Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2020

Placebo & Nocebo




La lettre hebdomadaire de Néosanté (naturopathie radicale par "décodage biologique") revient sur ce qui pourrait expliquer le succès du traitement de l'épidémie à l'IHU de Marseille.
Je suis en grande partie d'accord avec cette analyse basée sur le coté anxiolytique, rassurant et placebo du Dr Raoult en lui même.
Pareillement, le coté anxiogène des médias et des scientistes alarmistes est totalement sous-estimé dans cet épisode planétaire. Alors qu'ils ont tué en suscitant la peur et détruisant ainsi l'immunité naturelle.
Il suffit de voir encore aujourd'hui, le nombre d'ahuris qui portent fièrement et docilement un masque en extérieur dans des zones qui n'ont jamais été touchées pour comprendre la gravité de l'intoxication mentale qui a eu lieu. Ou le nombre de boutiques arborant un "masque obligatoire" , 3 semaines après le déconfinement, alors que le "fameux virus" ne circule plus, n'est plus actif et cela dans des petites villes où la mortalité est restée à 0.
On nage dans l'absurde.

***




Le vrai protocole Raoult

Lamentable. Depuis le 22 mai, jour où la revue The Lancet  a publié une étude ne montrant pas d’effet thérapeutique de la chloroquine dans le traitement du Covid-19,  le Pr Didier Raoult  est au centre d’une virulente polémique fracturant la France en deux. D’un côté, la meute de ses détracteurs se déchaîne et lui taille le costard d’un charlatan égaré par sa mégalomanie. De l’autre, ses partisans hurlent au complot et persistent à le considérer comme un génie incompris. Et s’il n’était ni l’un ni l’autre ? S’il ne méritait ni excès d’honneur ni indignité ? Si vous nous suivez depuis le mois de janvier, vous savez tout le bien que nous pensons de l’infectiologue marseillais. C’est lui qui, le premier, a osé dire que la terreur inspirée par un banal agent viral tenait de l’hystérie irrationnelle et de la « déconnexion totale avec la réalité ». C’est lui qui, l’un des premiers,  avait bien prédit que cette virose saisonnière ne méritant pas psychose  allait s’éteindre naturellement avec le retour du printemps. C’est lui qui, à contre-courant de l’establishment médical, a fustigé la politique de confinement  des bien-portants en expliquant que l’isolement des malades était la seule méthode prophylactique ayant fait ses preuves au cours de l’histoire.  C’est lui aussi qui, à l’inverse des politiciens et de ses confrères liés aux laboratoires pharmaceutiques, a très vite souligné que la quête d’un vaccin était un « défi idiot » n’ayant que très peu de chances d’aboutir. Bref, ce n’est pas seulement son look de druide gaulois qui nous a plu chez Didier Raoult, c’est surtout sa résistance irréductible à la terreur et à l’envahissement  médiatique des marchands de panique. Qu’il en soit chaleureusement félicité et remercié !

La question à se poser

Pour autant, Néosanté s’est bien gardé de vénérer le Panoramix de la Cannebière et de lui vouer une admiration sans bornes. D’abord parce que cet homme est un médecin tout ce qu’il y a de plus classique fonctionnant sous logiciel pasteurien. C’est un chasseur de germes, virus et bactéries, qui n’a de cesse de considérer les micro-organismes comme des ennemis du genre humain. Ensuite parce que c’est un praticien recourant très volontiers aux antibiotiques à large spectre (bonjour la biorésistance !) et aux vaccins dont il critique seulement l’inutilité de quelques-uns. Emporté par son zèle pro-vaccinal, le Pr Raoult recommande même de relancer de grandes campagnes contre l’hépatite B  - dont le vaccin serait, selon lui, « lavé de tout soupçon »,- et d’instaurer la vaccination obligatoire contre la varicelle ! Ce n’est pas pour rien qu’il a reçu comme premier soutien celui du « Lyme Doctor » Christian Perronne, fanatique des antibiotiques et vaccinolâtre invétéré. Enfin, dans la saga du coronavirus, nous n’avons jamais adhéré à la conviction raoultienne que la chloroquine constitue un remède de choix à la fois dénué de danger et doté d’une belle efficacité. Dès nos premières infolettres sur le sujet, nous avons souligné que ce médicament antipaludéen engendrait pas moins de 70 effets secondaires potentiels,  dont celui de provoquer des … détresses respiratoires. Et nous ne voyions pas très bien ce qui permettait de croire que cette molécule chimique allait beaucoup         apporter sur le plan thérapeutique face au Covid-19.  C’est logique d’être pragmatique et de « soigner d’abord ceux qui souffrent » au lieu d’attendre de vastes  études scientifiques en double aveugle randomisées. Mais quand ces travaux de haut niveau arrivent, il faut pouvoir en accepter les conclusions ! Le 7 mai déjà, le New England Journal of Medicine a publié les résultats d’une grande recherche américaine montrant que les  811 patients ayant reçu l’hydroxychloroquine n’en avaient nullement bénéficié : ils présentaient le même risque d’intubation et de décès que ceux qui n’avaient pas reçu le médicament. Et avec la méga-étude du Lancet, c’est encore pire : non seulement les 90.000 patients suivis dans 671 hôpitaux de six continents n’ont pas tiré profit de la consommation de chloroquine, mais le risque d’arythmie cardiaque et de mortalité était plus élevé dans le groupe traité ! S’agit-il d’une étude  biaisée et méthodologiquement « foireuse » comme l’affirme Raoult ?  Une manœuvre  téléguidée par Big Pharma  pour saper un remède bon marché, comme certains « lanceurs d’alerte » le prétendent ?  Personnellement, ce débat ne m’intéresse guère. Ce qui m’importe, c’est d’élucider un insondable mystère : comment se fait-il que l’IHU de Marseille ait pris en charge 4.000 « covidés » et que seulement 18 d’entre eux, aux dernières nouvelles, soient ressortis les pieds devant ? Comment se fait-il que Didier Raoult et son équipe aient obtenu « les meilleurs résultats du monde »  - et là, ce n’est  pas de la vantardise – dans la gestion de l’épidémie ? Si ce n’est pas la potion magique à base de chloroquine,  d’où vient que le druide phocéen ait pu sauver  la très grande majorité des malades faisant la file devant son chaudron ? À mon sens, ce succès phénoménal tient probablement moins au protocole médicamenteux qu’à d’autres facteurs préventifs et guérisseurs négligés par les observateurs. Voici, selon moi,  la vraie recette du triomphe marseillais :

Un effet nocebo proche de zéro

Venant du latin « je nuirai », ce terme désigne l’impact possiblement délétère d’une substance inerte, mais aussi, par extension, l’action dommageable du stress psychique sur la physiologie. L’angoisse et l’anxiété, c’est très mauvais pour la santé en général et pour l’immunité en particulier. Or qui cherche toujours à rassurer et tranquilliser ? S’il est devenu récemment une star mondiale, Didier Raoult n’est pas un illustre inconnu pour ses concitoyens français. Publié en 2016 par un éditeur grand public, son livre « Arrêtons d’avoir peur » a eu un relatif retentissement et lui a apporté une certaine notoriété. Dans cet ouvrage, le microbiologiste disait déjà qu’il fallait arrêter de s’épouvanter avec les fléaux infectieux. Pour lui, ce sont des tragédies du passé liées à des écosystèmes particuliers et peu susceptibles de se reproduire aujourd’hui. Quand le coronavirus a déboulé sur les écrans, il a haussé les épaules, indiqué que cette famille de particules n’était pas à craindre outre-mesure et qu’au final, l’épidémie hivernale ferait probablement moins de morts que les accidents de trottinettes ! Depuis le mois de février, j’ai regardé beaucoup de ses vidéos et le discours anxiolytique du Dr Raoult n’a jamais varié. Reviennent sans cesse des phrases comme « je suis très serein », « je ne suis absolument pas inquiet » ou « cessons d’exagérer le danger». On pourrait lui reprocher d’avoir sous-estimé la menace mais on pourrait également se demander si ses propos apaisants n’ont pas étouffé le phénomène nocebo chez les cohortes de patients qui lui ont fait confiance et sont venus de toute la France se faire soigner chez lui. Avec lui, peu de risque d’encaisser ce que le Dr Hamer appelait le « conflit de diagnostic », à savoir un choc émotionnel pathogène généré par l’annonce même de la maladie.

Un super effet placebo

Extincteur du stress négatif, le docteur Raoult a également le profil du docteur insufflant un puissant placebo, autrement dit une foi décuplée dans le bien-fondé du traitement et se traduisant par une augmentation parfois spectaculaire des guérisons. Comme nous l’avons maintes fois souligné dans  la revue Néosanté,  ce phénomène participe grandement à l’action des médicaments dont il représente toujours un large pourcentage, (30%, 40%, 50 % et jusqu’à 100% pour certains antidépresseurs !). Or on sait – de nombreuses études l’ont déjà montré -  que la performance d’une substance résulte aussi de  la personnalité et du comportement de celui qui la prescrit. Invariablement vêtu de son tablier blanc, Didier Raoult incarne le savant sûr de sa science et fort de sa longue expérience. Pour ceux qui ont connu les anciens catéchismes et leurs chromos ridicules, il fait aussi irrésistiblement songer au Dieu-le-Père à barbe et robe blanches s’adressant à ses enfants humains depuis son nuage. Chez les plus vieux de ses patients, ça a peut-être joué inconsciemment. Surtout que le bonhomme barbu est assez imbu de sa personne et qu’il n’hésite jamais à proclamer qu’il est le meilleur et le plus reconnu de sa corporation : voilà encore un élément qui a pu renforcer l’adhésion au protocole proposé et en multiplier les effets psycho-physiologiques bénéfiques. Vous vous souvenez d’ « Astérix chez les Bretons » ? À la fin de cette aventure, au moment de se confronter aux Romains, le druide Panoramix ne dispose plus d’un ingrédient indispensable de la potion magique et il le remplace par des feuilles de thé, ce qui n’empêche pas Bretons et Gaulois de remporter la bataille. Face aux légions de coronavirus,  Raoult et sa chloroquine ont sans doute – au moins partiellement - remporté la guerre de « placebelle » manière….

Un traitement peu iatrogène

C’est, vous le savez, une hypothèse que je soulève depuis des mois: la létalité attribuée à un agent viral est en réalité, en grande partie, la conséquence  funeste de l’interventionnisme médical.  Dans de nombreux hôpitaux, et singulièrement en Italie, on a administré des antiviraux très toxiques,  donné des anti-inflammatoires favorisant les orages de cytokines,  recouru hâtivement à l’oxygénation artificielle et employé trop fréquemment la très périlleuse technique d’intubation pour protéger le personnel soignant.  Sans ce déferlement iatrogénique, la pandémie aurait certainement fait beaucoup moins de victimes ! Tout s’est passé différemment à Marseille : Didier Raoult et ses assistants s’en sont tenus  en première ligne au tandem chloroquine/ azithromycine et ont ainsi évité de nuire davantage à leurs patients.  Même si leurs effets secondaires ne sont pas nuls, ces deux molécules sont assurément moins nuisibles que l’arsenal chimique déployé ailleurs. Chose remarquable : Didier Raoult attribue aussi une part de son succès au fait que les malades ne sont pas restés chez eux à consommer du paracétamol. Dans sa vidéo du 25 mai, il déclare que le Doliprane est bien plus dangereux que l’hydroxychloroquine et que ce médicament par trop banalisé est « la première cause d’intoxication dans les pays modernes ». Depuis janvier, j’ai lu plein de témoignages de « covidés » parus dans la presse :  on  y retrouve systématiquement – je dis bien dans TOUS les récits que j’ai lus – le recours au paracétamol pour faire taire les premiers symptômes douloureux. Il faudra encore combien de crises planétaires pour bannir ce poison sur terre ?

La vidange intestinale

Comme le Pr Raoult n’a jamais cessé de le préciser, le protocole appliqué à l’IHU de Marseille est un tout composé de deux parties indissociables : la chloroquine et l’azithromycine. L’antipaludéen et l’antibiotique  sont prescrits de conserve car leurs effets seraient à la fois complémentaires et synergiques. Et quand la chloroquine ne peut pas être donnée en raison de ses risques pour le cœur, l’antibactérien est donné seul pour qu’il exerce ses supposés effets antiviraux. Dans son dernier livre paru en avril, (« Épidémies : vrais dangers et fausses alertes »), Didier Raoult  raconte même qu’il a conseillé au grand spécialiste mondiale du virus Zika de tester l’azithromycine, médicament qui, selon lui, « marche parfaitement » dans le traitement de cette virose entraînant (selon la théorie dominante) de graves malformations du fœtus. Et si, bien plus que la chloroquine, c’était l’antibiotique qui avait fonctionné chez les « Covidés » ?  Il est très dommage que l’étude du Lancet n’ait pas suivi de patients soignés uniquement avec l’azithromycine. Impossible donc à vérifier. Mais comme  je le notais dans ma lettre du 29 avril , on peut sérieusement le subodorer puisque des médecins italiens et français  ont obtenu tout autant de succès et n’ont déploré aucun décès  en prescrivant le seul antibiotique, ou un autre équivalent de la famille des macrolides. Or leur effet secondaire le plus fréquent, à ces médocs, comme vous pouvez le constater en cliquant ici , est de provoquer une diarrhée. Ce qui a très probablement sauvé des tas de gens, c’est la vidange intestinale induite par la composante bactéricide du protocole. Désolé pour le glamour et les pages glacées de Paris-Match, mais c’est dans la chiasse qu’il faut à mon avis  chercher le secret  de la réussite Raoult…

Le soleil et la mer

Ils ne font pas partie du protocole, mais peut-on douter que l’écosystème marseillais, et celui du Sud de la France plus globalement, a joué un rôle  dans la faible mortalité enregistrée en bord de Méditerranée ?  De façon scandaleusement tardive, l’Académie nationale française de Médecine a fait savoir il y a 10 jours que la vitamine D était un très précieux allié anti-infectieux.  Dans son communiqué du 22 mai,  l’institution informe que cette vitamine procurée par le soleil  « joue un rôle dans la régulation et la suppression de la réponse inflammatoire cytokinique à l’origine du syndrome  de détresse respiratoire aigu qui caractérise les formes sévères et souvent létales de Covid-19 ».  Et elle ajoute qu’ «une corrélation significative entre de faibles taux sériques de vitamine D et la mortalité par Covid-19 a été montrée» .  Tous les vieux emprisonnés dans les maisons de retraite apprécieront cette révélation ! En plus de l’ensoleillement vitalisant, les Marseillais ont pu bénéficier d’une autre ressource méridionale primordiale : les produits de la mer.  Ceux-ci apportent du zinc à profusion et on sait combien cet oligo-élément joue un rôle essentiel dans le système immunitaire.  Le Dr  Philippe Maurin, dont nous avons publié une « lettre aux patients » le  26 mars , insistait beaucoup sur l’action cruciale du minéral. En cherchant plus avant dans la littérature médicale, le médecin de Béthune a trouvé et m’a communiqué que la chloroquine et l’azithromycine avait tous deux pour effet indirect de stabiliser les niveaux de zinc dans l’organisme !  Qui dit ressources halieutiques dit aussi richesse en sélénium. Or une étude chinoise parue l’American Journal of  Clinical Nutrition  du 11 mai  vient de montrer qu’il existe une nette  corrélation entre  la gravité du Covid-19 et  la consommation de sélénium, laquelle était validée par examen du cheveu.  Selon les chercheurs, la mortalité par cas confirmé a été 5 fois plus élevée dans les provinces faiblement consommatrices. Dernière de la classe de ce point de vue nutritionnel,  la province de Hubei (dont Wuhan est la capitale), a enregistré un taux de guérison  trois  fois moindre qu’ailleurs en Chine. Poissons et crustacés sont les meilleurs vecteurs de sélénium et on peut se demander si les patients du Dr Raoult n’ont  pas aussi profité de leur cadre de vie marin et de la culture culinaire locale. Si ça trouve, la raison majeure de leur résistance au coronavirus  réside dans  un formidable protocole thérapeutique  appelé…. la  bouillabaisse.


Yves Rasir
Source   Néosanté

02/06/2020

Fausse alerte mondiale...

Le vent a vraiment tourné.

Un rapport officiel du ministère de l'Intérieur allemand dénonce la pandémie COVID-19 comme « une fausse alerte mondiale ».

Ici (en allemand)

Le gouvernement fédéral allemand et les grands médias se sont efforcés de limiter les dégâts après la divulgation d’un rapport du ministère de l’Intérieur qui conteste le récit officiel du coronavirus.

Voici quelques passages clés du rapport :

- La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
-Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
- Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
- Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que ce n’était plus qu’une fausse alerte.
- Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.

Lire l'article en entier en français sur Mondialisation.ca par Daniele Pozzati.

*


Autres infos du jour:

-L'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine

-Etude française mettant en cause OMS et le confinement (l'escroquerie sanitaire du siècle).

-Pr Toussaint : La Panique dans la crise

Et surtout : Le Pr Raoult suggère que 40 à 70% de la population (surtout ceux de moins de 35/40 ans) serait déja immunisée et cela, même avant le début de l'épidémie!
(Il confirme ce que d'autres équipes de chercheurs annonçaient en parlant d'immunité croisée due à la circulation régulière d'autres coronavirus tous les ans..)
Vers la 20ieme mn dans la vidéo

Jean-dominique Michel sur TSBC

France-soir.fr :
-Pourquoi l'étude Discovery désavoue celle du Lancet. Ici
-Crédibilité de Surgisphere ? Ici

Ajout du 3 Juin:
-Retournement de veste spectaculaire.
Longue interview clairement "pro" Raoult de BFMTV à 20h par l'exaspérante Ruth Elkrief (qui le méprisait ouvertement jusqu'alors).
ITW commentée positivement par tous les éditorialistes présents.

Il est présenté comme celui qui a privilégié le soin aux malades plutôt que la recherche méthodolique.

Etonnante quasi-réhabilitation du mainstream !!!
Dans quel but?
Il faut dire que l'étude du Lancet a explosé en plein vol et que c'est un énorme scandale dénoncé de plus en plus fortement par médecins et scientifiques, même si politiques et journaux ne mangent pas leurs chapeaux.

Ajout du 4: Lancet , la fin !
Bam ! Trois des quatre auteurs de l’étude du Lancet se rétractent.
Ce qui équivaut à un retrait.
Ici ou
Cette étude a clairement été bidonnée à partir d'une base de donnée trafiquée ou fictive.
Voir icila réaction du Pr Froguel.
Grossière opération (sur demande?) pour décrédibiliser l'hydroxychloroquine et promouvoir le remdesivir.
C'est le plus gros scandale du moment mais la plupart des journaux qui titraient en gros sur l'étude pour descendre Raoult tournent la tête et regardent ailleurs. Pas de démission de Véran , non plus.
Pas de honte, pas d'excuse, ils continuent comme si de rien n'était. ("Cela prouve que le système fonctionne puisque ce sont des scientifiques qui ont dénoncé la fraude.") Ils ne manquent pas d'air.
Jusqu'où descendra t-on?

31/05/2020

Nassim Haramein




L'intelligence de l'univers

27/05/2020

Suite : The Lancet


"On peut parler d’une sorte d’offensive industrialo-médiatico-politique majeure et réussie tant la couverture donnée à un article de la revue médicale anglaise The Lancet a été totale, ultra-rapide, uniforme et immédiatement suivi d’un effet politique."

Cette imposture grossière a été suivie d'effets politiques en France et l'OMS a suspendu provisoirement des essais, mais les protestations de médecins et scientifiques sont si nombreuses que je ne sais pas quel sera au final l'effet de ce tir de barrage assez dégradant.

Je mets en lien ci-dessous l'excellent article de Laurent Muchielli dont le blog est à retenir.
Il est sociologue, et directeur de recherches au CNRS.

Laurent_Mucchielli.JPG



« Fin de partie » pour l’hydroxychloroquine ? Une escroquerie intellectuelle

Durant le week-end de l'Ascension, la quasi totalité des journalistes se sont jetés sur un article de la revue The Lancet, pour lui faire dire ce que les auteurs de cette étude espéraient : l'hydroxychloroquine est un poison. Traduction en langage People dominant : le prof. Raoult est un dangereux charlatan. Ce traitement médiatique est honteux. Et cette étude est une escroquerie intellectuelle.

...

"On cherche désespérément les « journalistes scientifiques » capables d’analyser le papier du Lancet avec un tant soit peu d’esprit critique."
...

"Conclusion

Il est plus qu’urgent d’en finir avec la sacralisation de la Science derrière laquelle trop de personnes dissimulent tant bien que mal leurs intérêts ou leurs opinions personnelles , ne se donnant jamais la peine de poser la question toute simple qui doit (malheureusement) initier de nos jours toute discussion sérieuse sur une publication médicale : à qui profite le résultat annoncé ? "

Lire ici son analyse critique détaillée.

***


Je rajoute qu'à titre personnel j'essaie d"éviter au maximum tout médicament chimique et je ne suis donc pas pour l'hydroxychloroquine. (Une bonne immunité me parait suffisante).
Mais un tel acharnement en cas d'urgence contre un traitement peu cher et déja existant m'a étonné dès le départ puis paru plus que suspect de la part de ses détracteurs, pour la plupart au service de Bigpharma ou d'une pensée scientiste dogmatique.
D'autant qu'ils n'ont rien de mieux à proposer si ce n'est des molécules onéreuses et moins efficaces et surtout des mesures liberticides (rendues possibles en manipulant par la peur).

***


Ajout du 27 Mai:

Entretien large et détendu de Raoult sur Sud Radio.



Ajout du 28 Mai:

Même certains anti-Raoult ou indépendants dénoncent la nullité de l'étude du Lancet.
>> Pr Froguel.“Je ne suis pas pro-Raoult mais l'étude publiée par The Lancet, c'est une merde”

Paris-match : L’hydroxychloroquine : Victime d’un complot ?

Patrice Gibertie: Ces 7 petits détails qui tuent l'étude du Lancet...

Paul Trouillas L'affaire ne fait que commencer judiciairement. Fraude ou confusion?

Algérie et Maroc continueront de suivre le protocole Raoult. Ici

Ajout du 31 Mai:
Laurent Mucchielli sur le mépris de classe Afrik.com

26/05/2020

Artemisia

Excellent reportage de 2019 sur France24.

Le scandale de l'interdiction de l'Artemisia par certains pays (contre la malaria).
Déconseillée par l'OMS.
(Les laboratoires vénaux contre la médecine naturelle.)

10/05/2020

L'ancien futur programmé a du plomb dans l'aile



Dans le cadre des Mondes d'après (voir affiche plus bas) Philippe Guillemant propose un résumé de sa théorie de la rétrocausalité appliquée à la situation actuelle.

L'extravagante pandémie en figeant la planète dans un "reset" général a paradoxalement précipité et révélé les projets sous-jacents et tendances pour l'avenir (ressemblant à un effrayant complot mondialiste de contrôle des populations).
Cette mise en lumière d'un futur dystopique l'a probablement désamorcé en grande partie et permet à la fois des prises de conscience et des résistances.

L'ancien futur a du plomb dans l'aile mais le nouveau futur reste à inventer.




96832693_3307139255965927_3196391541597798400_o.jpg?_nc_cat=110&_nc_sid=8024bb&_nc_ohc=su6igsOQt5EAX_hSTil&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&_nc_tp=7&oh=98b16a1910d821fb4380ce77d9240cde&oe=5EDD445A

01/05/2020

Du scientisme à l’apocalypse

Article de Philippe Guillemant
28 Mai 2020

Du scientisme à l’apocalypse:

Le scientisme n’est pas scientifique. Il empêche au contraire la science d’évoluer en rejetant toutes les anomalies qui lui permettraient de faire éclore une nouvelle vision du monde, bien plus réelle et réjouissante que la fausse vision actuelle qui nous maintient dans le règne esclavagiste du mental.

Le scientisme est une religion, généralement appelée techno science, qui désire remplacer toutes les autres et qui est fondée sur l’idée que seule la méthode dite scientifique permet d’accéder à la vérité (par la mesure essentiellement), ce qui est totalement faux. Les scientistes ne sont plus aujourd’hui que les instruments du maintien de croyances dépassées par la vraie science. Ils se croient sceptiques alors qu’ils sont peut-être les plus grands des croyants, incapables de sortir de la boite d’un mental formaté par un enseignement matérialiste révolu.

Lorsque l’un ou l’une d’entre vous déclare « ceci est scientifique » ou « ceci n’est pas scientifique » pour justifier ou corriger une pensée, vous participez à l’instrumentalisation de la science en renforçant le scientisme et ses dérives.

Attention, ne rejetez surtout pas la vraie science, rejetez seulement son instrumentalisation par des scientistes qui veulent vous apprendre à penser. Vous êtes déjà mieux équipés qu’eux pour penser si vous avez simplement appris à développer votre intuition, cette faculté qu’ils rejettent parce qu’ils sont incapables de la séparer de leur mental. De quoi douter sérieusement de leur intelligence.

Le scientisme est-il d'ailleurs compatible avec l'intelligence ? Je ne crois pas, ayant plutôt l'impression qu'il vient combler un manque... d'intuition ou de jugeote, comme on dit.

Le gros problème du scientisme est que la méthode dite scientifique est fondée sur des dogmes et des croyances qui ont toutes été contredites par la vraie science : matérialisme, causalité, déterminisme et hasard entre autres. Je ne vais pas revenir là-dessus, voir mon site web http://www.guillemant.net.
Vous pouvez techniquement mesurer tout ce que vous voulez, si vous pensez mal, c'est-à-dire avec un faux modèle de la réalité, vous conclurez de travers.

On peut en réalité faire dire n’importe quoi à la science dans la mesure où elle est inaboutie, pleine de mystères et il n’existe aucun consensus scientifique sur les questions fondamentales. Nous en sommes par exemple restés à la grosse arnaque du darwinisme qui permet de maintenir un système prédateur se résumant à l’idée suivante:

Nous sommes des machines biologiques. Que le meilleur gagne, point barre.

Bien que cela soit devenu complètement ridicule, c’est pourtant ce que le scientisme vous vend. Et je ne vous parle des 10 croyances pseudo-scientifiques qui se trouvent dans le même paquet: http://www.doublecause.net/index.php…

Et j'allais oublier les biais:
https://www.doublecause.net/index.php…

Enfin, la religion du scientisme est instrumentalisée, consciemment ou non, par les vrais gouvernants que sont les puissances financières pour conduire la planète vers le transhumanisme. On le voit bien avec le conseil scientiste de notre gouvernement qui fait tout pour éliminer le recours aux traitements peu onéreux contre le coronavirus afin de nous imposer sa propagande vaccinale.

Le gros naïf est moins l’anti-vaccin que celui qui accepte de confier sa santé à un système qui a intérêt qu'il soit malade en faisant du business avec ses médicaments (première erreur) dans un paradigme où par-dessus le marché l’homme est pris à tort pour une machine biologique mécaniquement réparable (deuxième erreur).

Fort heureusement, depuis ce coronavirus je sens profondément que nous n’allons plus dans cette direction folle et je considère toutes les dérives technoscientifiques qui nous crèvent aujourd’hui les yeux comme une tentative désespérée de l’ancien foutur transhumain de se rétablir.

Si le scientisme revient aujourd’hui"hui en force, c’est à mon avis parce qu’il doit disparaître face à l’éveil des consciences.

Le scientisme aura été en quelque sorte un anesthésiant.

Mon sentiment est qu’il est trop tard pour le foutur parce qu’il est en train de se passer deux grands évènements historiques:

(1) L’humain est en train de découvrir que non seulement le scientisme est instrumentalisé par la techno science affairiste, mais aussi que les médias mainstream sont instrumentalisés pour masquer certains dossiers sur la véritable marche du monde, dont le maintien du secret depuis des décennies a dégénéré en théories du complot. Si beaucoup de ces théories sont des fumées sans feu voire des fumigènes relayés par les médias mainstream elles-mêmes pour faire croire que les feux n’existent pas, certains dossiers flamberont néanmoins dans un relativement proche avenir en faisant tomber de très haut les masses et les bisounours, qui vomiront alors notre système actuel.

(2) L’humain est en même temps en train de découvrir qu’il n’est pas une machine biologique, qu’il a une âme reliée à bien plus grand que lui, que sa conscience a un potentiel considérable de guérison et de libre arbitre et que le futur en lien avec ces révélations est tout à fait extraordinaire et passionnant. Nous allons en conséquence changer nos modes de vie, mais mon sentiment est que nous allons devoir traverser la « nuit noire de l’âme de l’humanité » dans les années qui viennent, avant que le « futur relié » ne parvienne à réellement s’imposer.

Entretenir la joie dégagée par (2) plutôt que la peur ou la haine provoquée par (1) sera la solution pour sortir de cette nuit noire, qui sera noire parce que les conséquences négatives des révélations relatives à (1) devraient mettre longtemps à se résorber, surtout chez ceux qui tomberons de haut

Mes conseils pour une bonne traversée sont de visualiser (2) comme un nouveau futur et de laisser tomber (1) comme un ancien passé. En pratique, je conseille les mots clés suivants: autonomie, résilience et solidarité, dans le changement de mode de vie qui va s'imposer.

SVP, veuillez donc garder pour vous vos « révélations négatives » et ne pas les citer en commentaires, merci de votre compréhension. Chacun doit faire son chemin à son rythme en découvrant les choses par lui-même.

30/04/2020

OVNI ou PAN


Excellent documentaire de fin 2019 sur le phénomène OVNI, devenu affaire d'Etat.


Depuis, hier en fait , le Pentagone a reconnu et validé ces vidéos d'OVNI ou PAN (du début de la vidéo) filmées par l'armée de l'air.
En fait, depuis 3 ans , les USA semblent lâcher des infos nouvelles tous les 6 mois, comme pour habituer graduellement la population à l'idée d'une présence extra-terrestre
...ou extra-dimensionnelle ainsi que le suggèrent divers scientifiques à la fin.






Ces vaisseaux/capsules nous présentent une "technologie" très avancée (non gravitationnelle, méta-matériaux, accélérations, freinages et changements de trajectoire instantanés).
Ils pourraient surgirent d' une dimension parallèle (disparition instantanée)
Et semblent gouvernés autant par l'esprit que par une machinerie.

02:48 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ovni, pan |  Facebook