Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2014

Le principe de la grenouille

 

 

"Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager. La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.

 

L'eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température continue à monter jusqu 'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s'extraire de la marmite.

 

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite..

 

Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte ".

 

Olivier Clerc, écrivain et philosophe, né en 1961 à Genève, vivant en France (Bourgogne) depuis 28 ans.

 

son site

 

132874grenouille.jpg

13/05/2014

Doma india...

 

"Chuchoter à l'oreille du cheval" (Doma India, en espagnol)

Petite démonstration dans l'Estancia El Ombú, à San Antonio de Areco, en Argentine.

Il s'agit d'une méthode douce élaborée par les Indiens depuis 1600 (introduction du cheval en Amérique).Elle se différencie clairement du dressage (visant à briser la volonté de l'animal par stress et privation, punitions et récompenses).

Ici pas de mors, la méthode consiste à dompter le cheval en fonction de sa nature, en évitant de provoquer de la peur et de la douleur, afin de gagner sa confiance et sa fidélité.

Dans cette vidéo le gaucho, Pablo  Castro ("Garincha") démontre que certains d'entre eux utilisent des techniques de persuasion douce pour la formation de leurs montures.

 

 

 Exercice similaire

20/04/2014

Passes magiques...

source





Passes magiques

Ce concept est tiré des ouvrages de Carlos Castaneda,
qui y a consacré par la suite un livre et une école, sous le nom de Tenségrité.
Pour Don Juan, (le maître, sorcier yaqui, récurrent de ses premiers livres)
les humains sont capables de percevoir l'énergie directement telle qu'elle circule dans l'univers.
Les sorciers des temps anciens nommèrent "Voir" l'acte de percevoir l'énergie directement.
A chaque fois qu'ils le voulaient, ils se percevaient les uns les autres comme de gigantesques sphères lumineuses
(conglomérats de champs d'énergie) d'un diamètre égal à l'envergure des bras étendus.


Le point d'assemblage:
Ils percevaient alors un point d'une luminosité intense, placé à la hauteur des omoplates,
à une longueur de bras de ceux-ci, vers l'arrière: "le point d'assemblage",
parce que pour eux c'est à cet endroit que la perception est assemblée.
Sur ce point de luminosité dont l'emplacement est le même pour toute l'humanité,
les champs d'énergie en forme de filaments lumineux
(et qui constituent l'univers dans son ensemble) convergent par millions.
En convergeant à ce point, ils deviennent des informations sensorielles utilisables par les êtres humains.

Cette transformation était considérée par les sorciers comme un acte de magie pure :
l'acte de transformer, par le point d'assemblage, de l'énergie libre en un monde véritable et complet.
Leur observation renversante suivante fut que le point d'assemblage se déplace
, au cours du sommeil, au delà de sa position habituelle .
Ils découvrirent que plus le déplacement était important,
plus les rêves qui l'accompagnaient étaient bizarres.

Ces sorciers sautèrent alors, depuis ces observations de voir,
jusqu'à l'action consistant à déplacer volontairement le point d'assemblage.
Et ils appelèrent les résultats de leurs conclusions : "l'art de rêver".

Ces sorciers définissaient cet art comme l'utilisation des rêves ordinaires
afin de créer une ouverture vers d'autres mondes
par l'acte de déplacer le point d'assemblage à volonté
et de le maintenir sur cette nouvelle position.
Ils réalisèrent que, à sa position habituelle le point d'assemblage est un point
où converge une portion donnée, minuscule, des filaments d'énergie constituant l'univers,
mais si le point d'assemblage change de position à l'intérieur de l'oeuf lumineux,
une minuscule portion de champs d'énergie différente converge alors à ce point,
ce qui donne comme résultat un nouvel afflux d'informations sensorielles :
des champs d'énergie différents de ceux qui sont habituellement transformés en informations sensorielles,
et ces champs d'énergie différents sont interprétés comme un monde différent.

L'art de rêver:
L'art de rêver devint pour ces sorciers leur activité la plus absorbante.
Au cours de leur pratique, ils firent l'expérience d'états de bien-être et d'aisance physique sans égal
et dans leurs efforts pour reproduire ces états pendant leurs heures de veille,
ils découvrirent qu'il leur était possible de les recréer à la suite de certains mouvements du corps.
Le point culminant de leurs efforts fut la découverte et le développement d'un grand nombre de ces mouvements ,
qu'ils appelèrent des passes magiques.

Les passes magiques:
Les passes magiques de ces sorciers de l'Antiquité mexicaine devinrent leur bien le plus cher.
Ils les entourèrent de rituels et de mystères
et ne les enseignèrent qu'aux initiés dans le plus grand des secrets.
C'est de cette manière que don Juan Matus les a transmis à ses disciples.
Ses disciples, étant les derniers maillons de sa lignée, arrivèrent à la conclusion unanime
qu'entretenir davantage le secret à propos des passes magiques serait contraire
à l'intérêt qu'ils portent au fait de rendre le monde de don Juan accessible à leurs semblables.

Ils ont décidé, par conséquent, d'extraire les passes magiques de leur obscurité.
Ils ont ainsi créé la Tenségrité, qui est un terme appartenant à l'architecture et qui signifie :
"la propriété des structures squelettiques mettant en jeu des éléments continus en tension
et des éléments discontinus en compression
de telle façon que chaque élément fonctionne avec le maximum d'efficacité et d'économie".
Ce nom est des plus approprié car il mélange deux mots :
tension et intégrité ; des termes qui suggèrent parfaitement les deux forces directrices des passes magiques.


castaneda.jpg






22/03/2014

Rayon vert

Le vitrail dont est issu le rayon vert a été installé dans la cathédrale en 1876, mais le phénomène n'a été découvert qu'en 1972, par Maurice Rosart, un ingénieur-géomètre excentrique.

Ce Jeudi 20 Mars 2014, de nouveau, de nombreux curieux ont pu admirer le célèbre rayon vert de la cathédrale de Strasbourg qui, lors des jours d'équinoxe, traverse un vitrail pour illuminer un Christ en pierre du XVe siècle.

         Voir l'image sur Twitter

 

Le vitrail dont est issu le rayon vert a été installé dans la cathédrale en 1876, mais le phénomène n'a été découvert qu'en 1972 (après un important nettoyage des vitraux), par Maurice Rosart, un ingénieur-géomètre.

 

 

14/03/2014

Festival des musiques zen...

 

 

http://www.festivalmusiqueszenetspirituelles.com/

 

               

 

 

 

01/03/2014

Maitriser le désir dans l'étreinte

 

On laissera flotter le désir comme un canot dont on a coupé le moteur.

 

 

Après avoir suspendu le glissement sur la pente de la volupté, les amants aguerris et sereins se retrouvent mêlés dans une étreinte immobile, épanouis, détachés de leurs corps au milieu des courants de caresses et d'enlacements où tels des poissons s'estompent les pulsions.

 

 

27/02/2014

Aguigui

 

"Quand tu n'as besoin de rien, tu es tout de suite servi"

 

 

André Dupont, dit Aguigui Mouna, est né le 1er octobre 1911 en  Haute-Savoie et mort le 8 mai 1999 à Paris.

Considéré comme « le dernier amuseur public de Paris » et « un sage des temps modernes ».

Cavanna disait de lui : « Mouna, c’est une manif à lui tout seul. »

 

Sa philosophie fut un mélange d’antimilitarisme, d'anarchisme et d’écologisme. Il a mené campagne contre le travail des enfants dans le tiers monde et pour l'aide aux réfugiés du Chili, et il a été l'un des premiers à s'opposer au programme nucléaire de la France.


Digne successeur de  Diogène pour les uns, ou
pour d'autres de Ferdinand Lop , lui qui proposait de prolonger le boulevard Saint-Michel jusqu'à la mer (et dans les deux sens) afin que les étudiants puissent se baigner plus souvent.

Pour beaucoup, Mouna était tout simplement un apôtre de la bonne humeur.

17/02/2014

Acte I

 
 
 Tout acte authentique nous rapproche de l'Eternité...