Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le sanglier jaune (artisan reporter)

    Ici et là,  en vadrouille dans l'Ouest... (Guérande, Nantes, St Malo etc...)

     

     

    A Paris...  (à voir si vous croyez vraiment qu'il n' y avait  que 10000 personnes sur les Champs... )

    avec Florence en guest star. Vidéo recommandée (10mn de vérité).

    La colère elle monte...

    "Casse impressionnante mais marginale et très ciblée."

    Y a qu'ensemble qu'on s'ra plusieurs !  (lol)

  • 19/3/2019

     

     

     

     

     

     

                                                       Tout peut arriver et vice versa…

     

     

     

     

     

     

  • Petite bulle

    Même sur les médias alignés parfois, en fonction des intervenants,  émergent de petites bulles de vérité échappant à la propagande.

    Ici sur les manipulations grotesques du gouvernement pour dénigrer ce mouvement social.

     

    Cela dit, il y a une toute petite frange des gilets jaunes qui commencent à  faire plus que "tolérer la violence", même parmi ceux qui la condamnaient clairement en Décembre. A écouter ou lire diverses réactions, certains semblent avoir apprécié la tactique des interventions black blocs qui cassent  mais ne pillent généralement pas ou qui redistribuent dans une sorte de provocation à la Robin des bois et s'en prennent principalement à des cibles symboliques. Il y a un débat là-dessus parmi les gilets jaunes qui a évolué au fil de 18 semaines.

    Des manifestants chantaient je ne sais plus où ce samedi à Paris "Les gendarmes détestent la police..."  Ce qui en a fait sourire parmi eux. (Au lieu de "Tout le monde déteste la police", slogan anti-fa peu consensuel.)

     J'ai cru qu'il n'y avait presque pas eu de LBD tirés mais surtout des lacrymos utilisés à foison.En réalité il y a quand même eu 289 blessés dont 62 au LBD (7 à la tête), 11 blessures au visage par des grenades de désencerclement, plus 18 par GLIF4 dont 1 à la tête. (source David Dufresne)

     

    Le nombre imposant des manifestants leur a donné  une force inédite , plutôt révolutionnaire qui semble avoir gommé à nouveau les différences gauche-droite et fait basculer le rapport de force aux CRS (qui ont du reculer pas mal de fois devant le nombre).