Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2020

Complotisme (Jean dominique Michel)


Article de Jean-dominique Michel sur son blog
mercredi 03 juin 2020 19h04
Vous avez dit complotiste ?!

Par une de ces ironies du réel, la RTS s’apprête à nous servir une émission Infrarouge intitulée avec suffisance : « Quel vaccin contre le complotisme ? »

A l’heure du Lancetgate, on n’aurait pu rêver d’un meilleur timing : la plus prestigieuse revue médicale au monde se fait prendre la main dans le sac d’une manipulation foireuse et éhontée et se retrouve à devoir rétropédaler de manière burlesque. L’OMS et divers gouvernements ont sauté sur l’occasion qu’ils attendaient comme une planche de salut et montrent à quel point ils ne soucient en vérité ni de science ni de santé publique.

Même les médias suisses ont dû faire place dans leurs colonnes pour informer ce qu’il leur reste de public de cette pantalonnade de mauvais aloi, c’est dire !

Bref, si un signal devait être donné qu’il y a bien (comme je l’annonce depuis des mois, documentation à l’appui) « quelque chose de pourri au Royaume de Danemark » (pour citer à nouveau Hamlet), il aurait été difficile d’en trouver un plus parlant.



J’ai souligné dans mon dernier article mon inquiétude face au complotisme de la presse romande qui se met à voir partout des complotistes ourdissant de vilains complots dans la malveillante intention de faire fallacieusement croire que la version des autorités pourrait ne pas être aussi véridique qu’on a cherché à nous faire croire.

A défaut d’être dans l’argumentation (qui se craquèle en effet de partout comme un vieux plâtre défraîchi), reste la possibilité de dénigrer a priori. Toutes les étiquettes sont à vrai dire assez détestables lorsqu’elles servent à masquer la vacuité de la pensée et dénier à l’autre le droit à son opinion et même à sa réflexion. Le recours massif à cet argument minable en dit long sur un secteur aux abois. Sans s’en rendre compte, dépassée par les événements et la lecture médiocre qu’elle en a fait au long des mois, la presse tombe dans cela-même qu’elle dénonce.

Car le complotisme, le vrai, (pas l'étiquette commode que l'on colle pour éviter le débat) sert une fonction psychologique importante :redonner de la cohérence au chaos. Lorsque le réel paraît trop incohérent ou contradictoire, que l’intelligibilité vacille, imaginer un motif caché derrière les choses permet de redonner du sens, fut-il insensé.

A voir les atermoiements et les mensonges d’état qui se sont succédé depuis des semaines, il peut être plus facile d’attribuer ce désastre révélateur de dysfonctionnements systémiques à Bill Gates qu’à la déliquescence de nos démocraties.

Et face à sa démission de remplir sa mission de questionner et de faire office de contre-pouvoir, il est plus facile pour la presse qui s’est tant compromise à répercuter des descriptions fausses de l’épidémie d’attribuer à de vilains complotistes la remise en cause (dès lors injuste) de son travail qu’à sa propre duplicité…



Complotiste ou complotiste ?!

Nous devons alors aborder une autre question, centrale et importante.

Avec un questionnement socratique au préalable : lorsque le président des États-Unis, George W. Bush et son vice-président Dick Cheney envoyèrent le malheureux secrétaire d’État Colin Powell brandir de bonne foi[1] de fausses preuves devant l’assemblée générale des Nations-Unies pour « justifier » une déclaration de guerre illégale visant à s’emparer des champs de pétrole irakiens et attribuer de juteux contrats à quelques sociétés auxquels ils étaient liés par des conflits d’intérêt authentifiés plus tard par la justice américain, étions-nous face à un complot ou non ?!

Si des questions comme celles-ci ne sont pas posées, nous ne pouvons pas traiter le sujet qui nous occupe ici sérieusement.

Je connais les théories complotistes, tout comme je connais la recherche -passionnante- en psychologie et en neurosciences sur les processus affectifs et cognitifs qu’elles impliquent[2].

Comme évoqué précédemment et sans évidemment entrer en détails dans la description de ces phénomènes, on peut relever quelques points saillants :

La croyance en un complot simplifie la vie en donnant un axe qui la traverse en évacuant au passage l’incertitude, l’ambivalence, le paradoxe ainsi que le ressenti d’anxiété lié à un sentiment impuissance.

Elle s’enferme dans des logiques auto-justificatrices (si vous ne croyez pas au complot c’est que vous en faites partie ou en êtes complices, ce qui prouverait si besoin était la réalité du complot.)

Comme avec tout processus de rigidité cognitive, le psychisme repousse et rejette comme dangereux ou toxique tout ce qui diverge de sa logique. Il n’a plus d’yeux pour voir et d’oreilles pour entendre.

L’évitement de l’altérité relationnelle ou cognitive conduit à des replis sur soi ou sur des groupes où chacun pense pareil.



A nommer cela, on voit bien je pense les dérives individuelles et groupales auxquelles cela peut conduire.

La question du complotisme tel que brandie par la RTS après d’autres médias concerne bien sûr autre chose : le soupçon que des vues divergentes ou critiques comme celles que j’ai énoncées au cours de cette crise s’enracinent dans des fantasmes ou même un délire de cet ordre.

Je me sens à vrai dire très libre face à cela. D’abord (et ça participe je crois à sa noblesse) parce que ma discipline, l’anthropologie, s’intéresse par définition à l’univers de l’autre et des autres. L’ouverture à l’inattendu, au différent, au dérangeant nous est chevillé au corps et à l’esprit. Vous aurez peine à trouver personne plus ouverte à la contradiction qu’un anthropologue digne de ce nom.

En ce qui me concerne, j’adore les contre-arguments car ils nous forcent à penser : si je trouve une bonne réponse à une objection, cela aura renforcé à la fois mon hypothèse et mon argumentation. Si je ne la trouve pas, c’est qu’il faut chercher encore. Et si en définitive il n’y en a pas, alors vient le temps du deuil d’une idée qu’on s’était faite et à laquelle il importe de renoncer.

Voyez, je ne dis pas simplement "eh bien, on change d’avis !" : c’est plus profond et complexe que cela. Nos croyances et opinions constituent notre paysage intérieur, notre maison du dedans avec son territoire autour. Changer de conviction est une aventure en partie âpre et douloureuse mais toujours salutaire lorsque le réel l’impose.

Alors allons droit au but : est-ce que je crois qu’il y a un complot derrière ce que nous avons vécu avec le Covid ?



Complot ou pas complot ?

J’aime cette parole attribuée à Michel Rocard : « Il vaut toujours mieux privilégier l’hypothèse de la stupidité à celle du complot. Ça demande beaucoup d’intelligence pour monter un complot. »

Mais je ne suis au fond pas entièrement en accord avec cette phrase : à défaut de croire à un complot, je crois à des complots simplement parce que notre modèle de société accorde d’énormes facilités et laisse le champ libre à des sociétés et des personnes qui dévoient de manière crapuleuse les règles du jeu de notre « état de droit » dans la poursuite de buts malhonnêtes.

Je sais comment nos « démocraties » ont ourdi des coups d’état à travers le monde pour dézinguer des gouvernements élus et imposer des dictatures conformes à leurs intérêts.
Je sais que les inégalités sont partout organisées, entretenues et protégées.
Je sais que des gens avides de pouvoir et d’avantages ont un avantage compétitif pour accéder aux plus hautes responsabilités -même s'il y a d'heureux contre-exemples.
Je sais les complaisances, les myopies, les complicités et les basses œuvres de bien des acteurs sensés servir l’intérêt public et qui le trahissent peu ou prou.
Je sais que les plus grosses entreprises au monde ne paient pas d’impôt alors que chaque honnête travailleur y est soumis.
Je sais que les pharmas, avec la complicité des états, mettent sur le marché des médicaments sans bénéfice thérapeutique avéré, certains d'entre eux toxiques ou simplement hors de prix.
Je sais que le complexe militaro-industriel infiltre et manipule nos politiques étrangères pour qu’elles déclenchent des guerres au profit de ces marchands de mort.
Je sais que nos soi-disant états de droit ont cautionné, caché et participé à l’enlèvement, la torture et les assassinats extra-judiciaires de personnes privées de tous droits.
Je sais que le gouvernement français a récemment réprimé des manifestations pacifiques dans la violence et le sang, avec de jeunes femmes et de jeunes hommes mutilés à vie d’un œil ou d’une main pour avoir fait usage de leur liberté de manifestation et d’opinion.
Je sais que le même gouvernement a organisé un déni de justice en demandant aux parquets de réprimer aveuglément des prévenus en masse, avec une exonération à la même mesure pour les auteurs d’exactions et de violences policières.
Je sais que nous détruisons la planète, les peuples et la dignité humaine pour assouvir la voracité sans fin d’industries devenues criminelles.



Alors, est-ce que je crois au complot ?

Pas forcément au grand complot généralisé, avec des Illuminati ou des Bildenberg se rencontrant en ricanant dans un palace ou un sous-sol et donnant des instructions aux journalistes-pantins de nos organes de presse.

Mais aux complots : tu parles !

Et avec ici comme souvent la question incertaine de l'intentionnalité délibérée : on peut en effet tabler sur les intérêts douteux et la mauvaise foi systémique d’acteurs plus ou moins gravement dévoyés, hypothèse probablement suffisante.

En ce qui concerne la crise du Covid, il est difficile à ce stade de ne pas comprendre comment les dés étaient de toute manière pipés d’une manière qui ne laissait aucune chance à l’émergence d’une gestion saine de la situation.

La mise en échec du seul traitement disponible dont (après le minable scandale du Lancet) les essais venant de toutes parts attestent de plus en plus qu’il est bel et bien efficace en est un exemple à grande échelle.

Quand la population entière se retrouve enfermée chez elle alors que soigner les personnes malades avant qu'elle soient à l'article de la mort devient anormal, empêché ou même interdit par les autorités -avec la presse comme relais de propagande- nous avons du souci à nous faire sur les points cardinaux qu’il nous reste.

Surtout quand le perseverare se substitue à l'analyse éclairée et à l'inventaire, comme si l'entêtement aveugle et l'insulte envers ceux qui pensent différemment pouvait suffire à masquer la gravité du problème.

Jean-dominique Michel

1776509230.png

02/06/2020

Fausse alerte mondiale...

Le vent a vraiment tourné.

Un rapport officiel du ministère de l'Intérieur allemand dénonce la pandémie COVID-19 comme « une fausse alerte mondiale ».

Ici (en allemand)

Le gouvernement fédéral allemand et les grands médias se sont efforcés de limiter les dégâts après la divulgation d’un rapport du ministère de l’Intérieur qui conteste le récit officiel du coronavirus.

Voici quelques passages clés du rapport :

- La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal.
-Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
- Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
- Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que ce n’était plus qu’une fausse alerte.
- Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.

Lire l'article en entier en français sur Mondialisation.ca par Daniele Pozzati.

*


Autres infos du jour:

-L'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine

-Etude française mettant en cause OMS et le confinement (l'escroquerie sanitaire du siècle).

-Pr Toussaint : La Panique dans la crise

Et surtout : Le Pr Raoult suggère que 40 à 70% de la population (surtout ceux de moins de 35/40 ans) serait déja immunisée et cela, même avant le début de l'épidémie!
(Il confirme ce que d'autres équipes de chercheurs annonçaient en parlant d'immunité croisée due à la circulation régulière d'autres coronavirus tous les ans..)
Vers la 20ieme mn dans la vidéo

Jean-dominique Michel sur TSBC

France-soir.fr :
-Pourquoi l'étude Discovery désavoue celle du Lancet. Ici
-Crédibilité de Surgisphere ? Ici

Ajout du 3 Juin:
-Retournement de veste spectaculaire.
Longue interview clairement "pro" Raoult de BFMTV à 20h par l'exaspérante Ruth Elkrief (qui le méprisait ouvertement jusqu'alors).
ITW commentée positivement par tous les éditorialistes présents.

Il est présenté comme celui qui a privilégié le soin aux malades plutôt que la recherche méthodolique.

Etonnante quasi-réhabilitation du mainstream !!!
Dans quel but?
Il faut dire que l'étude du Lancet a explosé en plein vol et que c'est un énorme scandale dénoncé de plus en plus fortement par médecins et scientifiques, même si politiques et journaux ne mangent pas leurs chapeaux.

Ajout du 4: Lancet , la fin !
Bam ! Trois des quatre auteurs de l’étude du Lancet se rétractent.
Ce qui équivaut à un retrait.
Ici ou
Cette étude a clairement été bidonnée à partir d'une base de donnée trafiquée ou fictive.
Voir icila réaction du Pr Froguel.
Grossière opération (sur demande?) pour décrédibiliser l'hydroxychloroquine et promouvoir le remdesivir.
C'est le plus gros scandale du moment mais la plupart des journaux qui titraient en gros sur l'étude pour descendre Raoult tournent la tête et regardent ailleurs. Pas de démission de Véran , non plus.
Pas de honte, pas d'excuse, ils continuent comme si de rien n'était. ("Cela prouve que le système fonctionne puisque ce sont des scientifiques qui ont dénoncé la fraude.") Ils ne manquent pas d'air.
Jusqu'où descendra t-on?

Bas les masques 2

Pr Denis Rancourt.

Aucune étude scientifique ne valide les masques, en pratique ils ne servent à rien.
Arrêter des gouttelettes n'arrête pas des virus.



Résumé:

"Les recommandations des agences de santé pour limiter la propagation du Covid sont dénuées de tout fondement scientifique et ignorent le consensus qui ressort de la littérature scientifique pertinente : les masques sont inefficaces pour empêcher les épidémies d'infections virales respiratoires.

C'est logique car le vecteur de transmission principal des maladies virales respiratoires, ce sont les particules aérosols contaminées de très petite taille en suspension dans l'air, que les masques qu'ils soient chirurgicaux ou FFP2 sont incapables de filtrer.

C'est pourquoi les masques mais aussi les gestes barrières (distanciation sociale, lavage fréquent des mains et masques dans les transports publics par exemple) sont des mesures "sanitaires" complètement inutiles.

En revanche, l'acceptation sociale du port du masque par une grande partie des citoyens est un véritable signal d'alarme sur la faiblesse de nos démocraties et le manque de culture scientifique de la population. "


*


Sources (en anglais) :
• L’article de Denis Rancourt : Masks Don't Work: A review of science relevant to COVID-19 social policy


• 3min25 : Vidéo de l’OMS (en anglais) qui recommande de ne pas porter de masque quand on n’est pas atteint par le Covid, sauf si on s’occupe de personnes suspectées d’être infectées par le Covid et qu’on est dans la même pièce : Ici

Traduction partielle en français : Ici


• 5min59 : étude importante qui montre que les maladies virales respiratoires sont transmises par de très petites particules aérosols en suspension : Shaman, J. et al. (2010) doi: 10.1371/journal.pbio.1000316

• 11min56 graphe de la saisonnalité de la mortalité aux États-Unis entre 1972 et 1993 : Simonsen et al. (1997) Ici

• 12min38 : étude qui montre l'interaction entre virus qui causent stress respiratoire et maladies cardiaques : Madjid et al.(2007) Ici

• 18min : les espaces dans les bâtiments se remplissent en aérosol chargés en particules virales : Yang et al. (2011) Ici

• 26min12 : travailleurs qui ont des maux de tête dans des milieux hospitaliers quand ils portent trop longtemps le masque : Jacobs, J. L. et al. (2009) Ici


• 27min24 : accident de la route à cause du port du masque : Ici

• 29min20 : étude scientifique qui montre qu’accepter l’autorité sans broncher ouvre la voie à un état totalitaire : Hickey J, Davidsen J (2019) Ici

• 37min26 : étude qui montre que les ventilateurs mécaniques aggravent l’état de santé des malades du Covid voire les tuent : Richardson et al. (2020) doi:10.1001/jama.2020.6775

• 42min12 : article en anglais sur la critique de la politique du gouvernement canadien : Denis Rancourt (2020) OCLA Report 2020-1: Criticism of Government Response to COVID-19 in Canada, 2020, ResearchGate Ici


• 42 min 16 : traduction en français : Denis Rancourt (2020) Critique de la réponse du gouvernement canadien au COVID-19, Le Saker Francophone
En français.

*


Ajout du 5 Juin:
Une étude du Lancet (hum) conclue que le masque réduirait les risques de contamination.
Analyse de données de 25697 patients dans 16 pays, sans distinguer les différents types de masques.

Certains en déduisent une diminution de 85% , mais en réalité cela signifie que, sans masque, le risque de transmission est de 17,4%, avec un masque il est de 3,1%. Si vous êtes déja infecté, bien sur.
Une conclusion plus claire aurait du dire 14,3% de risques supplémentaires pour les porteurs du virus de le transmettre sans masque. Ce qui est évidemment moins spectaculaire que ce 85% abusif. Du BIG data sans grande valeur comme dirait le professeur Raoult.
Il faudrait arrêter avec ce genre d'études auxquelles on peut faire dire tout et son contraire.
Elles ont l'air sérieux mais ne le sont pas forcément et contiennent de nombreux biais potentiels.
Le distinguo entre les divers types de masques n'a pas été pris en compte, par exemple, ni les lieux concernés (intérieur ou plein air) même si a priori cela ne concernerait que les lieux clos.
L'étude.





01/06/2020

Lancet 3bis



Le journal France-soir a publié pas mal d'articles pertinents et documentés sur la période.Il prend clairement parti pour Raoult, contre Véran.
Et il a enquêté.

-Gilead, Remdesivir et Lancetgate.

-Deux nouvelles études confirment le protocole Raoult.

-Véran sur la sellette.

-Le 13 et le 92 ont mieux géré que d'autres...

*


-L'éthique, Raoult vs Lancet.

-Blog d'Ivan Roufiol: sur le lynchage raté de Raoult.

-Que des trouillards !

*


Ajout du 2 Juin:

Pr Parola sur Europe1.



>>>> Raoult: 40 à 70% de la population (surtout ceux de moins de 35/40 ans) était immunisée avant le début de l'épidémie!
(Information cruciale déja annoncée par d'autres équipes en parlant d'immunité croisée due à la circulation régulière d'autres coronavirus tous les ans..)

Ajout du 3 Juin:

>>Hydroxychloroquine :
1 « The Lancet » met en garde contre une étude publiée dans ses colonnes. Bientôt le retrait?
2 Même chose ici
3 Surgisphere la chute.

>>L'OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine

31/05/2020

Julia De Funès





La même, sur le principe de précaution.

"L'esprit croit immédiatement ce qu'il craint".

29/05/2020

Le vent tourne

Norvège : “le confinement n’était pas nécessaire contre le coronavirus”

Selon Camilla Stoltenberg, directrice générale de l’Institut norvégien de santé publique, le confinement n’était pas nécessaire pour gérer le covid-19.
La Norvège est en train de dresser un tableau de ce qui s’est passé avant le confinement et sa dernière découverte est assez significative. Elle utilise les données observées – chiffres des hôpitaux, nombre d’infections, etc. – pour dresser un tableau de ce qui s’est passé en mars. À l’époque, personne ne savait vraiment comment les choses allaient évoluer. On craignait que le virus ne se répande et que chaque personne en infecte à son tour deux ou trois autres – on affirmait aussi que seul le confinement pouvait ramener ce taux de croissance exponentiel (appelé nombre R) à un niveau sûr de 1.
...

Or selon Stoltenberg, « la base académique n’était pas assez bonne » pour le confinement cette fois-ci.

Lire l'article complet

Il se confirme qu'en cette période de rétrogradation, la réflexion et le bilan sur le confinement (abusif) et ses conséquences se poursuivent un peu partout.

*


Constat remarquable (souligné par Raoult) que l'on vérifie une fois de plus: lors d'une épidémie au bout d'un temps assez court (quelques semaines) le supposé virus, très contagieux jusque là, perd soudain progressivement de sa virulence.
Il s'éteint tout seul.
Ou plus exactement, s'il continue de circuler, il n'a plus d'effets visibles.
Voilà un point essentiel sur lequel les scientifiques ne proposent pas d 'explication.
Probablement car cela ne cadre pas avec la vision dominante (scientiste, capitaliste et pasteurienne) et aménerait à la remettre en question.
Ils préfèrent penser qu'ils ont réussi à vaincre le virus par leurs actions alors même qu'il existe de nombreux contre-exemples qui prouvent que sans ces mesures, le virus disparait tout aussi vite.

*



Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé vendredi 29 mai qu’il mettait fin à la relation entre son pays et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), agence des Nations unies (ONU) pour la santé publique.


*


Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fixait le taux de mortalité des personnes infectées à 3,4% en début de pandémie (ce qui a notamment servi de prétexte au confinement) le scénario le plus probable du CDC estime aujourd’hui qu’il oscillerait plutôt entre 0,2 et 0,3%.

Libération dans un checknews essaie de noyer le poisson et de faire diversion en montrant que les chiffres ne sont pas comparables, ce qui est juste mais absolument malhonnête dans ce contexte, car c'est précisément l'argument que l'on donnait depuis le début face à l'alarmisme à tout va, sans être entendu.
Ces chiffres étaient volontairement retenus artificiellement (puisque sans valeur autre qu'anxiogène) pour entretenir la peur à partir des seuls cas testés (très variables selon les zones, pays et tests utilisés), ce qui n'était évidemment pas une référence fiable.

Taux de mortalité.

*


Un professeur d’épidémiologie de Yale recommande la généralisation du traitement Raoult aux Etats-Unis

*


Contre le traçage: Patrice Franceschi.

*



Bas les masques


Témoignage:

"Bonjour. En lisant le très intéressant article sur le port du masque, j'ai eu envie de vous faire part de ma petite expérience:
Au début des années 60, toute jeune infirmière nouvellement diplômée, j'ai travaillé plus de 3 ans dans un service de pneumologie. La grande majorité des patients étaient des tuberculeux en attente de partir en sana dans les Alpes, pratiquement tous contagieux bien évidemment. Les soins strictement infirmiers m'occupaient la matinée seulement.Le reste du temps, je le passais avec les malades car je considérais que leur moral devait quand même être maintenu “presque” au beau fixe. Je parlais beaucoup avec eux et je me souviens que je faisais aussi ...des parties de baby-foot. Pensez-vous que les poignées étaient désinfectées ? Pensez-vous que je me lavais les mains toutes les 5 minutes ou que je portais un masque ? Le bacille était considéré comme virulent pourtant. Je ne me souviens pas avoir vu un cas de contamination parmi les soignants. Je n'y pensais pas et je n'avais pas peur."

source Néosanté: sur le port du masque

1043861491_0:0:3027:2048_1000x676_80_0_0_36e786c69f85f6465b22ed06fac786d6.jpg.webp



Oui la contagion physique reste à prouver. La contagion mentale de la peur, elle, est manifeste.

Cette nouvelle lubie venue d'Asie et acceptée par une majorité en quelques semaines me hérisse le poil.
Pour éviter le pollen, de la sciure de bois ou des vapeurs toxiques, il me semble approprié, mais contre un virus, encore faut-il croire à la théorie pasteurienne et notamment à la contagion agressive par des agents extérieurs, sinon le port d'un masque est juste absurde.
Or même en admettant cela, encore faut-il penser que l'on n'est pas en mesure d'être confiant en sa propre santé (son immunité) pour régler la question de manière autonome.
Puisque 99,965% des gens survivent à cette épidémie en France (pourtant mal lotie), tout cela n'est-il pas outrageusement disproportionné?
La vision sanitaire qu'on nous impose (depuis les obligations vaccinales du siècle dernier) est clairement totalitaire. Mais aujourd'hui cela devient beaucoup plus prégnant encore, avec les projets délirants de traçage, puçage et autres. Avec des lois liberticides (confinement, distanciation sociale ) et infantilisantes.


Pire que le confinement est pour moi cette période dite de déconfinement où l'on compte bien trop nombreux encore les moutons se rêvant bienveillants et solidaires mais endormis et intoxiqués par la propagande pasteurienne.
Je ne pensais pas en voir autant.
Je suis sidéré.
Le récit mensonger des autorités et des médias laisse des traces, ou est gobé tout cru.


Benjamin Franklin: "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux". (Sécurité fictive, qui plus est.)



Les masques ne servent à rien (cf étude scientifique).
Ils sont même plutôt toxiques.
(Article très relayé du Dr. Russell Blaylock, très documenté, mais en anglais.)
(Voir cet autre article à ce sujet.)

Compréhensibles, à la limite, dans les hôpitaux ou le métro pour rassurer les timorés,
ils sont strictement inutiles en plein air, si ce n'est pour polluer encore un peu plus.

uploded_istock-1217108651-1589987615.jpg



Ils ne sont que la marque infamante de votre soumission au contrôle social sécuritaire qui cherche à s'imposer un peu partout.

"C'est insupportable.On a chaud, on a du mal à respirer et parfois mal à la tête. Tout ça pendant des heures d'affilée."

L'obligation de ce masque sur des marchés, en centre ville ou pour les serveurs , caissières et autres commerçants est une ignominie du même ordre que la censure ou la privation de liberté.
Nous sommes plus que jamais dans un système totalitaire même s'il se veut souriant, décontracté et bienveillant.

A BAS LES MASQUES !


André Comte-Sponville, pour une fois pertinent:
"J'aime mieux attraper le Covid-19 dans un pays libre qu'y échapper dans un État totalitaire"


Note: Le Danemark déconseille les masques. 1


1043861659_0:0:3072:2048_1000x666_80_0_0_c776da9a2bf2beb8ef32ce84bba3dfbb.jpg.webp



18:22 Publié dans Politique, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : masques |  Facebook

Lancet 3

Cette étude était vraiment louche.
Elle semble se dégonfler très vite.

Le journal anglais The Guardian a soulevé des incohérences.
Les autorités australiennes questionnées par le Guardian Australia s'interrogent sur les fortes discordances entre les données de l'article de Mehra et al dans le Lancet et leurs données nationales. Elles ne comprennent pas quels hôpitaux ont partagé leurs données "patient".
Le Lancet demande des comptes aux auteurs de toute urgence. Ceux-ci se défendent en expliquant qu'un des 5 hôpitaux australiens était en fait un hôpital asiatique.

On attend la suite...
Les incohérences sont nombreuses.


Lettre ouverte à "The Lancet" de la part d'une centaine de scientifiques réputés de la recherche médicale mondiale, dont les meilleurs britanniques (Nicholas White).



Dans la soirée d'hier, échange sur tweeter:

deray gilbert, anti-Raoult convaincu
@GilbertDeray
Je relaie cet article du Gardian qui soulève des problèmes vis à vis de l’article du Lancet. Si des erreurs ont été commises cela sera dramatique pour la lutte contre une science de mauvaise qualité et notre demande d’essais contrôlés.

Jacques Doublet du "Haut Comité Santé Publique"
@Jacques_Doublet
En réponse à
@GilbertDeray
Merci de partager l'information. Au HCSP nous avons la conviction que les données & résultats sont dans le meilleur des cas, fausses, voire truquées. De ce fait, le décret sur l'interdiction de prescription de #HydroxyChloroquine sera révoqué.

C'est pourtant bien sur recommandation du HCSP que le pitoyable Olivier Véran l'a interdite, avant hier, sans prendre suffisamment le temps de réflexion.

Ce 29 Mai au matin Philippe Parola, bras droit de Didier Raoult, réagit à l’étude du Lancet sur la chloroquine : «Il y a plusieurs façons de critiquer cette étude (…) Tout ce qui est dedans est soit faux, soit imprécis, soit maladroit, soit frauduleux» #HDProspic.twitter.com/TvNr0m2rhh Vidéo
— CNEWS (@CNEWS) May 29, 2020

Huffpost résume l'emballement.
Ouest-France résume les critiques:Même des chercheurs sceptiques sur l’intérêt de la molécule expriment des doutes.
Sputnik: un papier fabriqué.Pr Froguet:"C'est un règlement de comptes politique pour arrêter la prescription désorganisée de la chloroquine".

Que cette étude soit bidon, on le savait très vite. C'est déja fort de café.
Mais qu'un gouvernement accorde autant de crédit à une telle imposture scientifique et légifère contre le traitement à l'hydroxychloroquine dans les 72 heures après sa parution, voilà le vrai scandale.

Ajout du 30:
-Financial Afrik
-Agoravox
-L'Espagne ne change rien.Même chose pour Maroc et Algérie.