Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2020

L'épigénétique

L'épigénétique est la discipline de la biologie qui étudie la nature des mécanismes modifiant de manière réversible, transmissible et adaptative l'expression des gènes sans en changer la séquence nucléotidique.

L'épigénétique est donc l'ensemble des actions environnementales qui permettent d'exprimer ou non les gènes héréditaires. Le même gène peut s'exprimer de diverses manières, selon ses interactions.

Une rapide présentation assez claire de l'épigénétique en 3mn (en 2014 par J. de Rosnay).



L’épigénétique est la modulation de l’expression de nos gènes en fonction de notre comportement relatif à au moins 5 éléments de nos vies de tous les jours:

1. Notre alimentation, ce que nous mangeons et notre façon de nous nourrir.
2. Une activité physique appropriée.
3. Notre conscience, notre façon personnelle de gérer le stress , nos pensées (esprit).
4. Le plaisir dans ce que nous faisons (joie de vivre).
5. Un réseau social, amical et familial qui suggère un sentiment ou une émotion (amour).


On voit que c'est là aussi en biologie une remise en cause des notions de déterminisme.
La totalité des caractéristiques d'un individu est-elle contenue dans l'œuf dont il est issu?
On sait maintenant que non, tout est potentiel mais on peut inhiber ou exhiber certains potentiels des gênes en fonction de son comportement et de sa conscience (ses émotions).

à suivre...

13/03/2020

Le sens des maladies




Donner du sens aux événements qui nous touchent, c'est ce que permet une vision spirituelle du monde.

-Les maladies individuelles ne sont pas des anomalies internes survenant par hasard ou des agressions arrivant de l'extérieur, c'est la manière dont notre corps s'adapte à une situation détériorée et essaie de nous montrer comment en sortir.
Nous ne devons pas voir cela comme un ennui ou un désagrément mais comme une occasion positive de nous réorienter.
C'est toujours un message qu'il nous envoie, et des informations sur notre situation.
Cela peut paraître paradoxal mais la maladie a toujours une intention positive à notre égard.

(cf Annick de Souzenelle "Le symbolisme du corps humain", Michel Odoul "Dis-moi où tu as mal", Dr Olivier Soulier 1, etc.)
La compréhension symbolique de la maladie suffit d'ailleurs parfois à ramener l'équilibre.

Dans une optique karmique des choses, cela reste valable (et probablement de manière encore plus profonde ) pour les maladies innées, génétiques, héréditaires.

Quand il s'agit d'épidémie, le message n'est plus individuel mais collectif, et en cas de pandémie, il s'adresse à toute la planète.
Chaque microbe ou virus représente potentiellement une épreuve que l'organisme (ou une population) peut un jour être amené à rencontrer. Ces virus vivent très longtemps au fil des siècles, sans causer aucun souci, et puis un jour, ils s'activent...

-L'astrologie (connaissance des cycles temporels) nous avait prévenu depuis longtemps : 2020 serait le moment d'une profonde crise mondiale liée à un changement de paradigme nécessaire (pour sortir du capitalisme ultralibéral ? commencer à sortir du matérialisme déterministe?)
Depuis la précédente crise financière de 2008, la plupart des économistes sérieux avaient rejoint cette thèse: une crise radicale devenait inévitable, 2008 n'ayant rien résolu. Le modèle économique capitaliste devait changer radicalement, ou s'effondrer comme le communisme soviétique en 89.

Il semble que cette épidémie ait servi de déclencheur pour permettre à la crise masquée (mais bien réelle) de parvenir enfin à s'exprimer, malgré tous les appareils d'état et institutions financières qui essayaient de la nier et de la camoufler.
Et cela d'une manière détournée assez surprenante.
(J'avais plutôt imaginé un virus informatique planétaire mettant à mal le système boursier, par ex, ou un désastre écologique.)

D'où ce décalage entre les faits (qui cependant s'accroissent au fil du temps, comme une prédiction autoréalisatrice) et les conséquences multiples (parfois incohérentes) auxquelles on assiste, mais qui pourraient par "effet dominos" amener à des résultats réclamés en vain depuis des mois par une partie des populations.
Le rôle de catalyseur ayant été joué par les médias* transformant à grand fracas et avant l'heure (dès Janvier) , un virus chinois en virus planétaire médiatique anxiogène (L'Europe devenant l'épicentre en Mars). 2
Un bug dans la matrice.
Apparemment il fallait ça, (une sorte d'électrochoc), pour que le système global prenne conscience qu'il va droit dans le mur.
Est-ce que cela suffira?
Ou bien d'autres crises en 2020, 2021 et 2022 devront-elles prendre la relève pour permettre l'émergence de ce nouveau paradigme devant succéder à cette ère matérialiste déterministe capitaliste?

Tout dépend a priori de la manière dont le monde et les élites au pouvoir, y réagiront, puisqu'ils ont la main sur les décisions cruciales. (Sortir de l'Euro est devenu nécessaire, par exemple.)
Mais, cela dépend aussi et surtout de chacun d'entre nous, selon qu'il cédera à la peur en se laissant infantiliser et déposséder de sa conscience ou selon qu'il gardera son esprit libre et critique.
Car il est question de conscience planétaire, au final.

Selon aussi qu'il prendra la mesure du changement nécessaire, ou une fois le "danger" éloigné, en reviendra à son schéma habituel lié à l'ancien monde.

En pratique, localement les mesures de confinement sont justifiables, évidemment.
On sait que c'est la méthode (et non les vaccinations, inefficaces) qui a mis fin à la variole, par exemple.
Mais les généraliser à des zones non atteintes est déja plus discutable.

Les incohérences et injonctions paradoxales se multiplient; le changement à venir semble prendre des chemins improbables.
Les voies de l'Esprit s'avèrent impénétrables quand il s'agit de sauver la planète.


Le message implicite en tous cas est clair: la mondialisation est une erreur et il faut changer de voie.
On sent déja qu'il y aura très probablement des inflexions en ce sens.
Plus globalement: le capitalisme ultralibéral a échoué, il a rendu notre environnement très toxique, l'air irrespirable (cf symboliquement ces affections pulmonaires). Il faut en tirer les conclusions au plus vite.

La notion d'urgence que suscite cette épidémie est amplifiée et "surjouée" (en toute bonne foi) à mon avis, mais elle trouve un réel écho (qui la valide rétroactivement) car c' est une parabole de l'urgence réelle de la situation planétaire écologique et économique, qui est, elle, relativisée ou tronquée.

Pour les détails, les semaines à venir vont nous éclairer.

Je l'avais déja indiqué deux fois: d'ici au 30 Mars, la tension devrait encore s'exacerber et le passage de Saturne en Verseau amorcer un changement de nature de la prise de conscience se traduisant par des faits spectaculaires.

Cette présentation des choses explique pourquoi je ne crois pas aux diverses thèses complotistes (bien que, sur le rôle de la 5G rien ne soit encore exclu concernant ses effets directs sur l'immunité) qui suggèrent que le système financier voulait lui même déclencher une crise mondiale pour masquer son effondrement.

* aidés en cela par les transports aériens...

11/03/2020

Jeux de cailloux


Se balader dans la nature, sur les plages, baigner dans l'énergie tellurique, interférer de manière ludique en créant ici ou là des figures plus ou moins éphémères avec les objets trouvés, c'est un plaisir et l'une des façons de développer l'esprit en soi.



z2





z3





z4





z5






z7





z8





z9





z10





z11





z12





z13





z14





zz

10/03/2020

Le suivi de Saturne-Pluton


J'ai d'abord eu quelques doutes sur le fait que l'épidémie chinoise puisse être le principal facteur déclencheur de la crise systémique de 2020 (annoncée de longue date par les données astrologiques * puis depuis 2008 par beaucoup d'économistes).//
*En 1993 déja, André Barbault écartant le risque d'une déflagration mondiale (car les cycles sont tous croissants) et se voulant rassurant, écrivait dans "L'avenir du monde" sur cette période de 2020: "Au coeur de cette configuration règne d'ailleurs la note saturno-plutonienne qui est plus en affinités avec des valeurs sourdes et lourdes de chute et de gouffre.Elle suggère plutôt une levée de forces obscures à caractère destructeur, où l'homme saisi d'un frisson de négation avec toutes ses hantises, s'avilit, régresse et s'enténèbre.A son angoisse profonde répond une sinistrose comme si se dégradait le patrimoine de l'humanité dans un climat délétère." Et il cible l'Europe: "On est enclin à se représenter notre continent miné par des forces profondes, rongé par un mal particulier, vivant alors un temps de glaciation.Cela ressemble à une maladie sinon à une intervention chirurgicale de la communauté européenne."
Le décor est planté.
Je partage ce constat mais je suis optimiste car je crois qu'il s'agit là d'une crise indispensable pour permettre l'émergence d'un nouveau paradigme.
Il est clair en effet que le monde actuel mène droit dans le mur. Il faut donc le faire changer en opérant des choix et des changements de voies !

A ce sujet, le même Barbault dans son livre annonçait ensuite pour 2025-2030: "la meilleure période du siècle".
Pas moins.

//Pourtant, même si cette épidémie est plutôt bénigne sur le plan sanitaire à ce jour (on est très très loin des grandes épidémies du passé), elle a été tellement montée en épingle et amplifiée (par les médias) que c'est bien elle (par ses conséquences émotionnelles, pratiques, économiques et ses éclairages multiples) qui constitue en ce moment même, l'étincelle plutonienne mettant le feu aux poudres et contribuant à déstabiliser l'ordre établi de la mondialisation. (En astrologie le cycle Saturne/Pluton semble lié notamment à la Chine , l'Inde, l'Iran et Israël.)

Etrangement, par leur perversité même, les médias semblent avoir servi de catalyseur en soufflant suffisamment sur cette petite étincelle pour qu'elle provoque la révolution globale mondialiste qui s'annonce.
Les médias , idiots utiles au service du Grand Esprit. Qui l'eût-cru?
Une angoisse sourde, à l'idée d'un possible "im-monde" à venir (inhumain, ultralibéral, sans âme, transhumaniste) était tapie dans le subconscient de la société et c'est cela qui a permis cet embrasement des consciences instinctives qui se propage aujourd'hui partout dans "le village mondial".
Il faut maintenant effectuer un changement de trajectoire !

Astrologiquement cette conjonction était exacte le 12 Janvier (ce qui corrobore la symbolique de l'épidémie) et elle doit s'amplifier avec l'arrivée de Jupiter sur Pluton et diverses autres transits en cours d'année.

22mars.JPG



Nous sommes aujourd'hui le 10 Mars, les bourses mondiales sont en chute libre, les acteurs financiers prennent conscience du phénomène. Jupiter n'est plus qu' à 3° de Pluton, et Saturne à 29° du Capricorne s'apprête à passer en Verseau le 22 Mars (il sera alors en carré à Uranus , son maître). Mars sera alors à 23°53' du Capricorne formant une conjonction proche entre Jupiter 23°03" et Pluton 24°42".
Carte ci-dessus.
Le printemps s'annonce très chaud.

Comment le capitalisme ultralibéral prédateur va t-il évoluer dans ce contexte ?

La Chine vient de subir un coup d'arrêt mais c'est déja la première économie mondiale . C'est aussi l'année des élections américaines.Et Poutine vient de frapper un grand coup en changeant de stratégie pétrolière avec l'OPEP (il a rompu son accord avec l'Arabie saoudite).La Turquie menace l'Europe. L'Iran et Israël sont en pleine crise politique.


Ce tournant du siècle (2020/21) devrait redistribuer pas mal de cartes.


Parallèlement à tout ça, on a assisté en France:

1/à la poursuite des contestations.
Les manifestations multiples de protestations n'ont pas cessé (contre la loi retraite en premier lieu).

2/à la "libération" de la parole (de femmes principalement) dénonçant des abus de pouvoir (d'ordre sexuel)
Seuls les prêtres catholiques en avaient fait les frais auparavant, mais bon nombre de langues se sont déliées depuis Janvier pour révéler des viols ou harcèlements dans tous les milieux (spectacles, sports, enseignements et sciences) le plus souvent par abus de position dominante .

3/à la décomposition du progressisme sociétal "humaniste". Des antagonismes et dissensions apparaissent dans la mouvance de gauche culturelle (pseudo)intellectuelle.

Par exemple, le "féminisme de gauche" a été pris dans l'injonction paradoxale de défendre ou dénoncer des migrants (victimes sociales mais aussi harceleurs ou violeurs, issus d'une culture archipatriarcale).
On a vu des femmes révoltées contre la banalisation du viol (par abus de pouvoir, trop fréquents chez les puissants) se faisant bastonner ici, pour avoir oser défiler, ou traitées, là, d'antisémites par toute une caste du show biz (si par malheur les prédateurs mis en cause s'avèraient être juifs).

Un sac de noeud hallucinant, où se révèlent d'improbables alliances et compromissions. Une disproportion des valeurs, incroyable mais révélatrice. Une distorsion de la morale la plus simple.
Décadence et déchéance d'un monde se prétendant progressiste.Le radeau de la méduse.

Pour ce qui est du domaine scientifique, on peut s'attendre à des avancées spectaculaires car l'hypocrisie y règne également, et le besoin d'ouverture est immense, pour sortir des dogmes dépassés.


La période n'est plus au compromis. Il faut se situer pour créer le monde à venir.
Affirmer ses préférences. Etre soi-même. Dénoncer les injustices. Et tous les abus de pouvoir !
Refuser les agressions , la pollution, les vaccinations, la 5G, la malbouffe et les gouvernements toxiques.


Les mouvements Metoo , et les Gilets jaunes ont ouvert la voie.
Si malgré cela, les bureaucrates mondialistes persistent dans leur désir malsain d'imposer leurs lois nocives, ils se condamnent eux-mêmes.

2020 ne fait que commencer...

Soyons conscients, rebelles, drôles et bienveillants.

NB: Du 20 au 22 Mars la planète Mars transite Jupiter puis Pluton, et le 30 Mars elle rejoint Saturne en Verseau, alors que Jupiter rejoint Pluton.Trois jours à suivre, surtout le 30.

09/03/2020

Expérience de pensée


Expérience de pensée

Prenons l'épidémie de Coronavirus actuelle.
Imaginez qu'il n'y ait pas d'observateurs, pas de mesures.

Tous les effets de cette épidémie disparaitraient instantanément. Elle n'existerait tout simplement pas.

En effet, les morts provoqués par cette épidémie seraient simplement incorporés dans la mortalité habituelle des grippes ou infections pulmonaires, sans aucun effet notable 1.

-Officiellement 80 à 85% des sujets atteints (testés) ne présentent pas de symptômes, ou très légers. Ce qui sous-entend qu' on ne sait pas vraiment qui est porteur et que l'on ignore le nombre des sujets touchés.Le taux de mortalité est donc forcément beaucoup plus faible que les 1 à 3 % annoncés et à peine plus élevé que la grippe classique (0,1%) .

Il est même possible que sans publicité cette épidémie eût provoqué moins de morts: le stress et l'inquiétude engendrés par les médias et les mesures de confinement, pouvant augmenter sensiblement la mortalité en endommageant l'immunité des plus faibles.

-Même si je comprends les vertus du confinement pour certaines épidémies très agressives et très contagieuses , ici on ne voit pas vraiment de différence entre les pays qui confinent et ceux qui ne confinent pas. (Même si c'est encore un peu tôt pour le confirmer.)

En réalité cette épidémie n'existe que par la psychose, qu'avec l'aide des médias, elle suscite et par les mutliples conséquences économiques que tout cela induit 2.

(A suivre pour savoir quoi en déduire. )
Note ultérieure: Au niveau des chiffres , cela reste valable à la date du 18 Mars , après confinement généralisé. En effet en France les chiffres de la mortalité restent inférieurs au pic saisonnier de grippes hivernales et troubles pulmonaires (2017 était bien au dessus). Ce n'est en revanche pas le cas de l'Italie.Pour des raisons à déterminer (âge, pollution, confinement global ?) Mais au delà du manque de recul des médias, de leur alarmisme, il y a évidemment un effet réel d'engorgement des services locaux près des quelques foyers de contagions qui peut rendre effrayante, cette épidémie ponctuellement. Les médias tendent à ne montrer et amplifier que les événements spectaculaires et à dramatiser les situations.

08/03/2020

Vive le Corona ?



>>On vient d' assister depuis deux mois à un tapage alarmiste très exagéré (mais pas si étonnant) de la part des médias dont le seul but visible était de propager et de diffuser l'inquiétude.
On peut expliquer cela par la course à l'audience a priori, mais au final ? N'est-ce pas pour mieux nous infantiliser? Emousser notre sens critique....
Pour essayer de nous rendre docile et dépendant d'experts?

Tout cela à partir d'une simple sorte de grippe (pouvant certes être très aiguë) , ni plus, ni moins.
Ce qui est spectaculaire ici c'est surtout la peur irrationnelle que cela met en jeu, bien plus que le danger réel. Officiellement 80 à 85% des sujets infectés n’ont pas de symptômes, bref vous pouvez être porteur sans même le savoir et il ne se passera rien. (Ce qui fait que la mortalité estimée autour de 1 à 3% est fortement surévaluée.)

>> On a constaté que cette épidémie de peur coïncide avec la conjonction Saturne-Pluton, et qu'avec l'arrivée de Jupiter puis Mars sur cette conjonction, celle-ci ne saurait que s'amplifier d'ici la fin Mars. ( Mais d'autres messages de la planète peuvent s'y ajouter ou en prendre la relève.)

Cette conjonction étant avant tout le symbole d'un changement de paradigme indispensable et de l'abandon de vieilles valeurs obsolètes, il faut comprendre son message profond, spirituel et ce qu'elle apporte concrètement de positif. Savoir se situer par rapport à ça, avec bienveillance et sérénité.

-or, pour le moment, c'est avant tout un coup d'arrêt dans la course folle en avant de la productivité polluante.La pollution a fortement ralenti en Chine.1 2
Les transports et les usines sont au ralenti. Certains ont pris conscience de la dépendance de la France par rapport à la Chine et des inconvénients de la mondialisation... ( cf l'analyse de J Sapir sur RU)

Le fait que la maladie induite touche les voies respiratoires, confirme plutôt le fait que c'est bien de la pollution de l'air, dont il s'agit en premier lieu. 1

Ce qu'aucun mouvement de protestation n'avait réussi à faire, un petit virus pas très méchant l'a fait. Reste à savoir jusqu'où ça ira et dans quelles proportions.


Autre conclusion: c'est un changement de paradigme, et de valeurs qui s'annonce mais il passera forcément et avant tout par un changement de mode de vie.

Et ça c'est tout de suite!

***

89091134_3147732925239895_3959726265115607040_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=vjJvbiEy1_8AX9zZPyJ&_nc_ht=scontent.fcdg2-1.fna&oh=8f076e8008a02ac7078ffbf05c645574&oe=5E98C0FB



Ci-dessous un extrait du commentaire de Philippe Guillemant dont je partage le sentiment:

"... Par contre, on sait que la peur engendre un futur dans lequel arrivent les évènements qui peuvent engendrer une telle peur. Le coronavirus est donc probablement lui-même issu de peurs agitées dans les années qui précèdent. Voyons cela.

Nous avions peur d'une société déshumanisée qui renforce tous les contrôles, et effectivement, le coronavirus va renforcer tous les contrôles, spécialement en chine où il est apparu. Est-ce un hasard ?

Nous avions peur d'une société transhumaniste, et effectivement, le vaccin contre le coronavirus pourrait être la grande porte d'entrée vers le transhumanisme, s'il conduit notamment à une vaccination obligatoire (on peut mettre tout ce qu'on veut dans un vaccin: nanoparticules etc...)

Faites donc attention à vos peurs, bon sang.
Constatez plutôt que le coronavirus est aussi une excellente nouvelle. Au lieu de regarder nos peurs, regardons donc maintenant nos désirs d'aller vers une société meilleure.

Nous avons désiré la fin de la pollution de notre planète par le mythe d'une production industrielle sans cesse croissante, et effectivement, le coronavirus engendre une dépollution de la planète en commençant par la chine, la plus polluée. Pas mal, non ?

Nous avons désiré la fin de notre capitalisme financier ultra libéral, et effectivement, le coronavirus risque fort de provoquer la fin déjà programmée de ce système prédateur. On pourrait même se demander si ce ne sera pas un moyen pour ce système de se dédouaner de la responsabilité de son effondrement.

N'oublions donc jamais la véritable cause de l'effondrement qui vient et n'oublions surtout pas de nous y préparer: il se pourrait bien que ce soit cela l'ouverture de l'enclos. Prenons donc le coronavirus comme une sorte d'entrainement en douceur à la révision de nos modes de vie et simultanément de nos modes de pensée."

06/03/2020

Les champs morphogénétiques...


Dans cette période de changement de paradigme que nous vivons, une notion importante devrait s'affirmer de plus en plus dans la mesure où elle pallie au manque d'explication pour de nombreuses constatations faites en biologie.


D'autant que cette théorie contribue à réintroduire la notion de conscience dans un champ scientifique qui l'avait exclue , par dogmatisme matérialiste déterministe mécaniste.

Enfin, elle est assez raccord avec des notions essentielles apportées par la physique quantique et qui ne peuvent que se diffuser de plus en plus largement dans la mémoire/conscience collective..

C'est la notion de champ morphogénétique.


Je reprends ci-dessous une compilation d'extraits, pédagogiques, très abordables donnée par Kali sur Agoravox.


***



-Historique de la notion de champ morphogénétique

Hans Driesch (1867-1941), embryologiste et philosophe, fut l’un des premiers chercheurs à avoir tourné le dos à la vision strictement matérialiste et mécaniste qui prévalait au XIXème siècle. Ses expériences sur les blastomères d’oursin démontraient que l’ensemble de l’embryon est plus que la somme de ses parties. Driesch en prélevait des éléments et ceux-ci se régénéraient ; l’ensemble se reconstituait. Il en déduit qu’il était impossible d’analyser ou de comprendre l’embryon d’une manière purement matérialiste.



Mais, c’est en 1922 que l’idée de champs morphogénétiques (abrégés ultérieurement en “morphogéniques“ et même “morphiques “) a été introduite par Alexander Gurwitsch, en Russie, puis en 1925, de manière indépendante, par Paul Weiss, à Vienne. A. N. Whitehead (1861-1947) scientifique et philosophe, affirma qu’il existe une propriété définie de complétude qui permet aux organismes de se développer et qui ne peut être réduite à une analyse des parties. Von Bertallanfy (1901-1972) a procédé en 1933, dans son livre Modern Theories of Developement, à la synthèse de ces différentes approches avec son paradigme organismique3 qui décrit le développement des systèmes ouverts (biologiques) par différence avec les systèmes physiques soumis à la loi d’entropie.



Une génération plus tard, C.H. Waddington (1905-1975) a poussé l’idée des champs morphogéniques un pas plus loin avec son concept de chréode, ou “zone de développement canalisé“, ou “attracteur de développement dans le temps et dans l’espace“.



71+DUKQB-tL._US230_.jpg



C’est Rupert SHELDRAKE (né le 28.06.1942), biologiste spécialiste de biochimie et de chimie cellulaire, qui donnera toute son ampleur au concept de champ morphogénique en faisant le réservoir de la mémoire de l’univers et la source de ce qu’il appelle “la causalité formative“.



Comment s’est forgé le concept de champ morphogénétique ?



R. Sheldrake écrit que “la mémoire est inhérente à la nature“. Il considère que “les systèmes naturels, tels que des colonies de termites, des pigeons, des orchidées, des molécules d’insuline héritent d’une mémoire collective renfermant tous les phénomènes concernant leur espèce, aussi distants soient-ils dans l’espace et dans le temps“. Il donne de nombreux exemples de comportements animaux instinctifs (la façon de se gratter des mammifères et des oiseaux, la capacité des araignées de tisser, dès leur naissance, des toiles caractéristiques de leur espèce, la manière dont les guêpes de boue australiennes construisent leur nid, etc.) dont il dit qu’ils ne peuvent être inscrits dans les gènes. Ce sont les fameux caractères acquis lamarckiens. Il précise : “Le comportement héréditaire, comme la forme héréditaire, est influencé par les gènes, mais n’est ni “génétique“, ni “génétiquement programmé“.



Pour expliquer ce qui ne relève pas du “génétique“ dans l’explication de la transmission des comportements héréditaires les généticiens parlent d’”effet du milieu“. Mais la définition qu’ils donnent de ce “milieu“ est extrêmement vague puisqu’elle englobe “l’ensemble des informations qui ne sont pas contenues dans les gènes“.



Nous voici en pleine tautologie ! Il convient donc de parler à propos de l’ADN non de “programme génétique“ mais de “patrimoine génétique“. Et R. Sheldrake écrit que, puisque toutes nos cellules comprennent à peu près le même ADN et se développent malgré tout selon des schémas différents, c’est bien qu’il y a en dehors d’elles une source d’information qui oriente leur action. Cette source d’information c’est le champ morphogénique de l’espèce.



Qu’est-ce qu’un champ morphogénétique (ou morphique) ?



C’est, comme son étymologie l’indique, un champ générateur de forme (morphos en grec). peut-on le définir ? “Les champs morphiques, comme les champs connus de la physique, sont des régions d’influences non matérielles s’étendant dans l’espace et se prolongeant dans le temps. Quand un système particulier cesse d’exister - lorsqu’un atome est désintégré, qu’un flocon de neige fond, ou qu’un animal meurt - son champ organisateur disparaît du lieu spécifique où existait le système. Mais dans un autre sens, les champs morphiques ne disparaissent pas : ce sont des schèmes d’influence organisateurs potentiels, susceptibles de se manifester à nouveau, en d’autres temps, et d’autres lieux, partout où et à chaque fois que les conditions physiques sont appropriées. Quand c’est le cas, ils renferment une mémoire de leurs existences physiques antérieures“. Et, plus la population étudiée comporte d’individus plus le champ morphogénique s’enrichit du comportement de tous ses individus.



Mais, de même qu’on ne connaît les champs de gravitation, les champs électriques ou magnétiques que par leurs effets, les champs morphogéniques ne peuvent être décelés que par les actions qu’ils influencent.



Actions influencées par le champ morphique.



On peut comparer le champ morphogénique d’une part à un gigantesque réservoir de la mémoire de l’espèce, c’est sa fonction passive, d’autre part à un inducteur d’organisation, c’est sa fonction active ou téléologique. Et cet inducteur d’organisation fonctionne de mieux en mieux grâce à l’apprentissage des membres de l’espèce.



Sheldrake donne l’exemple des mésanges bleues qui, en Angleterre, ont appris à percer les capsules qui ferment les bouteilles de lait déposées par le laitier le matin à domicile : “Une analyse minutieuse des données a montré que la propagation de l’habitude s’est accélérée avec le temps, et que le comportement a été découvert par des mésanges individuelles“. MC Dougall réalisa en Angleterre des expériences sur les rats pour leur apprendre à choisir entre deux sorties d’une cage, l’une éclairée mais assortie d’une forte décharge électrique et l’autre sombre mais sans choc électrique. La première génération de rats commit 165 erreurs, la trentième n’en commettait plus que 20. La même expérience réalisée à 20 000 km de là, en Australie, montra que les rats australiens avaient bénéficié de l’apprentissage de leurs confrères anglais... Et tout ceci est naturellement transposable à l’homme."



Extrait d'Effervesciences N°48,

provenant du site :

http://www.effervesciences.com/


Réflexions



Rupert Sheldrake est l'un des scientifiques les plus contestés de sa génération. Les scientifiques en général, n'aiment pas que l'un des leurs s'adonne à des recherches sur des sujets aussi farfelus que la télépathie et autres fariboles.



Si la physique quantique n'avait donné des résultats rapides en termes d'effets de ses théories, sans doute aurait-elle été contestée car elle flirte avec le surnaturel, quand on pense au chat à la fois mort et vivant et au principe de simultanéité. Encore aujourd'hui les physiciens "cosmologistes" ne sont gère aimés de leurs pairs.



Cependant si on considère que le cerveau humain (ou animal) n'est pas un organe de stockage de l'information mais de "lecture/ecriture", comment tout cela fonctionne-t-il ?



Le cerveau serait-il comme un processeur d'ordinateur qui va se servir dans une espèce de disque dur virtuel collectif que serait ce champs morphique ? Cette opération permettrait donc au cerveau de résoudre des problèmes, avec des informations stockées par d'autres cerveaux ailleurs et à un autre moment, ce qui permettrait aux espèces d'évoluer en permanence en s'enrichissant des progrès des autres individus de la même espèce.



Les neurosciences n'ont pas encore localisé la mémoire dans le cerveau. Quand des expériences sont menées avec des stimulis mémoriels, il semble que plusieurs zones du cerveau soient sollicitées simultanément. Cela ne signifie pas que les informations y soient stockées.



Si le cerveau est un émetteur/récepteur qui va piocher dans un champs morphiques des informations, qui sont en résonnance avec ce dont il a besoin, alors ces champs sont forcément quantiques car "non localisés". Par ailleurs, l'évolution de leur contenu reste imprévisible car il dépend des décisions prises à chaque instant.



Propos divers de Rupert Shedrake




Du magazine Clés - Novembre 2011 – Propos recueillis par Patrice van Eersel



Q : Trois décennies après vos premiers écrits, votre théorie demeure controversée. Vous dites qu’elle s’appuie sur des faits vérifiables. Lesquels ?



RS : L’un des meilleurs exemples demeure celui des cristaux. Quand des chimistes inventent une nouvelle molécule, ils ont généralement du mal à la faire cristalliser. Mais une fois que l’un d’eux a réussi, les autres y parviennent plus aisément partout. Comme si un nouveau champ de forme avait été créé à travers l’espace-temps et qu’il suffisait en quelque sorte de le capter. Une molécule nouvelle peut aussi cristalliser sous différentes formes, mais dès que l’une d’elles s’impose, son champ devient dominant et les autres formes disparaissent. Ce fut récemment le cas du Ritonavir, un médicament contre le sida, qui s’est hélas mis à cristalliser sous une forme qui en supprimait l’effet thérapeutique. On a dû dépenser des fortunes pour trouver une autre façon d’administrer cette molécule.



L’autre exemple type est psychologique : celui des rats de laboratoire. Une fois qu’un rat a réussi à deviner l’issue d’un labyrinthe, tous les autres rats de la planète trouvent plus facilement la solution. Vous avez aussi les tests de QI : depuis qu’ils ont été inventés, le niveau moyen de l’« intelligence » humaine n’a cessé de s’élever – de 30% depuis 1920, comme l’a montré le politologue James R. Flynn. Il ne semble pourtant pas que nos congénères soient de plus en plus intelligents, mais en 90 ans, des foules ont répondu aux mêmes tests, qui sont automatiquement devenus plus faciles à résoudre.




Bibliographie de Rupert Shekdrake



Une nouvelle science de la vie, Le Rocher, 1983.

L’Âme de la nature, Albin Michel, 2001.

Les pouvoirs inexpliqués des animaux, J’ai Lu, 2005.

Ces chiens qui attendent leur maître et autres pouvoirs inexpliqués des animaux, Le Rocher, 2001.

Sept Expériences qui peuvent changer le monde, Le Rocher, 2005

04/03/2020

Le dogme du darwinisme a du plomb dans l'aile.



De même que la physique quantique a du introduire la notion de conscience en physique (il y a 100 ans) pour coller au Réel, les découvertes récentes des mécanismes intracellulaires suggèrent et induisent une notion de "pilotage" et d'intention pour expliquer notamment d'où viennent les informations nécessaires au fonctionnement même de la vie cellulaire (et de la vie en général).

Le hasard est statistiquement et mathématiquement hors jeu. La sélection naturelle n'explique qu'une partie des choses, mais pas l'origine des espèces.



Le « dessein intelligent » (intelligent design) est une hypothèse défendue par des biologistes qui remettent en question ce paradigme, et affirment que la complexité du vivant, telle qu’elle est mise en évidence depuis un demi-siècle, est inexplicable selon les lois naturelles connues, et oblige à faire l’hypothèse d’une Intelligence créatrice.



Face à ces chercheurs, on voit la réaction étonnante de l'ordre scientifique établi, qui réagit comme une Eglise "matérialiste", une religion sclérosée avec ses dévots et ses inquisiteurs, en caricaturant cette hypothèse qui ne serait que créationniste et obscurantiste.



L'ancien monde qui se décompose sous nos yeux était celui du matérialisme et du déterminisme.
Or matérialisme et déterminisme s'effritent, ils ne suffisent plus pour donner un sens à la Réalité. Aujourd'hui d'autres notions exigent de surgir.







Expelled : No Intelligence Allowed est un documentaire américain de Ben Stein réalisé en 2008, sur « la guerre des darwinistes contre le dessein intelligent »







Cela fait déja 12 ans, et depuis , il apparait encore plus évident qu'un changement de paradigme est devenu absolument nécessaire pour donner du sens à l'état actuel des connaissances en biologie.



Mais comme pour tout changement il y a ceux qui luttent pour et ceux qui luttent contre.



"Cette guerre culturelle, qui se joue principalement dans le milieu universitaire, est peut-être la plus importante de notre époque, car son enjeu est le socle même de l’idéologie dominante dans nos sociétés matérialistes.
Le darwinisme est un dogme absolu et intangible dans notre système éducatif.
Comme je l’ai expliqué dans « Le singe devenu dieu », c’est sur le darwinisme que s’appuie, de façon paradoxale, l’idée que l’Homme peut et doit maintenant maîtriser sa propre évolution, qui obéissait jusque-là à des lois aveugles : c’est l’idée sous-jacente au transgenrisme et au transhumanisme." (L. Guyénot)

Le documentaire entier en anglais 1h37mn