Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Statistiques volontairement trompeuses...

Ou comment mentir en disant la vérité,

mais une partie seulement de la vérité, sans mise en perspective...

 

Annoncer qu'il y a eu en 2018 une progression de 74% des actes antisémites

c'est exact si l'on se base sur ces statistiques ci-dessous

(issues à la fois du ministère mais aussi du SPCJ, lié au CRIF)

mais c'est tendancieux  si on ne dit que ça, hors contexte et sans présenter le graphique ci-dessous

(rappelant les chiffres depuis 1998).

 

Le chiffre de 2018 est en réalité sous la moyenne des chiffres de 2000 à 2017

(583 plaintes dont 358 pour menaces, 102 pour atteintes aux biens, 80 pour actes de violences et 1 homicide).

Or les médias dans leur immense majorité* n'ont cité que le seul chiffre anxiogène de 74% d'augmentation sur 2017,

cela à l'occasion fortuite de la découverte de  2 ou 3 tags dans un contexte social contestataire très particulier et quelques jours avant le repas du CRIF alors que l'on apprend que des élus LREM vont présenter un projet de loi liberticide assimilant antisionisme et antisémitisme.

Ne pas se poser de question dans ces circonstances, c'est être un bouddha éveillé.

Ou un journaliste endormi ?

Il suffit de regarder ce graphique pour constater qu'il y a pas "une explosion inédite des actes antisémites"

mais un simple retour vers la moyenne de cette courbe.

(En comparaison, de 2001 à 2002 l'augmentation fut supérieure à 325%

et il y a déja eu 8 années avec des chiffres bien plus hauts.)

antisem18.jpg

L'image est tirée du site du ministère mais j'y ai ajouté la dernière colonne pour 2018.

 

C'est ce que l'on peut appeler manipuler l'information par omission,

en focalisant sur 1 aspect qui semble corroborer  ce que vous voulez faire passer comme message.

 

C'est le même principe pour l'interprétation des sondages d'opinion

dont on met en avant ce qui va dans le sens que l'on souhaite

Idem pour les statistiques scientifiques ( vaccinations, résultats d'expériences)

auxquelles on peut faire dire des choses très différentes

selon les critères retenus, et les dates de début et fin.

Séquencer des stats c'est les détourner ...

Moralité?

Au vu de ces chiffres calculés notamment par le très controversé CRIF ( la police ne pouvant procéder à aucun recensement par confession religieuse) le problème de l’antisémitisme n'apparait pas particulièrement crucial en cette période.
Il semble surtout convoqué et instrumentalisé par une classe dominante en perdition, pour détourner l’attention des problèmes sociaux du pays.

Les médias alignés unanimes et leurs chroniqueurs/éditorialistes, scandalisés sur commande, hurlent aujourd'hui à la recrudescence inquiétante de l’antisémitisme en France pour faire passer au second plan les revendications des Gilets jaunes ou l'affaire Bénalla.C'est triste.

Mais cela ne prend plus (plusieurs organisations et personnalités juives ont d'ailleurs protesté).

* Note du 20 Février: J'ai vu sur Cnews ce soir enfin, pour la première fois, la courbe qui relativise ce chiffre.Sans que les conséquences à en tirer ne soient toutefois clairement déduites par les journalistes.

NB du 20: Effet très pervers de cette surenchère opportuniste: les croix gammées provocatrices du cimetière alsaciens  ne seraient probablement pas apparues sans ce battage médiatico-politique.

L'antisémitisme n'est pas combattu mais utilisé par le pouvoir.

Les commentaires sont fermés.