oursin démontraient que l’ensemble de l’embryon est plus que la somme de ses parties. Driesch en prélevait des éléments et ceux-ci se régénéraient ; l’ensemble se reconstituait. Il en déduit qu’il était impossible d’analyser ou de comprendre l’embryon d’une manière purement matérialiste.



Mais, c’est en 1922 que l’idée de champs morphogénétiques (abrégés ultérieurement en “morphogéniques“ et même “morphiques “) a été introduite par Alexander Gurwitsch, en Russie, puis en 1925, de manière indépendante, par Paul Weiss, à Vienne. A. N. Whitehead (1861-1947) scientifique et philosophe, affirma qu’il existe une propriété définie de complétude qui permet aux organismes de se développer et qui ne peut être réduite à une analyse des parties. Von Bertallanfy (1901-1972) a procédé en 1933, dans son livre Modern Theories of Developement, à la synthèse de ces différentes approches avec son paradigme organismique3 qui décrit le développement des systèmes ouverts (biologiques) par différence avec les systèmes physiques soumis à la loi d’entropie.



Une génération plus tard, C.H. Waddington (1905-1975) a poussé l’idée des champs morphogéniques un pas plus loin avec son concept de chréode, ou “zone de développement canalisé“, ou “attracteur de développement dans le temps et dans l’espace“.



71+DUKQB-tL._US230_.jpg



C’est Rupert SHELDRAKE (né le 28.06.1942), biologiste spécialiste de biochimie et de chimie cellulaire, qui donnera toute son ampleur au concept de champ morphogénique en faisant le réservoir de la mémoire de l’univers et la source de ce qu’il appelle “la causalité formative“.



Comment s’est forgé le concept de champ morphogénétique ?



R. Sheldrake écrit que “la mémoire est inhérente à la nature“. Il considère que “les systèmes naturels, tels que des colonies de termites, des pigeons, des orchidées, des molécules d’insuline héritent d’une mémoire collective renfermant tous les phénomènes concernant leur espèce, aussi distants soient-ils dans l’espace et dans le temps“. Il donne de nombreux exemples de comportements animaux instinctifs (la façon de se gratter des mammifères et des oiseaux, la capacité des araignées de tisser, dès leur naissance, des toiles caractéristiques de leur espèce, la manière dont les guêpes de boue australiennes construisent leur nid, etc.) dont il dit qu’ils ne peuvent être inscrits dans les gènes. Ce sont les fameux caractères acquis lamarckiens. Il précise : “Le comportement héréditaire, comme la forme héréditaire, est influencé par les gènes, mais n’est ni “génétique“, ni “génétiquement programmé“.



Pour expliquer ce qui ne relève pas du “génétique“ dans l’explication de la transmission des comportements héréditaires les généticiens parlent d’”effet du milieu“. Mais la définition qu’ils donnent de ce “milieu“ est extrêmement vague puisqu’elle englobe “l’ensemble des informations qui ne sont pas contenues dans les gènes“.



Nous voici en pleine tautologie ! Il convient donc de parler à propos de l’ADN non de “programme génétique“ mais de “patrimoine génétique“. Et R. Sheldrake écrit que, puisque toutes nos cellules comprennent à peu près le même ADN et se développent malgré tout selon des schémas différents, c’est bien qu’il y a en dehors d’elles une source d’information qui oriente leur action. Cette source d’information c’est le champ morphogénique de l’espèce.



Qu’est-ce qu’un champ morphogénétique (ou morphique) ?



C’est, comme son étymologie l’indique, un champ générateur de forme (morphos en grec). peut-on le définir ? “Les champs morphiques, comme les champs connus de la physique, sont des régions d’influences non matérielles s’étendant dans l’espace et se prolongeant dans le temps. Quand un système particulier cesse d’exister - lorsqu’un atome est désintégré, qu’un flocon de neige fond, ou qu’un animal meurt - son champ organisateur disparaît du lieu spécifique où existait le système. Mais dans un autre sens, les champs morphiques ne disparaissent pas : ce sont des schèmes d’influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau, en d’autres temps, et d’autres lieux, partout où et à chaque fois que les conditions physiques sont appropriées. Quand c’est le cas, ils renferment une mémoire de leurs existences physiques antérieures“. Et, plus la population étudiée comporte d’individus plus le champ morphogénique s’enrichit du comportement de tous ses individus.



Mais, de même qu’on ne connaît les champs de gravitation, les champs électriques ou magnétiques que par leurs effets, les champs morphogéniques ne peuvent être décelés que par les actions qu’ils influencent.



Actions influencées par le champ morphique.



On peut comparer le champ morphogénique d’une part à un gigantesque réservoir de la mémoire de l’espèce, c’est sa fonction passive, d’autre part à un inducteur d’organisation, c’est sa fonction active ou téléologique. Et cet inducteur d’organisation fonctionne de mieux en mieux grâce à l’apprentissage des membres de l’espèce.



Sheldrake donne l’exemple des mésanges bleues qui, en Angleterre, ont appris à percer les capsules qui ferment les bouteilles de lait déposées par le laitier le matin à domicile : “Une analyse minutieuse des données a montré que la propagation de l’habitude s’est accélérée avec le temps, et que le comportement a été découvert par des mésanges individuelles“. MC Dougall réalisa en Angleterre des expériences sur les rats pour leur apprendre à choisir entre deux sorties d’une cage, l’une éclairée mais assortie d’une forte décharge électrique et l’autre sombre mais sans choc électrique. La première génération de rats commit 165 erreurs, la trentième n’en commettait plus que 20. La même expérience réalisée à 20 000 km de là, en Australie, montra que les rats australiens avaient bénéficié de l’apprentissage de leurs confrères anglais... Et tout ceci est naturellement transposable à l’homme."



Extrait d'Effervesciences N°48,

provenant du site :

http://www.effervesciences.com/


Réflexions



Rupert Sheldrake est l'un des scientifiques les plus contestés de sa génération. Les scientifiques en général, n'aiment pas que l'un des leurs s'adonne à des recherches sur des sujets aussi farfelus que la télépathie et autres fariboles.



Si la physique quantique n'avait donné des résultats rapides en termes d'effets de ses théories, sans doute aurait-elle été contestée car elle flirte avec le surnaturel, quand on pense au chat à la fois mort et vivant et au principe de simultanéité. Encore aujourd'hui les physiciens "cosmologistes" ne sont gère aimés de leurs pairs.



Cependant si on considère que le cerveau humain (ou animal) n'est pas un organe de stockage de l'information mais de "lecture/ecriture", comment tout cela fonctionne-t-il ?



Le cerveau serait-il comme un processeur d'ordinateur qui va se servir dans une espèce de disque dur virtuel collectif que serait ce champs morphique ? Cette opération permettrait donc au cerveau de résoudre des problèmes, avec des informations stockées par d'autres cerveaux ailleurs et à un autre moment, ce qui permettrait aux espèces d'évoluer en permanence en s'enrichissant des progrès des autres individus de la même espèce.



Les neurosciences n'ont pas encore localisé la mémoire dans le cerveau. Quand des expériences sont menées avec des stimulis mémoriels, il semble que plusieurs zones du cerveau soient sollicitées simultanément. Cela ne signifie pas que les informations y soient stockées.



Si le cerveau est un émetteur/récepteur qui va piocher dans un champs morphiques des informations, qui sont en résonnance avec ce dont il a besoin, alors ces champs sont forcément quantiques car "non localisés". Par ailleurs, l'évolution de leur contenu reste imprévisible car il dépend des décisions prises à chaque instant.



Propos divers de Rupert Shedrake




Du magazine Clés - Novembre 2011 – Propos recueillis par Patrice van Eersel



Q : Trois décennies après vos premiers écrits, votre théorie demeure controversée. Vous dites qu’elle s’appuie sur des faits vérifiables. Lesquels ?



RS : L’un des meilleurs exemples demeure celui des cristaux. Quand des chimistes inventent une nouvelle molécule, ils ont généralement du mal à la faire cristalliser. Mais une fois que l’un d’eux a réussi, les autres y parviennent plus aisément partout. Comme si un nouveau champ de forme avait été créé à travers l’espace-temps et qu’il suffisait en quelque sorte de le capter. Une molécule nouvelle peut aussi cristalliser sous différentes formes, mais dès que l’une d’elles s’impose, son champ devient dominant et les autres formes disparaissent. Ce fut récemment le cas du Ritonavir, un médicament contre le sida, qui s’est hélas mis à cristalliser sous une forme qui en supprimait l’effet thérapeutique. On a dû dépenser des fortunes pour trouver une autre façon d’administrer cette molécule.



L’autre exemple type est psychologique : celui des rats de laboratoire. Une fois qu’un rat a réussi à deviner l’issue d’un labyrinthe, tous les autres rats de la planète trouvent plus facilement la solution. Vous avez aussi les tests de QI : depuis qu’ils ont été inventés, le niveau moyen de l’« intelligence » humaine n’a cessé de s’élever – de 30% depuis 1920, comme l’a montré le politologue James R. Flynn. Il ne semble pourtant pas que nos congénères soient de plus en plus intelligents, mais en 90 ans, des foules ont répondu aux mêmes tests, qui sont automatiquement devenus plus faciles à résoudre.




Bibliographie de Rupert Shekdrake



Une nouvelle science de la vie, Le Rocher, 1983.

L’Âme de la nature, Albin Michel, 2001.

Les pouvoirs inexpliqués des animaux, J’ai Lu, 2005.

Ces chiens qui attendent leur maître et autres pouvoirs inexpliqués des animaux, Le Rocher, 2001.

Sept Expériences qui peuvent changer le monde, Le Rocher, 2005

04/03/2020

Le dogme du darwinisme a du plomb dans l'aile.



De même que la physique quantique a du introduire la notion de conscience en physique (il y a 100 ans) pour coller au Réel, les découvertes récentes des mécanismes intracellulaires suggèrent et induisent une notion de "pilotage" et d'intention pour expliquer notamment d'où viennent les informations nécessaires au fonctionnement même de la vie cellulaire (et de la vie en général).

Le hasard est statistiquement et mathématiquement hors jeu. La sélection naturelle n'explique qu'une partie des choses, mais pas l'origine des espèces.



Le « dessein intelligent » (intelligent design) est une hypothèse défendue par des biologistes qui remettent en question ce paradigme, et affirment que la complexité du vivant, telle qu’elle est mise en évidence depuis un demi-siècle, est inexplicable selon les lois naturelles connues, et oblige à faire l’hypothèse d’une Intelligence créatrice.



Face à ces chercheurs, on voit la réaction étonnante de l'ordre scientifique établi, qui réagit comme une Eglise "matérialiste", une religion sclérosée avec ses dévots et ses inquisiteurs, en caricaturant cette hypothèse qui ne serait que créationniste et obscurantiste.



L'ancien monde qui se décompose sous nos yeux était celui du matérialisme et du déterminisme.
Or matérialisme et déterminisme s'effritent, ils ne suffisent plus pour donner un sens à la Réalité. Aujourd'hui d'autres notions exigent de surgir.







Expelled : No Intelligence Allowed est un documentaire américain de Ben Stein réalisé en 2008, sur « la guerre des darwinistes contre le dessein intelligent »







Cela fait déja 12 ans, et depuis , il apparait encore plus évident qu'un changement de paradigme est devenu absolument nécessaire pour donner du sens à l'état actuel des connaissances en biologie.



Mais comme pour tout changement il y a ceux qui luttent pour et ceux qui luttent contre.



"Cette guerre culturelle, qui se joue principalement dans le milieu universitaire, est peut-être la plus importante de notre époque, car son enjeu est le socle même de l’idéologie dominante dans nos sociétés matérialistes.
Le darwinisme est un dogme absolu et intangible dans notre système éducatif.
Comme je l’ai expliqué dans « Le singe devenu dieu », c’est sur le darwinisme que s’appuie, de façon paradoxale, l’idée que l’Homme peut et doit maintenant maîtriser sa propre évolution, qui obéissait jusque-là à des lois aveugles : c’est l’idée sous-jacente au transgenrisme et au transhumanisme." (L. Guyénot)

Le documentaire entier en anglais 1h37mn

29/02/2020

Saturne-Pluton, ça continue.


Sur le papier, l'année 2020 avec notamment la conjonction Saturne-Pluton s'annonçait être avec 2021, la charnière d'un important changement de paradigme à l'échelle de la planète.

Cette conjonction commencée le 12 Janvier coïncidait alors avec :

-l'épidémie de Coronavirus à Wuhan (contagieuse mais très peu mortelle)
-l'escalade de tension en Syrie (assassinat ciblé du général Soleimani par les USA)


De nombreuses rumeurs (plutoniennes) accompagnaient ces événements (virus manipulé en laboratoire, population de Wuhan affaiblie par la 5G, etc..)

Evidemment, il ne s'agit là que d'événements "sur la crête" mais le changement s'opère aussi en profondeur et en chacun. Les uns appellent de leurs voeux nombre de mutations, les autres s'accrochent à leur vieux système.

***


Un mois et demi plus tard.
Actuellement Jupiter se rapproche de la conjonction et devrait l'amplifier (c'est son rôle symbolique traditionnel).

On assiste à
-une relance assez grave des tensions en Syrie entre Turcs et Russes cette fois dans la région d'Idlib.
-une instrumentalisation de l'épidémie chinoise montée en épingle alors que ses effets sont ceux d'un très gros rhume
(cf).
Médias et pouvoir exacerbent l'inquiétude que contient en germe ce genre de situation (l'amplification jupitérienne...).
Ils proposent même une réalité parallèle. De l'ordre d'une prédiction autoréalisatrice.

Il est clair que les conséquences de la peur engendrée (politiquement et médiatiquement) seront plus importantes que la réalité première (exagérée et manipulée) :
-Perturbations économiques, boursières.
-Mesures politiques en prenant prétexte.
On est plus que jamais dans la manipulation cynique.

kanar_aep200229_rvb.jpg



Constat:
Très peu mortelle (3% , 2600 sur 77000). Un remède au moins existe (chloroquine).
Un système immunitaire en bon état suffit à s'en protéger, les morts étaient pour la plupart âgés, et déja atteints de pathologie.
Les enfants ne sont pas touchés (0 décès).
C'est comme un très gros rhume.
D'ailleurs à ce jour, 1 mort en France alors que l'an dernier la grippe y a tué 8100 personnes.

Les vrais dangers pour la santé sont ailleurs mais de ceux-la, on en parle peu ou on les nie (pollution,alimentation,vaccins, 5G, etc.).

En France c'est donc avant tout une mise en scène , une diversion voire parfois un appel à la panique, pour mieux faire passer le reste (49,3 réforme des retraites, élections).
Interdiction des réunions de 5000 personnes etc..

On peut ajouter à ce contexte, la démission de B Griveaux suite à une vidéo sexuelle et l'attribution d'un César à Polanski (encore deux événements plutoniens mis en avant dans la presse). Etc.

***


Pour la suite, le mois de Mars devrait être chaud :
-mi Mars la planète Mars rejoint cette large conjonction Jupiter Saturne Pluton (de 22° à 29°).
-fin Mars Jupiter transite exactement Pluton 24°, et Mars transite exactement Saturne 0° (qui entre en Verseau).


Nous constituons à nous tous la conscience globale de cette planète et nous sommes en train de fabriquer notre même réalité future (locale et planétaire). En cette période tout particulièrement, il est vital de plus s'investir dans des idées créatrices, positives, bienveillantes que dans des peurs injustifiées, mises en avant pour des raisons assez basses.

***


Ajout du 1er/Mars:
Jupiter c'est aussi la finance et on voit que les milieux financiers sont sujets à la peur et peuvent l'amplifier.
>>>>La Bourse de Paris a chuté de 3,38% ce vendredi, et Londres et Francfort broyaient également du noir. À New-York, le S&P 500 limite les pertes, à -1,65%.

Le gouverneur italien Zaia de la région de la Vénétie a déclaré:
«80% de tous les malades guérissent d'eux-mêmes, 15% ont besoin de médicaments et 5% doivent être soignés à l'hôpital.
Les 17 personnes déjà décédées avaient des problèmes de santé avancés.
Aucune personne en bonne santé qui a attrapé le coronavirus n'est décédée.
C’est une alarme sans fondement.
Au début, ils ont réagi comme ils l'ont fait car ils ne disposaient d'aucune information réelle sur le virus.
Mais après avoir vu ce que c'est, l'information est trop exagérée. »

Le point de vue clair et très mesuré de Didier Raoult Directeur de l'IHU Méditerranée Infection. Ici

26/02/2020

Pluton virus de la peur...


À propos de la campagne de presse alarmiste sur le Coronavirus, Maria Rita Gismondo – directrice de macrobiologie clinique, virologie et diagnostic de bio-urgences du laboratoire de l’Hôpital Sacco de Milan, où s’analysent les échantillons de contagions possibles – déclare :

" C’est une folie. On a transformé une infection à peine plus sérieuse qu’une grippe en une pandémie létale."

Tout est dit.

Ce sont surtout les médias et les politiques qui sont en cause, car certains médecins sur ce coup là semblent plus ancrés dans le réel.

Le début de la conjonction exacte Saturne-Pluton a coïncidé parfaitement avec cette pseudo pandémie (mais vraie épidémie pour la région Wuhan).
C'est très révélateur de la façon dont les médias construisent une version déformée de la réalité (au service de lobbies, ou de leur audience), au mépris de la simple recherche de la vérité.


Les chinois ont été plutôt efficaces contrairement à ce qui est dit et ce sont eux qui ont trouvé le remède déja existant qui ne coûte rien, la chloroquine.
Malgré ce que l'on sait (très faible mortalité, les personnes atteintes étaient pour la plupart âgées et déja souffrantes) , les titres des journaux continuent dans la propagation de la peur , alors même qu'un traitement existe, et que l'épidémie chinoise commence à diminuer.


Le jour où une vraie pandémie (du genre de la grippe espagnole en 1918, 25 à 50 millions de morts) va survenir que se passera t-il?
Panique générale?

Entretien du 11 Février:

18/02/2020

Changement de paradigme...



1- Individuel


Astronomiquement les noeuds lunaires sont les points d’intersection entre l’orbite lunaire et le plan de l’écliptique terrestre .Ce sont des points fictifs qui sont toujours en opposition.

Lune_Noeuds_Lunaires.jpg



En astrologie karmique, ces noeuds symbolisent le chemin de l'âme.
L'axe de vie:
-il vient du noeud Sud (lunaire, le passé) désignant la mémoire karmique (hérédité et "vies antérieures" ) sur laquelle on peut d'abord s'appuyer dans la première partie de sa vie mais dont on doit se détacher dans la seconde...
-il va vers le noeud Nord (solaire, le futur) désignant lui le But de cette vie, un Idéal , un Objectif à réaliser (cf. la symbolique définie par signe, maison, aspects).
Cela reste assez flexible car c'est surtout une direction que l'on s'est fixée.



Le passage plus ou moins progressif de l'un à l'autre constitue le changement de paradigme individuel majeur à réaliser au cours de cette vie.



Assez facile pour certains, beaucoup plus ardu pour d'autres, il nécessite à minima de transcender son bagage inné (l' acquis antérieur) ou de le porter à une octave supérieure.
Le plus souvent il impliquera un détachement des habitudes anciennes, d'un cadre de vie dépassé devenu obsolète et un renversement de sa perception du monde.
Les exemples ne manquent pas de personnes qui prennent le contrepied à un moment donné de ce qu'ils faisaient précédemment, se reconvertissent ou changent totalement d'activité.

Cela peut se passer en douceur par une prise de conscience sereine (illumination, rencontres, opportunités) ou à l'occasion de synchronicités.
(cf la vidéo précédente de Ph. Guillemant sur le rôle de la conscience, vue comme un guide de navigation, une sorte de GPS.) (cf aussi, en partie, la prophétie des Andes.)

Les périodes propices sont généralement lors des retours des noeuds (cycle de 18 ans et demi, en sens rétrograde) , soit sur eux même (18,5 ans 37ans 54,5 ans 73 ans) soit sur un point précis du thème.

Beaucoup résistent et restent attachés au passé, aux habitudes rassurantes mais sclérosantes (voire même à leur malheur ou à leur souffrance) sans faire le pas, car un tel changement de paradigme nécessite une prise de risque, passer d'un domaine bien maîtrisé vers un terrain inconnu où l'on ne contrôle plus grand chose
Il faut triompher de la peur de l'inconnu, surmonter des résistances.Se remettre en cause.
Renaître.


Si l'on refuse ce changement de paradigme, on risque de s 'y retrouver confronté, de façon de plus en plus désagréable voire douloureuse au fil des opportunités refusées.
Dans ces moments là, le masque des apparences tombe et la vérité s'impose, parfois brutalement.
(accidents, maladies , trahisons, coups du sort, série d"événements perturbants, succession d'échecs dans des domaines où vous réussissiez).

C'est le monde qui nous parle. Le Ciel lui-même s'adresse à notre âme.
Le grand Esprit se manifeste.
Il nous rappelle la nécessité vitale d'évoluer, de se détacher de l'aspect périmé du passé et de créer son futur. Le besoin impérieux d'exprimer ce que l'on est vraiment et qui fera que l'on se sente mieux dans sa peau en donnant un sens à notre existence.

***


On peut aussi dire que dans la première partie de la vie on est le jouet ou le prisonnier de son destin , de son milieu, de sa famille, de son éducation (qui sont un reflet du Karma) et que ce n'est que par un profond changement de paradigme (progressif ou brutal) que l'on peut retrouver un véritable libre-arbitre et réorienter sa trajectoire.

17/02/2020

Les empoisonneurs...



Cette philosophe et physicienne altermondialiste dénonce l'immoralité absolue du système chimico-industriel (cupidité et pollution) qui nous opprime.
Il est vital d'en prendre conscience et de réagir (au minimum en les boycottant là où c'est possible).
Ces hommes d'affaires sont les pires criminels de la planète, ils empoisonnent la plupart des sols, des aliments, etc.. pour leur profit immédiat, en niant les conséquences.

Ils nous empoisonnent..

Ce système doit cesser.

***



"Est-il juste et sain que les entreprises qui nous vendent des médicaments soient les mêmes qui produisent des pesticides ? "



vandana-universidad-bloque-luis-navarro_lncima20140124_0022_28.jpg



Après avoir obtenu une licence de physique en 1972, puis un master en 1974, à l'université du Panjab, à Chandigarh en Inde, Vandana Shiva a poursuivi ses études au Canada. (master de philosophie des sciences puis un doctorat en 1978 à l'université de Western Ontario).
Elle a ensuite réorienté ses recherches dans le domaine des politiques environnementales à l'Indian Institute of Science.

Elle est l'une des chefs de file des écologistes de terrain et des altermondialistes au niveau mondial, notamment pour la promotion de l'agriculture paysanne traditionnelle et biologique, en opposition à la politique d'expansion des multinationales agro-alimentaires et au génie génétique. Elle lutte contre le brevetage du vivant et la biopiraterie.


« Nous devons nous libérer du cartel du poison pour la liberté et la vie sur Terre, pour la liberté de tous les peuples, pour se libérer des maladies, et pour se libérer d’une nouvelle forme d’esclavagisme. »






15/02/2020

Guillemant: A quoi sert la conscience?

10/02/2020

L'expérience de la gomme quantique à choix retardé...



L’ extraordinaire expérience de la gomme quantique à choix retardé est une expérience de physique quantique qui prolonge celles  de Thomas Young*  (1801) et aussi celle d'Alain Aspect (1980) en y introduisant ce qui semble être une rétroaction dans le temps.
Elle fut proposée en 1982 par Marlan Scully et Kai Drühl.


Pour mémoire "l'expérience des fentes de Young" illustre la dualité onde-particule : les interférences montrent que la matière ( photons, électrons, neutrons, atomes, molécules,) présente un comportement ondulatoire, mais la façon dont elles sont détectées (impact sur un écran) montre leur comportement de particules (discontinues).


1/ Pour bien saisir, il faut d' abord se remémorer cette variante "aux miroirs" de l'expérience des fentes de Young :

Le photon émis a 1 chance sur 2 de traverser A (pour aller par B, en I)  et 1 sur 2 de se réfléchir en A (pour aller par C en I).

expyoung-2.jpg




On ne sait pas quel chemin il a pris dans ce cas , et on observe une figure d'interférence en I. C'est à dire qu'il s'est comporté comme une onde.


Jusque là tout va bien.

2/ Si on ajoute des détecteurs de photons à ce schéma d'expérience pour savoir quel chemin a pris le photon:


exp2-1.jpg



Le fait d'ajouter des détecteurs (on sait s' il est passé par B ou par C) fait effondrer l'état quantique, il n'y a plus d'onde, plus d'interférence.

Le convertisseur bas est un appareil qui, à partir d'un "photon en entrée", crée deux "photons en sortie", intriqués, (et de longueur d'onde double par rapport au photon en entrée). Ces convertisseurs ne détruisent pas l'état quantique du photon, car ils ne font  pas de "mesure".

Plus précisément 1 des deux "photons de sortie" est détecté, l'autre pas, mais comme ils sont intriqués, on sait par où est passé le "photon d'entrée".

C'est là qu'intervient la redoutable habileté de cette expérience ...

3/  On ajoute des miroirs semi-réfléchissants en E et D devant les détecteurs  K et J. Le photon 1 fois sur 2 traverse et se fait détecter. Une fois sur 2 il est redirigé par réflexion vers F, quatrième miroir semi-réfléchissant du montage, la clef de ce gommage quantique.

Qu'il vienne de E ou de B, le photon en F traversera 1 fois sur 2, et sera réfléchi 1 fois sur 2. De ce fait, les deux détecteurs H et G, détecteront des photons venus indifféremment de E ou de D sans que l'on puisse le préciser. Le miroir semi-réfléchissant F , imaginé par Scully  est la gomme quantique: il détruit l'information permettant de savoir par quel chemin est passé le photon.

Il est crucial de noter que les photons qui percutent la plaque photographique en I, le font AVANT que leur jumeau intriqué ne parvienne soit en J/K, soit en G/H.


experiencecolorsculley-2.png



Constatations:

-Une moitié des photons arrivent en K ou J, (chemin connu par la détection) et on vérifie qu'ils n'ont pas donné d'interférence en I. L'autre moitié arrive en G ou H (sans que l'on connaisse leur chemin malgré la détection)  et on voit qu'ils ont produit une figure d'interférence en I.

-Le résultat enregistré en I est  fixé AVANT que le photon témoin n'ait été détecté en J/K (chemin connu, pas d'interférence) ou en G/H (chemin indéterminé , interférence).

Comment le photon atteignant I peut-il savoir que son jumeau intriqué sera détecté plus tard en J/K ou non ?


Telle est la question essentielle de cette expérience.

Il semble se comporter irréversiblement, à un instant précis (en I), en fonction de ce qui sera déterminé par hasard un certain temps plus tard (en G/H ou J/k), donc dans le futur,.



***


Page Wiki sur cette expérience.



Une nouvelle version de cette expérience a été réalisée en utilisant des satellites dans l'espace, sur lesquels des photons issus d'un laser ont rebondi.

La distance qu'ils ont parcourue dans l'expérience est de l'ordre de 3.500 km et pourtant, les résultats obtenus sont toujours conformes aux prédictions de la mécanique quantique.

***


* Pour se remémorer l'expérience des fentes de Young.



blog source
 
Appendice:
Exemple: interférences à la surface de l'eau