Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'arrière plan neptunien des cagnottes...

    Des cagnottes internet s'étaient mises en place en solidarité entre gilets jaunes ces dernières semaines, sans que cela pose problème.  Elles s'inscrivaient dans la symbolique du Neptune en Poissons (carré à Jupiter en Sagittaire).

    Elles comportaient donc, par là même, un petit risque de flou/zones d'ombre , de démesure/inflation , d'illusion/désillusion ou de tromperie/escroquerie.

    A l'approche du carré exact (ce dimanche 13) et pendant le carré Mercure-Mars (du 4 au 15 Janvier), on a vu surgir :

    -1/ l'incident de la cagnotte Christophe Dettinger " pour régler ses frais de justices et venir en aide à la famille du boxeur incarcéré" qui a atteint en quelques heures plus de 100.000 euros.

    Cela a suscité indignations, protestations de policiers et de ministres en premier lieu et d'une part de l'opinion.(Cela aurait-il été autant le cas si elle avait plafonné à 1000 ou 1500€ ?)

    Le montant  a d'abord été masqué par l'initiateur (premier surpris) puis elle a été bloquée et soumise à condition  par la plateforme Leetchi , en prétextant abusivement ses CGU qui sont consultables en ligne. "Sont interdites les cagnottes pour des activités de « promotion de la haine [ou de la] violence ".

    Ce qui n'est évidemment pas le cas ici, ni dans l'intitulé ni dans la destination. C'est un procès d'intention sur des dons de solidarité familiale, postérieures à l'acte reproché (et ne pouvant donc l'encourager). Quand on veut noyer son chien on dit qu'il a la rage.

    Cette fermeture sous un prétexte mensonger , mais dans un climat de fortes pressions , semble totalement illégale, c'est en tous cas injuste et abusif. Quand on sait que la patronne du site est proche de LREM, on comprend mieux ce qui a pu advenir.

    -2/en réaction (il n'y avait pas pensé avant) Renaud Muselier a lancé le mardi 8 une cagnotte"Soutien aux forces de l'ordre" qui a dépassé en 48h le million d'euros de dons. Surpris par la somme énorme quelques internautes (le blog du Yeti notamment) ont enquêté suspectant un gonflement artificiel des dons par robots interposés. Libération ou Marianne ont aussi interrogé Leetchi à ce sujet, qui a d'abord nié en bloc, en invoquant "un simple problème d'affichage" puis en reconnaissant un bug, puisque il y avait non seulement des dons réguliers à chaque minute de la nuit, mais aussi de nombreux doublons, triples , quadruples etc.. (dans les dons et dans les commentaires , stéréotypés).

    Il semble bien, à lire Marianne qui a interrogé Fabrice Epelboin, qu'il y a eu un gonflement artificiel.

    "Il y a toujours une possibilité qu'il y ait eu, comme le clame Leetchi, un problème d'affichage", déclare pour sa part Fabrice Epelboin, entrepreneur et enseignant à Sciences Po, spécialiste des médias sociaux et du web. L'enseignant se montre tout de même méfiant : "Le faisceau d'indice que les internautes ont déjà rassemblés - noms des donateurs, commentaires similaires, progression linéaire du montant des dons pendant la nuit - installe la forte présomption d'une manipulation". Il avance l'hypothèse que la cagnotte Leetchi a été la cible d'astroturfing. Derrière ce terme barbare se cache une technique particulièrement utilisée en politique et en publicité : simuler, de toute pièces, une activité ou une initiative d'apparence citoyenne, afin d'influencer l'opinion. "Quoi de mieux, qu'une collecte de fonds en forme de plébiscite pour la police, en cette période tendue ?, argue-t-il, ajoutant très vite : "Il ne s'agit que d'une hypothèse, impossible à prouver à l'heure actuelle".

    (voir l'article complet de Marianne)

    Bref c'est louche et cela même pour des journaux classiques.

    Mais cela ne saurait nous étonner dans le climat actuel de manipulation tout azimuth.

    -3/Eric Drouet a lancé dans la foulée une cagnotte pour les blessés Gilets Jaunes (100.000 euros en 2 jours). Non plus sur Leetchi que beaucoup de Gilets jaunes veulent désormais boycotter, mais sur Paypal. Il y en avait déja pas mal d'ouvertes ici ou là pour ces nombreux blessés. Mais apparemment, un certain nombre d'entre elles sont des escroqueries, ou du moins elles se font abusivement ( au nom de Drouet par exemple alors qu'il n'est pas au courant).

    -4/ Une cagnotte ouverte "pour que Schiappa se la ferme " a atteint plus de 2000€. Leetchi a contraint l'initiateur a en changer le nom sous peine de blocage.Désormais c'est "Cagnotte pour que Schiappa se taise" .L'argent sera offert aux GJ de Cambrai. L'humour à la Coluche est bien présent.

    On le voit les cagnottes à leur façon participent aussi au coté Neptunien (solidarité, idéal, utopie, illusion, générosité, inflation, flou, tromperie, humour) de ce mouvement de fond.

    Et là aussi on pourrait noter que, concrètement  les premiers bénéficiaires de ce mouvement, en bas, ne sont pas les gilets jaunes pour le moment, mais les policiers. Ce qui est mérité d'ailleurs au vu de la façon dont ils sont exploités et instrumentalisés, mais ce qui montre bien que la répression est la seule vraie réponse actuelle.

  • Une pétition pour l'amnistie des gilets jaunes

    https://amnistiegj.fr/

    Ils n’étaient pas venus à Paris, Bordeaux, Toulouse, et tant d’autres villes, pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils étaient venus pour défendre leurs vies menacées, dégradées par la précarité, mises en joue par un pouvoir prêt à faire les poches de leurs parents retraités comme de leurs enfants étudiants, afin de valoriser le patrimoine financier des plus riches. Ils étaient venus pour protéger leurs droits fondamentaux, et aussi une certaine conception de la justice sociale, qui a longtemps fait l’honneur de la France.

    La stratégie de la tension, délibérément choisie par le pouvoir, ne leur a pas laissé la chance d’une protestation pacifique. Gazage, nassage et brimades en tout genre, puis au fil des semaines, matraquages, tirs de flashballs et grenades mutilantes, pour la première fois de leur existence, beaucoup de « Gilets jaunes » ont été confrontés à des brutalités policières indignes d'une démocratie, que des organisations comme Amnesty international ont elles-mêmes dénoncées.

    On ne compte désormais plus le nombre de manifestants, au casier vierge, mis en garde à vue, condamnés en comparution immédiate, ou aujourd’hui en instance de jugement. Certains connaîtront la prison, qui détruit, qui humilie. D’autres ne retrouveront jamais d’emploi. Un grand nombre d’entre eux verront leurs vies brisées à jamais. Nous ne pouvons accepter qu’une protestation contre une politique massivement rejetée par la population détruise ainsi des êtres pris pour boucs émissaires. Nous ne pouvons accepter qu’un pouvoir, qui a sciemment fait le choix de la confrontation, se serve d’eux pour intimider tout un peuple. Nous ne pouvons accepter l’idée d’une vengeance d’Etat.

    C’est pourquoi nous appelons le Président de la République, Emmanuel Macron, et son Premier Ministre, Edouard Philippe, à mettre à l’ordre du jour une loi d’amnistie en faveur des hommes et des femmes aujourd’hui persécutés, mis en examen, ou détenus pour avoir participé à ce mouvement social d’ampleur historique. C’est pourquoi nous appelons dès aujourd’hui à l’arrêt des procédures en cours, à l’effacement des peines prononcées, et à ce qu’une réponse enfin politique, et pas seulement sécuritaire et judiciaire, soit donnée aux événements hors du commun que la France est en train de vivre.

    Une telle amnistie est prévue par l’article 133-9 du Code pénal et légitimée par la tradition française, de nombreuses lois d’amnistie ayant ainsi été votées depuis le début de la 5ème République, notamment dans le cadre d’activités protestataires.

    Un tel geste serait seul en mesure de commencer à rendre au pays l’apaisement qu’il ne saurait retrouver sur fond de persécutions pour l’exemple. « Nous ne reprendrons pas le cours de nos vies », disiez-vous Monsieur le Président, le 10 décembre 2018. Nous ne reprendrons pas le cours de nos vies tant que nos concitoyens n’auront pas pleinement retrouvé la leur.