Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2020

Le "Hum"




Vous entendez un bruit persistant de basse fréquence, un bourdonnement qui vous pourrit la vie et dont vous n'arrivez pas à trouver la source?





Cet article de "Sud Ouest" ci-dessous est pour vous... (source)

***

Qu’est-ce que le « hum », ce mystérieux bruit que seule une partie de la population entend ?

Depuis plusieurs décennies, en divers endroits du monde, 2% à 10% des individus entendent un bourdonnement incessant. On l’appelle « le hum ». Mais d’où vient-il ?

On l’appelle le « hum » (bourdonnement, vrombissement). Ceux qui l’entendent le décrivent comme un bruit sourd, un bourdonnement semblable au moteur d’un camion tournant au ralenti, d’un orage lointain ou d’un avion volant à basse altitude. Il peut se déclencher de manière imprévisible, s’arrêter tout aussi soudainement. Sa durée tout comme son intensité sont variables.

États-Unis, Angleterre, continent européen, Australie : ce mystérieux son est entendu en divers endroits de la planète. Les premiers témoignages remontent aux années 1970–80 et ils se sont multipliés ces dernières décennies. Sur le site LEbruit.com, on en trouve même venant de Nouvelle-Aquitaine.

« Le soir lorsque le bruit est moins intense dans la maison ou quand je suis seule, j’entends un bourdonnement grave, comme si un avion passait à basse altitude au-dessus de ma maison, et quand je sors je ne l’entends plus », raconte ainsi Christelle, qui déclare vivre à Bordeaux. « Cela fait plusieurs semaines que j’entends ce bruit sourd et vibrant, surtout la nuit », raconte également Maryline, qui vit à Thairé, en Charente-Maritime. « Même lorsque je regarde la télé, je n’entends que ce bruit […]. Comme si un avion volait tout bas ou un bruit de camion ».


Si ces témoignages-là sont difficiles à authentifier, il existe des exemples emblématiques ayant fait l’objet de reportages et d’études scientifiques. C’est notamment le cas à Taos au Nouveau-Mexique, à Kokomo dans l’Indiana (États-Unis), à Bristol (Angleterre), ou encore à Windsor (Canada).
Acouphènes, bruit réel ou hallucination collective ?

À chaque fois, le scénario est le même : une partie de la population se plaint d’entendre un bruit persistant. Les personnes qui y sont sensibles affirment que ce son est apparu de manière soudaine et leur vibre dans les oreilles en permanence. Utiliser des bouchons d’oreille ou un casque anti-bruit n’y change rien. Elles continuent à l’entendre en continu, qu’elles soient à l’intérieur ou à l’extérieur et ne parviennent pas à identifier la source de ce vrombissement. Étrange. D’autant que seule une faible fraction de la population est concernée. Alors acouphènes ? Réalité ? Ou hallucination collective ?

De premières études ont été menées à Taos et Kokomo, respectivement en 1993 et 2003, afin de le vérifier (ici). Première certitude le « hum » n’a rien à voir avec des acouphènes. Ces derniers sont des bruits internes (ressentis dans les oreilles ou la tête) qui ne sont pas émis par une source extérieure. De plus, les personnes qui en souffrent les entendent en permanence, où qu’elles se trouvent. Or le « hum » semble en général lié à une aire géographique (une ville, un État). « La plupart des personnes qui le perçoivent ne l’entendent plus lorsqu’elles quittent la zone », selon James P. Cowan, ingénieur en contrôle du bruit qui fut en charge de l’étude menée à Kokomo. La source du « hum » est donc extérieure, localisée. Sachant que la zone peut être très vaste, comme le prouve l’exemple du "Hum de Windsor. Dans ce cas, le bourdonnement ne se limite pas seulement à la ville mais serait aussi entendu à McGregor, distante d’une trentaine de kilomètres, et Cleveland, à plus de 144 kilomètres…

Et même si la fraction de la population capable de l’entendre est assez faible, (entre 2% et 10%), « ces personnes ne sont pas folles », affirme James P. Cowan. « Ce qu’elles entendent est réel ». Au mieux, le « hum » est pour elles extrêmement pénible. Mais dans un certain nombre de cas, il peut même s’accompagner de maux de tête, de nausées, diarrhées, de fatigue et de pertes de mémoire. Reste à savoir d’où il vient. Et c’est bien là le problème.
Un bruit jamais clairement localisé

À Taos, la batterie de mesures réalisées ont mis en évidence un champ électromagnétique élevé , provoqué par les lignes électriques locales, ainsi que des dysfonctionnements d’appareils électriques dans et autour des maisons des « victimes » du « hum », mais aucun signal acoustique n’a été détecté. Conclusion : le « Taos Hum » n’a pas pu être localisé.



À Kokomo, outre un champ magnétique élevé, les scientifiques ont détecté des sons basse fréquence provenant de deux installations industrielles. Une fois l’intensité de celles-ci réduite, certains des habitants qui se plaignaient d’entendre le « hum » ne l’ont plus ressenti. Mais la plupart des personnes affectées ont continué à l’être. Bilan : le « Kokomo Hum » n’a pas non plus été clairement identifié.
Le "Kokomo Hum" n'a pas été clairement identifié.

le-kokomo-hum-n-a-pas.jpg

Le « Kokomo Hum » n’a pas été clairement identifié. Crédit photo : Wikimedia cc-by Cameronloyd03

À Bristol, les médias britanniques ont attribué le « hum » aux ondes émises par l’action des vagues sur le fond marin. Or « cela n’a rien à voir », soupire Fabrice Ardhuin, l’un des auteurs de l’étude sur le sujet. « Ce que nous appelons le bourdonnement de la Terre, ce sont des vibrations qui correspondent au mouvement de la croûte terrestre, qui monte et descend à des fréquences qui se comptent en milli hertz », explique-t-il. « On est loin de quelque chose qui vibre plusieurs fois par seconde. Donc lorsqu’on parle de bruit de la Terre, ce n’est pas au sens audible du terme. » Mais lors de la publication de l’étude, les chercheurs ont employé le mot « bourdonnement », autrement dit « hum ». Beaucoup ont donc sauté sur l’explication « et n’ont rien compris », conclut le chercheur de l’Ifremer. Retour à la case départ donc, et aux coupables habituellement pointés par les experts sur place : les bruits basse fréquence émis par des activités industrielles et/ou les lignes électriques.
Les médias britanniques ont attribué à tort le "Bristol Hum" au "bruit de la Terre".

les-medias-britanniques.jpg

Les médias britanniques ont attribué à tort le « Bristol Hum » au « bruit de la Terre ». Crédit photo : Wikimedia cc-by Adrian Pingstone

Quant à Windsor, où le « hum » sévit depuis 2011, les experts estiment que les coupables pourraient être les hauts fourneaux du producteur d’acier américain US Steel situés sur l’île Zug, du côté américain de la rivière Détroit. Mais selon le New York Times, la compagnie fait la sourde oreille et les autorités américaines refusent de coopérer, empêchant les experts de pointer la source exacte du « hum ». Comme l’a résumé l’un des scientifiques, le professeur Colin Novak, essayer d’identifier le « Windsor Hum » revient à « chasser un fantôme ».

Autant d’exemples qui montrent que si les experts ont des pistes sérieuses concernant le « hum », ils n’ont pas vraiment de certitudes, si ce n’est que son origine est humaine et que ses sources sont multiples.
Pourquoi le « hum » n’est-il entendu que par certains ?

Faute d’explication définitive, les théories complotistes et farfelues fleurissent sur internet. Mais pour l’heure, l’explication la plus communément admise est celle du géophysicien David Deming, auteur d’une étude globale sur le sujet en 2004. Selon lui le « hum est plus qu’un simple bruit puisqu’il peut aussi se manifester sous la forme de vibrations ressenties à travers tout le corps ».

« L’explication la plus probable est que certaines personnes ont la capacité d’interpréter des transmissions radio à certaines longueurs d’onde (notamment à basse fréquence) comme du son »

Voilà pourquoi tout le monde n’est pas sensible au « hum ». Selon David Deming, seules 2% à 10% des personnes sont capables de l’entendre, ou plutôt le ressentir, puisqu’il ne s’agit pas d’un son à proprement parler. Et le fait qu’il s’agisse d’ondes radio expliquerait aussi pourquoi le « hum » peut se manifester à divers endroits de la planète, comme le montre la carte ci-dessous, qui ambitionne de recenser les occurrences du « hum ». Cela expliquerait aussi pourquoi le phénomène est relativement récent.

qu-est-ce-que-le-hum.jpg

Sud Ouest

Et dans la mesure où le « hum » n’est « audible » que pour une petite fraction de la population, à qui il pourrit la vie pour dire les choses simplement, il ne faut pas non plus le confondre avec les autres « bruits » non expliqués qui peuvent survenir de manière ponctuelle.

***

Un site français existe sur ce thème ici
Et une page wikipédia

31/01/2020

Paperasser

Paperasser

C'est Rabelais qui est à l’origine de ce verbe très explicite.
Il apparaît dans son "Tiers livre" et est attesté en 1546 au sens de «remuer, feuilleter, compulser des papiers».

Au milieu du XVIIe siècle, il signifie «faire écriture sur écriture», plus précisément «faire des écritures inutiles»
(Pierre Larousse).

29/01/2020

Le 31 Mars

Etrange impression ressentie aujourd'hui concernant la fin Mars.

En regardant de plus près le Ciel astral du 31 , je constate que c'est précisément le jour où la conjonction Saturne Pluton se cristallise en deux autres conjonctions exactes au demi degré près.
Jupiter - Saturne à 24° du Capricorne - rigide et amplifié-
Pluton - Mars à 1° du Verseau (dont le maître Uranus transite le Taureau y formant un carré à 4° d'orbe) - détonnant et violent-

31mars.JPG



Je suis perplexe et curieux de voir à quoi cela correspondra, synchroniquement parlant, sur Terre.

Los Angelès pourrait être impliqué. Mais toute la Terre est concernée.
En ce moment, les séismes semblent être au bord des failles (sur Terre et dans la terre).
https://renass.unistra.fr/sismicite/derniers-seismes-mond...

Cela pourrait être un moment crucial qu'il soit lié à un événement naturel de la planète ou de ses habitants.
Un des moments clés de la période actuelle, si critique.
A noter malgré tout que si la concentration planétaire est la plus tendue du siècle, les cycles planétaires engagés sont pour la plupart croissants ce qui permet de rester optimiste, pas d'apocalypse en vue mais un écueil salutaire et nécessaire pour changer de cycle.

Note du 3 Avril:
Pour ce qui est du moment critique d'une crise, l'astrologie était assez précise.
Los Angelés: La Californie est le premier état américain, en confinement à partir du 19 Mars (comme beaucoup d'autres endroits dans le monde).
On était en plein dedans.
En revanche, mon intuition d'un tremblement de terre n'était pas bonne (je préfère) mais il s'agit pourtant bien d'un séisme planétaire de manipulation médiatique et de psychose collective à partir d'une épidémie qui ne sort pourtant pas des courbes habituelles de mortalité, à cette date (début Avril).

25/01/2020

Incipits

330px-Autographe_Proust_longtemps.JPG



Un incipit est le début d’un texte littéraire (première phrase, ou premier paragraphe...).

L'incipit a généralement pour fonction d' "accrocher" le lecteur.

Il  répond donc souvent aussi (mais pas toujours) à un certain nombre de questions essentielles :
où l'histoire se passe-t-elle ? à quelle époque ? qui la raconte ? quels sont les personnages ? etc...

Certains incipits de romans, originaux , forts, plein d'humours sont devenus des classiques.

Aden Arabie (1931) Paul Nizan :
J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.

Salammbô (1862) Gustave Flaubert :
C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar.

Jacques le Fataliste (1773) Denis Diderot :
Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va? Que disaient-ils ?

235px-DiderotJacquesFatalist01.jpg

Tristes Tropiques (1955) Claude Levi-Strauss:
Je hais les voyages et les explorateurs

Moby-Dick (1851) Herman Melville :
Appelez-moi Ismaël. Il y a quelques années de cela — peu importe combien exactement — comme j’avais la bourse vide, ou presque, et que rien d’intéressant ne me retenait à terre, l’idée me vint de naviguer un peu et de revoir le monde marin. (traduction de Philippe Jaworski)

Du côté de chez Swann (1913) Marcel Proust :
Longtemps je me suis couché de bonne heure.

L'Étranger (1942) Albert Camus :
Aujourd’hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.

Mémoires de guerre (1954) Charles de Gaulle :
Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France... Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison.

Aurélien (1944) Louis Aragon :
La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide.

Cent ans de solitude (1967) Gabriel García Márquez :
Bien des années plus tard, face au peloton d'exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l'emmena faire connaissance avec la glace.

Les Racines du mal (2003) Maurice G. Dantec :
Adreas Schaltzmann s’est mis à tuer parce que son estomac pourrissait.

Madame Bovary (1857) Gustave Flaubert :
Nous étions à l’étude, quand le Proviseur entra, suivi d’un nouveau habillé en bourgeois et d’un garçon de classe qui portait un grand pupitre.

Germinal (1885) Émile Zola :
Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves.

Manifeste du Parti communiste (1848) Karl Marx et Friedrich Engels :
Un spectre hante l'Europe : le spectre du communisme.


 

 


(note du 13/03/2009)

23/11/2019

Foutage de Start up

20/03/2019

Convergence inédite

 

54518886_10216708861746461_2706656993728266240_n.jpg?_nc_cat=101&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.fna&oh=24069594b7b7a76cec06977488d8a00f&oe=5D4EAE0B

Sursaut spectaculaire d'affluence  pour ce 16 Mars du coté des GJ

mais aussi du fait de la convergence avec les marches pour le climat.

Certains ont parlé de "récupération" de la part des GJ

mais c'est faux puisque les organisateurs des deux côtés, que ce soit des cortèges de Gilets Jaunes

(voir ici), ou des cortèges de la Marche du Siècle pour le climat (voir ici),

ont tous deux annoncé leur volonté de convergence avant la mobilisation.

D'ailleurs les organisateurs principaux des Marches du Siècle pour le climat partout en France,

 Alternatiba et Greenpeace,

ont tous deux continuellement revendiqué la convergence tout au long de la journée de mobilisation.

L’organisation des tracés des cortèges a même été planifiée avec cette convergence à l’esprit, avec des parcours joints (comme à Lyon) ou se rejoignant (comme à Paris). Pour le cortège de Paris par exemple, le premier cortège était composé des initiateurs de l’« Affaire du Siècle » et de gilets jaunes dont Priscilla Ludosky et François Boulo. Ces derniers ont par ailleurs pris la parole sur la scène Place de la République en fin de la Marche du Siècle. Scène similaire également à Lyon, où l’on peut voir de nombreux gilets jaunes en tête de cortège.

Les propagateurs de cette fake news de la « récupération » oublient par ailleurs de mentionner que ces cortèges incluaient également d’autres causes comme la lutte contre les violences policères, avec là aussi une volonté de convergence des organisateurs.

Certains ont du mal à comprendre ...

source

 

19/03/2019

Le sanglier jaune (artisan reporter)

Ici et là,  en vadrouille dans l'Ouest... (Guérande, Nantes, St Malo etc...)

 

 

A Paris...  (à voir si vous croyez vraiment qu'il n' y avait  que 10000 personnes sur les Champs... )

avec Florence en guest star. Vidéo recommandée (10mn de vérité).

La colère elle monte...

"Casse impressionnante mais marginale et très ciblée."

Y a qu'ensemble qu'on s'ra plusieurs !  (lol)

15/03/2019

Redif

                                                 

 

      Petits cris diffus de mon coeur opaque

 
 
 
 
Clic clac ! Elle inonde...
Elle déborde à travers moi.
 
Comme une gerbe de blé qui rompt son lien et s'étale,
se renverse ma reine de Saba.
Ses oooh , ses bas...
 
Une et 1000 nuits d'ébats, de ressac
c'est paradisiaque
mais survient le krach
coup de Jarnac! Patatrac!
 
A travers moi elle se débande,
ça craque et éclate,
je flippe et je flaque.
Caramba ça m'estomaque!
J'ai même avalé du Cognac.
 
Lancelot du lac est en vrac.
 
Ah la la quel bric à brac!
                                                  C'était plus que haut juste avant le couac.
 
 
 
 
 
 
                                            E Buzzati