Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'espace temps flexible...

    Si vous avez déja réfléchi à la question ,

    Philippe Guillemant précise ici sa vision du monde non déterministe...

    Futur déja réalisé compatible avec le libre-arbitre.

    Espace-temps flexible, fluide.

    Je l'ai toujours ressenti comme ça personnellement. :o) 

    Un destin automatique (déterminé) mais dont on peut se libérer (par la prise de conscience et la spiritualité).

    Comme la respiration naturellement inconsciente mais dont on peut prendre le contrôle en en prenant conscience.

  • SYRIE : LA TRES SAGE DECISION DE DONALD TRUMP…

    Richard Labévière:

    source

    Il l’avait promis, il l’a fait : Donald Trump ramène la troupe à la maison, soit les quelques deux mille soldats des forces spéciales engagées en Syrie et la moitié du contingent d’Afghanistan, environ 7000 hommes. Ce faisant, le président américain confirme ses deux obsessions récurrentes : se faire réélire pour un prochain mandat en respectant à la lettre la liste de ses promesses électorales et faire tout le contraire de ce qu’a essayé de réaliser son prédécesseur Barack Obama.

    Sur le dossier syrien, la précédente administration démocrate visait clairement deux objectifs : renverser et changer le régime de Damas en supprimant Bachar al-Assad comme ce fut fait de Saddam Hussein et de Mouammar Kadhafi, tout en démolissant l’Etat-nation syrien comme ce fut fait de ceux d’Irak et de Libye. Sur ces deux points le bilan s’avère proprement désastreux – d’autant qu’en matière militaire – l’administration Obama s’est particulièrement illustrée par une augmentation exponentielle des attaques de drones, des opérations clandestines, des enlèvements et des assassinats ciblés.

    En prenant ainsi la décision d’un retrait « sec » de Syrie, le nouveau président américain interrompt brusquement la séquence d’un échec pourtant annoncé et ne faisant que s’aggraver au fil des semaines. Certes comme à son habitude, il n’y met pas les formes et prend de vitesse l’ensemble de ses partenaires étrangers et américains, n’hésitant pas à provoquer la démission de son ministre de la défense. Comme à son habitude aussi, c’est d’abord l’homme d’affaires qui réagit : Donald Trump ne veut plus continuer à investir dans des opérations de plus en plus coûteuses ne rapportant rien, si ce n’est la mort des « boys » et le retour de leurs cercueils au pays. En Syrie, la Russie, l’Iran et la Turquie ont remporté la partie. En Afghanistan, les Talibans ont repris le contrôle de 70% du pays.

    Par conséquent, à quoi servirait-il de continuer à engouffrer des milliards de dollars dans des affaires qui tournent au désastre depuis plusieurs années. Dans cette perspective purement comptable, la décision de Donald Trump est logique et conforme à son programme, sinon à son idéologie politique : l’argent d’abord pour me faire réélire !

    Dialectiquement, la décision de Donald Trump fait aussi tomber nombre de malentendus et de contresens qui depuis mars 2011 empêchent une bonne compréhension de la guerre civilo-globale de Syrie. En dernière instance, le retrait militaire américain de Syrie pourrait s’avérer très positif en permettant d’accélérer la sortie de crise afin de lancer la reconstruction économique et politique du pays. Enfin, pour mieux apprécier la décision de la Maison Blanche, il s’agit d’abord de rappeler l’historique d’une ingérence américaine en Syrie qui a commencé bien avant le lancement officiel de la Coalition anti-terroriste d’août 2014…

    L’INGERENCE AMERICAIN DATE DE 2011

    L’engagement militaire américain en Syrie n’a pas attendu la proclamation du Califat par l’organisation « Etat islamique »/Dae’ch le 29 juin 2014. En fait, Washington préparait depuis longtemps des alternatives aux dictatures militaires arabes de moins en moins fréquentables. Dans le contexte des mal nommées «  révolutions arabes » , en Tunisie, en Egypte, en Libye, comme en Syrie la solution était déjà sur la table de la Maison blanche : favoriser l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en les aidant à constituer des pouvoirs exécutifs alternatifs. Ainsi, avant les troubles de Deraa en mars 2011, les services spéciaux américains sont déjà à pied d’œuvre au Liban, en Jordanie et en Turquie pour appuyer des ONGs et les startupers d’une contestation qui va s’organiser à partir des « réseaux numériques » dits « sociaux ».

    Dès les premières manifestations populaires de Deraa, des officines américaines et britanniques vont introduire quantités de fusils M-16 dans le pays, avec l’aide des Frères musulmans jordaniens et des tribus sunnites dont les nombreux trafics se jouent des postes frontières de la région. Durant les premières protestations – qui dès le début n’ont pas été pacifiques comme continuent à le prétendre les médias occidentaux absents du terrain -, des snipers cagoulés ont systématiquement pris pour cible les forces de l’ordre depuis les toits en terrasse des quartiers jouxtant les bâtiments officiels du gouvernorat de Deraa. Selon un rapport confidentiel du BND allemand, dès les premiers jours du « printemps syrien », plusieurs dizaines de « contractors » américains et britanniques sont à l’œuvre non seulement à Deraa, mais aussi dans la banlieue de Damas, ainsi que dans plusieurs localités côtières entre Tartous et Lattaquié.

    A proximité des frontières syriennes, l’installation de deux M.O.C – Military Operation Center – a commencé dès janvier 2011 : le premier se situe dans une caserne de la banlieue nord de Amman, la capitale jordanienne. Le deuxième s’est installé dans la vieille Antioche, jouxtant la ville turque d’Antakya, le départ de la Route de la soie. Les activités de ces deux structures d’états-majors illustrent la première séquence de l’engagement militaire américain en Syrie du printemps 2011 à l’été 2014, avant l’apparition de Dae’ch.

    A partir de ces deux plateformes interarmées se déploient trois programmes. Sous la responsabilité du Pentagone, le premier consiste à fournir différents points d’approvisionnements en armes afin d’équiper et de former des combattants susceptibles de rejoindre l’Armée syrienne libre (ASL), dont les premières unités ont vu le jour fin juillet 2011. Aux mains de la CIA, le deuxième programme consiste à recruter le plus grand nombre possible d’activistes afin de démultiplier les groupes armés locaux chargés de rejoindre l’ASL. Enfin, directement supervisé par le Secrétariat d’Etat, le troisième programme cherche à créer – avec l’aide des services spéciaux britanniques – des ONGs présentables à l’opinion publique internationale. Les fameux « Casques blancs » qui défraieront la chronique durant la bataille d’Alep en décembre 2016, sont l’une des créations du Progamm-3 !

    Du printemps 2011 à l’été 2014, ces trois programmes vont engloutir plusieurs milliards de dollars sans beaucoup de résultats. Dans le sillage de l’ASL, les groupes armés dits « modérés », « laïcs » ou même « démocratiques » ont le plus grand mal à s’imposer. Ces groupes, qui parfois ne survivent que quelques jours, sont vite supplantés et absorbés par les katiba (unités) de Jabhat al-Nosra, c’est-à-dire Al-Qaïda en Syrie. Entre l’hiver 2011/2012 et l’été 2014, les analystes d’un service européen de renseignement n’en dénombrent pas moins de 400 qui se forment, se décomposent et se reconfigurent au gré d’alliances familiales, claniques, tribales et d’enjeux financiers plus ou moins clivants.

    Toujours est-il que plusieurs de ces groupes, hâtivement montés sur le modèle de la sinistre UCK du Kosovo vont, la plupart du temps, tourner au fiasco comme le mort-né Front de libération de la Syrie (FLS) qui sera absorbé par Nosra quelques jours seulement après sa création. La dissidence armée en Syrie ne réussira jamais à se fédérer. Aucun de ces groupes ne va parvenir à s’implanter durablement à l’Est de l’Euphrate jusqu’à ce que la CIA conseille au Pentagone de jouer la carte… kurde.

    L’ALIBI DE LA LUTTE ANTI-TERRORISTE

    La prise de Mossoul – deuxième ville d’Irak – et la proclamation du Califat par Dae’ch fin juin 2014 ouvre la deuxième séquence de l’engagement militaire américain en Syrie. L’alibi de la lutte anti-terroriste va permettre à Washington de poursuivre son objectif initial : le renversement du gouvernement de Damas et le démantèlement de la Syrie.

    Tétanisé par l’émergence d’un « arc chi’ite », le petit roi Abdallah de Jordanie va vendre aux Américains la formation d’une « Fédération des tribus arabes ». Cette nouvelle initiative qui aura coûté plusieurs centaines de millions de dollars va, elle-aussi, très vite se transformer en échec cuisant, les supplétifs de cette fédération fantôme rejoignant avec armes et bagages leurs tribus d’origine.

    Dès 2011, l’objectif était non seulement de renverser le « régime de Damas » et son « sanglant dictateur » Bachar al-Assad – pour reprendre la rhétorique de la presse occidentale – mais aussi d’endiguer le déploiement de l’Iran en Syrie et celui de son allié historique le Hezbollah libanais. Ce dernier, qui s’est officiellement engagé en Syrie à partir de juillet 2013, a empêché les jihadistes de Nosra de s’emparer du port de Tripoli (nord du Liban), de s’implanter durablement dans la Bekaa, notamment dans la localité d’Ersal, ainsi que dans le sud du pays.

    Peu de temps après la proclamation du Califat, Dae’ch attaque une école militaire en Jordanie : plusieurs conseillers américains sont tués. Pour s’assurer le contrôle du triangle syro-jordano-irakien, les forces spéciales américaines installent une base interarmées à Tanaf. Il s’agit principalement de couper la route aux Iraniens dans le désert d’Al-Ambar qui surplombe la frontière syro-jordanienne. A partir des infrastructures de Tanaf est créée la « Nouvelle armée syrienne » sous les ordres de Mohammad Talaa. Nouveau fiasco, cette force est décimée par Dae’ch aux abords de l’aéroport d’Al Hamadan durant l’été 2015.

    A partir de Tanaf, la CIA et ses groupes supplétifs vont faire mouvement pour empêcher la libération de Boukmal par l’armée syrienne après celle de Palmyre. Les forces américaines permettent alors à Dae’ch de s’installer près de Tanaf et bombardent une colonne irakienne qui cherche à opérer sa jonction avec l’armée gouvernementale syrienne. Après plusieurs années d’âpres combats, les forces loyales de Damas font finalement la jonction tant attendue avec leurs homologues irakiennes et investissent Tanaf en décembre 2017, ouvrant ainsi la route Bagdad-Damas.

    Au sud de l’Euphrate, les Américains ont empêché les Russes de traverser le fleuve, permettant ainsi à Dae’ch de développer un sanctuaire dans la poche d’Hajin depuis décembre 2017. « L’ordre de protéger cette poche a été prise au plus haut niveau du Pentagone », explique un officier européen de renseignement en poste à Amman. Finalement, ce n’est qu’un an plus tard – le 17 décembre 2018 – que les combattant kurdes investissent Hajin mettant en fuite plusieurs milliers de jihadistes de Dae’ch.

    La deuxième séquence de l’engagement américain en Syrie est dominée par un choix stratégique clair : appuyer les groupes kurdes engagés dans la lutte contre Daec’h et contre l’armée gouvernementale syrienne. Il s’agissait aussi d’occuper durablement les régions pétrolières et gazières du Nord-Est de la Syrie et d’empêcher la formation du fameux couloir chi’ite Bagdad-Damas-Téhéran tant redouté par le roi de Jordanie.

    La majorité des Arabes chassés par les Kurdes vont se réfugier en Turquie au nord de Raqqa. La ville de Tal-Abyad (la colline blanche) a été « purifiée » ethniquement – dékurdifiée – ouvrant ainsi un couloir destiné à séparer les deux grandes agglomérations kurdes de Kobané et Hassaké. Depuis un an et demi, les services spéciaux turcs organisent une force de 4000 hommes – Le Bouclier de Raqqa – chargée de la reconquête. C’est principalement pour contrer cette initiative que les forces spéciales américaines vont équiper plusieurs points d’appuis aériens afin d’épauler le dispositif kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), majoritairement composées de combattants kurdes.

    TRUMP A TIRE LES LECONS DE LA LIBERATION D’ALEP

    Depuis plusieurs années aussi, l’armée turque prépare la bataille d’Afrine1 et de Manbij (autre ville verrou) aux mains des milices pro-kurdes dont plus d’un tiers de combattants du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Ankara craint, plus que tout, la création d’une entité autonome kurde sur ses marches sud. Pour Recep Erdogan, il s’agit de briser coûte que coûte une possible jonction entre les milices YPG et celles de la maison mère du PKK susceptible de fournir la profondeur stratégique nécessaire aux Kurdes de Turquie.

    C’est principalement pour évoquer cette question que Donald Trump et son homologue turc Recep Erdogan ont eu une très longue conversation téléphonique le 17 décembre dernier.

    Plus précisément, Recep Erdogan menace depuis plusieurs semaines d’envahir et d’occuper une bande d’au moins 15 kilomètres de profondeur dans le nord-est de la Syrie. L’armée turque a placé des armes lourdes le long des zones frontalières adjacentes. Quelque 15 000 « rebelles » étrangers et syriens, payés par la Turquie, sont censés être à l’avant-garde de cette invasion. Au cours du mois dernier, ils ont été transférés d’Idlib et d’autres zones contrôlées par la Turquie au nord-ouest de la Syrie vers le côté turc de la frontière orientale. De plus, le président turc aurait aussi menacé de finaliser l’acquisition de systèmes anti-aériens russes S-400, ce qui serait une première pour l’un des principaux membres de l’OTAN. En définitive Ankara aurait finalement opté pour l’achat des systèmes avancés de défense antimissile Patriot!

    Toujours est-il qu’après le départ américain, il y aura une course pour occuper le vide – même si la Turquie risque de s’en tenir à son plan d’invasion. Le gouvernement syrien doit maintenant se dépêcher de reprendre le barrage de Raqqa, les riches terres agricoles au nord de l’Euphrate et, surtout, le champ pétrolier et gazier près de la frontière irakienne, qui sont nécessaires pour financer la reconstruction à venir.

    Dans ce contexte et compte-tenu de l’échec patent des deux séquences successives de l’ingérence militaire américaine en Syrie, « Donald Trump aurait surtout raccroché les gants pour ne pas être tenu responsable d’une possible sortie turque de l’OTAN, hypothèse parfaitement apocalyptique pour l’Alliance occidentale », explique un officier général européen en poste à Bruxelles-OTAN ; « en fait, la question du retrait américain se pose depuis la libération d’Alep en décembre 2016. Washington a compris que la partie était perdue et qu’il fallait limiter la casse en retenant la Turquie, par la peau du cou et de toutes les manières possibles ». Evidemment, les Israéliens sont furieux, craignant de voir les Iraniens et le Hezbollah libanais s’installer durablement sur leur frontière nord. D’ores et déjà, Donald Trump aurait promis à Tel-Aviv de nouvelles livraisons d’armes en expliquant que le véritable endiguement de l’Iran se jouait désormais en Irak.

    NOUVELLE CARABISTOUILLE FRANCAISE

    Comme toujours dès qu’il est question de la Syrie, la réaction française est d’une confondante absurdité. Les deux principaux responsables politiques des zones sous contrôle kurde en Syrie – les deux co-présidents du Conseil démocratique Syrien Ilham Ahmed et Riad Darar – ont été immédiatement reçus à Paris. L’Elysée a confirmé cette visite, des sources militaires autorisées laissant entendre que Paris s’engagerait à de nouvelles livraisons d’armes et à maintenir plusieurs centaines de membres des forces spéciales aux côtés des factions kurdes.

    Les communicants de l’Elysée et du Quai d’Orsay ont aussitôt lancé une campagne médiatique visant à expliquer que la France poursuivrait son engagement militaire au nom de la lutte contre le terrorisme et – bien-sûr – de la défense des droits de l’homme. La ministre de la Défense Florence Parly a eu bien du mal à légitimer une opération que des militaires français de haut rang considèrent comme vouée à l’échec, d’autant qu’Emmanuel Macron avait annoncé la défaite de Dae’ch dès le lendemain de son élection.

    « Soyons sérieux », avertissent plusieurs officiers supérieurs français, « quels sont les intérêts de la France dans cette affaire extrêmement budgétivore ? Avons-nous intérêt à nous maintenir dans un dispositif dont l’échec est d’ores et déjà inscrit dans la réalité des rapports de force sur le terrain ? Comme les Américains, nous ferions mieux de diminuer aussi le format de nos opérations extérieurs afin de nous concentrer sur nos besoins de défense les plus essentiels comme – par exemple – la mise en chantier de deux porte-avions nucléaires pour remplacer le Charles-de-Gaulle qui arrivera en fin de mission en 2038 ».

    Plusieurs diplomates français expriment aussi leur incompréhension : « une fois de plus, nous allons travailler d’abord pour les intérêts d’Israël qui nous crachera dessus à la première occasion… » Et dès qu’il est question des priorités de Tel-Aviv, Bernard Kouchner ressurgit de son outre-tombe affairiste pour nous rejouer (notamment sur Europe-1 et dans le dernier JDD) la scène de « la honte » et de la trahison des Kurdes au nom des droits de l’homme et de sa fameuse ingérence humanoïde dont on connaît maintenant les vraies motivations néo-coloniales.

    En définitive, que Washington trahisse de nouveau les Kurdes correspond à une vieille tradition récurrente depuis les traités de 1920 ayant présidé au démantèlement de l’empire ottoman. A l’issue de la Première guerre mondiale, l’ensemble des puissances occidentales avaient promis aux Kurdes la création à venir d’un Etat souverain… qui n’est jamais venu. Mais, de crainte que cette malédiction se répéte, les Kurdes auraient mieux fait de poursuivre les négociations qu’ils avaient ouvertes en 2013 avec Damas pour négocier un statut d’autonomie interne au sein de la République arabe syrienne.

  • Planètes en Janvier 2019 (Neptune contre Jupiter)

    Comme je l'ai déja suggéré plus tôt, l'actuel et incontournable mouvement des Gilets Jaunes  correspond à la fois à la parfaite symbolique du carré décroissant Neptune - Jupiter  (le peuple contre l'Olympe)  et à celle de  l'entrée (puis rétrogradation) d'Uranus en Taureau (qui durera quelques années et devrait révolutionner les domaines matériels: le rapport à l'argent et à la terre).

    << A noter que le thème de la 5ieme république française contient une conjonction Jupiter-Neptune au début du Scorpion et que l'on lui attribue donc généralement ce cycle de 13 ans. Un carré ou une opposition y annonçant une crise potentielle.

    Uranus entrant en Taureau s'y trouvera en opposition dès ce printemps.>>

    Pour ces deux raisons, cela semble indiquer clairement que cette rébellion est loin de s'essouffler comme certains le souhaiteraient  mais qu'elle durera au contraire toute l'année 2019 et bien plus loin, sous diverses formes.

    -Le 17 Novembre Jupiter se rapprochait du carré avec une orbe de 3°.

    Ce carré décroissant Jupiter-Neptune se fera exact le 12 janvier, le 16 juin et le 21 septembre 2019.

    -Uranus redevient direct le 6 Janvier et il entrera en Taureau le 6 Mars.

    La graine ayant été  plantée le 25 Mai 2018 , date à la fois du premier passage d'Uranus en Taureau et du précédent trigone Jupiter-Neptune.

    A cette date  Priscilla Ludovsky, une des toutes premières figures des Gilets Jaunes  a lancé ( le 29 mai 2018 précisément) une pétition pour «une baisse des prix du carburant à la pompe», (signée depuis par 1,1 million d'internautes). Le parallèle est donc précis.

    Emmanuel Macron s'est présenté lui-même comme Jupiter, il incarne parfaitement l'oligarchie ou le pouvoir de l'argent et des très riches.

    Neptune contrecarrant ici son action par un carré au devant, c'est l'océan du Peuple qui fait barrage au monarque.

    Neptune  incarne tous les participants de ce mouvement et sa manière d'être, aquatique, insaisissable (floue, idéaliste, populaire,conviviale, solidaire, indéfinie, avec de multiples têtes mais sans chef) faite de vagues et tsunami en puissance.

    Mais son sens profond a aussi les caractéristiques plus radicales de la planète Uranus

                 -notion de collectif  , mouvement citoyen, transversal, trans-courant ou apolitique

                 -spontanéité , originalité,  imprévisibilité (venu des réseaux sociaux)

                 -refus obstiné de chefs ou de représentants et d’organisation hiérarchisée

                 -possibilité d'explosion violente si l'option pacifique est empêchée

     

    La symbolique d'Uranus  est la destruction puis le remplacement des systèmes anciens qui n'ont pas su s'adapter, et sont devenus trop rigides.

    Uranus, c'est la Révolution , c'est l’élimination des tyrannies ( des taxes, de la finance internationale, de l'oligarchie technocrate).

    Ici il semble favoriser la prise de conscience du Peuple de son pouvoir et de l'aliénation qu'on lui impose.

     

                                                                                ***

    * Anecdotiquement on peut noter cette année  la sortie d'Aquaman au cinéma (où le héros Neptunien triomphe du despote quasiment Jupitérien).

    Bon courage...

    D'autant qu'ensuite la conjonction Saturne-Pluton en Capricorne prendra le relais de cette crise très profonde (la plus importante du siècle, peut-on penser).

     

     

    Uranus

    uranus-768x403.jpg

     

                                                                Calendrier explosif de Janvier:

    -Mars entre en Bélier (domicile) le 1er Janvier.

    -Soleil conjoint à Saturne  le 2 Janvier à 11° Capricorne.

    >>>Le 2 au soir: Interpellation clairement abusive d'Eric Drouet (figure des gilets jaunes)à Paris.Le pouvoir essaie par la répression politique musclée de reprendre la main.Intransigeance Saturnienne.

    -Nouvelle Lune (conjonction Lune Soleil) en Capricorne le 6 Janvier.

     -Le 6 Janvier 2019 Uranus rétrograde redevient direct à 28°37' du Bélier (il re-entrera en Taureau le 6 Mars).

    -Vénus entre en Sagittaire le 7.

    -Carré Mercure-Mars du 4 au 15 Janvier.

    -Soleil conjoint à Pluton le 11 Janvier à 20° Capricorne.

    -Et surtout  carré descendant exact du cycle Jupiter/Neptune le 12/13 Janvier (c'est lors de ce carré qu'eut lieu mai 68) qui se reformera encore le 16 Juin et le 21 Septembre 2019. Neptune et Jupiter étant cette fois chacun dans leur signe.

    -Le 19 Soleil en carré à Uranus.

    -Le 21 Mars en carré à Saturne.

    >>Neptune actuel  est en carré à 2° près avec le Neptune natal de EM.

    -Jupiter sur le Neptune natal de EM à 16°22' du Sagittaire le 24 Janvier. Jupiter trigone le 17 à Uranus en Lion de la 5e République.

     

     Ci-dessous le ciel du 12 Janvier vers midi (carré Jupiter-Neptune et fin de conjonction Soleil-Pluton).

    12-1.JPG

     

    * A noter qu'Israël , tout comme la 5iéme République , est en résonance avec le cycle Jupiter/Neptune.

  • Ronds-points

     
     
     

    Non seulement les Gilets jaunes sont majoritaires, mais leurs revendications égalitaires sont parfaitement légitimes. Au haut de la société de le comprendre. Sous peine de choir.


    Au cours des dernières semaines, on a abusivement opposé la France périphérique à la France urbaine. Sous entendant que la première serait un reliquat attardé, sinon honteux, d’une histoire achevée. Une France des giratoires, déclassée, franchouillarde, voire populiste, raciste, homophobe. Une graine de fascisme, noir ou rouge. Au minimum des gens peu instruits auxquels il faudrait à nouveau prodiguer de la  »pédagogie  » pour essayer, encore une fois, de faire entrer dans ces cervelles épaisses la vérité et la lumière du TINA thatcherien (There is no alternative) ou sa version nouvelle PCC (Pas de changement de cap) du capitaine Macron-Achab.

     

    Ils sont le peuple 

    Ce qui frappe, chez les Gilets jaunes, c’est non seulement leur détermination, leur méthode délibérément sans méthode, mais aussi leur composition sociologique, et la nature de leur révolte. Contrairement à ce qu’affirment ceux qui sont dérangés par cette forme incongrue de rébellion (politiciens LR-PS-LREM, chroniqueurs, syndicats), il s’agit d’un mouvement majoritaire et soutenu à 70/80% par la nation. Opposer Paris et la province revient à opposer 12 millions à 55 millions de Français. À supposer que le grand Paris n’ait aucun problème socio-économique ce qui est le grand mensonge médiatique que l’on entend parfois. En outre c’est à une énorme sous-estimation du nombre des manifestants que le pouvoir s’est livré. S’il a reconnu au maximum 131 000 manifestants, qui peut croire, s’il est allé sur le terrain, la fable que dans chacun des 100 départements il n’y avait que 1300 participants en moyenne aux norias de Gilets jaunes qui se relayaient ou klaxonnaient sur les giratoires ? Comment peut-on fantasmer aussi une opposition entre des élites urbaines, connectées, mondialisées, métissées, et en même temps diffamer des ruraux, des beaufs, ou des chemises brunes ?

    Nos élites scélérates

    Ce mouvement est un très profond spasme de survie de gens qui travaillent, élèvent des enfants, n’arrivent plus à vivre de leur travail ou de leurs retraites, de leurs indemnités chômage. Ils le disent, ils le crient, mais ceux qui ont des oreilles n’entendent pas, ou les méprisent. Ceux qui ne s’occupent que de dette souveraine, d’euro, de déficit et d’ajustements budgétaires, de G7, d’émission monétaire, d’écarts entre des taux d’intérêts fixés par les créanciers, de Bruxelles et de projets doctrinaires d’hyperfédéralisation, sont déficients pour se demander ce qui reste en fin d’année sur les comptes des ménages ou en fin de mois dans les frigos. Se demandent-ils quel sera le Noël de ces 50 millions de Français ? Pourtant la baisse réelle du pouvoir d’achat a été mesurée : elle est constante depuis trente ans et a été évaluée à – 0,3% rien qu’en 2018…(INSEE). Les agriculteurs qui nourrissent le pays ne parviennent pas à vivre… Et se suicident par centaines. C’est la  »périphérie » qui nourrit les  »connectés-mondialisés ». Et eux, à quoi servent-ils ?

    La sécession de la plèbe

    La situation rappelle un épisode célèbre de l’histoire de Rome lorsque le peuple a fait grève et s’est retiré sur une colline (l’Aventin). L’élite patricienne, qui détenait le pouvoir politique, militaire et financier, fixait, seule, les lois, supposées sacrées et intangibles, et les appliquait à sa guise, s’est rapidement retrouvée isolée par son égoïsme, sa morgue, sa stupidité. Et sans plus rien à manger ou à boire. Ce fut la deuxième sécession de la plèbe (5e siècle avant JC) qui provoqua la démission des tyrans.

    Qui a observé les ronds-points a vu la nation entière : Français de souche ou issus de l »immigration, hommes et femmes, jeunes, retraités, chômeurs, travailleurs pauvres, professions libérales, enseignants, soignants, artisans, commerçants, manuels, conducteurs, agriculteurs… Ces gens découvrent, en échangeant entre eux, que les grandes souffrances existentielles qu’ils gardaient pudiquement au fond de leur cœur sont communes à toutes les régions et à toutes les couches de la population. Et ils comprennent que les cyniques qui s’enrichissent, leur donnent des leçons, les punissent, leur mentent (taxe carburants, ISF, exilés fiscaux, CSG), tout en dissimulant des salaires indécents, qui atteignent de cinquante à cent fois le montant des minimas sociaux.

    Ces Gilets qui ne veulent pas mourir

    La revendication des Gilets jaunes est parfaitement cohérente et intelligente : ils veulent avoir de quoi vivre et pouvoir croire en l’avenir pour eux, leurs parents retraités, leurs enfants. Qui considérerait que c’est d’un catalogue de mesures du type de celles que quémandent les apparatchiks du syndicalisme commettrait un profond contresens. La quasi-totalité des grands intellectuels indépendants : philosophes, juristes, économistes, sociologues, géographes de ce pays, ont pris fait et cause pour les Gilets jaunes.

    Avec ses drapeaux tricolores, ses Marseillaises répétées, la nation des ronds-points demande la liberté, la démocratie, la justice, la dignité. Tous unis, chrétiens ou non, croyants ou non, dans le besoin d’espoir et d’amour que véhicule Noël, les Gilets jaunes nous renvoient au mot de Jaurès :  »La nation est le seul bien des pauvres ». Car c’est la nation seule qui est capable de solidarité. Et c’est d’elle même qu’en vient d’ailleurs la demande.

    Une émeute ? Non, une demande de révolution!

    C’est bien à un rejet absolu et résolu de l’ancien système politique, européen, économique, financier, mondial, social, fiscal, médiatique, que l’on assiste puisque c’est ce système qui a échoué et met en péril l’existence physique des Gilets jaunes et de ceux qui leur sont chers. En un mot, c’est une demande de Révolution. En 1788 les fédérations ont commencé leurs doléances. En 1789 on a pris la Bastille. En 1790 c’est la Fête de la Fédération, au Champ de Mars, une occasion, manquée. Puis le parti de l’étranger persuade le roi de lui obéir et de fuir; fusillade au champ de Mars : la Terreur pouvait commencer.

    Il ne dépend que du pouvoir élyséen de tirer les conséquences des ronds-points et des péages – s’il en est capable – et de rendre au peuple le pouvoir souverain de choisir son destin. Sinon, on peut craindre le pire.

  • Le système Macron

     

    Vidéo  (Là-bas si j'y suis)

    https://youtu.be/y3MCT9stAms?fbclid=IwAR2p3j9SfZR3esQLodTJGo685-XuPmBx2nl7LTGYYp-G45Q31t8QpspVQMs

    Texte de Juan Branco

    http://branco.blog.lemonde.fr/files/2019/01/Macron-et-son-Crepuscule.pdf

     

    "Révélation de ce que tout le monde devinait mais personne n'arrivait à prouver: la taxe carbone a bel et bien été conçue dès le départ non pas pour financer la transition écologique, mais les 110 milliards d'exonérations fiscales offertes aux grands patrons par Macron depuis 2012, d'abord comme Secrétaire général adjoint de l'Elysée puis ministre de l'économie et enfin Président de la République.

    Je cite les échanges entre l'initiateur de la mesure, Laurent Martel, devenu conseiller fiscal à l'Elysée, et Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée de M. Macron et principal défenseur de la mesure lors de la contestation des gilets jaunes, alors qu'ils cherchent à légitimer une taxe qui va toucher des dizaines de millions de personnes pour en financer quelques uns.

    "D'autres histoires peuvent se raconter, bien sûr, pour justifier une convergence partielle gazole/essence qui rapporterait ce que l'on cherche".

    Le CICE a coûté 110 milliards d'euros aux finances publiques depuis 2012, sans aucun effet." Juan Branco

     

     

  • The Dead South