Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2014

Paradoxe du menteur...

Le paradoxe du menteur est un paradoxe dérivé du paradoxe du Crétois (ou paradoxe d'Épiménide).

Ce paradoxe aurait été inventé par Eubulide, un adversaire d'Aristote.

Sous sa forme la plus concise, il s'énonce ainsi :

" Un homme déclare « Je mens ».

Si cette affirmation est vraie, c'est faux. Si elle est fausse, c'est vrai. "

 

                                          http://bijou-noir.hautetfort.com/media/02/00/3770320804.jpeg

13/05/2014

Doma india...

 

"Chuchoter à l'oreille du cheval" (Doma India, en espagnol)

Petite démonstration dans l'Estancia El Ombú, à San Antonio de Areco, en Argentine.

Il s'agit d'une méthode douce élaborée par les Indiens depuis 1600 (introduction du cheval en Amérique).Elle se différencie clairement du dressage (visant à briser la volonté de l'animal par stress et privation, punitions et récompenses).

Ici pas de mors, la méthode consiste à dompter le cheval en fonction de sa nature, en évitant de provoquer de la peur et de la douleur, afin de gagner sa confiance et sa fidélité.

Dans cette vidéo le gaucho, Pablo  Castro ("Garincha") démontre que certains d'entre eux utilisent des techniques de persuasion douce pour la formation de leurs montures.

 

 

 Exercice similaire

05/05/2014

Plongeon...

 

Un plongeon vaut mieux qu'une grimace...

18747.jpg

01/05/2014

Arcs en ciel...

arc en ciel,rainbow

 

arc en ciel,rainbow

 

arc en ciel,rainbow

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

 

 

arc en ciel,rainbow

20/04/2014

Passes magiques...

source





Passes magiques

Ce concept est tiré des ouvrages de Carlos Castaneda,
qui y a consacré par la suite un livre et une école, sous le nom de Tenségrité.
Pour Don Juan, (le maître, sorcier yaqui, récurrent de ses premiers livres)
les humains sont capables de percevoir l'énergie directement telle qu'elle circule dans l'univers.
Les sorciers des temps anciens nommèrent "Voir" l'acte de percevoir l'énergie directement.
A chaque fois qu'ils le voulaient, ils se percevaient les uns les autres comme de gigantesques sphères lumineuses
(conglomérats de champs d'énergie) d'un diamètre égal à l'envergure des bras étendus.


Le point d'assemblage:
Ils percevaient alors un point d'une luminosité intense, placé à la hauteur des omoplates,
à une longueur de bras de ceux-ci, vers l'arrière: "le point d'assemblage",
parce que pour eux c'est à cet endroit que la perception est assemblée.
Sur ce point de luminosité dont l'emplacement est le même pour toute l'humanité,
les champs d'énergie en forme de filaments lumineux
(et qui constituent l'univers dans son ensemble) convergent par millions.
En convergeant à ce point, ils deviennent des informations sensorielles utilisables par les êtres humains.

Cette transformation était considérée par les sorciers comme un acte de magie pure :
l'acte de transformer, par le point d'assemblage, de l'énergie libre en un monde véritable et complet.
Leur observation renversante suivante fut que le point d'assemblage se déplace
, au cours du sommeil, au delà de sa position habituelle .
Ils découvrirent que plus le déplacement était important,
plus les rêves qui l'accompagnaient étaient bizarres.

Ces sorciers sautèrent alors, depuis ces observations de voir,
jusqu'à l'action consistant à déplacer volontairement le point d'assemblage.
Et ils appelèrent les résultats de leurs conclusions : "l'art de rêver".

Ces sorciers définissaient cet art comme l'utilisation des rêves ordinaires
afin de créer une ouverture vers d'autres mondes
par l'acte de déplacer le point d'assemblage à volonté
et de le maintenir sur cette nouvelle position.
Ils réalisèrent que, à sa position habituelle le point d'assemblage est un point
où converge une portion donnée, minuscule, des filaments d'énergie constituant l'univers,
mais si le point d'assemblage change de position à l'intérieur de l'oeuf lumineux,
une minuscule portion de champs d'énergie différente converge alors à ce point,
ce qui donne comme résultat un nouvel afflux d'informations sensorielles :
des champs d'énergie différents de ceux qui sont habituellement transformés en informations sensorielles,
et ces champs d'énergie différents sont interprétés comme un monde différent.

L'art de rêver:
L'art de rêver devint pour ces sorciers leur activité la plus absorbante.
Au cours de leur pratique, ils firent l'expérience d'états de bien-être et d'aisance physique sans égal
et dans leurs efforts pour reproduire ces états pendant leurs heures de veille,
ils découvrirent qu'il leur était possible de les recréer à la suite de certains mouvements du corps.
Le point culminant de leurs efforts fut la découverte et le développement d'un grand nombre de ces mouvements ,
qu'ils appelèrent des passes magiques.

Les passes magiques:
Les passes magiques de ces sorciers de l'Antiquité mexicaine devinrent leur bien le plus cher.
Ils les entourèrent de rituels et de mystères
et ne les enseignèrent qu'aux initiés dans le plus grand des secrets.
C'est de cette manière que don Juan Matus les a transmis à ses disciples.
Ses disciples, étant les derniers maillons de sa lignée, arrivèrent à la conclusion unanime
qu'entretenir davantage le secret à propos des passes magiques serait contraire
à l'intérêt qu'ils portent au fait de rendre le monde de don Juan accessible à leurs semblables.

Ils ont décidé, par conséquent, d'extraire les passes magiques de leur obscurité.
Ils ont ainsi créé la Tenségrité, qui est un terme appartenant à l'architecture et qui signifie :
"la propriété des structures squelettiques mettant en jeu des éléments continus en tension
et des éléments discontinus en compression
de telle façon que chaque élément fonctionne avec le maximum d'efficacité et d'économie".
Ce nom est des plus approprié car il mélange deux mots :
tension et intégrité ; des termes qui suggèrent parfaitement les deux forces directrices des passes magiques.


castaneda.jpg






09/04/2014

60 écoliers

 

Nous nous trouvons à Ruwa, une ville du Zimbabwe dans le sud de l'Afrique, dans l'école d'Arial.
Nous sommes le 16 septembre 1994 et comme tous les jours une soixantaine d'enfants de huit à douze ans, jouent dans la cour de cette petite école.

Les professeurs sont eux dans une salle de classe pour une réunion de professeur.
Une journée comme une autre sauf que l'incroyable va se produire et que les enfants vont être les témoins d'un événement surprenant.
Les enfants déclarent avoir vu plusieurs objets atterrir dans la cour, « Des soucoupes volantes », et avoir vu deux êtres en sortir.
Certain élèves courent prévenir les adultes dans la salle de réunion, mais ceux-ci pour qui les détails paraissent fantasques ne prennent pas la peine d'aller voir ce qui se passe ou d'aller vérifier ce qui anime ainsi la cour d'école.
Si les professeurs n'y prêtent pas attention, les parents d'élèves vont eux se poser beaucoup de questions quand leurs enfants vont leur raconter ce qu'ils ont vu.
Ces étranges choses que plusieurs enfants ont vu commencent à faire du bruit et beaucoup se demandent, « Et si les enfants avaient réellement vu quelque-chose ? »
John Mack, professeur de psychiatrie à Harvard, c'est intéressé à cette histoire et est venu enquêter sur cette mystérieuse histoire. Après avoir interrogé quelques-uns de ses enfants il en est venu à la conclusion que ces témoignages étaient sincères.
Une petite fille déclare avoir eu très peur, John Mack lui demande qu'est-ce qu'il lui a fait peur, elle lui répond que c'est le bruit de l'air qui lui faisait peur, qu'elle décrit comme un bruit de flute.
Une autre petite fille déclare à John Mack, « On a vu quelque chose argenté, alors on a couru très vite jusqu'à la cabane et on a vu un truc argenté et un homme debout à côté. »
La petite fille dit qu'elle a eu peur, car elle n'avait jamais vus quelqu'un comme cela avant.
Une autre petite fille déclare avoir eu peur des yeux de leurs yeux, des yeux malfaisants, car ils n'arrêtaient pas de la fixer comme s'ils voulaient venir la prendre.
Un professeur déclare qu'au début elle était très sceptique, elle pensait qu'effectivement les enfants avaient vu quelque chose, mais qu'elle n'était pas préparée à l'idée que cette chose fut extra-terrestre.
Un enfant dessine une soucoupe et déclare qu'un des extra-terrestres était arrêté pendant que l'autre courrait autour du vaisseau.
Il dessine alors un de ces êtres et dessine un visage pointus avec de grands yeux noirs en forme d'amandes et des pupilles blanches.
Beaucoup d'enfants ont reçu le même message télépathique de l'extra-terrestre, il leur faudra prendre soin de la planète ou la civilisation humaine sera vouée à l'échec.
John Mack qui a interrogés tous ses enfants croient en leur version, les professeurs eux pensent qu'il s'est bel et bien passé quelque chose.
Une soixantaine d'enfants peuvent-ils avoir été victime d'une hystérie collective ?

 

Bizarre...

02/04/2014

Sous les jupes des filles

3a2c17d9af9be556cfba13406df870cb.jpg

 

39972.jpg

 

"Absorbés par cette affaire,
Par ce jeu de dupes :
Voir sous les jupes des filles..."

28/03/2014

Proverbe...

 

                              "Seuls les poissons morts flottent dans le sens du courant..."

 

         proverbe,poissons

                                         Jolie expression anti conformiste dont l'origine est difficile à connaître,
                                               tour à tour vue comme un proverbe alsacien, israélien ou chinois...