Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Black Blocs

Certains observateurs (Gilets jaunes, M. Onfray, E. Todd...) et politiques (Mélenchon, Dupont-Aignan...) affirment ou suggérent que les militants des Black Blocs sont utilisés ou instrumentalisés par le gouvernement pour justifier la répression policière féroce des manifestations qu'ils infiltrent.
Sous entendu ou clairement exprimé: "on" laisserait faire, pour discréditer le mouvement, en le rendant impopulaire.

voir ici par exemple

Dupont-Aignan à l'intention de demander une commission d'enquête à ce sujet. (Ordres donnés pour interpeler les casseurs?)

On peut entendre pas mal de témoignages de gilets jaunes sur le Net, accusant les forces de l'ordre d'avoir laissé faire les casseurs BB quand ils auraient pu les arrêter.

un exemple concret donné par le Parisien (il faudra pas mal de voitures brulées et de dégâts pour que ce casseur déja connu soit enfin interpelé en fin de manifestation après avoir été suivi lors de ses exactions et filmé depuis le début.)

-Certaines vidéos montrent en effet des casseurs à l'oeuvre à proximité de CRS sans que ceux-ci n'interviennent.

-Sur Paris, très peu de militants d'extrème gauche semblent interpelés alors qu'ils semblent être à l'origine de 80% des violences, contre 10% à l'extrème droite et 10% aux Gilets Jaunes (estimation,  "à la louche" , de source policière).

-Depuis 2 ou 3 week end,  on assiste à des rixes entre extrème droite et extrème gauche, chaque groupe tentant de sortir l'autre des défilés GJ. Des militants de droite souverainiste (dont d'ancien militaires) ont renforcé ponctuellement les services d'ordres de manifestations déclarées (essayant d'éviter l'infiltration de casseurs). Des  militants anti-fa  ont pris à partie (voire lynché) des figures de "droite" controversées (mais intégrées pacifiquement aux défilés) avant de se faire sortir eux-même par des GJ.

Bref c'est un peu le souk...

 

Qui sont les militants des actions black blocs?

Francis Dupuis-Déri (écrivain  canadien)

.../

• Rappel historique

3 Les Black Blocs sont apparus à Berlin Ouest pendant l’hiver de 1980 alors que les policiers vidaient brutalement des squats de militants du mouvement autonome. Décidés à défendre leur logement, ces militants formeront les premiers Black Blocs – expression lancée par la police allemande – qui affronteront les policiers dans de violents combats de rue [2][2]G. Katsiaficas, The Subversion of Politics : European….

Le Black Bloc est un type d’action collective, une tactique. Ceux et celles qui veulent former un Black Bloc se présentent lors d’une manifestation vêtus et masqués de noir : se reconnaissant aisément, ils peuvent alors constituer un contingent. La première fonction d’un Black Bloc est d’exprimer une présence anarchiste et une critique radicale au cœur d’une manifestation. Il offre aussi la possibilité à des militants de mener des actions directes car cette masse dans laquelle ils se fondent leur assure une solidarité politique et protège leur anonymat, ce qui rend d’autant plus difficile pour les policiers de cibler et d’arrêter un individu en particulier.

4 Cette tactique deviendra rapidement populaire et les militants autonomes y auront recours lors de grandes manifestations. Un Black Bloc entrera par exemple en action à Berlin en 1988 à l’occasion – déjà – d’une réunion de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Ce type d’action se diffusera à travers le réseau anarcho-punk de la contre-culture radicale d’Europe centrale jusqu’au Canada et aux États-Unis, où un premier Black Bloc se forme dès 1991 lors d’une manifestation dénonçant la guerre contre l’Irak. Dans les années quatre-vingt-dix, les militants du mouvement nord-américain Anti-Racist Action (ARA) qui privilégient la confrontation directe contre les néo-nazis et les suprémacistes « Blancs » reprendront également cette tactique [3][3]Des membres de la section torontoise d’ARA se rendront par … qui sera enfin adoptée par des militants actifs au sein du mouvement « antimondialisation ».

• Black Blocs et anarchisme

5 Les anarchistes en général et les Black Blocs en particulier ne sont pas les instigateurs du mouvement « antimondialisation », mais ils participent à la dynamique de ce mouvement et plusieurs y voient un lieu privilégié où exprimer leur critique du capitalisme et de l’État libéral. Journalistes, porte-parole des groupes réformistes et militants non-violents dérangés par la présence et les actions des Black Blocs concluent trop souvent que les Black Blocs sont anarchistes parce qu’ils ont recours à la force. Il s’agit là d’un amalgame fallacieux qui laisse dans l’ombre trois faits importants : toutes les idéologies politiques et mêmes religieuses ont su justifier la violence de leurs partisans lorsque cela leur convenait ; l’anarchisme compte beaucoup de partisans non-violents [4][4]N. Baillargeon, Les chiens ont soif : critiques et… et certains Black Blocs ont participé à des manifestations sans avoir recours à la force [5][5]Ce fut le cas, entre autres, lors des manifestations pour les …. Si les Black Blocs sont de sensibilité anarchiste, ce n’est pas en raison de leur potentiel violent mais bien plutôt parce qu’ils fonctionnent de façon égalitaire et libertaire ; en d’autres mots, leur structure et leur processus de prise de décision sont non autoritaires et non hiérarchiques.

6 Quiconque vêtu de noir peut en principe se présenter à une manifestation et se joindre au contingent noir. Mais un Black Bloc est d’abord un regroupement de plusieurs « groupes d’affinité », une expression très répandue au sein du mouvement « antimondialisation » et qui provient de la tradition anarchiste (de tels groupes – grupos de afinidad – existaient dès la fin du xixe siècle dans la mouvance anarchiste espagnole [6][6]D. Colson, Petit lexique philosophique de l’anarchisme de …). Un groupe d’affinité est généralement composé d’une demi-douzaine à quelques dizaines de membres. L’affinité entre les membres s’explique par les liens qui les unissent – ce sont des amis, des camarades d’étude, de travail ou de groupes politiques – et ils ont en partage une sensibilité à l’égard du type d’actions qu’ils entendent mener, de la façon de les mener ainsi que des modalités d’interaction sociopolitique qu’ils désirent établir et maintenir entre eux. Les réunions au sein des groupes d’affinité fonctionnent sur le mode de la démocratie directe, mais la recherche du consensus y est privilégiée et le recours au vote plutôt rare.

7 Il est difficile d’évaluer avec exactitude le profil sociologique des participants aux Black Blocs. Il semble qu’ils soient plutôt jeunes (autour de la vingtaine, avec des écarts jusqu’à quinze et cinquante-cinq ans) et souvent étudiants, mais tout en ayant une expérience militante (par exemple dans des journaux radicaux et des groupes de lutte contre le racisme, contre la brutalité policière ou pour les sans-emploi). De nombreuses femmes participent à l’organisation des Black Blocs (environ 40 % dans le cas du Sommet de Québec) et joignent l’action (environ 25 %). Lors des réunions, la parole est souvent distribuée en alternance aux hommes et aux femmes, une procédure qui permet de contrer partiellement la réalité sociopsychologique selon laquelle les hommes s’expriment et s’affirment généralement avec plus de facilité en public, ce qui leur confère de facto plus de pouvoir dans un processus délibératif [7][7]En cela, les Black Blocs s’inscrivent dans la mouvance du ….

8 Un Black Bloc, tout comme les groupes d’affinité qui le composent, n’a pas de « chef » qui distribuerait les rôles à chacun et imposerait les objectifs collectifs. C’est au cours d’un processus délibératif que les membres discutent des risques qu’ils entendent prendre et qu’ils décident du type d’actions qu’ils désirent mener. Certains groupes opteront pour des actions offensives (ils auront alors des bâtons, frondes, boules de billard, cocktails Molotov, etc.) ou défensives (boucliers, plastrons, gants, jambières, casques, masques à gaz, etc.), d’autres se spécialiseront dans des actions de soutien : ils effectueront des opérations de reconnaissance et de communication (vélos, walkie-talkies ou téléphones portables) ; constitueront un corps d’infirmiers volontaires (doté de l’équipement nécessaire pour soulager les victimes des gaz lacrymogènes et du poivre de Cayenne et administrer les premiers soins aux blessés) ; ou se donneront comme tâche d’entretenir le moral des troupes en jouant de la musique.

9 Lors d’événements très importants, plusieurs groupes d’affinité peuvent organiser entre eux des réunions de coordination. Le processus de coordination des Black Blocs de la région de Montréal débuta ainsi dès 2000 en prévision du Sommet des Amériques à Québec en avril 2001. Il est toujours possible, toutefois, que des individus ou des groupes d’affinité n’ayant pas participé à cet effort de coordination se joignent au Black Bloc la veille ou le jour même des manifestations ou y forment leurs propres Black Blocs.

 

source

Les commentaires sont fermés.