Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pour une police en jaune.

Onfray

                                                                    ***

 

 Je n’ai jamais fait partie de ces irénistes de gauche qui, excités et énervés par la pensée 68, ont appelé à l’ouverture des prisons, à la haine de la police, à la dissolution de l’armée, au refus des services secrets, à l’interdiction des cartes d’identité biométriques. Sauf à se faire une idée de la nature humaine qui écarte les faits  -selon le souhait méthodologique de Rousseau qui est le père de toute la gauche culturelle- il faut dans une société de quoi faire régner un ordre, pourvu qu’il soit vraiment républicain et ne soit pas celui d’une minorité, d’une caste, d’une oligarchie qui soumet la majorité à sa puissance.

   Les forces de l’ordre, si elles sont force d’un ordre injuste, sont critiquables. La police de Vichy n’est pas la police de Macron, quoi que d’aucuns puissent en dire. La première avait massivement le droit de vie et de mort sur les citoyens, la seconde, pas. On sait que le défaut de police républicaine génère l’émergence d’un désir de police privée. Les "Voisins vigilants", par exemple, pallient l’impéritie de la police débordée par les cambriolages en effectuant une surveillance que je dirai populaire. Je n’y vois rien à redire.

   Hobbes avait théorisé la chose: il faut renoncer à sa liberté individuelle afin d’obtenir, en la créant, une sécurité sociale. C’est la nature du contrat social: je renonce à la loi de la jungle et j’obtiens, par cette renonciation constitutive du contrat, la certitude que la société me protégera.

   Mais, et tout Hobbes se trouve dans ce "mais", si la société ne fait pas sa part, si elle ne tient pas sa parole, si elle ne me protège pas, si elle m’expose à la loi de la jungle des autres, alors je recouvre de facto mon droit à me défendre moi-même. Autrement dit: si la police faillit, j’ai le droit de m’y substituer. A défaut, une police impuissante ne saurait disposer d’une légitimité à être et à rester police. A quoi bon des forces de l’ordre qui n’ont pas de force et ne parviennent pas à maintenir l’ordre?

   Le mouvement des gilets-jaunes est travaillé par de puissantes tensions: entre une aile d’extrême-gauche et une aile d’extrême-droite, en passant par un centre de droite et de gauche, des maastrichtiens et des souverainistes, toutes les sensibilités politiques françaises s’y retrouvent. Comment pourrait-il en être autrement? Ingrid Levavasseur apparaît en pleine page du Figaro pour faire l’éloge de l’Europe maastrichtienne… Cette femme est du pain béni pour les médias. Eric Drouet quant à lui qui tient pour la version brutale des gilets-jaunes n’aura pas la faveur d’une pleine page dans le même support pour exposer ses idées…

   De même, il existe dans les gilets-jaunes tout et le contraire de tout en matière d’intelligence et de culture: des gens cultivés, ayant lu les bons auteurs, capables de penser et de réfléchir en regard d’un savoir historique ainsi que de parfaits crétins. Il existe aussi des gens cultivés, ayant lu les bons auteurs, mais qui sont incapables de penser et de réfléchir en regard d’un savoir historique en même temps que de parfaits crétins qui ne maîtrisent pas les lois de la grammaire, de la syntaxe, de l’orthographe, ce dont témoignent des captures d’écran de leurs comptes diffusés avec une gourmandise non feinte par telle ou telle rédaction, bien qu’ils affirment un peu dans le désordre et de manière chaotique des idées de bon sens. La culture et l’intelligence ne sont pas des garanties de bon sens -et vice versa.

   Je suis en relation avec certains gilets-jaunes qui m’invitent à lire des ouvrages dont j’ignorais l’existence avant qu’ils attirent mon attention sur eux. Nous échangeons sur leurs lectures: l’un souligne et annote "Le Contrat social" de Rousseau, l’autre me demande quoi lire de Proudhon, un troisième veut savoir ce qu’est le programme politique des girondins pendant la Révolution française ou ce qu’est le communalisme libertaire dont je dis du bien.

   A l’heure où j’écris, je vois de mon bureau une vingtaine de gilets-jaunes rassemblés au pied de la statue de Jeanne d’Arc de la place de la Résistance à Caen. L’un d’entre eux grimpe sur la statue équestre et fait porter le gilet jaune à l’héroïne. Alentour, dans le petit groupe, une jeune fille crie: "Jeanne d’Arc, quel est ton métier?" et tous répondent en chœur: "avoue, avoue! Je fais une vidéo, pour moi. Je la mets sur une clé USB. Je l’efface de mon portable dont une source sûre m’a fait savoir qu’il pourrait bien intéresser d’autres personnes que mes interlocuteurs habituels… Pas question de la mettre en ligne pour que la police descende chez ceux qu’elle aurait reconnus et qu’ils finissent en garde à vue, puis en prison.

   Il y a donc des gilets-jaunes qui méditent les grands auteurs de philosophie politique et des gilets-jaunes qui théâtralisent leur fraternité de façon festive et bon enfant. Il se peut d’ailleurs que certains soient les mêmes. On le voit nationalement, il y a des gilets-jaunes qui défilent pacifiquement et d’autres qui jouent avec le feu, à tous les sens du terme. Il y a des gilets-jaunes qui ont des sympathies pour le Rassemblement national et d’autres pour la France insoumise. Il y en a aussi qui votent blanc ou qui ne votent plus depuis longtemps, alors que d’autres ont voté Macron et sont des déçus de sa politique.

   J’ai dit ailleurs que la violence montait depuis des semaines à cause de la stratégie adoptée par le gouvernement et plus particulièrement par le chef de l’Etat: les propos méprisants, les fins de non recevoir, les moratoires stratégiques en lieu et place des renoncements de bon sens, la criminalisation de tous au nom d’une poignée, l’organisation d’une tournée provinciale narcissique abondamment médiatisée et présentée comme une occasion de questionner les Français sur leurs problèmes non sans avoir dit au préalable que, quoi qu’il en soit des conclusions rédigées dans plusieurs mois, le cap politique maastrichtien sera maintenu…

   Semaine après semaine, le pouvoir ne lâche rien et hausse le ton. Chacun le sait pour l’avoir expérimenté lors d’un repas de famille: cette stratégie offre la meilleure probabilité pour que la table soit renversée avant la fin des agapes… Sauf en dictature, le pouvoir écoute ce que le peuple lui dit quand il exprime sa souffrance. Sauf en dictature, le pouvoir répond aux demandes par la négociation, dont le candidat Macron, à grand renfort de citations du philosophe Habermas, avait dit qu’il était le cœur nucléaire de sa politique. Mais "l’agir communicationnel" du philosophe allemand n’est plus à l’ordre du jour chez le président de la République qui revendique un pensée complexe… Sauf en dictature, le pouvoir prend acte de la parole du peuple et agit en conséquence avec en tête le désir de calmer le jeu. Le chef de l’Etat ne le calme pas. Il semble même prendre plaisir à jeter de l’huile sur le feu.

   J’ai écrit que la police était grandement instrumentalisée dans la riposte répressive à cette demande originaire de refondation de la démocratie -car c’est de cela qu’il s’agit. On ne saurait satisfaire une pareille demande en jetant sur la table une enveloppe de dix milliards, avec ce genre de geste trivial et vulgaire du client qui achète la sujétion de sa prostituée. Ce paquet de billets de banque (l’argent du contribuable…) fait dire à François Berléand (un ami du président que des photos souriantes montrent en compagnie joyeuse de Romain Goupil et de Daniel Cohn-Bendit…) que les gilets-jaunes auraient dû se faire acheter, la fermer et retourner au bagne la queue entre les jambes. Ne parle-t-on pas dans les médias et chez ces gens-là de la "grogne" d’un peuple qui dit sa souffrance comme on parlerait de la grogne de chiens enragés?

   Il y a dans les forces de l’ordre tout et le contraire de tout: des cow-boys qui aiment taper, cogner, qui jouissent de tabasser, de molester, d’ajuster le tir tendu en visant un visage qu’ils s’apprêtent à défigurer avec la sale jubilation   propre aux gens malsains. Mais il y a aussi des fonctionnaires de police qui croient à la République, à la loi, au droit, à la justice et qui n’aiment pas que le pouvoir leur fasse jouer le rôle d’une milice gouvernementale qui fait moins respecter l’ordre public qu’elle ne protège les intérêts privés de  particuliers qui se servent de la République plus qu’ils ne la servent. 

   Chacun aura vu que le gouvernement, le ministre de l’Intérieur et le président de la République en première ligne, assurent les cow-boys de toute impunité. C’est la meilleure façon d’ajouter de l’huile sur le feu. Le choix de la répression est toutefois à géométrie variable.

   Car, c’est indéniable, il existe des casseurs dans les manifestations des gilets-jaunes. J’ai régulièrement fait savoir que les forces de l’ordre avaient laissé dépaver tranquillement l’avenue des Champs-Elysées, ce qui était aveu que le pouvoir avait envie et besoin de ces violences pavées. J’ai également raconté que je disposais d’informations attestant que certains qui avaient provoqué des violences dans Caen certes arboraient le gilet-jaune, mais avaient été vus sortant de voitures habituellement affectées aux métiers plutôt destinés à empêcher les manifestations de gilets-jaunes…

   Il existe aussi des "blacks blocs", comme il est dit, que le pouvoir a intérêt, sinon à noyauter, du moins à laisser faire. C’est tout bénéfice d’un point de vue médiatique puisque les manifestations seront vidées de leurs contenus politique et revendicatif pour devenir des explosions de colère, des manifestations de barbarie, des déchaînements de sauvagerie, des ravages de hordes sauvages… Il faut obtenir du Français moyen derrière son écran qu’il puisse penser qu’il n’est pas contre les manifestations mais que, là, ça commence à bien faire… C’est le B.A.BA de la propagande d’Etat.

 Le paradoxe est le suivant: si on ne peut faire confiance à la police pour faire la police doit-on renoncer à toute police? La réponse est bien évidemment: non. Où l’on retrouve Hobbes et la justification que le citoyen peut recouvrer son droit abandonné si l’Etat ne lui accorde plus protection, pire, si, non content de ne pas lui apporter protection, l’Etat lui assure désormais bien plutôt la répression!

   Il y a urgence pour les gilets-jaunes à ne pas tomber dans le piège que le pouvoir lui tend de nourrir la surenchère de violence. Les attaques ad hominem, les vandalisations de maisons d’élus, celle des commerces, il y a peu, le ravage d’une librairie parisienne, les menaces anonymes envoyées sur les réseaux sociaux, y compris la haine renvoyée en retour aux haineux -je songe à Berléand et à d’autres opposants…-, l’incendie du domicile breton du président de l’Assemblée nationale, celle du restaurant de la banlieue de Toulouse dont le chef a signifié qu’il n’était pas solidaire du mouvement: tout ceci est généalogiquement explicable mais moralement et politiquement inexcusable.

   C’est très exactement ce que veut Macron et les siens: la surenchère de violence qui légitimera la surenchère de répression qui générera automatiquement la remontée du chef de l’Etat dans les sondages -donc son succès aux prochaines élections européennes. Quiconque fait le choix de la violence vote donc paradoxalement pour Macron!

   Et puis, et puis, hélas, trois fois hélas, il y a dans ce mouvement un indéniable courant antisémite. Je me suis battu pour qu’on n’assimile pas tous le gilets-jaunes au comportement d’un seul, de deux, voire de quelques uns. Mais un seul, deux ou quelques uns, ça n’est pas rien non plus.

   Un ami gilet-jaune m’a envoyé une quantité d’affiches apposées sur les murs de Caen qui disent ce que souhaitent ses compagnons. Il est beaucoup question de justice sociale et fiscale, de responsabilité de l’Europe maastrichtienne, de déni de démocratie, d’oubli du peuple, de responsabilité du MEDEF, de République sociale, de répression policière, de RIC, de collusion de Macron avec le monde des affaires, de chômage, de mutilations policières, on y trouve aussi des caricatures d’Emmanuel Macron, de Christophe Castaner, de Luc Ferry, de Benalla, c’est le jeu politique, mais aussi, or elle ne l’a mérité en rien et rien ne les justifie, de Brigitte Macron.

   Je dispose très exactement de 151 affiches. L’une d’entre elle, certes, c’est une seule sur cent-cinquante, mais c’est une de trop, est à vomir. On y voit un homme qui ressemble à un vieux Juif lisant un livre qui pourrait bien être le Talmud et à qui les concepteurs graphistes font dire: "Il doit bien y avoir une formule pour se débarrasser de tous ces cons (sic)…" Cette affiche est vraiment de trop. Elle ramasse tous les poncifs antisémites et prête aux Juifs le projet de se "débarrasser" des gilets-jaunes comme d’aucuns en leur temps ont souhaité se débarrasser des Juifs. Les ennemis des gilets-jaunes disposent ainsi d’un boulevard pour affirmer que les gilets-jaunes d’aujourd’hui sont les antisémites de 1933. Comment dès lors leur donner tort? Que leur répondre puisqu’ils sont désormais fondés à utiliser cet argument que d’aucuns leurs apportent sur un plateau?

   Des actes antisémites existent depuis le début dans ce mouvement des gilets-jaunes. Je me bats pour éviter l’amalgame entre ces gestes et la geste des gilets-jaunes. Une amie me fait parvenir ce jour la photo d’une vitrine parisienne de Bagel taguée avec le mot "Juden" en jaune… Je suis stupéfait, indigné, effondré, mortifié de voir une pareille chose… Qui a tagué cela? Qui? On sait que nombreux ont intérêt à ne pas savoir qui est à l’origine de cette infamie afin de pouvoir l’attribuer aux GJ. Mais il se peut aussi que ce soit l’œuvre d’un gilet jaune.

  Tout est possible: d’authentiques antisémites sont évidemment envisageables, des provocateurs venus de partout, de l’extrême-droite (c’est-à-dire de la droite d’après Marine Le Pen) à l’extrême gauche (c’est-à-dire de la gauche d’après Jean-Luc Mélenchon), toutes deux judéophobes, sans oublier certaines officines d’Etat... On imagine bien que, dans le doute, puisque le crime profite aux adversaires et aux ennemis des gilets-jaunes, il n’y aura pas grand zèle du côté de l’Etat pour trouver le ou les coupables de cette peinture qui, hélas, entre dans l’Histoire.

   Raison de plus pour que les gilets-jaunes se dotent d’un véritable service d’ordre qui fera ce que ne font plus un certain nombre de policiers, et ce pour de multiples raisons: zèle, idéologie, débordement, obéissance à leur hiérarchie…  Que les gilets-jaunes demandent aux responsables des service d’ordre, des syndicats et des partis politiques des conseils pour s’organiser en urgence: c’est leur métier de contenir les pulsions du cerveau reptilien. Les quenelles, les propos antisémites, les affiches qui attaquent des rabbins, les insinuations judéophobes, les tags explicitement nazis parce que rédigés en allemand, tout cela doit être empêché par les gilets-jaunes eux-mêmes.

   A défaut, ce combat des gilets-jaunes cessera immédiatement d’être le mien.      
 

Michel Onfray

                                                                                           ***

Si 1 affiche sur 151 est de trop, à mon sens la fin en jaune est aussi en trop car en contradiction complète avec le sens global du texte (et des précédents) ... 

Il ne faut pas céder aux injonctions moralisatrices et basées sur la peur ou la culpabilisation.

(dont on voit qu' elles se basent sur des "fausses informations", des cas ponctuels sur lesquels on focalise, des affirmations péremptoires, des faits non avérés ou très exagérés, le tout instrumentalisé et amalgamé dans un seul but...)

 

 

Les commentaires sont fermés.