Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Ça suffit, les images de gosses!"

    Article d' Israël Adam Shamir du 24  Juin paru dans:  Entre la Plume et l'enclume

    "Chaque fois que je vois un bébé qui pleure sur mon écran, je sais que quelqu’un est en train d’essayer de m’embrouiller. Et cela vaut pour tout ce qui en appelle à mes instincts basiquement humains, qu’il s’agisse d’un corps féminin dénudé ou d’un bébé mort. Au lieu de me convaincre, ce truc simpliste provoque chez moi un rejet immédiat. Je sais que telle voluptueuse anatomie ne va pas atterrir entre mes mains, même si je m’envoyais toutes les bouteilles de Coca du magasin. La vue d’enfants morts ne me persuadera pas de faire quelque chose qui va contre le bon sens, car il s’agit de manipulation. En politique, je veux un débat socratique, et non pas la persuasion par l’émotion. Si vous n’arrivez pas à me faire craquer par des mots, n’essayez pas de le faire avec des images. Mais ils essayent et c’est trop souvent qu’ils obtiennent des résultats.

    Les mots peuvent être hautement inflammatoires, mais les images sont quelque chose d’encore plus redoutable. Pour envoyer à la mort la fleur de la jeunesse anglaise dans les tranchées de Verdun, les images de brutes germaniques faisant griller des enfants embrochés sur leurs baïonnettes ont été activées ; ce sont des images de commissaires juifs violant une blonde aryenne qui ont précipité les gamins allemands sur les bords de la Volga pour y laisser leur vie prématurément. Vous ne pouvez pas justifier les images avec des mots, en disant que c’est le chemin le plus court pour éviter des calamités : ne déclenchez pas de guerre, et les brutes allemandes devront assouvir leur rage en se faisant rôtir des cervelas, et le commissaire juif n’aura qu’à s’abonner à Playboy pour reluquer des anatomies aryennes.

    On a maintenant affaire à une campagne sur le thème « Trump l’éventreur de bébés ». Ça vous brise le cœur de voir une photo de petits enfants derrière les barreaux. Mais il y a une méthode simple, enfantine, pour éviter la séparation et l’incarcération : s’abstenir de franchir le Rio Grande sans visa.

     Ceux qui nous en mettent plein la figure sont malhonnêtes et ne se soucient aucunement des gosses. Madeleine Albright a eu cette pensée célèbre : cela vaut la peine d’en flinguer un demi-million, d’enfants irakiens; et Hillary Clinton a lâché les chiens de l’enfer sur le sol de la Libye et de la Syrie, abattant et dépouillant des centaines de milliers d’enfants." .../

    lire la suite

     

    ***

     

    6849149.jpg

    omrane-un-jeune-syrien-de-4-ans-blesse-dans-un-bombardement-a-alep-le-17-aout-2016_5655643.jpg

    http%3A%2F%2Fo.aolcdn.com%2Fhss%2Fstorage%2Fmidas%2F808002e132063cfb9e126b778d10344c%2F206474641%2Fgirl%2Bmigrant.jpeg

     

     

    ***

    Pour rappel, la première photo d'enfant qui eut un impact immense, en symbolisant le mouvement de l'opinion contre les atrocités de la guerre américaine au Vietnam.

    6851285.jpg

    Mais c'était une vraie photo de la réalité, pas une tentative de manipulation ...

    Le cliché de cette petite fille brûlée par le napalm, courant et hurlant, a été photographiée en 1972  et publiée grâce à l’insistance de journalistes de l’agence Associated Press ( leur directeur refusait de le diffuser en raison de la nudité de l'enfant). C’est aujourd’hui l’une des plus célèbres photos du XXe siècle. 

  • Le rire chez les Grecs

     

     

    Il existe trois mots  pour désigner le rire en grec.

    48088529masques2-jpeg.jpeg

    Le premier est le verbe "kakazô". La sonorité même du mot suggère qu'il s'agit  d'une onomatopée. Ce mot désigne le rire aux éclats, avec bruit et sans grâce, en grimaçant.

    Le second mot désignant le rire est "meidiaô", qui désigne le sourire.

    Le troisième mot est "gelaô" (ou "gelan"). Il s'agit du verbe qui fait référence au rire au sens noble du terme. La racine indo-européenne de ce mot est "gel-" qui signifie "briller", "scintiller". Le rire est un éclat. Il est illumination et porte vers le haut.

    1404547850_32132.jpg

  • Rupert Sheldrake

    Rupert Sheldrake (né le 28 juin 1942), est un auteur parapsychologue anglais, ancien biochimiste, titulaire d'un doctorat (1967) en biochimie de l'université de Cambridge. 

    Ses théories sont trrès controversées. (voir sa page wikipédia)

    Depuis 1981 ses écrits sont essentiellement centrés sur son concept de « résonance morphique », qui reprend celui de « champ morphogénétique » (dont l’existence avait été suggérée, dans les années 1920, par Hans Spemann, Alexander Gurwitsch et Paul Weiss).

    La résonnance morphique remet en effet en cause toutes les disciplines contemporaines.

    "A l'occasion de la sortie de son dernier livre "The Science Delusion" Rupert Sheldrake a été invité à faire une conférence à TEDx Whitechapel (2013) où il a présenté la science comme un système de croyances en faisant une liste de dix dogmes selon lui très contestables. Il a ensuite argumenté contre le dogme des constantes universelles de la physique en expliquant que la vitesse de la lumière pourrait varier. Sheldrake n'est pourtant pas physicien. Se rend-t-il compte que la physique sans constantes ne pourrait pas exister ? Or ses résultats sont pourtant là. On ne s'étonnera donc pas que cette conférence ait ensuite été controversée et ait subi une tentative de censure." PG

  • Synchronicités

    Dans ce qui semble anodin et anecdotique tout au long de nos trajectoires quotidiennes "prévisibles",
    le futur (l'un de nos futurs) peut poindre, se dévoiler, s'exprimer par des images symboliques,des signes, des synchronicités
    pour nous interpeler et attirer notre attention sur telle ou telle bifurcation menant vers lui.

    300px-Rosenk%C3%A4fer_in_der_Sonne.jpg



    Ceci d'autant plus que nous aurons auparavant, lors d'une méditation préalable formulé une intention
    vers laquelle nous ne savons pas comment nous diriger.
    C'est "ce futur", invoqué, par notre intention, notre prière, notre rêve (ou par notre Soi),
    qui nous révèle les embranchements menant vers lui, les choix importants, les personnes à rencontrer, les occasions à saisir.
    Signes, hasards, coïncidences,synchronicités sont les façons dont il nous signale sa possibilité.


    La seule différence entre une coïncidence et une synchronicité
    c'est qu' une synchronicité est une coïncidence qui a un sens pour vous,
    sinon elle reste une simple coïncidence.


    C'est donc la conscience, significative, (ou le regard de l'observateur) qui fait de la coïncidence une synchronicité.
    Mais ce qui semble n'être qu'une coïncidence à un moment donné
    peut aussi devenir significatif quelque temps plus tard en fonction des événements survenus et donc devenir synchronicité.


    La qualité d'une synchronicité est aussi liée à la notion d'improbabilité de la coïncidence, ou des coïncidences
    (en fonction de l'espace et du temps, car c'est très relatif).
    Vous évoquez un voyage en voilier et un bateau sur une remorque passe dans la rue.
    C'est une vraie synchronicité fort peu probable si vous êtes à Rennes.
    Déja beaucoup plus si vous êtes en bord de mer, à coté d'un port très fréquenté.
    Mais si vous parlez d'un voyage vers le Brésil et que sur ce bateau est peint le drapeau brésilien, la synchronicité devient patente.
    Une synchronicité est donc évidemment d'autant plus significative qu'elle est improbable et/ou multiple et renforcée.



    Nota bene:       Ne pas confondre avec les projections sur le réel d'une idée qui nous travaille.
    " Celui qui tient en main un marteau voit des clous partout."

    source

  • Nonsense

     

     

    En dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme ;

    à l'intérieur du chien, il fait trop sombre pour lire, de toute façon.

    (Groucho Marx)

     

     

     

  • Duo Flame

    Duo ukrainien de main à main.

    Aiusha Khadzh Khamed est née le 6 septembre 1992 à Kiev en Ukraine. Aiusha a commencé la gymnastique à l'âge de 4 ans.Elle a vécu en Espagne de 14 à 18 ans avant de revenir en Ukraine.

    Vladyslav Ivashkin est né le 18 juillet 1988 à Kiev en Ukraine. Il a commencé le sport acrobatique à l'âge de 7 ans. À l'âge de 13 ans, il était le champion national de l'Ukraine.Quand il a eu 18 ans, il s'est concentré sur le but d' être un artiste de cirque. Les années suivantes, il a joué dans le monde entier, participant au Festival de Monte-Carlo et à de nombreux spectacles spectaculaires à travers le monde.

    Rencontrant l'amour de sa vie (Aiusha Khadzh Khamed), ils ont créé ensemble ce magnifique Duo Flame.

    Ci-dessous entraînement sur la musique Feeling Good de Michael Bublé.

  • Du merveilleux caché dans le quotidien

    Physique de l'élégance

    Livre de 320 pages environ, écrit par:

    Étienne Guyon est universitaire. Son appétence pour le partage des savoirs l’a conduit à la direction du Palais de la Découverte, de l’École normale supérieure et des «Petits Débrouillards».

    Étienne Reyssat, chercheur au CNRS, aime observer la danse des gouttes et le ballet des pommes de pin (fermées, il va pleuvoir ; ouvertes, il va faire beau), qu’il fait découvrir à tous ceux qui croisent sa route.

    José Bico, enseignant-chercheur à l’ESPCI, voue une passion aux gouttes et aux plis. Il aurait même imaginé une expérience d’origami capillaire.

    Benoît Roman, chercheur au CNRS, est passionné par les bulles de savon, les déchirures et le froissement. Brevetée, sa « déchirure spirale » vise à en finir avec ces emballages qui ne veulent jamais s’ouvrir.

    Du-merveilleux-cache-dans-le-quotidien.jpg

    Qu’y a-t-il de si fascinant dans la forme de la tour Eiffel ?
    Les iridescences de la nacre sont-elles la clé de sa solidité ?
    Comment l’archet fait-il chanter la corde d’un violon ?
    Pourquoi les bifaces ressemblent-ils aux plus beaux de nos diamants ?
    À quoi tient l’élégance du drapé d’une robe ?

    Vous en avez peut-être eu l’intuition en admirant l’intrigante structure de la tour Eiffel, les motifs que dessinent les argiles en se craquelant, un nid d’oiseau, le bord ondulé d’une feuille de salade, voire l’extrême courbure de la perche, prête à rompre, juste avant de propulser le sauteur dans les airs : derrière les objets qui émaillent notre quotidien se cache une étrange beauté… Elle semble le fruit d’un ordre naturel ou voulu, d’une organisation sous-jacente, mais aussi d’une fonction que nous percevons sans toujours parvenir à en saisir le sens.
    L’objectif poursuivi dans ce livre largement illustré est de révéler cette beauté, en réapprenant à voir le monde qui nous entoure. Il est l’œuvre d’une équipe de chercheurs à l’ESPCI (École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris), dont les thèmes d’intérêt se situent à la charnière entre la physique des matériaux et la mécanique.
    Des combles d’Azay-le-Rideau à la mousse de savon, en passant par la boulette de papier froissé et le pont de liane, les 35 thèmes traités pourraient évoquer quelque inventaire à la Prévert. Il n’en est rien, bien sûr : non content d’incarner un fascinant dialogue entre forme, forces et fonction, ces sujets ont pour point commun l’élégance des formes exhibées, naturelles ou humaines.
    Vous pourriez à juste titre vous étonner que la notion d’élégance soit mise en avant dans un livre écrit par des physiciens ! Le terme évoque immédiatement la haute couture – que nous rencontrerons d’ ailleurs dans le livre –, mais aussi l’harmonie, la délicatesse et la sobriété. C’est pourquoi l’élégance fait sens dans bien d’autres domaines : les mathématiciens, par exemple, parlent volontiers d’une démonstration élégante qui permet d’arriver au résultat souhaité par un cheminement suffisamment direct et facile à parcourir: « C’était évident ; encore fallait-il le trouver ! »  En révélant l’élégance cachée dans des domaines variés, nous avons aussi voulu éclairer différemment notre quotidien. Vous l’avez compris, notre ambition est bien de proposer un certain regard, un art d’observer à diverses échelles de taille, du ciron cher à Pascal et à La Fontaine à l’édifice tout entier. .../

    source

     

    32_florence_491.jpg