Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2020

Le virus de la résistance

Depuis le 25 Avril Pluton semble reculer dans le ciel et le 11 Mai (jour du déconfinement) ce sera au tour de Saturne.

Cette rétrogradation des deux planètes conjointes (en lien direct avec cette crise paradigmatique de 2020) durera jusqu'en Octobre.

Cela peut correspondre à une remise en cause globale ou partielle du système libéral prédateur, et parallèlement du matérialisme (en médecine, en science, au travers du consumérisme, etc...) en commençant par une critique sévère des mesures extravagantes, archaïques et répressives que la plupart des gouvernements occidentaux (dits "démocratiques") se sont permis de prendre en Mars 2020 au prétexte d'une épidémie assez banale, en instrumentalisant la PEUR.

Cet épisode extravagant pourrait donner lieu à un retour de bâton libérateur en réaction à l'abus de pouvoir ressenti.

C'est en tous cas ce que pourraient laisser penser ces quelques premières réactions politiques, populaires ou judiciaires qui s'annoncent ici ou là.


Discours courageux de Sara Cunial parlementaire italienne en colère contre les mesures prises.
Censuré par Facebook et régulièrement aussi par Youtube.




Même chose en Autriche, où ce parlementaire démonte l'argumentation du pouvoir en comparant avec la Suède qui n'a pas du tout confiné, ni même fermé les écoles, et où la mortalité n'a pas explosé pour autant.




Manifestations populaires en Allemagne (pourtant beaucoup moins confinée et moins touchée).




Le virus de la résistance
par Nicolas Riedl

"À mesure que Corona disparaît, le virus de la résistance pacifique se développe.


Le 25 avril, les germes de la résistance démocratique qui avaient été semés fin mars ont fleuri dans tout le pays. Dans toute l'Allemagne, les citoyens ont marché ou médité pour la Loi fondamentale afin de la défendre contre le pire.

"Mais là où il y a danger, les économies augmentent également!", A écrit Friedrich Hölderlin. Jamais auparavant dans l'histoire de la République fédérale la Loi fondamentale et les droits qui y étaient consacrés n'ont été menacés d'une manière comme celle de nos jours. Ainsi, depuis fin mars, une opposition extraparlementaire s'est développée qui fleurit à l'échelle nationale.

Ce qui a commencé lors d'une petite tournée presque familière à la Rosa-Luxemburg Platz à Berlin s'est entre-temps étendu à toute l'Allemagne. Le virus de la résistance. Résistance de tous les citoyens vigilants qui ne veulent pas retirer en quelques semaines toutes les réalisations qui ont été combattues pendant des centaines d'années. Et certainement pas sous prétexte de vouloir protéger la santé de la population, ce dont le gouvernement semble avoir toujours semblé se soucier face à des dangers bien plus grands.

Les gens se sont donc rassemblés dans presque toutes les grandes villes d'Allemagne pour montrer leur visage pour la Loi fondamentale. En raison notamment des scènes violentes de la dernière démonstration d'hygiène à Berlin, l'ambiance est devenue de plus en plus rude, cette fois, il a été décidé de changer de stratégie. L'agression déjà refoulée entre citoyens avec et sans uniforme, ainsi que la dénonciation croissante par les préposés aux blocages du système, a entre-temps le potentiel de livrer des images inesthétiques et brutales. Ainsi, un certain nombre de participants ont commencé à méditer pacifiquement et publiquement pour la Loi fondamentale avec leurs cartes d'identité autour du cou."

Raoult acclamé par les marseillais



Son interview par BFMTV.

>>> Création du Front populaire, nouvelle revue dirigée par Michel Onfray, réunissant souverainistes de droite et de gauche. Et auquel se joint le Pr Raoult comme auteur. Ici

>>> Très nombreuses procédures judiciaires (Ici)et pétitions en cours contre le pouvoir, partout dans le monde.

>>> Ne pas oublier aussi que ce confinement fut paradoxalement l'occasion de diverses prises de conscience, voire d'éveil.
Aidant peut-être certains à sortir des dogmes du matérialisme scientiste actuel qui cloisonne tout... (Cf Etienne Klein)

Dans une convergence occasionnelle d'intérêts disparates, les lobbies (Gilead, Bill Gates, etc...) les autorités sanitaires (OMS, ANSM, INSERM, conseil de l'ordre des médecins) les médias mainstream et la plupart des gouvernements (Chine, France, Belgique, Danemark, Italie, Espagne etc...) se sont jetés sur cette situation en donnant libre cours à leurs projets et fantasmes les plus inavouables (répression policière sadique, obligation vaccinale, traçage des individus, contrôle des populations, assignation à résidence des manifestants et opposants) allant jusqu'à verbaliser les promeneurs inoffensifs ou interdire plages et randonnées (surveillées par hélicoptères et drones).
Ils sont allés trop vite, trop loin et en cela ils ont dévoilé leurs intentions futures sous-jacentes, suscitant par là-même de multiples réactions devant ce futur maléfique dévoilé.

Internet avec les réseaux sociaux a joué un rôle de contrepouvoir, de débunkage des fake-news officiels (les plus nombreux), de partage d'informations et de connections entre individus.


Ainsi la résistance s'organise.



01/05/2020

Du scientisme à l’apocalypse

Article de Philippe Guillemant
28 Mai 2020

Du scientisme à l’apocalypse:

Le scientisme n’est pas scientifique. Il empêche au contraire la science d’évoluer en rejetant toutes les anomalies qui lui permettraient de faire éclore une nouvelle vision du monde, bien plus réelle et réjouissante que la fausse vision actuelle qui nous maintient dans le règne esclavagiste du mental.

Le scientisme est une religion, généralement appelée techno science, qui désire remplacer toutes les autres et qui est fondée sur l’idée que seule la méthode dite scientifique permet d’accéder à la vérité (par la mesure essentiellement), ce qui est totalement faux. Les scientistes ne sont plus aujourd’hui que les instruments du maintien de croyances dépassées par la vraie science. Ils se croient sceptiques alors qu’ils sont peut-être les plus grands des croyants, incapables de sortir de la boite d’un mental formaté par un enseignement matérialiste révolu.

Lorsque l’un ou l’une d’entre vous déclare « ceci est scientifique » ou « ceci n’est pas scientifique » pour justifier ou corriger une pensée, vous participez à l’instrumentalisation de la science en renforçant le scientisme et ses dérives.

Attention, ne rejetez surtout pas la vraie science, rejetez seulement son instrumentalisation par des scientistes qui veulent vous apprendre à penser. Vous êtes déjà mieux équipés qu’eux pour penser si vous avez simplement appris à développer votre intuition, cette faculté qu’ils rejettent parce qu’ils sont incapables de la séparer de leur mental. De quoi douter sérieusement de leur intelligence.

Le scientisme est-il d'ailleurs compatible avec l'intelligence ? Je ne crois pas, ayant plutôt l'impression qu'il vient combler un manque... d'intuition ou de jugeote, comme on dit.

Le gros problème du scientisme est que la méthode dite scientifique est fondée sur des dogmes et des croyances qui ont toutes été contredites par la vraie science : matérialisme, causalité, déterminisme et hasard entre autres. Je ne vais pas revenir là-dessus, voir mon site web http://www.guillemant.net.
Vous pouvez techniquement mesurer tout ce que vous voulez, si vous pensez mal, c'est-à-dire avec un faux modèle de la réalité, vous conclurez de travers.

On peut en réalité faire dire n’importe quoi à la science dans la mesure où elle est inaboutie, pleine de mystères et il n’existe aucun consensus scientifique sur les questions fondamentales. Nous en sommes par exemple restés à la grosse arnaque du darwinisme qui permet de maintenir un système prédateur se résumant à l’idée suivante:

Nous sommes des machines biologiques. Que le meilleur gagne, point barre.

Bien que cela soit devenu complètement ridicule, c’est pourtant ce que le scientisme vous vend. Et je ne vous parle des 10 croyances pseudo-scientifiques qui se trouvent dans le même paquet: http://www.doublecause.net/index.php…

Et j'allais oublier les biais:
https://www.doublecause.net/index.php…

Enfin, la religion du scientisme est instrumentalisée, consciemment ou non, par les vrais gouvernants que sont les puissances financières pour conduire la planète vers le transhumanisme. On le voit bien avec le conseil scientiste de notre gouvernement qui fait tout pour éliminer le recours aux traitements peu onéreux contre le coronavirus afin de nous imposer sa propagande vaccinale.

Le gros naïf est moins l’anti-vaccin que celui qui accepte de confier sa santé à un système qui a intérêt qu'il soit malade en faisant du business avec ses médicaments (première erreur) dans un paradigme où par-dessus le marché l’homme est pris à tort pour une machine biologique mécaniquement réparable (deuxième erreur).

Fort heureusement, depuis ce coronavirus je sens profondément que nous n’allons plus dans cette direction folle et je considère toutes les dérives technoscientifiques qui nous crèvent aujourd’hui les yeux comme une tentative désespérée de l’ancien foutur transhumain de se rétablir.

Si le scientisme revient aujourd’hui"hui en force, c’est à mon avis parce qu’il doit disparaître face à l’éveil des consciences.

Le scientisme aura été en quelque sorte un anesthésiant.

Mon sentiment est qu’il est trop tard pour le foutur parce qu’il est en train de se passer deux grands évènements historiques:

(1) L’humain est en train de découvrir que non seulement le scientisme est instrumentalisé par la techno science affairiste, mais aussi que les médias mainstream sont instrumentalisés pour masquer certains dossiers sur la véritable marche du monde, dont le maintien du secret depuis des décennies a dégénéré en théories du complot. Si beaucoup de ces théories sont des fumées sans feu voire des fumigènes relayés par les médias mainstream elles-mêmes pour faire croire que les feux n’existent pas, certains dossiers flamberont néanmoins dans un relativement proche avenir en faisant tomber de très haut les masses et les bisounours, qui vomiront alors notre système actuel.

(2) L’humain est en même temps en train de découvrir qu’il n’est pas une machine biologique, qu’il a une âme reliée à bien plus grand que lui, que sa conscience a un potentiel considérable de guérison et de libre arbitre et que le futur en lien avec ces révélations est tout à fait extraordinaire et passionnant. Nous allons en conséquence changer nos modes de vie, mais mon sentiment est que nous allons devoir traverser la « nuit noire de l’âme de l’humanité » dans les années qui viennent, avant que le « futur relié » ne parvienne à réellement s’imposer.

Entretenir la joie dégagée par (2) plutôt que la peur ou la haine provoquée par (1) sera la solution pour sortir de cette nuit noire, qui sera noire parce que les conséquences négatives des révélations relatives à (1) devraient mettre longtemps à se résorber, surtout chez ceux qui tomberons de haut

Mes conseils pour une bonne traversée sont de visualiser (2) comme un nouveau futur et de laisser tomber (1) comme un ancien passé. En pratique, je conseille les mots clés suivants: autonomie, résilience et solidarité, dans le changement de mode de vie qui va s'imposer.

SVP, veuillez donc garder pour vous vos « révélations négatives » et ne pas les citer en commentaires, merci de votre compréhension. Chacun doit faire son chemin à son rythme en découvrant les choses par lui-même.

Alexis Tcholakian: l'éveil...

94186342_10221755246808763_8816119883478597632_o.jpg?_nc_cat=109&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=65Fe9ccJY6sAX91zYGg&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&_nc_tp=6&oh=3db53f25d7b81b4df02c351dfb6f53af&oe=5ED1A398



Alexis Tcholakian
19 avril, 21:30

Lettre ouverte : l'heure de l'éveil a sonné

Oyez, oyez frères humains, camarades citoyens !

Humains et citoyens dont il semblerait que je fasse partie, malgré mon métier non productiviste de saltimbanque chevelu, affublé de surcroît d'un blase à coucher dehors, ce qui d'ailleurs pourrait m'arriver d'ici peu, ainsi qu'à beaucoup, si l'immobilisme organisé et criminel que nous subissons persiste trop longtemps.
Alors, dites-moi, comment était-ce hier ? était-ce mieux qu'aujourd'hui ?
Je veux dire, comment était le monde avant ce " stupide " confinement ? avant que cette " guerre " contre le peuple ne s'amplifie et n'atteigne ces aberrantes proportions, avant cet enfermement contraint, cette aliénation programmée, cette spoliation du printemps donc de la vie, cette mise en cellule de dégrisement lénifiant facilitant, comme par miracle, l'atteinte accrue aux libertés individuelles sous de fallacieux prétextes permettant ainsi, de façon subreptice et sournoise, la mise en place accélérée, et tant redoutée par les humanistes, d'un gouvernement mondial ainsi que du transhumanisme ?
Vous en souvenez-vous ? Je dirais que ce n'était pas mieux, loin s'en faut. Si nous sommes honnêtes 5 minutes, voyons que les horreurs que génère le capitalisme sur tout le globe, la " loi " de prédation, cette stupide loi du plus fort, inepte et ne reflétant pas la loi de la nature, n'impactaient quasiment pas notre quotidien égoïste d'européens endoctrinés et avachis sur nos écrans d'ordinateurs, écrans de toutes sortes assemblés en chine par des enfants utilisant pour cela des minerais rares exploités par d'autres enfants, ceux-là africains, mourants à la tache, irradiés, pour des salaires de misère afin de satisfaire ces vies virtuelles du virtuel monde " civilisé " ... ceci parmi tant d'aberrations et d'horreurs à dénoncer.
Toutes ces immondes réalités, issu de ce système mortifère, que l'on ne souhaite surtout pas regarder en face, si éloignées de notre champs de vision si restreint, loin de nos petites vies aseptisées et pourtant en lien si étroit avec la psychose et les peurs irrationnelles actuelles qui nous font prendre toutes ces précautions incroyables pour aller tout bonnement chercher notre baguette de pain et notre litre de pinard... Les causes en sont les mêmes bien que les effets soient sans commune mesure.
Les 25 000 humains qui meurent de faim chaque jour n'étaient, et ne sont toujours, qu'une vue de l'esprit pour la majorité d'entre-nous car nous préférons rester bien sagement confinés dans notre prison mentale, notre formatage de la pensée, notre sécheresse coronarienne et nos conditionnements pavlovien.
Je ne suis ni philosophe, ni sociologue, ni scientifique, professions que j'admire parmi d'autres, je ne suis heureusement ni politicard ni industriel, professions que j'exècre, je ne suis qu'un saltimbanque chevelu jouant avec les vibrations et les fréquences et fais donc partie, comme vous tous, de " ceux qui ne sont rien " comme dirait l'autre... mais j'ai d'un coup d'un seul l'envie, le besoin même, de faire part de ma modeste compréhension de la vie et de cette situation totalement ubuesque qui occupe actuellement l'humanité toute entière. Qu'il s'agisse d'une réaction de l'univers, donc de signes probables dans notre présent d'un futur déjà réalisé dans lequel nous sommes amenés à nous engager (voir la théorie de la double causalité du physicien Philippe Guillemant), ou d'un début de guerre bactériologique visant à instaurer le Nouvel Ordre Mondial, ou d'un "simple" effet, attendu par ailleurs depuis longtemps, de l'effondrement du capitalisme pour lequel ce coronavirus représente une aubaine, il me parait assez évident que ce coup d'arrêt momentané à la folie productiviste est une réelle chance de changement de paradigme et il me semble qu'il est désormais l'heure de se positionner sans traîner. Il est donc temps d'avoir le courage de ses opinions, de dévoiler son intime conviction, d'être en phase avec son être profond et ses valeurs de vie.
Ce que nous traversons actuellement peut être une aubaine extraordinaire si la prise de conscience, encore trop restreinte, du plus grand nombre va croissante. Quelle qu'en soit la cause, peut-être toutes celles évoquées à la fois, le scénario de science fiction que nous subissons semble prendre malheureusement forme un peu plus chaque jour... nous nous devons donc de rester clairvoyant, combattant, et de réagir vite et avec force. Nul autre choix que de s'engager dans, et pour, la lumière et de se battre, car sans bataille point de salut madame michu !
Les politiciens sont les marionnettes de la finance mondiale, de ce Nouvel Ordre Mondial autoritaire et despotique que ces prédateurs, ces impuissants face à la vie, aimeraient pouvoir installer. Ils sont actuellement en train de jouer leur va tout, le moment est donc venu de souffler sur ce château de carte prêt à s'écrouler.
Alors, quand allons-nous enfin réagir ? quand allons-nous enfin nous unir ? quand allons-nous enfin destituer, démasquer et juger ces prédateurs enragés, monstrueux virus de la société humaine, pauvres petits individus psychopathes dont l'inintelligence de la vie n'a d'égale que leurs avidités, leurs cupidités, leurs machiavélismes et matérialismes primaires...

Proposition concrète n°1 : destituons-les, jugeons-les, ré-ouvrons le bagne de Cayenne et faisons leur casser des cailloux pendant vingt ans afin qu'ils aient enfin le temps de réfléchir au sens de la vie.

Aujourd'hui, deux futurs s'offrent clairement à nous; d'un côté le transhumanisme, issu du matérialisme et de la non compréhension du vivant, la société de surveillance (robotisation, drones, puçage, tracking, délation...), les inégalités croissantes... donc l'enfer sur terre ! ou, de l'autre côté, l'humanisme, l'entraide, la solidarité, l'unité, le partage, le choix de la vie, le respect de la nature, l'ouverture à la conscience (qui est non locale), la liberté et les concerts de jazz ! le moment est donc absolument crucial, nous sommes arrivés à un moment charnière de l'histoire humaine et le choix est désormais tout ce qu'il y a de plus binaire, il s'agit d'opter soit pour l'esclavage, la servitude, l'obscurantisme, la mort programmée de l'humanité... soit pour la vie, la liberté, la lumière, l'amour... alors, qu'allons-nous choisir ? l'heure est grave camarades syndiqués, comme disait celui qui manque, comment allez-vous vous positionner ? pour ce qui me concerne, le choix est fait.
Pour finir, à quel moment la police et les militaires seront-ils enfin conscients qu'ils font partie du peuple opprimé, qu'ils sont également instrumentalisés, et qu'ils ont un rôle essentiel à jouer dans le salvateur renversement de ces "impuissants" détenant, jusqu'à présent et abusivement, les commandes de notre destin commun ? je refuse de laisser s'éteindre la vie pour satisfaire la folie d'une poignée de psychopathes, rebus d'une humanité dont ils n'ont jamais été dignes.

Proposition concrète n°2 : soyons enfin sérieux et responsables et mettons en place, sous le contrôle du peuple, les représentants compétents pour faire advenir le dessein philosophique que nous souhaitons pour l'humanité. Aussi et immédiatement, une action simple, pacifique et redoutable, consisterait en un grand boycott général et globalisé de tous les produits non essentiels à la vie, c'est à dire concrètement ne rien consommer d'autre que des produits locaux de saison pour se nourrir et se vêtir. Nous n'avons besoin de rien d'autre pour vivre pendant un temps du moins, d'ailleurs que faisons-nous de plus actuellement, et le capitalisme s'écroulerait de facto en quelques mois. Nous pourrions alors revenir rapidement à de la production artisanale de qualité et à une consommation raisonnée, résiliente, solidaire et durable.

Détachons les chaînes qui emprisonnent la pensée, sortons de ce conditionnement, n'exploitons plus la nature mais travaillons avec la nature. Nous faisons partie de la nature, la respecter c'est nous respecter. Nous respecter c'est la respecter. Voyez comme elle reprend ses droits, comme la pollution diminue depuis plus d'un mois. Il est clair que cette diminution de la pollution sur la planète aura sauvé bien plus de vies que ce Covid-19 en aura détruit dans le même laps de temps...

Pour continuer ces réflexions avec des personnes vraiment pointues, je vous engage à écouter et interagir avec, entre autres, Aurélien Barrau, physicien et philosophe qui analyse finement la situation en lien avec l'écologie et l'effondrement du système, Bernard Friot, sociologue et économiste proposant un modèle de société qui semble viable et égalitaire, Philippe Guillemant, physicien et ingénieur qui nous invite à penser entre autre ce qu'est la Conscience et son rôle dans l'Univers, Valérie Bugault, docteur en droit et écrivain qui explique clairement tous les rouages actuellement à l'oeuvre, Jean Ziegler, homme politique, altermondialiste et sociologue expliquant pourquoi il faut détruire le capitalisme ainsi que de vrais journalistes indépendants et lanceurs d'alertes comme ceux de Médiapart et du Média ainsi que Jean-Jacques Crèvecoeur dont les enquêtes et révélations sont une mine de renseignements.

" Pour moi, ce qui est important, c'est de faire de vous des révolutionnaires, de vous aider à vous éveiller à l'importance d'une transformation complète ; et lorsque vous serez transformés, vous serez capables d'agir, et il y aura un flux constant de renouveau, ce qui, après tout, est la révolution " Jiddu Krishnamurti.

"La désobéissance civile devient un devoir sacré quand l'état devient hors la loi ou corrompu" Gandhi



FB

30/04/2020

Plantes et fleurs comestibles

Le site Ctendance a eu l'excellente idée de recenser une bonne partie des plantes et fleurs sauvages comestibles:

30 plantes comestibles sauvages facilement identifiables


liste-plantes-comestibles-min

Les plantes et fleurs comestibles sont de plus en plus utilisées par certains grands chefs célèbres. Au cours de vos promenades, dans votre jardin ou potager bio, sur le bord des routes, certaines plantes sauvages peuvent agrémenter nos assiettes. Il faut cependant être absolument sûr des plantes que vous consommez et rester très prudent, car certaines d’entre elles peuvent être toxiques. Des stages sont organisés pour vous apprendre à les identifier avec certitude.

Voici une liste de 30 plantes facile à reconnaitre :


L’ortie


Ortie
© Sipa - Pixabay
L’ortie est la plus connue des plantes sauvages, c’est aussi la plus ancienne. Mais le saviez-vous ? Cette plante joue un rôle important puisqu’elle nettoie le sol ! C’est pour cela qu’elle est à l’aise partout et que vous pouvez la retrouver dans une décharge. Elle ne se ramasse pas n’importe où. Riche en calcium, en vitamines C et en fer, il est possible de consommer les têtes et les feuilles. Cuisinée avec des pommes de terre, une guiche, elle est délicieuse. Il est également possible de faire du pesto ou du beurre d’ortie et une fois les feuilles sèches, elle peut être dégustée en tisane.

Le trèfle


Le Trèfle
© Pinterest
Le trèfle on le connait tous, on le trouve un peu partout, mais si vous n’en avez jamais goûté, vous risquez d’être surpris. Cette plante est délicieuse, le goût est fin et elle peut parfaitement être mangée en salade pour accompagner des tomates ou une tarte salée. Il suffit d’essayer pour être convaincu.

Le plantain


Plantain
© Dr
Cette plante que l’on trouve un peu partout et souvent à proximité des orties fleurit entre mai et octobre. Elle se déguste en salade avec juste un peu d’huile d’olive au thym et un filet de balsamique. Elle possède diverses vertus, elle peut soulager les piqûres d’ortie et elle contribue à la biodiversité, car les oiseaux en particulier l’aiment beaucoup.

Le pissenlit


Pissenlit
© Mabel Amber
Le pissenlit est déjà très connu sur le plan culinaire. Cette plante produit des fleurs en abondance entre mars et novembre. Elle est d’autant plus intéressante qu’elle est riche en minéraux et vitamines. Ses fleurs sont utilisées pour faire de la confiture et du vin, tandis que les feuilles et les racines peuvent être cuisinées en salade, en soupes ou infusions.

La Pâquerette


Pâquerette
© Pixabay
Cette fleur n’est pas seulement jolie, elle est également riche en calcium. Elle apporte un petit goût original à vos salades et en plus une touche de gaieté et un petit air printanier. Le seul problème avec cette plante, c’est qu’elle a tendance à pousser n’importe où et même là où les traitements toxiques et pesticides ont été répandus. Et dans ce cas bien entendu, elles ne sont pas propres à la consommation. Il faut donc les cueillir dans les potagers ou les jardins bio pour ne prendre aucun risque.

Les ronces


Ronces
© Meg Learner
Elles n’ont pas très bonne réputation, car elles ont tendance à envahir les jardins. Elles fleurissent de juin à août et contrairement à ce que l’on pourrait croire, elles ont beaucoup d’intérêt : les papillons les aiment beaucoup, les mammifères s’y cachent et elles sont riches en vitamines C et en tanin. Les bourgeons se consomment et les baies, les mûres sauvages sont excellentes. Elles peuvent être consommées nature, mais il faut les cueillir en hauteur, car les animaux peuvent uriner sur les parties basses. Vous pouvez également en faire de la confiture.

Le lierre terrestre


Lierre Terrestre
© Pinterest
Le lierre terrestre a un réel intérêt au niveau gustatif, car il a un goût délicat et agréable, toutefois son principal défaut est d’être difficilement identifiable. Il faut donc parfaitement apprendre à le reconnaitre avant de se lancer. Il est très bon en salade et peut parfumer un taboulé. Une fois séché, il fait de délicieuses tisanes qui sont très bonnes pour la santé. Il fleurit entre mars et octobre et attire les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

La noisette de terre


Noisette De Terre
© DR
La noisette de terre ou conopode fleurit entre mai et juillet, elle se consomme à partir de septembre et jusqu’à la floraison. Pour la récolter, il est nécessaire de gratter la terre et d’en extraire la racine. Le tubercule se mange avec plaisir, car il rappelle le goût de la noisette. En revanche, il faut apprendre à la reconnaitre parfaitement avant de se lancer, car elle ressemble étrangement à la grande cigüe qui est dangereuse et toxique et impropre à la consommation.

Le gaillet grateron


Gaillet Grateron
© Pinterest
Le gaillet grateron est facilement identifiable : ses feuilles qui présentent un aspect rugueux singulier s’accrochent aux vêtements et aux mains. Il est riche en vitamines C et il peut être dégusté en salade en ajoutant quelques feuilles seulement à une salade verte.

L’oseille sauvage


Oseille Sauvage
© Pinterest
Cette plante fleurit de mai à juillet, elle est également appelée rumex et elle permet d’aider à aérer les sols trop tassés. Elle peut être mangée en soupe, en salade, dans certains plats ou sauces qu’elle relève. De nombreuses recettes se servent de l’oseille sauvage depuis très longtemps.

La berce commune


Berce Commune
© Pinterest
La berce commune est particulièrement utilisée dans les cakes sans doute à cause de sa saveur qui rappelle la mandarine. Elle fleurit entre juin et septembre et il ne faut surtout pas la confondre avec la grande cigüe très toxique. Il est préférable de s’abstenir au moindre doute. Elle peut également servir d’aromate dans certains plats.

L’ail des ours


Ail Des Ours
© Annca
L’ail des ours est également appelé ail sauvage. La principale difficulté lors de la récolte tient au fait qu’il peut être confondu avec le muguet qui est toxique. Il pousse sur les sols humides et c’est ce qui les différencie. Il faut savoir que tout peut être consommé : les boutons, la tige et les fleurs. Il se déguste en consommé ou en pesto, son goût est proche de l’ail.

Les violettes


Violettes Fleurs

Tout le monde connait les violettes, ces petites fleurs qui apparaissent un peu partout : dans les forêts, les prairies, au soleil ou à l’ombre, mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’elles peuvent être consommées. Ses fleurs et ses feuilles sont comestibles. Les feuilles peuvent remplacer les épinards, elles se préparent de la même manière et sont délicieuses en tartine avec du fromage de chèvre. Les fleurs permettent d’aromatiser le sucre ou de faire de la confiture, elles décorent également une entrée ou un plat.

La grande mauve


Grande Mauve
© Pinterest
Elle est parfois appelée mauve des bois ou mauve sylvestre. Il est possible de manger ses pétales en les faisant simplement revenir ou en les cuisinant comme les épinards. Elle décore également vos plats en apportant une jolie couleur.

La Mélisse citronnée


Mélisse Citronnée
© DR
La mélisse citronnée parfume agréablement une salade de fruits ou une salade verte : pour cela il suffit d’en ajouter quelques feuilles. Si vous la faites sécher, vous pourrez ensuite l’utiliser en tisanes ou infusions. Il suffit pour cela de cueillir ses feuilles avant qu’elle ne fleurisse, c’est le moment où la mélisse a le plus de goût.

Le houblon


Houblon
© Ritae
Le houblon pousse la plupart du temps près des ronces et sur des sols humides. Il suffit de récolter les jeunes pousses et de les consommer comme les asperges pour se régaler. Le meilleur moment pour le récolter est la période de juin à septembre.

Le nombril-de-Vénus


Nombril De Vénus
© Pinterest
La fleur qui porte ce joli nom est pleine de vertus, en effet elle est riche en minéraux, en fer et en vitamines. On peut consommer ses tiges et ses fleurs en salade. Mais elle a aussi des propriétés anti-douleur. Il suffit de retirer la pellicule qui recouvre les feuilles et de frotter la petite plaie pour soulager la douleur d’une coupure.

Le sureau noir


Sureau Noir
© Capri23auto Pixabay
Le sureau noir est aussi appelé la vanille du pauvre du fait de son parfum et parfaitement reconnaissable. Il fleurit au début de l’été et il faut attendre août pour que les fruits apparaissent. Fruits qui d’ailleurs peuvent donner lieu à des sirops, des gelées ou des confitures. Les fleurs sont plutôt utilisées en beignets, mais elles peuvent également permettre de faire du vin. Une fois la préparation faite, laissez-la vieillir, elle n’en sera que meilleure encore. Les baies du sureau ne se consomment que cuites, elles peuvent sinon être très dangereuses, car elles se transforment en cyanure durant la digestion. Attention aussi de ne pas le confondre avec la hièble qui est toxique.

Le silène


Silène
© Dr
Le silène est une plante qui s’appelle également compagnon rouge. Les pousses apparaissent de mars à mai et ce sont elles qui peuvent être dégustées cuites ou crues en salade. Entre mai et octobre lors de la floraison, les fleurs sont consommables en salade.

Le chardon


Chardon
© Pixabay
Même si cela peut paraitre étonnant, le chardon peut être cuisiné, il suffit pour cela de le récolter au printemps. Une fois qu’il a bouilli dans l’eau, on peut le retirer et récupérer l’eau pour faire cuire du riz. Il sera ainsi parfumé agréablement grâce à cette plante.

Le plantain Lancéolé


Plantain Lancéolé
© Dr
Le plantain lancéolé pousse tous les ans dans les prairies entre avril et octobre. Ses feuilles se mangent en salade et sont délicieuses. Il faut les récolter dans des endroits non traités.

La bardane


Bardane
© Capri23auto
La bardane pousse souvent en forêt. Ses feuilles se mangent crues dans une salade. En les cuisant, vous ferez ressortir son petit goût rappelant l’artichaut. Quand elles viennent de sortir de terre, il est préférable de consommer ces jeunes pousses crues après les avoir pelées. Elles peuvent même être conservées dans du vinaigre. Les pétioles se dégustent indifféremment cuites ou crues.

L’hégodode


Hégodode
© Dr
L’hégodode est une plante que l’on trouve un peu partout. Et elle se mange facilement. Quand elle est jeune et tendre, vous pouvez la consommer dans la salade. Quand elle est plus ancienne et plus ferme, elle se mange dans des tartes, des soupes ou des guiches.

Le bouleau


Bouleau
© Babamu Pixabay
Le bouleau est un arbre qui offre plein de ressources, sa sève est comestible, elle est prélevée quand les feuilles commencent à pousser. Pour la récolter, il faut faire un trou à la base de l’arbre. Une fois prélevée, il faut en boire le matin pour purifier l’organisme. Si vous aimez les saveurs amères, vous pouvez consommer ses feuilles en les faisant sécher et en les mettant à frire dans un bain d’huile, vous obtenez des chips délicieuses.

L’aubépine


Aubépine
© Heidel Bergerin
Dans l’aubépine, les jeunes feuilles et les cenelles sont consommables. Les jeunes feuilles peuvent être dégustées crues. Les cenelles sont le plus souvent cuisinées crues ou cuites. Assez fades et farineux, ils peuvent être ajoutés à des sauces pour les épaissir ou manger tels quels. Ils peuvent également être séchés puis broyés pour en faire de la farine.

Le lamier


Lamier Pourpre
© Dr
Le lamier se trouve surtout dans les sous-bois ou les prairies. Il est préférable de récolter les jeunes feuilles et les jeunes pousses avant la floraison. Elles peuvent alors être dégustées en salade. Vous pouvez également les préparer comme des épinards surtout quand les feuilles sont plus vieilles. N’hésitez pas à les intégrer dans des soupes, des sauces ou des ragoûts.

La bette maritime


Bette Maritime
© Pinterest
La bette maritime se retrouve souvent sur les côtes françaises, elle serait l’ancêtre sauvage de la betterave. Elle se cuisine de la même manière que les épinards. Il est préférable de choisir les feuilles basales qui sont les plus fermes et les plus larges, il faut supprimer les grandes nervures avant de les mettre à cuire. Elle peut être consommée seule, être intégrée dans des crêpes, des guiches et des soupes.

L’arroche étalée


Arroche étalée
© Pinterest
L’arroche étalée pousse un peu partout et même dans les endroits les plus improbables. On consomme de préférence les jeunes pousses peuvent être dégustées crues en salade ou ciselées comme les herbes aromatiques. Elles peuvent alors être ajoutées à une quiche ou une omelette. Les feuilles cuites se mangent comme les épinards. Elles peuvent être cuisinées braisées ou à la vapeur, en soupes ou en tartes. Les graines sont utilisées dans le pain, des muffins, des ragoûts ou des soupes.

L’asperge sauvage


Asperge Sauvage
© Pinterest
Elle pousse de préférence dans les lieux rocailleux et arides et les terrains calcaires dans le bassin méditerranéen. Elle est riche en vitamines de toutes sortes et en minéraux. Les jeunes pousses sont délicieuses et très tendres, elles peuvent être cuites comme les asperges classiques et dégustées de la même manière. Les racines sont également comestibles.

Le macéron


Macéron
© Pinterest
Le macéron est une plante qui pousse sur le bord des routes, dans les bois, les haies d’arbres et qui est fortement odorante. On le récolte avant la floraison en coupant les tiges feuillues les plus proches du sol en privilégiant celles qui sont blanchies par la végétation. Il faut ôter les parties vertes et les faire cuire à la vapeur ou bouillir quelques minutes. L’odeur anisée disparait en cuisant, elle est ensuite consommée comme des asperges. Les jeunes feuilles peuvent être servies en salade ou dans des sauces.

source

16/04/2020

Synchronicité des astres... (rétrogradation estivale)

On sait que tout a commencé à prendre forme avec la conjonction Saturne Pluton en Capricorne le 12 Janvier dernier.

Depuis lors ces deux planètes se sont un peu éloignées (6°) et Saturne est entrée en Verseau (le 22 mars).

Le 26 Avril Pluton va interrompre sa marche apparente en avant et devenir rétrograde
De son coté Saturne deviendra rétrograde pour revenir vers Pluton, le 11 Mai. Le jour choisi pour le déconfinement.
Il repassera en Capricorne le 2 Juillet.
Ces deux planètes resteront rétrogrades plusieurs mois (en mai juin juillet aout septembre)
Saturne reprendra très doucement sa marche directe le 29 Septembre et Pluton le 4 Octobre.
Enfin Saturne repassera en Verseau le 17 Décembre (conjointe à Jupiter).

Cette période de double rétrogradation devrait symboliser:
-une période d'interrogation et de bilan sur ce qui s'est passé de Janvier à Avril (leçons à tirer, révélations, comptes à rendre).
-un certain nombre de destructions pour préparer le renouvellement.C'est le moment de se libérer de tout ce qui n'est pas nécessaire pour évoluer vers un autre chemin.

***


La symbolique du confinement est typique de Saturne (emprisonnement, rigidité, concentration, ascèse, approfondissement) avec Pluton conjoint, on sent la présence de forces occultes (le pire: complots de Bigpharma et de la finance ou le meilleur: message et coup de pouce céleste pour une prise de conscience vitale).


>>> Le calendrier astrologique indiquait que 2020 serait la plus sérieuse crise du siècle et l'astrologie ésotérique des cycles précisait qu'il s'agissait d'un changement de paradigme crucial pour passer du matérialisme progressiste des 5 derniers siècles à une période plus ouverte à l'Esprit.

Le capitalisme prédateur (la spéculation ayant remplacé l'investissement) avec son système économique mondialiste (aux industries polluantes) est clairement désigné.
Cette crise le concerne en priorité, l'épidémie banale de Coronavirus a été amplifiée artificiellement et instrumentalisée pour servir de prétexte et d'alibi à la crise économique travestie et retardée par les banquiers en plein déni.
On constate aussi que Bigpharma en profite pour essayer d'imposer sa vision transhumaniste vaccinale sécuritaire/alarmiste (puçage, tracking) , en lien avec une supervision mondialiste "esclavagiste" (OMS, FMI, BRI, FED, la City, etc.).
>>Voir la vision d'un gouvernement mondial "complotant" de Valérie Bugault. C'est le pire futur qu'il nous faut éviter, bien sur.

La vidéo d'hier de Wodarg nous rappelait que le virus corona est toujours présent dans l'environnement comme dans nos organismes et qu'il apparait chaque hiver dans 15% des grippes environ.
Diverses infos semblent indiquer que cette version nouvelle dite covid19 du virus est déja présente un peu partout (80% des cas positifs sont asymptomatiques, et par ailleurs, les tests ne sont valides qu'à 65%).
Science et Avenir relaie cette info dans un article ainsi que la question de l'épidémiologiste Tom Jefferson:
"Ces chiffres suggèrent que le virus est partout. Si ces résultats sont représentatifs, alors nous devons nous demander: Pourquoi nous confiner ?"

D'autres infos recoupées (mais parfois contradictoires) pourraient laisser penser que ce virus covid19 a circulé depuis Septembre 2019 au moins aux USA, en Italie, en Ukraine, en Iran , donc probablement un peu partout.
C'est le propre des virus que de se propager et ils sont généralement assimilés par les systèmes immunitaires.
Les Chinois, en Janvier, l'ont traité comme un tueur et l'ont traqué chez leurs malades (grippes, pneumonies) de la province Hubei (province assez rebelle politiquement, très polluée avec 40000 antennes 5G en Décembre).
Par le biais de ces tests PCR, indirects et vite abandonnés, car trop peu fiables, puis par des radios pulmonaires (peu spécifiques).
Les asiatiques (Corée, Taiwan, Hongkong) ont réussi par la méthode masques-tests-soins à juguler ...
A juguler quoi?
Probablement pas grand chose, ce qui est apparent c'est qu'il n'y a pas eu de panique ni de désorganisation par là-bas.
Ils étaient mieux préparés.
Soit pas d'épidémie, soit la méthode masque-test enraie la peur et rassure. (Peut-être comme la chloroquine à Marseille).
Les médias (mais aussi les réseaux sociaux !) ont relayé et amplifié cette étrange épisode paranoïaque totalitaire en Chine.
Mais beaucoup moins les cas rassurants.
Russie, Afrique, Allemagne, Suède, Asie.
La plupart des pays pauvres semblent mieux s'en sortir que l'Occident et l'Europe de l'Ouest.

Ces médias ont ainsi propagé la peur, voire la panique, en assimilant des morts testés positifs au virus à des morts causés par le virus, ce qui d'après les chiffres officiels n'a lieu que dans 0,8 % à 1,5% des décès.

Cette mystification a été instrumentalisée par divers groupes de pouvoir
(jouant sur les émotions, la peur, la culpabilisation):
-Big pharma, y voyant l'opportunité d'engranger des sommes colossales a tout fait pour faire durer l'épisode infectieux hivernal (refus de la chloroquine, confinement fortement suggéré aux gouvernements, etc...) afin d'avoir le temps de préparer un vaccin/jackpot.Les médecins corrompus ou stipendiés ont défilé avec la plus parfaite mauvaise foi, vu le contexte.
-les gouvernements trompés par leurs conseillers médicaux (pour la plupart achetés eux-aussi par les laboratoires omniprésents) ont profité de l'opportunité d'instaurer un confinement (après les précédents chinois puis italien ) pour faire taire la contestation (maximale en Décembre), réclamer l'unité , la solidarité , faire passer des décrets liberticides (travail, 5G, sécurité, traçage) et tester le degré de soumission des populations (avec les autorisations écrites ubuesques).
-les banquiers et autres décideurs économiques ont participé à ce récit fictif d'une pandémie ravageuse pour faire de cette épidémie le bouc-émissaire de la crise économique , monétaire et financière qui avait déja commencé avant le prétexte de cette pseudo-pandémie.

Cette période de rétrogradation (Mai à Septembre) semble très favorable à l'émergence de nouveaux paradigmes et à la déconstruction des anciens systèmes et dogmes devenus obsolètes. (Pasteurisme, matérialisme, mécanisme, industrie, polluantes, capitalisme spéculatif).
Favorable également à des retours de bâton et effets boomerangs (pour certains qui auront abusé de leur pouvoir).
Le transhumanisme est la prolongation telle quelle de ces anciens dogmes dans le Futur. Ce virus farceur et paradoxal montre à la fois le futur que nous devons éviter (ultrasécurité par la technologie, régime policier infantilisant, vaccination et puce, etc.) et celui que nous pouvons construire (solidarité, ciel pur, créativité, écologie, commerce local).

A nous de choisir...

*

NB Les infos que je relaye ici vont en sens inverse de ce qu'affirme l'Inserm (qui s'est largement déconsidéré durant cette crise) ou l'Imperial College de Londres (ultra-alarmiste et financé par Bill Gates) qui évaluent l'immunité collective (acquise par contact) en France inférieure à 6% (d'après une estimation théorique.Les exemples concrets dont on dispose semblent plus proches de 20 à 40% (divers paquebots, IHU de Marseille, etc.).
Les recherches du Pr Gupta à l’université d’Oxford estiment par exemple que 50% de la population pourrait avoir été infectée et immunisée. A suivre.

Appendice 1:
Le Pr Isaac Ben Israël affirme que quelques soient les mesures prises (confinement ou pas), le nombre de nouveaux cas du virus dans une région atteint un pic après environ 40 jours et décline progressivement pour atteindre presque 0 après 70 jours. Ici
Prétendre constater l'effet du confinement au bout de 40 jours serait en ce sens une "escroquerie" que la réalité des contre-exemples met en lumière (on retrouve pourtant dans ce genre d'affirmation: l'Inserm , l'OMS ou l'Imperial College de Londres).

Appendice 2:
La surveillance en France de la grippe saisonnière par le Réseau Sentinelles en semaine 11 (celle du 9 au 15 Mars) annonce 46% de cas positifs à la grippe Influenza et 5% au Covid19.
La grippe est en phase descendante et le réseau abandonne sa surveillance. Les cas de Covid explosent. Le 17, le confinement est décidé.
Les cas de grippe Influenza , qui ne sont plus recherchés donc plus détectés d'un seul coup, n'ont-ils pas été transférés, confondus et attribués au Covid19 (qui a connu un pic cette semaine précisément)?
Quand tout un système en place "décide", volontairement ou non, consciemment ou non, d'exagérer un phénomène, les biais sont nombreux.

Ajout du 18 Avril:
Chiffres de l'INSEE sur la mortalité en France:
Les chiffres de mortalité comparée pour le premier trimestre de 2015 à 2020.

capture-decran-2020-04-16-a-13-53-04.png



On voit que la mortalité en France durant ce premier trimestre 2020 est la plus basse depuis 2015.
On est loin des 250000 à 500000 décès qu'annonçaient les conseillers alarmistes du pouvoir (Imperial College de Londres, par ex).

20200412_fs_deces_cumules_0.jpg


Cependant pour le mois de Mars à lui seul, il n'est inférieur qu'à 2018.
Cela est surtout du à 2 régions touchées : l'Est et l'Ile de France.
Ailleurs, même en incluant la première semaine d'Avril, c'est calme ou en baisse (pour 29 départements).
- Et même en baisse pour 53 département si on ne considère que la population de moins de 65 ans.

L'INSEE a modifié après coup ses premiers chiffres du 21 Mars au 6 Avril ce qui fait apparaitre désormais une hausse de presque 20% sur 2017 et même 7% sur 2018.
Mais la courbe semble déja redescendre (vers le 6 Avril) après un pic de 2 à 3 semaines, donc cela ne devrait impliquer qu'Avril et ne pas changer grand chose pour les deuxièmes trimestres.
A suivre...

Euro momo stats pour les pays européens (très divers).

>> Neil Ferguson (de l'Imperial college) conseiller ultra alarmiste du pouvoir (Macron, Boris Johnson) escroc a l'origine du confinement. (1/2 million de morts prévus pour la France et pareil pour le Royaume-uni c'est lui.)

09/04/2020

Tao et tantra

Deux visions féminines de la spiritualité, de la sexualité et de la santé:

Le Tao vu par Aisha Sieburth:






Le Tantra évoqué par Diane Bellego:

08/04/2020

Futurs possibles


Je suis optimiste car c'est, in fine, la stratégie la plus efficace.
Cela n'empêche en rien la lucidité et le réalisme.

Je suis à la fois révolté par cette dérive totalitaire hallucinante, sidéré surtout par le consentement obtenu mais confiant malgré tout dans une issue heureuse à venir, de façon encore imprévisible (mais symbolisée par les bénéfices lmmédiats déja spectaculaires 1).

Nous vivons actuellement le début d'un changement de paradigme*.
Astrologiquement, cela est une absolue certitude à l'échelle du siècle or, dans ce siècle, sur le papier, nous vivons bien actuellement " le moment clef ".
Nous sommes sensés tourner le dos peu à peu au vieux monde, c'est à dire au monde bourgeois capitaliste matérialiste mécaniste déterministe, tissé sur la planète depuis 500 ans jusqu'au mondialisme ultralibéral prédateur des dernières décennies (dans l'idéal: à la pollution, la spéculation, la 5G, Bigpharma, etc.).
D'ici 2024 des orientations pourraient donc clairement aller dans cette nouvelle direction.

Pourtant le futur qui se dessine aujourd'hui (avec le recours injustifiable à des méthodes de dictature, le confinement global en particulier) relève plus d'une dystopie transhumaniste ultrasécuritaire que d'un monde plus ouvert à l'esprit, au respect de la nature et à l'autonomie des individus.
Le corps y est vu comme une machine, une mécanique.Les libertés comme un paramètre ajustable, non essentiel.
L'esprit est nié.
Des hommes intelligents mais athées déclarent que voir un sens (un message) dans une épidémie est une absurdité, une superstition archaïque, que tout cela n'est que le produit du hasard.
C'est justement ça le souci, le concept desséché que l'on doit dépasser: cet aveuglement face au sens et cette "religion" du hasard.

Contrairement à l'article que je relaie ci-dessous, je ne crois pas que les bénéfices écologiques de la crise actuelle (et du confinement) relèvent d'une vision superficielle, je pense qu'ils sont consubstantiels à cet épisode planétaire et ont valeur d'exemple, de ce vers quoi pointe le doigt. Qu'ils sont des germes semés dans l'imaginaire collectif et vont faire leur chemin de façon paradoxale.

Je ne sais pas comment pourra émerger concrètement, cette sortie positive alors qu' on voit fleurir, ici ou là, le zèle sadique de certains policiers pour faire appliquer des mesures ubuesques, la collaboration, une solidarité de pacotille, la culpabilisation, la délation ou la résignation, comme autant de pousses vénéneuses.
En parallèle, la prise de conscience grandit malgré tout. Un certain éveil. Et c'est ce degré de conscience en hausse qui pourrait provoquer de façon inattendue les corrections de trajectoire, faire bifurquer certains choix et renverser la dynamique que certains pouvoirs en place (trop confiants) essaient d'orienter vers Bigbrother et l'ultrasécuritaire.

Ci-dessous l' article (de Reporterre) dont je partage (au premier degré) le constat alarmant, même si je persiste à penser que ce n'est qu'un mauvais moment à passer (voire peut-être même le premier d'une série, jusqu'en 2022 ou un peu plus).
Ceci dépendant, je crois, de la rapidité de la prise de conscience.

Ce qui se joue dans les esprits et sur le terrain c'est juste de quoi sera fait le futur de la planète.
Vivre dans un monde ultrasécurisé , aseptisé et technologique, sans liberté réelle, ou résister et bifurquer vers autre chose à définir et à créer.


* Les ultralibéraux et les transhumanistes parlent aussi de changement de paradigme, mais ce n'est pas le même, c'est l'inverse.A mon sens, une hérésie historique, une chimère non viable, un cauchemar.


***


Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar

27 mars 2020 / Michel Lepesant

arton20074-ef942.jpg?1585299478

« Ce qui est en train de se passer est une expérimentation totalitaire dans laquelle la fin affichée – “sauver des vies” – justifie tous les moyens », écrit l’auteur de cette tribune. Alors que le confinement dure et que la pandémie perdure, ce qui vient n’est « ni l’insurrection ni la grève générale, c’est une dystopie ».
Michel Lepesant est « (p)artisan de la décroissance ». Il anime le blog Décroissance, où va-t-on et est l’auteur de Décroissances, où va-t-on ?, aux éditions Utopia, 2013.

ml_2-145x170-4c4ff.jpg?1517613391

Michel Lepesant.

Une analyse superficiellement écologiste pourrait trouver dans cette pandémie des raisons d’espérer : réduction des transports inutiles (tout particulièrement aériens), prévision d’un ralentissement de la croissance et donc prévision d’une baisse des pollutions (par exemple, la chute de l’activité en Chine a diminué en février les émissions de gaz à effet de serre de l’équivalent de la production annuelle des Pays-Bas)…

Une analyse superficiellement critique pourrait même se réjouir que le confinement va donner à chacun le temps et l’occasion de se poser la question du sens réel de la vie qualifiée « auparavant » d’ordinaire, au point peut-être de se mettre à espérer déboucher sur une critique réveillée du consumérisme quotidien : rien de plus bizarre aujourd’hui que de consacrer quelques minutes à regarder des publicités télévisées dont les contenus si peu « essentiels » sont si évidemment en décalage avec la situation vécue.

On pourrait même croire, à écouter par exemple Sibeth Ndiaye évoquer « un changement de paradigme », que ces temps de crise sont en train de fournir la preuve « par le fait » qu’un changement de cap est possible. Mais quand le premier exemple concret qu’elle fournit est celui d’une relocalisation de l’industrie automobile des pièces détachées, comment ne pas penser qu’on part de très loin... et qu’aucun horizon d’utopie ne semble en réalité se profiler.

Ce qui est en train de se passer est une expérimentation totalitaire


Tout au contraire, ce qui vient n’est ni l’insurrection ni la grève générale, c’est une dystopie. Au 19e siècle, les socialistes les plus utopiques voyaient dans les expérimentations minoritaires les semences de la transformation sociale.

Mais ce qui est en train de se passer est une expérimentation ni minoritaire, ni majoritaire, mais totalitaire, dans laquelle la fin affichée – « sauver des vies » – justifie tous les moyens. Quand on se souvient à quel point dans les temps précédents le gouvernement français a déjà fait preuve d’insensibilité, on peut s’attendre à ce que la suite lui donnera tout le temps d’accentuer sa violence économique, sociale et politique.

C’est la dystopie économique qui vient : trop tard pour réviser une politique antérieure (RGPP) qui aujourd’hui – par faute de moyens – détermine une stratégie d’improvisation. C’est même l’occasion, sinon l’aubaine, pour accélérer les processus de dématérialisation des activités : télétravail, téléconsultation, la culture en 1 clic, la web-école… Que penser d’une société qui maintient le « travail » tout en interdisant de partir en vacances ?

enfant-2.jpg

C’est l’occasion, sinon l’aubaine, d’accélérer les processus de dématérialisation des activités.
La dystopie sociale s’installe sous le nom de « distanciation sociale », car c’est d’isolement individuel qu’il s’agit. Et en traitant aujourd’hui d’« imbéciles » les réfractaires au confinement, Castaner continue dans cette logique sociocidaire de la réduction de toute responsabilité à sa seule dimension individuelle que toutes les réformes récentes du gouvernement tentent d’imposer : de la réforme des retraites à celle des lycées, en passant par la réforme de l’assurance-chômage… Que penser surtout d’une société qui ne semble capable de penser le confinement que sur le modèle de l’emprisonnement (il va sans dire que c’est évidemment dans les lieux d’enfermement que les situations sont les plus inhumaines : prisons, Ehpad…) ?

La dystopie politique se renforce quand se multiplient ces listes qui inventorient les lieux, déplacements, activités, comportements autorisés : tout ce qui n’est pas permis devient interdit. Que penser d’une société dans laquelle cette inversion du permis et de l’interdit semble ne susciter aucun débat public ? Et après ?

Bien loin des scénarios d’effondrement ou de décroissance choisie, comment ne pas constater qu’après 2001, 2008, chaque crise a été l’occasion d’une accélération des formes les moins humanistes de la vie en commun ? Comment osent-ils ? Mais « ils » oseront. Et « nous » que ferons-nous ?

Après la crise, viendra le temps des factures. Qui peut croire qu’un seul gouvernement dans le monde en profitera pour imposer un prélèvement sur les plus grandes fortunes ? Par exemple, de façon « exceptionnelle », sur cinq ans, un prélèvement de 20 % sur les patrimoines au-delà d’un milliard d’euros : faisons au moins le calcul, histoire de rêver. Mais qui peut croire qu’à l’occasion de la pandémie, c’est l’utopie qui viendra ? Et pourtant nous devons l’espérer.

source Reporterre



***



Nouvelles du front, liens intéressants.


-La dernière vidéo de Raoul, pardon du professeur Raoult.

-Le blog de Liliane

-G Delepine contre le confinement dans Agora-vox

-Le live de Casasnovas. >>> Sur le confinement.

-Histoire de masques.

-Passage en force de la 5G (pétition)

-Falsification des chiffres (Dr Bukacek USA)

-Dr Wolfang Wodarg décrit la mystification

- Insee comparaison mortalité mars 2019/2020

-la suite des 12 étoiles de Néo santé (7 à 9)

ajout du 15 avril : - la fin des 12 étoiles.

03/04/2020

Les énergies mesurables du corps




Les énergies mesurables du corps humain



Le terme énergie vient du grec « en ergos » qui signifie « en travail ».

Parmi les exemples d’énergie que l’on ne voit, que l’on n’explique pas bien et qui existe pourtant bel et bien : la pesanteur qui nous permet constamment de rester les deux pieds sur terre !


Voici quelques preuves objectives que notre corps physique est aussi un corps énergétique :

L’énergie des cellules: toutes nos cellules sont de mini piles électriques dont les parois ont des charges négatives d’un côté et des charges positives de l’autre. Cette différence de potentiel est due principalement à une différence de concentration en ions sodium et potassium entre le milieu intérieur et le milieu extérieur de la cellule. Elle est de l’ordre de 100 mV pour quelques dizaines de micron de surface (~ 100 000 v/cm²). Ainsi un fort champ électromagnétique est émis par chacune des cellules de notre corps.

L’influx nerveux : ce phénomène électrique résulte d’un changement de polarisation entre les charges situées à l’intérieur et à l’extérieur des cellules nerveuses pour commander, par exemple, la contraction d’un muscle (voir expérience de la pile électrique branchée sur le nerf d’une patte de grenouille).

Le rythme cardiaque : les décharges électriques du cœur sont mesurées par les électrocardiogrammes

Les impulsions électriques émises par le cerveau : ces décharges électriques sont enregistrées sur les électroencéphalogrammes. Pour certains troubles psychiatriques (dépressions sévères, schizophrénie, épilepsie,…) les médecins utilisent des électrochocs pour resynchroniser les ondes cérébrales.

Les ondes cérébrales alpha : le chercheur australien Lewis B. Hainsworth a mis en évidence la similarité entre les fréquences des ondes cérébrales alpha et les signaux rythmiques de la terre découverte par le physicien allemand W.O. Schumann dans les années 1950 (résonnance de Schumann).

Les cellules capteurs d’énergie solaire : les cellules de la peau captent l’énergie solaire ; cette énergie sert entre autres à synthétiser la vitamine D à partir du cholestérol. La lumière solaire sert également à régler notre rythme circadien (jour/nuit).

Les biophons : l’ADN de toutes les cellules du corps est capable d’émettre une énergie lumineuse de type photonique. Chaque cellule émet à son rythme selon son état et ses besoins. Dans les années 1980, le biochimiste allemand Fritz Albert Popp a mit au point un appareil capable de mesurer l’énergie biophotonique du corps humain. Il s’est aperçu que celui-ci dépendait des rythmes biologiques et que les anomalies de son émission permettaient de diagnostiquer certaines maladies.

Les méridiens : nombres de thérapies orientales comme l’acupuncture, le qi gong, .. sont basées sur la circulation des énergies au sein de l’organisme. Leur efficacité a été scientifiquement démontrée dans de nombreuses pathologies : des séances d’acupuncture antidouleur sont ainsi capables de déclencher la libération d’endorphines, hormones naturelles proches de la morphine, au niveau du cerveau. Il existe actuellement des détecteurs de points d’acupuncture : ces appareils permettent de repérer sur la peau les différences de potentiel électrique sur les points pathologiques. Une fois traité, le point n’est plus détectable.


corps-humain-energie_2048x.jpg?v=1583674488




Les champs électromagnétiques : le chercheur Georges Lakhovsky a démontré que toutes nos cellules sont de petits phénomènes oscillants produisant un champ électromagnétique et jouant le rôle d’un émetteur récepteur d’ondes. L’ADN entre ainsi en résonance avec les ondes électromagnétiques de l’environnement. Lorsqu’il y a dysharmonie des ondes reçues, l’ADN se déséquilibre, ce qui déstructure à son tour l’eau intra et extra cellulaire. L’équilibre du corps ne peut plus être assuré ce qui peut conduire à la maladie. Certains appareils sont capables de mesurer ces ondes électromagnétiques émises par le corps.


Toutes ces ondes électriques mesurables et objectives démontrent le caractère électrique et donc énergétique de l’être humain.
source