Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2020

Orthographe

06/05/2020

Grippe de l'éveil

Trouvé ce petit texte sur le Net

"La prochaine vague virale nous arrive!

Ce virus menaçant de la GRIPPE DE L’ÉVEIL (A1H8!) (acht pour attention!) comme il a été nommé par les experts allemands, amène une subite et claire compréhension, ici et maintenant.
Ça commence de manière inoffensive avec la consommation de nourriture bio, un attrait pour la nature, la prise de vitamines ou autres nettoyants de la glande pinéale. Vient ensuite normalement une antipathie prononcée contre les massmedias. Finalement, les symptômes se manifestent par une augmentation du niveau de conscience, une reconnection à son âme accompagnée d’une libération de la peur, jusqu’à maintenant inconnues.
Finalement, la maladie se termine par un amour et une gratitude inconditionnels.
Tous les moyens jusqu’à maintenant éprouvés de menaces tels que les scénarios de guerre, les vaccinations de masse, les crashs boursiers etc. semblent désormais sans aucun effet. La sombre élite au pouvoir est complètement perplexe!
Pour cette raison un nouvel état d’alerte a été décrété par l’OMS contre ce virus qui pourrait améliorer radicalement la situation générale de la planète!
Même l’annonce de l’OMS envoyée par SMS à plus des 7 milliards de citoyens de la terre disant « Restez dans votre matrice, là vous êtes en sécurité » est restée sans effet.

Les experts l’ont appelé le « virus de la vérité » et il est hautement contagieux.
Ils recommandent d’éviter absolument le contact avec d’autres personnes qui pensent par elles-mêmes et agissent de manière responsable.
On suspecte ce virus de pouvoir être diffusé par la transmission de pensée.
Les dernières recherches approfondies sur le moyen exact de transmission ont été révélées : l’évolution de la maladie commence dans la plupart des cas par la lecture du présent texte ou de texte similaire et le temps d’ incubation est de l’ordre de quelques millisecondes.

Bienvenue dans la liberté!
Nous serons chaque jour toujours plus nombreux! "

Ariane Bouche







L'esprit est une partie de moi que les vers ne dévoreront pas.

30/04/2020

Plantes et fleurs comestibles

Le site Ctendance a eu l'excellente idée de recenser une bonne partie des plantes et fleurs sauvages comestibles:

30 plantes comestibles sauvages facilement identifiables


liste-plantes-comestibles-min

Les plantes et fleurs comestibles sont de plus en plus utilisées par certains grands chefs célèbres. Au cours de vos promenades, dans votre jardin ou potager bio, sur le bord des routes, certaines plantes sauvages peuvent agrémenter nos assiettes. Il faut cependant être absolument sûr des plantes que vous consommez et rester très prudent, car certaines d’entre elles peuvent être toxiques. Des stages sont organisés pour vous apprendre à les identifier avec certitude.

Voici une liste de 30 plantes facile à reconnaitre :


L’ortie


Ortie
© Sipa - Pixabay
L’ortie est la plus connue des plantes sauvages, c’est aussi la plus ancienne. Mais le saviez-vous ? Cette plante joue un rôle important puisqu’elle nettoie le sol ! C’est pour cela qu’elle est à l’aise partout et que vous pouvez la retrouver dans une décharge. Elle ne se ramasse pas n’importe où. Riche en calcium, en vitamines C et en fer, il est possible de consommer les têtes et les feuilles. Cuisinée avec des pommes de terre, une guiche, elle est délicieuse. Il est également possible de faire du pesto ou du beurre d’ortie et une fois les feuilles sèches, elle peut être dégustée en tisane.

Le trèfle


Le Trèfle
© Pinterest
Le trèfle on le connait tous, on le trouve un peu partout, mais si vous n’en avez jamais goûté, vous risquez d’être surpris. Cette plante est délicieuse, le goût est fin et elle peut parfaitement être mangée en salade pour accompagner des tomates ou une tarte salée. Il suffit d’essayer pour être convaincu.

Le plantain


Plantain
© Dr
Cette plante que l’on trouve un peu partout et souvent à proximité des orties fleurit entre mai et octobre. Elle se déguste en salade avec juste un peu d’huile d’olive au thym et un filet de balsamique. Elle possède diverses vertus, elle peut soulager les piqûres d’ortie et elle contribue à la biodiversité, car les oiseaux en particulier l’aiment beaucoup.

Le pissenlit


Pissenlit
© Mabel Amber
Le pissenlit est déjà très connu sur le plan culinaire. Cette plante produit des fleurs en abondance entre mars et novembre. Elle est d’autant plus intéressante qu’elle est riche en minéraux et vitamines. Ses fleurs sont utilisées pour faire de la confiture et du vin, tandis que les feuilles et les racines peuvent être cuisinées en salade, en soupes ou infusions.

La Pâquerette


Pâquerette
© Pixabay
Cette fleur n’est pas seulement jolie, elle est également riche en calcium. Elle apporte un petit goût original à vos salades et en plus une touche de gaieté et un petit air printanier. Le seul problème avec cette plante, c’est qu’elle a tendance à pousser n’importe où et même là où les traitements toxiques et pesticides ont été répandus. Et dans ce cas bien entendu, elles ne sont pas propres à la consommation. Il faut donc les cueillir dans les potagers ou les jardins bio pour ne prendre aucun risque.

Les ronces


Ronces
© Meg Learner
Elles n’ont pas très bonne réputation, car elles ont tendance à envahir les jardins. Elles fleurissent de juin à août et contrairement à ce que l’on pourrait croire, elles ont beaucoup d’intérêt : les papillons les aiment beaucoup, les mammifères s’y cachent et elles sont riches en vitamines C et en tanin. Les bourgeons se consomment et les baies, les mûres sauvages sont excellentes. Elles peuvent être consommées nature, mais il faut les cueillir en hauteur, car les animaux peuvent uriner sur les parties basses. Vous pouvez également en faire de la confiture.

Le lierre terrestre


Lierre Terrestre
© Pinterest
Le lierre terrestre a un réel intérêt au niveau gustatif, car il a un goût délicat et agréable, toutefois son principal défaut est d’être difficilement identifiable. Il faut donc parfaitement apprendre à le reconnaitre avant de se lancer. Il est très bon en salade et peut parfumer un taboulé. Une fois séché, il fait de délicieuses tisanes qui sont très bonnes pour la santé. Il fleurit entre mars et octobre et attire les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

La noisette de terre


Noisette De Terre
© DR
La noisette de terre ou conopode fleurit entre mai et juillet, elle se consomme à partir de septembre et jusqu’à la floraison. Pour la récolter, il est nécessaire de gratter la terre et d’en extraire la racine. Le tubercule se mange avec plaisir, car il rappelle le goût de la noisette. En revanche, il faut apprendre à la reconnaitre parfaitement avant de se lancer, car elle ressemble étrangement à la grande cigüe qui est dangereuse et toxique et impropre à la consommation.

Le gaillet grateron


Gaillet Grateron
© Pinterest
Le gaillet grateron est facilement identifiable : ses feuilles qui présentent un aspect rugueux singulier s’accrochent aux vêtements et aux mains. Il est riche en vitamines C et il peut être dégusté en salade en ajoutant quelques feuilles seulement à une salade verte.

L’oseille sauvage


Oseille Sauvage
© Pinterest
Cette plante fleurit de mai à juillet, elle est également appelée rumex et elle permet d’aider à aérer les sols trop tassés. Elle peut être mangée en soupe, en salade, dans certains plats ou sauces qu’elle relève. De nombreuses recettes se servent de l’oseille sauvage depuis très longtemps.

La berce commune


Berce Commune
© Pinterest
La berce commune est particulièrement utilisée dans les cakes sans doute à cause de sa saveur qui rappelle la mandarine. Elle fleurit entre juin et septembre et il ne faut surtout pas la confondre avec la grande cigüe très toxique. Il est préférable de s’abstenir au moindre doute. Elle peut également servir d’aromate dans certains plats.

L’ail des ours


Ail Des Ours
© Annca
L’ail des ours est également appelé ail sauvage. La principale difficulté lors de la récolte tient au fait qu’il peut être confondu avec le muguet qui est toxique. Il pousse sur les sols humides et c’est ce qui les différencie. Il faut savoir que tout peut être consommé : les boutons, la tige et les fleurs. Il se déguste en consommé ou en pesto, son goût est proche de l’ail.

Les violettes


Violettes Fleurs

Tout le monde connait les violettes, ces petites fleurs qui apparaissent un peu partout : dans les forêts, les prairies, au soleil ou à l’ombre, mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’elles peuvent être consommées. Ses fleurs et ses feuilles sont comestibles. Les feuilles peuvent remplacer les épinards, elles se préparent de la même manière et sont délicieuses en tartine avec du fromage de chèvre. Les fleurs permettent d’aromatiser le sucre ou de faire de la confiture, elles décorent également une entrée ou un plat.

La grande mauve


Grande Mauve
© Pinterest
Elle est parfois appelée mauve des bois ou mauve sylvestre. Il est possible de manger ses pétales en les faisant simplement revenir ou en les cuisinant comme les épinards. Elle décore également vos plats en apportant une jolie couleur.

La Mélisse citronnée


Mélisse Citronnée
© DR
La mélisse citronnée parfume agréablement une salade de fruits ou une salade verte : pour cela il suffit d’en ajouter quelques feuilles. Si vous la faites sécher, vous pourrez ensuite l’utiliser en tisanes ou infusions. Il suffit pour cela de cueillir ses feuilles avant qu’elle ne fleurisse, c’est le moment où la mélisse a le plus de goût.

Le houblon


Houblon
© Ritae
Le houblon pousse la plupart du temps près des ronces et sur des sols humides. Il suffit de récolter les jeunes pousses et de les consommer comme les asperges pour se régaler. Le meilleur moment pour le récolter est la période de juin à septembre.

Le nombril-de-Vénus


Nombril De Vénus
© Pinterest
La fleur qui porte ce joli nom est pleine de vertus, en effet elle est riche en minéraux, en fer et en vitamines. On peut consommer ses tiges et ses fleurs en salade. Mais elle a aussi des propriétés anti-douleur. Il suffit de retirer la pellicule qui recouvre les feuilles et de frotter la petite plaie pour soulager la douleur d’une coupure.

Le sureau noir


Sureau Noir
© Capri23auto Pixabay
Le sureau noir est aussi appelé la vanille du pauvre du fait de son parfum et parfaitement reconnaissable. Il fleurit au début de l’été et il faut attendre août pour que les fruits apparaissent. Fruits qui d’ailleurs peuvent donner lieu à des sirops, des gelées ou des confitures. Les fleurs sont plutôt utilisées en beignets, mais elles peuvent également permettre de faire du vin. Une fois la préparation faite, laissez-la vieillir, elle n’en sera que meilleure encore. Les baies du sureau ne se consomment que cuites, elles peuvent sinon être très dangereuses, car elles se transforment en cyanure durant la digestion. Attention aussi de ne pas le confondre avec la hièble qui est toxique.

Le silène


Silène
© Dr
Le silène est une plante qui s’appelle également compagnon rouge. Les pousses apparaissent de mars à mai et ce sont elles qui peuvent être dégustées cuites ou crues en salade. Entre mai et octobre lors de la floraison, les fleurs sont consommables en salade.

Le chardon


Chardon
© Pixabay
Même si cela peut paraitre étonnant, le chardon peut être cuisiné, il suffit pour cela de le récolter au printemps. Une fois qu’il a bouilli dans l’eau, on peut le retirer et récupérer l’eau pour faire cuire du riz. Il sera ainsi parfumé agréablement grâce à cette plante.

Le plantain Lancéolé


Plantain Lancéolé
© Dr
Le plantain lancéolé pousse tous les ans dans les prairies entre avril et octobre. Ses feuilles se mangent en salade et sont délicieuses. Il faut les récolter dans des endroits non traités.

La bardane


Bardane
© Capri23auto
La bardane pousse souvent en forêt. Ses feuilles se mangent crues dans une salade. En les cuisant, vous ferez ressortir son petit goût rappelant l’artichaut. Quand elles viennent de sortir de terre, il est préférable de consommer ces jeunes pousses crues après les avoir pelées. Elles peuvent même être conservées dans du vinaigre. Les pétioles se dégustent indifféremment cuites ou crues.

L’hégodode


Hégodode
© Dr
L’hégodode est une plante que l’on trouve un peu partout. Et elle se mange facilement. Quand elle est jeune et tendre, vous pouvez la consommer dans la salade. Quand elle est plus ancienne et plus ferme, elle se mange dans des tartes, des soupes ou des guiches.

Le bouleau


Bouleau
© Babamu Pixabay
Le bouleau est un arbre qui offre plein de ressources, sa sève est comestible, elle est prélevée quand les feuilles commencent à pousser. Pour la récolter, il faut faire un trou à la base de l’arbre. Une fois prélevée, il faut en boire le matin pour purifier l’organisme. Si vous aimez les saveurs amères, vous pouvez consommer ses feuilles en les faisant sécher et en les mettant à frire dans un bain d’huile, vous obtenez des chips délicieuses.

L’aubépine


Aubépine
© Heidel Bergerin
Dans l’aubépine, les jeunes feuilles et les cenelles sont consommables. Les jeunes feuilles peuvent être dégustées crues. Les cenelles sont le plus souvent cuisinées crues ou cuites. Assez fades et farineux, ils peuvent être ajoutés à des sauces pour les épaissir ou manger tels quels. Ils peuvent également être séchés puis broyés pour en faire de la farine.

Le lamier


Lamier Pourpre
© Dr
Le lamier se trouve surtout dans les sous-bois ou les prairies. Il est préférable de récolter les jeunes feuilles et les jeunes pousses avant la floraison. Elles peuvent alors être dégustées en salade. Vous pouvez également les préparer comme des épinards surtout quand les feuilles sont plus vieilles. N’hésitez pas à les intégrer dans des soupes, des sauces ou des ragoûts.

La bette maritime


Bette Maritime
© Pinterest
La bette maritime se retrouve souvent sur les côtes françaises, elle serait l’ancêtre sauvage de la betterave. Elle se cuisine de la même manière que les épinards. Il est préférable de choisir les feuilles basales qui sont les plus fermes et les plus larges, il faut supprimer les grandes nervures avant de les mettre à cuire. Elle peut être consommée seule, être intégrée dans des crêpes, des guiches et des soupes.

L’arroche étalée


Arroche étalée
© Pinterest
L’arroche étalée pousse un peu partout et même dans les endroits les plus improbables. On consomme de préférence les jeunes pousses peuvent être dégustées crues en salade ou ciselées comme les herbes aromatiques. Elles peuvent alors être ajoutées à une quiche ou une omelette. Les feuilles cuites se mangent comme les épinards. Elles peuvent être cuisinées braisées ou à la vapeur, en soupes ou en tartes. Les graines sont utilisées dans le pain, des muffins, des ragoûts ou des soupes.

L’asperge sauvage


Asperge Sauvage
© Pinterest
Elle pousse de préférence dans les lieux rocailleux et arides et les terrains calcaires dans le bassin méditerranéen. Elle est riche en vitamines de toutes sortes et en minéraux. Les jeunes pousses sont délicieuses et très tendres, elles peuvent être cuites comme les asperges classiques et dégustées de la même manière. Les racines sont également comestibles.

Le macéron


Macéron
© Pinterest
Le macéron est une plante qui pousse sur le bord des routes, dans les bois, les haies d’arbres et qui est fortement odorante. On le récolte avant la floraison en coupant les tiges feuillues les plus proches du sol en privilégiant celles qui sont blanchies par la végétation. Il faut ôter les parties vertes et les faire cuire à la vapeur ou bouillir quelques minutes. L’odeur anisée disparait en cuisant, elle est ensuite consommée comme des asperges. Les jeunes feuilles peuvent être servies en salade ou dans des sauces.

source

23/04/2020

Casasnovas 2eme partie (sur les ondes electro)






Etudes d'effets sur la santé
Cartes des antennes

Robin des toits

21/04/2020

Avenir


93661358_1318742601846854_5071128892102672384_o.jpg?_nc_cat=104&_nc_sid=110474&_nc_ohc=TrGdRyNEgesAX_Talha&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&_nc_tp=6&oh=cebaa055266e62c2da9bf64c3aa0b712&oe=5EC5907D




Cela n'a jamais été aussi vrai.
2020 constitue une sorte de porte temporelle
un chaos (le système est grippé)
changement de structure et de paradigme
l'avenir sera ce que nous en ferons par nos prises de consciences et comportements
durant les 6 prochains mois, principalement.

11/04/2020

Lepage




Juste un peu de bon sens sur l'absurdité de ce confinement punitif sans nuance (à partir de 22mn 30sec)
plus une mise en perspective des chiffres
et une analyse politique de la dominance ultra-sécuritaire technologique qui se déploie.







La blague de l'optimiste et du pessimiste est géniale.


Le texte de Lepage: COVID-19, l’ami des dominants




A mes yeux, cette accélération du processus de contrôle par le biais de " l'épidémie" permettant ce test global que dénonce Lepage, à juste titre, peut entrainer un rejet populaire instinctif. A court ou moyen terme.
Au lieu de se mettre en place progressivement par mithridatisation (principe de la grenouille dans la marmite), cette soudaine entrevue d'un avenir dystopique hypersécurisé et liberticide (vaccin obligatoire, puce, télétravail, suppression du cash et des petits commerces, traçage, etc...) peut faire plus peur que l'épouvantail corona, une fois l'urgence passée et le bon sens retrouvé.Avec le recul. C'est en tous cas ce que j'espère.
Le choc par contrecoup d'un sinistre avenir entrevu.
D'autant que les mensonges, les contradictions, la corruption et les scandales apparaissent de plus en plus sous les masques, décidément d'actualité.

C'est clair désormais ( la Chine le montrait depuis quelques années) : la technologie peut asservir et emprisonner plus qu'elle ne libère.

11/03/2020

Mindfuck


Non ce n'est pas une insulte...

Il y a grosso modo deux types de mindfuck

-Le premier type de Mindfuck désigne une œuvre littéraire ou cinématographique caractérisée par un retournement de situation inattendu qui fait voler en éclats ce que le spectateur avait cru comprendre de l'intrigue. Cela intervient généralement à la fin du film ou du bouquin.

Par ex, en bouquin policier: Le Meurtre de Roger Ackroyd d'Agatha Christie ou le meurtrier se révèle à la fin être le narrateur.

Cela concerne aussi beaucoup de films basés sur des scénarii recherchant un effet de surprise maximum par une révélation ou un retournement final voire plusieurs retournements successifs.

Par ex, à divers titres:

Usual suspects, Le Sixième sens, la Montagne sacrée, El topo, Blade runner, Brazil, Cube, Dans la peau de John Malkovich, L'armée des douze singes, Le portrait de Dorian Gray, Matrix, Le village, THX 1138, Rosemary's baby, Psychose, La planète des singes, les diaboliques, Fight club.



253335221.jpg





-Le second type de Mindfuck est visuel. C'est la version ludique et simplifiée , une sorte de casse tête qui a trouvé son terrain de prédilection sur le Net où l'on en découvre tous les jours de nouveaux.

Il s'agit généralement d'une image (trafiquée ou pas) dans laquelle on est sensé retrouver un détail anormal, parfois surnaturel, au milieu d'une image qui semble être anodine.

Il en existe diverses variations dont certaines vraiment sans intérêt.Cela va de l'illusion d'optique, au montage humoristique en passant par les devinettes genre "Où est passé Charlie?" (que l'on doit retrouver dans l'image).

Ma préférée:

84029854.jpg



Illusion géniale (car il n'y a pas de lac , bien sur, mais juste un muret au premier plan)

09/03/2020

Expérience de pensée


Expérience de pensée

Prenons l'épidémie de Coronavirus actuelle.
Imaginez qu'il n'y ait pas d'observateurs, pas de mesures.

Tous les effets de cette épidémie disparaitraient instantanément. Elle n'existerait tout simplement pas.

En effet, les morts provoqués par cette épidémie seraient simplement incorporés dans la mortalité habituelle des grippes ou infections pulmonaires, sans aucun effet notable 1.

-Officiellement 80 à 85% des sujets atteints (testés) ne présentent pas de symptômes, ou très légers. Ce qui sous-entend qu' on ne sait pas vraiment qui est porteur et que l'on ignore le nombre des sujets touchés.Le taux de mortalité est donc forcément beaucoup plus faible que les 1 à 3 % annoncés et à peine plus élevé que la grippe classique (0,1%) .

Il est même possible que sans publicité cette épidémie eût provoqué moins de morts: le stress et l'inquiétude engendrés par les médias et les mesures de confinement, pouvant augmenter sensiblement la mortalité en endommageant l'immunité des plus faibles.

-Même si je comprends les vertus du confinement pour certaines épidémies très agressives et très contagieuses , ici on ne voit pas vraiment de différence entre les pays qui confinent et ceux qui ne confinent pas. (Même si c'est encore un peu tôt pour le confirmer.)

En réalité cette épidémie n'existe que par la psychose, qu'avec l'aide des médias, elle suscite et par les mutliples conséquences économiques que tout cela induit 2.

(A suivre pour savoir quoi en déduire. )
Note ultérieure: Au niveau des chiffres , cela reste valable à la date du 18 Mars , après confinement généralisé. En effet en France les chiffres de la mortalité restent inférieurs au pic saisonnier de grippes hivernales et troubles pulmonaires (2017 était bien au dessus). Ce n'est en revanche pas le cas de l'Italie.Pour des raisons à déterminer (âge, pollution, confinement global ?) Mais au delà du manque de recul des médias, de leur alarmisme, il y a évidemment un effet réel d'engorgement des services locaux près des quelques foyers de contagions qui peut rendre effrayante, cette épidémie ponctuellement. Les médias tendent à ne montrer et amplifier que les événements spectaculaires et à dramatiser les situations.